Transcription de l'appel des résultats du premier trimestre 2020 d'Arista Networks Inc (ANET)

Transcription de l'appel des résultats du premier trimestre 2020 d'Arista Networks Inc (ANET)

Source de l'image: The Motley Fool.

Arista Networks Inc (NYSE: ANET) Appel des résultats du premier trimestre 2020 5 mai 2020, 16 h 30 ETContenu:
Remarques préparées
Questions et réponses
Appeler les participants
Remarques préparées:
Bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats financiers du premier trimestre 2020 d'Arista Networks. (Instructions de l'opérateur). Et sera disponible pour la rediffusion à partir de la section Relations avec les investisseurs sur le site Web d'Arista après cet appel. Je vais maintenant céder la parole à M. Curtis McKee, directeur du développement des entreprises et des investisseurs. Monsieur, vous pouvez commencer. Curtis McKee – Directeur du développement des entreprises et des investisseurs. Merci, opérateur. Bonjour à tous et merci de vous joindre à nous. Je suis accompagné de l'appel d'aujourd'hui: Jayshree Ullal, président et chef de la direction d'Arista Networks; et Ita Brennan, directrice financière d'Arista. Cet après-midi, Arista Networks a publié un communiqué de presse annonçant les résultats de son premier trimestre fiscal se terminant le 31 mars 2020. Si vous souhaitez une copie du communiqué, vous pouvez y accéder en ligne sur notre site Web. Au cours de cette conférence téléphonique, La direction d'Arista Networks fera des déclarations prospectives, y compris celles relatives à nos perspectives financières pour le deuxième trimestre de l'exercice 2020, les perspectives financières à plus long terme, l'impact potentiel de COVID-19 sur nos activités, l'innovation industrielle, notre opportunité de marché , les avantages des acquisitions récentes et l'impact des litiges, qui sont soumis aux risques et incertitudes dont nous discutons en détail dans nos documents déposés auprès de la SEC, en particulier dans nos plus récents formulaires 10-Q et 10-K, et qui Les résultats réels pourraient différer sensiblement de ceux anticipés par ces déclarations.Ces déclarations prospectives s'appliquent à ce jour et vous ne devez pas vous fier à elles pour représenter nos vues dans le futur. ure. Nous ne nous engageons pas à mettre à jour ces déclarations après cet appel. Veuillez également noter que certaines mesures financières que nous utilisons dans le cadre de cet appel sont exprimées sur une base non conforme aux PCGR et ont été ajustées pour exclure certains frais. Nous avons fourni des rapprochements entre ces mesures financières non conformes aux PCGR et les mesures financières conformes aux PCGR dans notre communiqué de presse sur les résultats, avec lequel je céderai la parole à Jayshree.Jayshree V. Ullal – Président et chef de la directionMerci, Curtis. Merci à tous de vous joindre à nous cet après-midi pour notre appel de résultats du premier trimestre 2020. Tout d'abord, je voudrais aborder la pandémie mondiale de coronavirus, la plus importante du monde en 100 ans. De toute évidence, cela ne ressemble pas aux événements de récession, y compris le krach dotcom de 2001 ou la récession financière de 2008, qui étaient tous deux spécifiques au secteur. Chez Arista, nous nous concentrons sur le bien-être de nos employés, en soutenant nos clients et en aidant la communauté locale. Nous reconnaissons notre rôle et notre responsabilité dans la prise en charge des communications mondiales et de l'infrastructure cloud en ces temps critiques.Nous nous adaptons à la nouvelle norme de communication audio et vidéo en temps réel. Notre charge de dossiers d'assistance a doublé au cours des premières semaines, mais s'est maintenant stabilisée alors que nous aidons nos clients en cas de besoin. Revenir aux spécificités du T1. Nous avons généré des revenus de 523 millions de dollars pour le trimestre, avec un bénéfice par action non conforme aux PCGR de 2,02 $. Le service a contribué à environ 21% des revenus, en hausse par rapport à 19% au trimestre précédent. Nos marges brutes non-GAAP étaient de 65,6%, influencées par une combinaison saine de logiciels et de services. Nous avons enregistré un nombre solide de millions de clients en tant que résultat direct de la traction de notre entreprise.Au T1 2020, les titans du cloud étaient notre plus grand marché vertical. L'entreprise est désormais systématiquement la deuxième plus grande, suivie par les fournisseurs de cloud spécialisés de niveau deux et les services financiers à égalité pour la troisième place et le fournisseur de services à la quatrième place. En raison des demandes populaires de nos amis analystes, nous fournissons désormais plus de couleurs à nos tendances annuelles dans trois secteurs principaux: les titans du cloud, environ 40% de notre mix; entreprise, y compris les services financiers, environ 35% de notre composition; et les fournisseurs, qui comprennent à la fois le fournisseur de services et le fournisseur spécialisé dans le cloud, environ 25% de notre mix. En termes de géographies, le mix T1 2020 avait une contribution internationale à 23%, avec les Amériques à 77%. En termes de fusions et acquisitions, nous avons clôturé l'acquisition des réseaux Big Switch en février 2020. Nous connaissons une traction et une complémentarité précoces avec Arista. Data ANalyZer, DANZ, offrant et entrant dans l'espace de courtage de paquets réseau. Nous développons sur le campus nos principes de mise en réseau cloud, introduisant une suite de fonctionnalités WiFi cognitives passionnantes avec la prise en charge de Google Hangouts, de Microsoft Teams et de Zoom ainsi qu'un modèle d'automatisation basé sur une configuration ouverte. Le portefeuille de campus cognitifs d'Arista a été lancé l'été dernier pour répondre à l'explosion des clients, des utilisateurs et des appareils IoT avec l'automatisation pilotée par logiciel.Nous sommes en bonne voie pour atteindre notre objectif de 100 millions de dollars pour la première année se terminant au T2 2020. Bien que nous soyons satisfaits de cette traction , nous devons tous faire preuve de patience en cultivant cette partie de nos activités. Il nous a fallu plus de sept ans pour développer notre activité cloud à 500 millions de dollars, et nous pensons que nos perspectives d'entreprise prendront du temps, en particulier dans cette ère COVID-19. Nous ne faisons que commencer notre première année d'un voyage de cinq à sept ans pour perturber 30 ans d'héritage et de statu quo. COVID-19 nous a obligés à réagir rapidement à l'évolution des événements. Conformément aux abris et aux commandes spécifiques au pays, nous avons fermé tous nos bureaux pour assurer la santé et la sécurité des employés.Nous rencontrons par conséquent des contraintes de chaîne d'approvisionnement et nous gérons notre capacité mondiale avec nos fabricants sous contrat à San Jose, au Mexique, Malaisie et faire face à certaines pénuries de stocks et de composants. Les délais de livraison varient et ont récemment doublé pour certains de nos produits populaires. Arista travaille en étroite collaboration avec nos clients pour soutenir la continuité de leurs activités et leur planification tout au long de 2020. Notre visibilité, en particulier au second semestre 2020, est assez faible. Le nombre de cas confirmés de COVID-19 a fortement augmenté en avril. Jusqu'à ce que l'environnement économique nous permette de reprendre une routine plus normale, nous avons une visibilité limitée sur la demande. Il est clair que nous vivons à une époque incertaine et, par conséquent, avec ce que nous savons à l'heure actuelle, il est prudent de supposer que notre chiffre d'affaires annuel 2020 pourrait diminuer par rapport à 2019.Nous prévoyons de gérer notre activité globale cette année aux niveaux d'Arista 2018, et nous continuerons à surveiller cela de près. Arista, avec l'ensemble du secteur des entreprises et de la chaîne d'approvisionnement mondiale, fait face à de nombreuses inconnues au milieu d'une pandémie mondiale. Nous prévoyons une certaine force à court terme du cloud titan, compensée par des cycles de vente prolongés avec de nouvelles perspectives dans le secteur des campus et des entreprises. Nous restons convaincus que la combinaison de la supériorité de nos produits, de notre engagement envers la qualité avec les vulnérabilités critiques les plus faibles et le score Net Promoter Score le plus élevé de 76 est très convaincante dans l'industrie des réseaux et d'une grande valeur pour nos clients. Nos gains de parts de marché récents, l'intimité de nos clients et notre levier d'exploitation nous guideront dans ces circonstances imprévues. Nous nous attendons à émerger plus forts que beaucoup de nos pairs de l'industrie alors que nous migrons vers des réseaux modernes.Avant de céder la parole à Ita pour des détails financiers, au nom d'Arista, je souhaite vraiment à tous nos auditeurs, employés et leurs familles, clients et bien les sympathisants soient en sécurité et en bonne santé. Ita? Ita Brennan – Directeur financier, merci Jayshree et bon après-midi. Cette analyse de nos résultats du premier trimestre et de nos prévisions pour le deuxième trimestre de 2020 est basée sur des principes non conformes aux PCGR et exclut tous les impacts de la rémunération à base d'actions non en espèces, certains frais liés aux acquisitions et d'autres éléments non récurrents. Un rapprochement complet de nos résultats GAAP sélectionnés et non-GAAP est fourni dans notre communiqué de presse. Les revenus totaux au premier trimestre se sont élevés à 523 millions de dollars, en baisse de 12% d'une année sur l'autre et juste au-dessus de l'extrémité inférieure de nos prévisions de 522 millions de dollars à 532 millions de dollars. Comme indiqué précédemment, cette baisse d'une année sur l'autre était en partie liée à la constatation d'environ 83 millions de dollars de revenus reportés au premier trimestre de 2019.En outre, bien que la demande au premier trimestre de 2020 ait été raisonnablement saine, nous avons fait l'expérience certains défis liés à l'approvisionnement et à la fabrication de composants liés au COVID-19, qui ont entraîné des délais de livraison plus longs et des contraintes quelque peu limitées pour le trimestre. Les revenus de services ont représenté environ 21% des revenus totaux, en hausse par rapport à 19% au trimestre précédent, reflétant une forte activité de renouvellement des services au cours de la période, associée à une baisse du chiffre d'affaires des produits. Les revenus internationaux pour le trimestre se sont élevés à 122,4 millions de dollars ou 23,5% des revenus totaux, en baisse par rapport à 25% au quatrième trimestre. Les variations de la composition géographique d'un trimestre à l'autre et d'une année à l'autre ont été largement motivées par le niveau de chiffre d'affaires et la localisation des déploiements de nos clients cloud titan.La marge brute globale au T1 était de 65,6%, bien au-dessus de nos prévisions d’environ 63% et de 65,2% au trimestre précédent. Comme prévu, nous avons vu la vigueur de notre activité cloud au cours de la période avec un impact sur la marge brute plus faible, plus que compensé par certaines ventes ponctuelles liées à l'approvisionnement des stocks précédemment réservés et une combinaison saine de logiciels et de services. Les charges d'exploitation pour le trimestre se sont élevées à 149,3 millions de dollars ou 28,5% des revenus, en baisse par rapport au dernier trimestre à 154,3 millions de dollars. Les dépenses en RD ont atteint 91 millions de dollars ou 17,4% des revenus, en baisse par rapport à 96,2 millions de dollars au trimestre précédent. Cette baisse s'explique en grande partie par la baisse des coûts d'ingénierie et de prototypes au cours de la période.Les dépenses de vente et de marketing étaient comparables au dernier trimestre, à environ 46 millions de dollars, ou 8,8% des revenus, avec une augmentation des frais de personnel, quelque peu compensée par une baisse des dépenses de marketing et de voyage. Nos frais généraux et administratifs sont demeurés stables au dernier trimestre, à environ 12 millions de dollars ou 2,3% des revenus. Notre bénéfice d'exploitation pour le trimestre a été de 194 millions de dollars ou 37,1% des revenus. Les autres charges de produits pour le trimestre ont été de 12,2 millions de dollars favorables et notre taux d'imposition effectif était d'environ 21,6%. Résultat net (indéchiffrable) pour le trimestre de 161,7 millions de dollars ou 30,9% des revenus.Notre nombre d'actions dilué était de 79,94 millions d'actions, résultant en un résultat dilué par action pour le trimestre de 2,02 $, en baisse de 12,6% par rapport à l'année précédente. Nous avons achevé la comptabilisation des achats pour l'acquisition de Big Switch au cours de la période, des montants non significatifs de revenus et de charges étant inclus dans nos résultats non-GAAP au premier trimestre. Pour ceux d'entre vous ciblés dans nos résultats PCGR, nous avons comptabilisé 11,9 millions de dollars de dépenses liées aux acquisitions au cours de la période, que nous considérons comme étant de nature ponctuelle et qui, avec 4,9 millions de dollars d'amortissement des actifs incorporels acquis, ont été exclus de notre -Résultats GAAP. Un rapprochement complet de nos résultats PCGR et non PCGR a été fourni dans notre communiqué de presse. Passons maintenant au bilan. La trésorerie, les équivalents de trésorerie et les placements ont terminé le trimestre à environ 2,6 milliards de dollars. Nous avons racheté 228 millions $ de nos actions ordinaires au cours du trimestre à un prix moyen pondéré de 189 $ par action. Cela porte le total de nos rachats à ce jour à 494 millions de dollars ou 2,4 millions d'actions sur une période de 4 trimestres. Pour rappel, notre conseil d'administration a autorisé un programme de rachat d'actions de 1 milliard de dollars sur trois ans à compter du deuxième trimestre 2019. Ce programme nous permet de racheter des actions de nos actions ordinaires de manière opportuniste et est financé par les flux de trésorerie liés à l'exploitation. Généré 195 millions de dollars de trésorerie d'exploitation au premier trimestre, reflétant une solide performance du résultat net et une légère augmentation des besoins en fonds de roulement. Les DSO ont atteint 61 jours, contre 65 jours au T4, reflétant le calendrier des facturations de la période. La rotation des stocks a été de 2,5 fois, en baisse par rapport à 2,9 le trimestre dernier. Les stocks ont augmenté pour atteindre 262 millions de dollars au cours du trimestre, contre 244 millions de dollars pour la période précédente. Notre solde de produits reportés total était de 597 millions de dollars, en hausse par rapport à 575 millions de dollars au quatrième trimestre. Pour rappel, notre solde de produits reportés est désormais presque exclusivement lié aux services. Les comptes créditeurs étaient de 43 jours, en baisse par rapport à 44 jours au T4, reflétant le calendrier des entrées et des sorties de stock. Les dépenses en immobilisations pour le trimestre se sont élevées à 3,1 millions de dollars. Passons maintenant à nos perspectives pour le deuxième trimestre et au-delà. Comme Jayshree l'a mentionné, nous continuons de surveiller de près l'impact de COVID-19 dans le monde. Nous, nos clients et nos partenaires de la chaîne d'approvisionnement continuons à opérer sous diverses restrictions locales, et il n'est pas clair quand et comment ces restrictions seront levées. Bien que nous ne soyons pas en mesure de prédire ces résultats et de fournir des orientations à plus long terme, nous voulions donner un peu de couleur sur la façon dont nous gérons et encadrons l'entreprise dans l'intervalle. Bien que nous nous attendions à ce que la demande de nos activités cloud reste stable , nous pensons qu'un certain nombre d'autres secteurs verticaux pourraient voir une pause ou un ralentissement des dépenses informatiques, en attendant des éclaircissements sur les perspectives économiques. Compte tenu de cette incertitude, nous pensons qu'il est prudent de gérer nos investissements avec soin et dans une fourchette plus proche des niveaux de 2018. Nous priorisons les projets clés et les engagements clients tout en bénéficiant d'une réduction naturelle des déplacements, du marketing et des autres dépenses variables. Sur le front de la marge brute, nous réitérons nos perspectives globales de marge brute de 63% à 65%, la composition de la clientèle étant le principal moteur. Maintenant, pour quelques éléments supplémentaires d'entretien ménager. Nous avons continué de constater une certaine pression à la hausse sur le taux d'imposition effectif et avons augmenté le taux prévu à 21,8%. De plus, nous prévoyons que la baisse actuelle des taux d'intérêt aura une incidence négative sur nos autres revenus à l'avenir. Enfin, nos indications pour le T2 reflètent notre compréhension actuelle de COVID-19 et de son impact sur nos activités et notre chaîne d'approvisionnement. Il s'agit cependant d'une situation intrinsèquement incertaine, et nous devrons continuer à surveiller et à atténuer les nouveaux défis au fur et à mesure que la situation évolue. Avec tout cela en toile de fond, nos prévisions pour le deuxième trimestre, qui sont basées sur des Les résultats PCGR et excluent tout impact sur la rémunération à base d'actions non cash et autres éléments non récurrents, sont les suivants: revenus d'environ 520 millions $ à 540 millions $, marge brute de 63% à 65%, marges d'exploitation d'environ 35%. Notre taux d'imposition effectif devrait être d'environ 21,8%, avec des actions diluées d'environ 79,7 millions d'actions.Je reviens maintenant à Curtis.Curtis McKee – Directeur du développement des entreprises et des investisseursMerci, Ita. Nous allons maintenant passer à la partie Q&R de l'appel de résultats Arista. (Instructions pour l'opérateur) Merci de votre compréhension. Opérateur, veuillez l'emporter. Questions et réponses: Opérateur (Instructions de l'opérateur) Votre première question vient de la lignée de Samik Chatterjee avec JPMorgan. Votre ligne est ouverte.Samik Chatterjee – JPMorgan – AnalystHi, merci d'avoir répondu à la question. Jayshree a mentionné les avantages à court terme que vous attendez de certaines des sociétés de cloud computing. Alors peut-être si vous pouvez développer un peu cela. Combien cela vient des titans du cloud? Que voyez-vous des fournisseurs de cloud spécialisés? Vous attendez-vous à un résultat similaire là-bas? Et pourquoi n'y a-t-il pas plus de confiance dans la durabilité de ce type de hausse alors que nous envisageons un peu plus long terme? Jayshree V. Ullal – Président et chef de la direction Merci, Samik. Eh bien, comme vous le savez, les performances d'Arista Cloud Titan sont cohérentes avec les rapports sur les investissements en nuage. En d'autres termes, certains connaissent de fortes dépenses, certains diminuent et d'autres sont prudents. Donc, étant donné tous les avantages et les inconvénients, je pense qu'il est prudent de dire que pour l'année, nous nous attendons à une tendance aplatie des nuages ​​de titans. Et c'est en fait une amélioration parce que nous avons dit plat à bas. Alors bien sûr, nous surveillerons cela de près. Comme vous le savez, nous n'avons jamais de visibilité à long terme sur les titans du cloud. C'est trimestre par trimestre. Nous allons donc inspecter de plus près, en particulier pour le second semestre.Maintenant, en ce qui concerne les fournisseurs de spécialités cloud, ils étaient en fait une tendance plus forte pour nous au premier trimestre. C'est de nature plutôt cyclique. Cela dépend de différents fournisseurs de cloud de niveau deux. Chacun a une architecture unique. Nous avions un fournisseur de cloud spécialisé un peu faible en 2019, mais ils ont bien commencé pour nous au premier et au deuxième trimestre. Et au fil du temps, ce sera une question d'économie et de ce qui est le plus logique pour eux. Je crois que certains d'entre eux réussiront dans des cas d'utilisation spécialisés. Mais encore une fois, nous allons surveiller et surveiller cela de près au second semestre.Samik Chatterjee – JPMorgan – Analyste. Merci.Jayshree V. Ullal – Président et chef de la directionMerci, Samik.OpérateurVotre prochaine question vient de Tim Long avec Barclays. Votre ligne est ouverte Tim Long – Barclays – Analyste Jayshree, j'espérais que vous pourriez parler un peu de la verticale de l'entreprise et peut-être sur deux vecteurs différents, si vous pouvez simplement nous donner un peu de couleur sur ce que vous êtes voir sur les grandes entreprises. Et puis en ce qui concerne vous avez parlé d'un processus plus long pour le déménagement du campus. Pourriez-vous nous parler un peu des pièces mobiles à court terme étant donné que, évidemment, beaucoup de gens travaillent à domicile, il est donc difficile de vendre du matériel sur site. Donc, si vous pouvez simplement nous donner un peu plus de couleur là-bas.Jayshree V. Ullal – Président et chef de la direction Oui. Bien sûr, Tim. Donc, pour répondre à votre large question sur le secteur des entreprises, je pense que la marque d'Arista est très bien reconnue pour les centres de données. Et avec nos 6 000 clients et plus, nous avons une très bonne reconnaissance de la part d'un produit différencié, et nous avons déjà été très engagés avec eux. Donc, les clients avec lesquels nous avons été engagés en fait, nous en avions récemment en février, juste un peu avant que toutes les portes ne nous soient fermées, nous étions engagés avec plus de 100, 150 clients d'entreprise. Et nous avions un conseil mondial et Arista innovait. Ainsi, notre intimité avec les clients d'entreprise est très élevée et nous continuons à bien faire avec eux. Ce sont à la fois des projets existants et de nouveaux projets. Je pense que là où nous serons mis au défi dans l'entreprise et sur le campus, ce sont de nouvelles perspectives. Nous n'allons pas avoir assez de FaceTime avec eux. Nous organisons de nombreux webinaires virtuels, événements virtuels, EBC virtuels. C'est un monde virtuel dans lequel nous vivons certainement. Mais le niveau de contact pour la capacité du produit, la conversation, la relation, le partenariat et, en fait, même les tests pour les nouveaux prospects et les entreprises et le campus sera difficile. Et personne n'est dans le bâtiment pour moderniser leur campus non plus. Ainsi, le COVID-19 retardera certainement nos cycles d'entreprise pour de nouveaux prospects, mais devrait être OK pour de nouveaux projets avec des clients familiers. Tim Long – Barclays – AnalystOkay. Merci.Jayshree V. Ullal – Président et chef de la directionMerci, Tim.OpérateurVotre prochaine question vient d'Alex Kurtz de KeyBanc Capital Markets. Votre ligne est ouverte. Alex Kurtz – KeyBanc Capital Markets – Analyste Oui. Merci. Et heureux que tout le monde soit en sécurité et en bonne santé chez Arista. Je voulais juste faire un suivi, Jayshree, sur votre commentaire depuis le début de l'appel. Vous avez dit que vous envisagez de gérer l'entreprise par rapport aux niveaux de 2018. Je suppose que c'est un commentaire opex? Ou est-ce un commentaire d'opex qui peut également se rapporter à l'endroit où vous pensez que les revenus pourraient en quelque sorte sortir du crayon à la fin de l'année? Jayshree V. Ullal – Président et chef de la direction Oui. Non, Alex, tout d'abord, je pense que nous avons, nous comprenons mieux la première moitié que la seconde moitié. Veuillez donc prendre ceci avec un grain d'inconnu et d'incertitude en tout. Et je sais que les PDG sont censés tout savoir, mais je peux honnêtement vous dire que nous ne savons pas grand-chose sur la seconde moitié. Donc, ce que nous faisons, c'est contrôler ce que nous pouvons contrôler. Et ce que Ita et moi pouvons contrôler, c'est l'entreprise et les dépenses plus que le chiffre d'affaires de l'année. Et Ita, vous voulez ajouter quelque chose à cela? Ita Brennan – Directeur financier Oui. Je veux dire, je pense, Alex, que nous nous concentrons uniquement sur les niveaux d'opex et d'investissement jusqu'à ce que nous comprenions mieux ce que le reste de l'année comment le reste de l'année se passe, non? Et vous devez donc vous attendre à nous voir en quelque sorte réduire certaines dépenses variables, etc., et revenir à des dépenses qui ressemblent à ce que nous étions pour 2018. Et alors que les choses évoluent, nous pouvons changer cela, non? Mais pour l'instant, c'est l'objectif principal.Jayshree V. Ullal – Président et chef de la directionEt Ita et moi voulons répéter quelque chose. Nous allons absolument continuer à pédaler jusqu'au métal, investir dans la R&D clé et le support client. Nous allons réduire les déplacements marketing, évidemment, car nous ne pouvons pas voyager et peut-être certaines dépenses informatiques. Et donc nous travaillons sur ce que nous pouvons contrôler et gérer l'entreprise. Et si cela s'améliore, nous recalibrerons certainement et investirons plus. Alex Kurtz – KeyBanc Capital Markets – Analyste, je l'apprécie. Et Ita, juste sur le commentaire de 40% sur le cloud titan mix depuis le début de l'année, évidemment, il serait utile d'avoir la composition d'une année sur l'autre si vous êtes prêt à donner cela. Ita Brennan – Directeur financier Oui . Je pense que dans le jeu des investisseurs, nous avons mis certaines tendances autour de ce que la scission a été et à quoi elle ressemble, et nous avons mis une gamme là-dedans pour le genre de comment elle s'est déroulée au cours de l'année, à droite, au cours de la dernière année, à droite ? Ainsi, le pont des investisseurs examine une tendance par rapport à l'année précédente, puis le commentaire de Jayshree est à plus court terme. Donc, je pense que cela vous donne une gamme de travailler avec. Jayshree V. Ullal – Président et chef de la direction Et nous avons mis une diapositive spéciale pour vous les gars, diapositive 15, je pense que c'est, Curtis, non? Curtis McKee – Directeur de Développement des entreprises et des investisseursDroit. À droite.Jayshree V. Ullal – Président et chef de la direction, c'est donc en votre honneur.Alex Kurtz – KeyBanc Capital Markets – AnalystOkay. J'apprécie ça. Merci. OpérateurVotre prochaine question vient de Jason Ader avec William Blair. Votre ligne est ouverte. Jason Ader – William Blair – Analyste Oui. Salut. Vraiment deux très rapides, je le promets, vont être très rapides. Premièrement, est-il exact que le cloud a surperformé au premier trimestre par rapport aux attentes des entreprises sous-performées? Et puis deuxièmement, Jayshree, pouvez-vous commenter le calendrier de votre campus de 100 millions de dollars? Jayshree V. Ullal – Président et chef de la direction Okay, Jason. Je pense que le cloud et l'entreprise ont fonctionné comme prévu au premier trimestre. Nous s'il y avait un thème au T1, qui devient un thème plus fort au T2, je dirais les contraintes d'approvisionnement dans la chaîne d'approvisionnement. Nos verticales étaient assez normales comme prévu. En termes de délais sur le campus, nous sommes sur la bonne voie. Nous nous sommes engagés à générer des revenus de 100 millions de dollars au cours des quatre premiers trimestres qui se terminent au deuxième trimestre de 2020. Aucun changement là-bas. Mais nous nous attendons à ce que l'accélération, j'aurais personnellement aimé voir au-delà de cela, dans la deuxième et la troisième année, nous devons maintenant attendre et voir à cause de COVID.Jason Ader – William Blair – AnalysteMerci.Jayshree V. Ullal – Président et chef de la directionMerci, Jason.OpérateurVotre prochaine question vient d'Itai Kidron avec Oppenheimer. Votre ligne est ouverte.Ittai Kidron – Oppenheimer – AnalystThanks. Salut les filles. Félicitations. Et je dois dire que vous êtes très courageux pour offrir une orientation au deuxième trimestre. J'espère donc que ça marche. Laisse moi voir. Quelques questions pour moi. Tout d'abord, sur la chaîne d'approvisionnement, pouvez-vous nous dire combien de revenus ont débordé du premier au deuxième trimestre à cause de cela afin que nous puissions comprendre le véritable taux de fonctionnement de votre entreprise? Au 2T et encore, revenons à la question d'Alex sur les niveaux d'investissement 20 2018. Ita, juste pour affiner cela, cela signifie-t-il que l'opex total 2020 est égal à l'opex total en 2018? Ou s'agit-il d'un commentaire sur le taux d'exécution? Je veux juste m'assurer que je saisis bien cette modélisation en termes de modélisation. Ita Brennan – Directeur financier Oui. Je veux dire, je pense que pendant que nous siégeons ici aujourd'hui, nous dirions que nous le gérons à un nombre d'opex total global plus ou moins 2018, non? Et encore une fois, évidemment, comme nous en savons plus, Ittai, au cours de l'année, nous continuerons de nous pencher sur cette question. Mais pour l'instant, c'est comme ça que nous le voyons.Ittai Kidron – Oppenheimer – Analyste Et en ce qui concerne le rejet? Jayshree V. Ullal – Président et chef de la direction Oui. Donc, pour répondre à cette question, Ittai, nous avons fait de notre mieux au premier trimestre, mais nous avons limité l'offre en mars. Je pense que notre offre sera vraiment limitée au deuxième trimestre. Je pense donc que le T2 est un cas de moins sur la demande et plus sur les contraintes de l'offre.Ittai Kidron – Oppenheimer – AnalysteMerci, Jayshree. Merci, Ita.OperatorVotre prochaine question vient de Simon Leopold avec Raymond James. Votre ligne est ouverte.Simon Leopold – Raymond James – AnalysteMerci. Appréciez l'opportunité. Je voulais en quelque sorte visiter la question ou le commentaire que vous avez fait concernant la crise COVID, ce qui rend plus difficile la vente de nouveaux produits. Je suppose que ce que je recherche, c'est une meilleure compréhension de la part de votre entreprise provenant de nouveaux clients / nouveaux produits. Et j'apprécie certainement que vous ayez des produits de 400 gig dans le pipeline, le campus dans le pipeline, mais je suppose que ce avec quoi je me bats, c'est le sentiment qu'une grande partie du campus ciblait les clients existants. Il suffit donc d'essayer de comprendre ce commentaire et de quantifier la façon dont il s'intègre dans les orientations générales.Jayshree V. Ullal – Président et chef de la direction Oui. Merci Simon. Tout d'abord, il est important de comprendre que notre objectif de 100 millions de dollars sur le campus est de 100 millions de dollars. C'est petit par rapport à notre activité globale. Nous croyons que nous pouvons naturellement aller vers nos clients existants qui connaissent déjà EOS et CloudVision. Mais comme je l'ai dit l'année dernière, nous avons été agréablement surpris par les nouvelles perspectives et l'intérêt pour le campus. Donc, dans un environnement non COVID, je m'attendais à 60% de clients existants et 40% de nouveaux prospects. Dans l'environnement actuel, je pense que nous allons revenir à un niveau de confort où nos clients familiers sont plus susceptibles de passer avec nous, et nos nouvelles perspectives prendront du temps. Donc, ce sera probablement 70%, peut-être même plus, sur les clients familiers et existants en 2020, ce qui n'était pas la tendance que nous étions au T4 l'année dernière.Simon Leopold – Raymond James – Analyste Et les implications pour 400 gig, a Jayshree V. Ullal – Président et chef de la direction Non. D'accord. Je répondais donc à votre question sur le campus. Quelle était encore votre question sur 400 gig? Simon Leopold – Raymond James – Analyste Eh bien, je pense que, de manière générale, je pense à de nouveaux, y compris le campus et 400 gig. Donc, je veux juste avoir une idée de la façon dont vous voyez le calendrier du marché de 400 gig, si cela s'est divisé par rapport à vos attentes précédentes. Et si oui, quand? Jayshree V. Ullal – Président et chef de la direction D'accord. Donc, tout d'abord, 400 gig, nous pensons, est vraiment pour nos entreprises haut de gamme, nos fournisseurs de cloud et nos entreprises très, très haut de gamme, bien à l'opposé du campus. Et comme nous l'avons déjà dit, nous prévoyons que les premiers essais de 400 gig auront lieu à la fin de 2020. Et en fait, la production de matériaux, la disponibilité générale en raison du faible coût, le manque d'optiques 400 gig rentables et même certains des problèmes COVID seront en 2021. Rien n'a vraiment changé cela, mais nous continuons de le voir. avoir des annonces de produits passionnantes. En 400 gig, nous avons introduit la carte de ligne Arista OSFP, qui est vraiment une faible puissance, un facteur de forme OSFP enfichable très compact pour simplifier le DWDM pour des distances allant jusqu'à 120 kilomètres. Nous avons également démontré l'interopérabilité avec Ciena avec leurs 400 gig et Arista Switch les plus denses et les plus efficaces spectralement. Nos essais de 400 gig se poursuivent donc définitivement avec les clients existants et les titans du cloud. Mais comme nous l'avons toujours dit, nous espérons simplement mettre cela en contexte pour vous, au quatrième trimestre, le nombre de ports de 400 gig selon les études de marché est de 5000 ports. Cependant, les ports de 100 gig étaient plusieurs millions. Il y a donc 1000 fois la différence de grandeur entre les deux, et je ne pense pas que cela va changer à court terme.Simon Leopold – Raymond James – Analyste Merci d'avoir répondu aux questions.Jayshree V.Ullal – Président et chef de la direction OfficierAbsolument.OpérateurVotre prochaine question vient de Jeff Kvaal avec Nomura Instinet. Votre ligne est ouverte.Jeff Kvaal – Nomura Instinet – AnalystOui. Je vous remercie. Je me demandais si vous pouviez nous aider à comprendre la nature de l'évolution de la demande au cours du trimestre et jusqu'en avril, juste pour que nous ayons une meilleure idée de la façon dont vous envisagiez le développement du deuxième trimestre. Est-ce que ça va finir fort? Ou s'améliore-t-elle au cours du trimestre? Ce genre de chose.Jayshree V. Ullal – Président et chef de la directionOk. Je pense donc que nous n'avons pas encore expérimenté le plein impact de COVID-19. Je pense que nous verrons beaucoup plus de cela dans la seconde moitié. Donc, si je regarde le premier trimestre, nous l'avons vécu à la fin, principalement en termes de notre chaîne d'approvisionnement. Et si je regarde le T2, nous serons toujours très limités dans la chaîne d'approvisionnement. Je pense donc que nous comprenons mieux les T1 et T2, et les deux étaient T1, comme vous le savez, est un trimestre lent pour nous. Il prend vraiment de la vapeur en mars, et nous ne pouvions pas en ramasser assez parce que nous ne pouvions pas expédier assez. Et ce thème va se poursuivre au T2. Donc, le deuxième trimestre concerne les expéditions. Nous voyons, comme nous l'avons dit, une bonne force dans les titans du cloud, et nous voyons une demande raisonnable au T2, mais je pense que notre véritable inquiétude est la seconde moitié.Jeff Kvaal – Nomura Instinet – AnalystOkay. Êtes-vous en mesure de partager avec nous une sorte de fourchette lâche en ce qui concerne les contraintes d'approvisionnement qui, selon vous, vous affectent au premier ou au deuxième trimestre? Jayshree V. Ullal – Président et chef de la direction Eh bien, je pense que le premier trimestre est fait, mais vous pouvez le dire, nous avons projeté plus bas que le consensus. Vous pouvez compter tout cela et plus comme liés à la chaîne d'approvisionnement.Ita Brennan – Directeur financier Oui. Je veux dire, je pense, Jeff, si vous regardez où nous sommes sortis pour le premier trimestre sur les revenus par rapport à nos prévisions, de sorte que cela vous donne une idée de l'ampleur de cela, non? Je ne vais pas essayer de le faire à partir du deuxième trimestre à ce stade.Jayshree V. Ullal – Président et chef de la direction Oui.Jeff Kvaal – Nomura Instinet – AnalystOkay. Merci beaucoup à tous les deux.Jayshree V. Ullal – Président et chef de la directionMerci.Ita Brennan – Directeur financierMerci.OperatorQuestion vient d'Aaron Rakers avec Wells Fargo. Votre ligne est ouverte. Aaron Rakers – Wells Fargo – Analyste Merci beaucoup d'avoir répondu à la question. Une sorte de façon différente de peut-être poser à nouveau la même question. Mais je suis curieux de savoir comment vous pensez du profil de la demande des gars du cloud. Nous voyons des rapports de l'industrie parler d'une demande de serveurs assez saine chez plusieurs de ces fournisseurs de cloud public. Nous avons vu les chiffres de Microsoft et d'autres. Et quel genre d'effet de décalage voyez-vous entre les déploiements ou l'expansion de l'empreinte du serveur par rapport au fait de tirer davantage de bande passante du réseau et, évidemment, un avantage pour Arista? Jayshree V. Ullal – Président et chef de la direction Tout d'abord, nous voyons le cloud titan la demande de cas d'utilisation dans essentiellement trois domaines: soit nos clients ajoutent des capacités supplémentaires de base ou de colonne vertébrale; ou ils étendent des racks pour augmenter la densité de leurs serveurs; or, in some cases, we're also seeing some geo expansion for their international needs, although some of them have been ordered from the United States, increasing our U.S. titan contribution. So I think the use cases for us is very, very clear.What we also see is that because we have long lead times that Anshul and the team are working very closely on really understanding and sharpening their forecast and timing and working with us on scenarios and contingencies. So I think when they are starting to look at their 2020 deployments, they're not just looking at Q1, Q2, they try to give us visibility for the second half as well. And so while we have not factored any of that into our Q1 or Q2 forecast, we are seeing them doing some very prudent planning and for business continuity in their 2020 time frame. Anshul…Aaron Rakers — Wells Fargo — AnalystAnd if I heard you I'm sorry.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerSorry. Go ahead. Anshul, would you like to add some more to that?Anshul Sadana — Chief Operating OfficerAbsolutely. I know there's been a lot of commentary about other components that go into the cloud where there's compute, other pieces and so on. And it's hard to correlate one-for-one, especially in this time frame. Because some of the spike in those other components is coming of shortages in previous quarters, if you remember that. As a result of that, there might be some volatility, and you'll some spike-up on compute and so on. Networking has been stable. As Jayshree mentioned, we saw constraints toward the end of Q1 here, but prior to that, things were stable. So they were not short on networking gear and so on.I do want to add one last comment on the traffic needs, and there's a lot of commentary on the street on how traffic is growing and spiking up and work from home and so on. We have to keep those trends in mind relative to the overall cloud capacity. And yes, working from home means you may need videoconferencing or phone calls or edge connectivity. But that's a very small fraction of the overall cloud spend in the broader markets. So yes, sometimes traffic quadrupled or grew seven times in certain regions, but that's less than a 1% impact to the overall spend. So I would say there's some hyper on that rather than material impact to us. But as everyone mentioned, things in the cloud are stable, and now we'll focus on second half with them.Aaron Rakers — Wells Fargo — AnalystAnd that's a great answer. Stable, meaning you expect the full year to be stable for cloud versus previously saying it would be meaningfully down?Anshul Sadana — Chief Operating OfficerAs was mentioned, yes.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerLike we said, Aaron, we said we expect the cloud to be flat year over flattish year-over-year.Ita Brennan — Chief Financial OfficerYes. And just to clarify before we get all wrapped on the revenue deferred thing again, when we're talking about these commentaries around the business and the trends of the business, and then, obviously, we still have to deal with the deferred after that, right? But it is an improvement from we had talked about the business being flat to down, and now we're saying we think it's stable in that context. And then the deferred is additive to that afterwards, right?Aaron Rakers — Wells Fargo — AnalystThank you very much.Anshul Sadana — Chief Operating OfficerThanks, AaronJayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerThanks, AaronIta Brennan — Chief Financial OfficerThanks, AaronOperatorYour next question comes from Ryan Koontz with Rosenblatt Securities. Your line is open.Ryan Koontz — Rosenblatt Securities — AnalystGreat. Merci. If I could ask about the service provider segment. It's been somewhat of a laggard. And are there any kind of new strategies or products that you guys are rolling out? Or is there a different sales motion that you think is going to invigorate that segment?Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerYes. No, thank you for that. We have been marching toward more and more product capability. In fact, we just introduced EOS software release, 4.20.4, very targeted toward cloud-grade routing and service provider peering use cases with a single EVPN control plane and segment routing and MPLS on the data plane, just a chalk full of features, BGP, flow aware transport label, MPLS, segment routing, traffic engineering. What I can tell you is we're getting richer and richer in our product capability. But what I can also tell you is service providers take time to operationalize these things in their network. We are doing OK in our already existing service provider customers, and we are starting to win some small Tier two and Tier three ones, small ones, but too early to call and too early to say much more about it.Ryan Koontz — Rosenblatt Securities — AnalystGreat. Thanks, Jayshree.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerThank you, Ryan.Ita Brennan — Chief Financial OfficerThank you, Ryan.OperatorYour next question comes from Erik Suppiger with JMP. Your line is open.Erik Suppiger — JMP — AnalystYeah. Thanks for taking the question. Can you just discuss how the large enterprise accounts are getting impacted by COVID-19? Is it a sales execution issue where calling on the customer is the challenge? Or is it actually a personnel issue where they've got people staying at home and not in the data centers deploying servers and switches? Or where is the disruption most impacting?Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerSo Erik, I would classify it in two ways. I think the large enterprises that are already intimate with Arista and need to make incremental enhancements, we're OK. They're familiar with us. They know how to work with us. We're supporting them. They are our systems engineering team, led by Ashwin. Our sales team led by Chris Schmidt have tremendous amount of engagement with our existing customers, right? So I don't see a dramatic change yet in sales engagement or product differentiation. Where I do see difficulty is prospects. So we're having a tremendous amount we have been having a tremendous amount of new customer logos.And our new customer logos continue to be healthy and we gather steam, especially internationally, where we have 60% of our new customer logos come in. However, to convert them, especially into large deals and large enterprises, requires large proof of concept, number of network design clinics and, obviously, were slowed down due to the lack of face-to-face. So we're spending more time with them training, educating than we are able to do in deployment, whereas with our own existing familiar enterprise customers, we can march forward with more progress.Erik Suppiger — JMP — AnalystOkay. I think very helpful. Thank you.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerThanks, Erik.OperatorYour next question comes from Meta Marshall with Morgan Stanley. Your line is open.Meta Marshall — Morgan Stanley — AnalystGreat. Merci. Maybe just one for me. You noted kind of strong behavior out of some of the Tier two clouds. But has there been any change and thought? Or is it just too early as the Tier 2s go forward whether they will continue to kind of build their own data centers or leverage the public cloud more? And do you expect kind of this to have any change to that behavior?Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerMeta, that's a good question. And I said before, it depends on the Tier 2. We know some of the larger Tier 2s have paused, and it's not that they're going to the public cloud, but they're just pausing their spending. Others are expanding their data centers, and some of the smaller ones are continuing for their specialized applications. So it's my belief that they will continue to succeed in their special use cases and complement the public cloud, but it will be cyclical. They didn't do much of it last year, and I think some of them are coming back this year.And what we are seeing is the specialty clouds are realizing that some of the workloads, they can control better, and some belong in the public cloud. So I don't I think they'll continue to have a place. And in fact, a good example of that was content delivery network guide. We saw improved traction with the CDN customers, and there's some real-time streaming and content delivery, particularly with work from home. With the millions of users and the aggregates of 4K and 8K flows, you can see why they would make some important investments there.Meta Marshall — Morgan Stanley — AnalystGot it. Thank you.OperatorYour next question comes from Pierre Ferragu with New Street. Your line is open.Pierre Ferragu — New Street — AnalystHey thank you for taking my question. One more on cloud. So on this perspective that you'll have flat revenues between this year and last year, I was wondering how your mix is going to you see your mix evolving. And a couple of things I have in mind is what you sell at the lower end of the hierarchy in access, server access at the lease level versus things you sell higher in for DCI, for the universal spine. And also or maybe another way to look at the split would be Tomahawk-based products versus Jericho-based product. Do you see a significant evolution in that mix between this year and last year?Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerThank you, Pierre. I would say a short answer is no. We've always had a very nice mix of value products with the Tomahawk and Trident family connecting to servers sorry, the volume product. And then the value products with the Jericho family with the 7280 and 7500 flagship. So depending on the use cases, customers offer both. They're both very, very popular products, and both are currently challenge the lead times as well. It's not so much that we're seeing a change in product mix. I would say the biggest change we're seeing is people are doubling down on 100-gig, and 400-gig is getting pushed out next year in the cloud. That's probably the big shift.Pierre Ferragu — New Street — AnalystThank you.OperatorYour next question comes from John Marchetti with Stifel. Your line is open.John Marchetti — Stifel — AnalystThanks very much. Jayshree, I'm curious with the supply constraints that are going on right now, if it impacts any one of the verticals a little bit more than any of the others or it's broad enough that it's kind of having an even impact across the group. And then, Ita, just sort of as a follow-up to that. You sold a bit out of inventory, I'm guessing, because you couldn't bring some other stuff in. Is that something that likely occurs again here in the second quarter?Ita Brennan — Chief Financial OfficerYes. Maybe let me take that first. I mean, that's kind of that's a onetime thing where when things are constrained, it's a good opportunity to go look at what you have in inventory and sell some stuff that maybe we haven't thought we would. But I think we're through most of that now. So that's why I think the guide for gross margin comes back to the typical 63% to 65%, and then it will just be driven more by customer mix than anything else. Right.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerYes. And John, to answer your question on our extended lead times, I'm not sure we saw a trend on verticals. What we did see is that our key customers worked very closely with Anshul and Chris and Ashwin to really sharpen their forecast and timing and work closely with us on their network designs and what product is available, what's not, when can we ship what to them. And this is I hope these are famous last words, but I hope we can John McCool and Christoph and the team are really working hard to overcome this. And should we improve this in Q3, I think we will have a chance to fulfill a lot of our key customers' needs and factor that into their 2020 deployment considerations. But I didn't see anything by vertical. I saw it more by top customers.John Marchetti — Stifel — AnalystThank you.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerThanks John.Ita Brennan — Chief Financial OfficerThank you, John.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerQuestion comes from Sami Badri with Credit Suisse. Your line is open.Sami Badri — Credit Suisse — AnalystHi. Je vous remercie. I was a little bit curious if you could give us a little bit more of maybe an idea on dynamics or just maybe some observations you've had in 1Q 2020, what's going on in Europe. And are you competing against different companies? Or are they offering different types of products, at least in the European region, versus what Arista has to offer? And I know you've made comments that a lot of your customers in the U.S. want to take you, one also in Europe. But have you seen dynamics change either pre or post COVID or at least anything going on in 2020 that you could shed light on as an observation?Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerNo, I think for Arista, because our presence internationally is somewhat new, we are feeling stronger in terms of our investment in sales in different countries. So country by country, we feel better about Europe now than we did, say, even a year or two ago. What I think is the difference between Europe and the United States is they don't have the equivalent of cloud titans, and we haven't won major service provider titans. So we tend to have smaller wins but many customers. And I think that but country by country, the level of engagement, in fact, my our entire executive team was at a Europe customer session last was it last November?We were all there. It seems like forever, but it wasn't that long ago. And the level of intimacy that the team has developed with our customers, especially in the developed countries, Germany, U.K., France, Middle East, even Israel, has been very strong. So I think the European customer base is embracing Arista for its differentiation and value add, but we just don't have the size of customers we do in the U.S.John Marchetti — Stifel — AnalystGot it. And just maybe competitors, are competitors a little bit different in Europe? Or are you seeing similar competitors in both regions?Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerSimilar, similar. We don't see the difference, at least not in Europe. In Asia, we tend to see some, but not in Europe.Sami Badri — Credit Suisse — AnalystGot it. Thank you.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerThanks, Sami.OperatorQuestion coming from Amit Daryanani with Evercore. Your line is open.Amit Daryanani — Evercore — AnalystThanks for taking my question guys. I guess, perhaps could you perhaps elaborate on what specific…Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerAmit, we can't hear you. You're choppy. We lost you.(Technical Issues)Amit Daryanani — Evercore — AnalystAnd if you did not have the on what specific supply chain issues or bottlenecks that you were dealing with? And if you did not have these supply chain issues in theory, what would the June quarter guide have looked like? Would it be toward the high end or something different?Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerWell, it's difficult to speculate since we have supply chain issues, but and the reality is different than the theory.Ita Brennan — Chief Financial OfficerYes. I think, obviously, there are constraints, right? But I don't know that we can size those at this point, right? There's a lot of movement pieces.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerIt doesn't matter. It really doesn't matter because we have constraints.Amit Daryanani — Evercore — AnalystI guess, I was more trying to think, could this help you and maybe size how much it would help you in the back half of the year when the supply chain bottlenecks alleviated and lead times normalized? But maybe another way, I guess, maybe if you could help us. Is there a gross margin impact you're dealing with because of the supply chain constraints is the way to quantify that in the first half of the year?Ita Brennan — Chief Financial OfficerI mean, we saw a little bit of incremental spending in Q1, but it was very small. We will see some in Q2, but again, I think it's manageable at this stage, right? Again, I'd go back to the 63% to 65%, and we'll be the midpoint of that range is a good place to start, and then we'll see how it goes. So there is some incremental costs because you're prioritizing supply over some other things. But at least in the first half, we don't see something that's really significant.Amit Daryanani — Evercore — AnalystThank you.Ita Brennan — Chief Financial OfficerThanks, Amit.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerThanks, Amit.OperatorYour next question comes from Alex Henderson with Needham. Your line is open.Alex Henderson — Needham — AnalystThank you very much. Jayshree, I was hoping you could give us some insight into the way enterprise executives are thinking about conditions, what they're thinking about in terms of how they're approaching spending. You made a comment that I think is probably accurate, which is you're more concerned about COVID in the back half. And I assume that's not supply chain-related, it's more demand-related. I would assume that you've done a lot of calls with top executives at firms. What are they saying to you about the business in process, the programs that are already in place are getting completed, but maybe the pipeline is falling off as you exit the second quarter and that their expectations for spending in the back half may be, hard to put it any other way, sharply constrained?Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerRight. So Alex, that's a good question. I think our enterprise decision-makers and key executives are struggling with this once-in-100-year phenomena, just the way we are, right? They all do have 2020 plans and deadlines, and they would very much like to work with Arista and overcome the supply constraints to meet them. And I believe they will. I believe they'll also take many of them will also take not just a 2020 horizon but a multiyear horizon and start thinking about how to plan for projects in this virtual world. So we do see some systematic, prudent planning.And while we don't have visibility to that demand, we don't think demand will be challenged significantly if they plan prudently. Where we think demand will be challenged, like I said before, is new projects, people unfamiliar with Arista, people who have to do a lot more testing with Arista, people who love Arista but haven't had a chance yet to get their hands on it. So that class of enterprise customers may be more comfortable with doing nothing or being as is. But certainly, the 6,000-plus customers we engage with really, really want to work with us, and we'll continue to plan their projects this year or next year.Alex Henderson — Needham — AnalystGreat. Thank you very much.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerThanks, Alex.Ita Brennan — Chief Financial OfficerThanks, Alex.Anshul Sadana — Chief Operating OfficerThank you.OperatorYour next question comes from Paul Silverstein with Cowen. Your line is open.Paul Silverstein — Cowen — AnalystCan you hear me OK, Jayshree?Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerYes, I can, Paul.Paul Silverstein — Cowen — AnalystSo as much as I like to ask you yet again how much of the weakness is supply chain versus demand, I will actually ask a different question, which is, interestingly, it hasn't come up, maybe not surprisingly this quarter, but I've got to ask, in terms of the classic question of the risk displacement with the cloud titans that the investment community is worried about for quite some time is going to recognize if not perhaps the rest of the day given the background, given the current macroeconomic environment. But any change you're thinking about the way you're positioned with this with Microsoft, in particular, with (Indecipherable) in general relative to that ongoing concern?Ita Brennan — Chief Financial OfficerOkay. I'll try and answer the question. You're sounding very muffled, Paul. Maybe you're wearing a mask. But if I understood the question, what does the competitive landscape look like with cloud titans, and I would just sort of generically say that our fundamental thesis is unchanged. We're not seeing major competitive issues or architectural shifts. In fact, if you look at the recently released market data from both Dell'Oro and Crehan, it validates our number one in 100-gig. And for the third consecutive year, we are doing that, where we are the number one market share in 100-gig. And we continue to increase market share into the high teens for high-performance data center switching. So we are pleased with our progress year after year, including 2019. Anshul, I'd like to call you to see if there's any specific call pricing issues you want to highlight.Anshul Sadana — Chief Operating OfficerNo, Jayshree. And as we've said before, Paul, the level of sort of joint development we continue to do with these customers, including Microsoft, is still pretty intense. So we're not overly worried. Yes, these are competitive environments. That will continue to be so. But there's no major shift that we're expecting.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerActually, this is Paul, this is a good time for me to highlight some the work Anshul has been doing. As you know, we have a rich, long history in open networking. And today, Arista just introduced a Switch Abstraction Interface, working so that we can work with our best-of-breed platforms and an abstraction layer for cloud titans and who can now use SONiC on top of our Arista SAI. And this is another example of the close collaboration Anshul was mentioning.Paul Silverstein — Cowen — AnalystAnd Jayshree, if I could just follow up. I appreciate the market share comments, but obviously, market share is exactly looking phenomenon. And so with respect to forward-looking and the risk of displacement, you all haven't seen or heard anything from those cloud titans that would cause you incremental concern relative to where you've been historically?Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerYes. On one hand, we are always paranoid on concerns. That's our nature, and we should be that way, and we want to continue to deliver the best of the best. On the other hand, we have no particular concern or no change in concern or no radical shift in the competitive landscape.Ita Brennan — Chief Financial OfficerAll right. Thank you, Paul.Paul Silverstein — Cowen — AnalystAppreciate.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerThanks, Paul.OperatorYour next question comes from Ben Bollin with Cleveland Research. Your line is open.Ben Bollin — Cleveland Research — AnalystGood evening. Thank you for taking the question. I was hoping you could step back a little bit and tell us your thoughts, bigger picture, about broader hyperscale investment. I'm not looking for guidance. I'm just interested how you think about these customers longer term. The framing for that, near term, we're seeing these kind of material demand drivers, migration to SaaS, adoption of cloud, need for elastic capacity additions. And in the interim, not seeing a big change in those growth rates, the demand drivers themselves. So I'm interested how you think about it longer term. What are the material drivers that kind of accelerate growth rates? Any specific factors that you think could be meaningful for an acceleration in the broader investment?Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerThank you, Ben. Well, look, I think the greatest acceleration for Arista came when the cloud titans made a huge migration to a leaf/spine architecture and especially standardized on Arista's EOS for 100-gigabit universal spine. So and then on top of that acceleration, a number of titans co-developed with us, a joint development focus that allowed them to scale this to distributed data centers all over the region and all over the cloud.So I think the next acceleration comes from more use cases with 400-gig and 100-gig in tandem with the possibility of expanding their data centers and their server density and their storage capability. And I don't think that's necessarily this year, but it could be in the next three years. So it would have to be a repeat of how we succeeded in 100-gig at 400-gig levels. Anshul, do you want to add something more to that?Anshul Sadana — Chief Operating OfficerYes. Ben, the way to look at the cloud and the cloud titans is they started with data centers with compute and storage and then moved down to different types of apps and are continuing that journey. And the next phase of investment in this space, in our view, there will be more at the edge. By edge, I don't mean directly just edge computing, but think of it as an Equinix type of meet-me place. So the cloud companies, I think, will continue to invest in that area. And then connect that back into the tenant space in their large data centers.And these networks of different kinds are being built or will continue to be built in the next few years with different types of overlays and encryption and mapping from one tenant space to the other and so on. I think that's very significant because in the longer picture, if you look at it five, 10 years from now, we will look back and say, "Wow, this is how the cloud companies restitched the Internet." And I think those are some of the most strategic projects in the next few years.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerThanks, Anshul. That's great. The DCI and routing use cases cannot be underestimated, and they truly redefine the Internet.Ben Bollin — Cleveland Research — AnalystThank you, Ben.OperatorOur next question comes from Woo Jin Ho with Bloomberg. Your line is open.Woo Jin Ho — Bloomberg — AnalystGreat thanks for squeezing me in. Longer-term question as it relates to the enterprise. Has the nature of your conversations with your close enterprise customers changed at all? This may be a little bit premature. And the reason why I ask is, given that we're at a stay at home, 0-touch environment, one would have to think that the network automation thesis should start playing out a little bit faster given that no one can get to their networks anymore. How does that fit into customer conversations today? Do you think that will evolve? And especially given that you do have Big Switch that provides that enterprise hyperscale cloud-like environment to the enterprise, that might be a positive to you guys in the long term.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerYes. No. Woo Jin, you really bring up a good point here. We tend to talk about data center and campus and all of these different use cases, but our customers are thinking more and more operationally. It's great to have a box, but how to ignite that box with the right operational capabilities is very, very important. And so when you look at it, you're absolutely right, day 0, day 1, day 2, 0-touch automation, one click for the campus, data center, huge topic.The other one, and this is why we bought Big Switch, is not only are we igniting real-time streaming telemetry and cloud vision, but we're really extending that into the observability and network packet broker space. And they're very pleased with the sort of sum of Data ANalyZer, CloudVision and now Big Fish to extend our DANZ monitoring fabric. So that trio or combination is going to be very important for deeper telemetry. So our enterprise conversations are going beyond best-of-breed platforms to much more operational automation, analytics, availability and, in the future, security and segmentation as well.Woo Jin Ho — Bloomberg — AnalystSo just a follow-on on that. Are these conversations that you've been having that's been ongoing for quite some time now? Or does the I guess, the pandemic crisis accelerate that and potentially force customers to make a left turn in they're purchasing decisions or their architectural decisions, causing purchasing delays?Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerYes. I think it's too early to say it because of the pandemic. They were going on anyway, but I think the importance of them becomes greater if the pandemic continues longer. Right now, I think we're getting more hammered on supply chain, but if we overcome that, I think we'll get much more on automation and analytics.OperatorFrom Ittai Kidron with Oppenheimer. Your line is open.Ittai Kidron — Oppenheimer — AnalystGreat. Again, just a couple. One for you, Jayshree, and one for you, Ita. Jayshree, do you get a sense of if there was any business activity in the quarter that was just a pull-in from second half plans into the first half given the effects of work from home that some customers are so pressured that they had to respond to quickly and did it by pulling in budgets? And for you, Ita, on the 2018 opex comment, I understand T&E, you're clearly saving a lot of money there. But are there headcount reductions planned as well or this is just less marketing, less travel, you're not flying business anymore? How do I think about that?Ita Brennan — Chief Financial OfficerYes. I mean, I'll take that one first, maybe just yes. No. I think we are preserving kind of employee talent. That's probably our most important resource, and we're definitely focused on doing that. And really, we're looking at other areas, other more variable expenses, onetime-type expenses that we can manage, hopefully, in a near-term window and preserve kind of employees and the talent base.Jayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerAnd the short answer, Ittai, to your question is we did not experience pull-ins in Q1.Ittai Kidron — Oppenheimer — AnalystVery good. Good luck ladies.Curtis McKee — Director of Corporate and Investor DevelopmentOkay. This concludes the Arista Q1 2020 Earnings Call. We have posted a presentation which provide additional information on our fiscal results, which you can access on the Investors section of our website. Thank you for joining us today, and please be safe, everybody.Operator(Operator Closing Remarks)Duration: 62 minutesCall participants:Curtis McKee — Director of Corporate and Investor DevelopmentJayshree V. Ullal — President and Chief Executive OfficerIta Brennan — Chief Financial OfficerAnshul Sadana — Chief Operating OfficerSamik Chatterjee — JPMorgan — AnalystTim Long — Barclays — AnalystAlex Kurtz — KeyBanc Capital Markets — AnalystJason Ader — William Blair — AnalystIttai Kidron — Oppenheimer — AnalystSimon Leopold — Raymond James — AnalystJeff Kvaal — Nomura Instinet — AnalystAaron Rakers — Wells Fargo — AnalystRyan Koontz — Rosenblatt Securities — AnalystErik Suppiger — JMP — AnalystMeta Marshall — Morgan Stanley — AnalystPierre Ferragu — New Street — AnalystJohn Marchetti — Stifel — AnalystSami Badri — Credit Suisse — AnalystAmit Daryanani — Evercore — AnalystAlex Henderson — Needham — AnalystPaul Silverstein — Cowen — AnalystBen Bollin — Cleveland Research — AnalystWoo Jin Ho — Bloomberg — Analyst
More ANET analysis
All earnings call transcripts

                                                
                                            
                                        
                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *