Transcription de l'appel des résultats de ONE Gas Inc (OGS) T1 2020

Transcription de l'appel des résultats de ONE Gas Inc (OGS) T1 2020

Source de l'image: The Motley Fool.

ONE Gas Inc (NYSE: OGS) Call of Earnings Q1 2020 28 avril 2020, 11h00 ETContenu:
Remarques préparées
Questions et réponses
Appeler les participants
Remarques préparées:
Bonjour à tous et bienvenue à la téléconférence sur les résultats du premier trimestre de ONE Gas. (Instructions à l'intention des opérateurs) À ce stade, j'aimerais confier la conférence à M. Brandon Lohse. S'il vous plaît, allez-y.Brandon Lohse – Directeur, Relations avec les investisseurs Bonjour et merci de vous joindre à nous lors de notre conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020. Cet appel est diffusé en direct sur le Web et une rediffusion sera disponible plus tard dans la journée. Après nos remarques préparées, nous serons heureux de répondre à vos questions. Un rappel que les déclarations faites lors de cet appel peuvent inclure des attentes ou des prévisions de ONE Gas doivent être considérées comme des déclarations prospectives et sont couvertes par la disposition refuge du Securities Act de 1933 et de 34. Les résultats réels pourraient différer sensiblement de ceux projetés dans les déclarations prospectives et inclure, entre autres, des déclarations sur la durée et la gravité d'une pandémie ou d'une autre crise sanitaire, comme la récente épidémie de COVID-19. Pour une discussion des autres facteurs de facteurs qui pourraient faire différer les résultats réels, veuillez vous référer à nos documents déposés auprès de la SEC. Nous rejoindre avec l'appel ce matin sont Pierce Norton, président et chef de la direction; Caron Lawhorn, vice-président principal et chef des finances; Sid McAnnally, premier vice-président, Opérations; et Curtis Dinan, vice-président principal, Commercial. Et maintenant, je cède la parole à Pierce.Pierce H. Norton II – président et chef de la directionMerci, Brandon. Bonjour à tous et merci de vous joindre à nous aujourd'hui. Pour la première fois de notre vie, nous sommes confrontés à un événement qui a eu un impact sur notre économie, nos entreprises et notre vie quotidienne. Cela a eu un impact sur chaque personne d'une manière ou d'une autre. Il y a de fortes chances que beaucoup d'entre nous lors de cet appel aient perdu un membre de leur famille ou un ami à cause du virus COVID-19. À ces personnes, la famille ONE Gas présente nos plus sincères condoléances et nos sincères condoléances. Nous sommes désolés pour votre perte. En raison de la pandémie de COVID-19, l'appel d'aujourd'hui sera différent. Nous passerons la plupart de notre temps à parler de la façon dont le virus et les réactions du gouvernement à COVID-19 ont affecté notre entreprise et, plus important encore, vous donnerons un aperçu des processus de réflexion de notre organisation pour faire face à l'incertitude. Caron Lawhorn commencera par une brève mise à jour de nos résultats du premier trimestre. Sid McAnnally couvrira les détails opérationnels. Curtis Dinan vous informera de l'environnement commercial que nous observons et de notre activité réglementaire, puis Caron résumera notre vision des impacts financiers.Notre plan de continuité d'activité, qui fournit un cadre en cas de crise, est basé sur trois principes: l'anticipation , conscience et agilité. Nous appuyons nos décisions autour de ces principes avec nos valeurs fondamentales de sécurité, d'éthique, d'inclusion et de diversité, de service et de valeur. Alors que Sid, Curtis et Caron vous donnent des exemples de notre environnement commercial actuel, vous aurez une meilleure compréhension de la culture qu'est ONE Gas, une culture basée sur la collaboration autour de deux questions: et si les choses ne sont pas comme elles semblent et quoi d'autre pouvons-nous faire pour résoudre les défis et créer des opportunités.Je reviendrai plus tard avec mes remarques de clôture, mais voici maintenant Caron avec nos résultats du premier trimestre. Caron? Caron A. Lawhorn – Premier vice-président, directeur financierMerci, Pierce. Bonjour à tous. Comme Pierce l'a noté, COVID-19 a eu un impact significatif dans le monde entier, dans ce pays et dans nos territoires de service. Malgré cela, notre entreprise a bien performé au premier trimestre et nous n'avons enregistré aucun impact financier significatif lors de la pandémie. Le bénéfice net s'est établi à 91,7 millions de dollars ou 1,72 $ par action diluée, comparativement à 93,7 millions de dollars ou 1,76 $ par action diluée au premier trimestre de 2019. Nos résultats du premier trimestre reflètent une augmentation de la marge nette de 6,2 millions de dollars par rapport à la même période l'an dernier, qui comprend de nouveaux taux au Kansas et au Texas et la croissance de la clientèle résidentielle. Nous avons connu un temps plus chaud en 2020 par rapport à 2019, ce qui a contribué à une baisse de 5 millions de dollars de la marge nette due à des volumes plus faibles nets de la normalisation météorologique.Les coûts d'exploitation pour le premier trimestre ont été de 3,1 millions de dollars inférieurs à ceux de la même période l'an dernier, qui comprend 4,3 millions de dollars. diminution des dépenses associées à la variation de la valeur des passifs de notre régime d'avantages sociaux non qualifiés par rapport à l'année précédente. Les autres charges nettes ont augmenté de 6,2 millions de dollars au premier trimestre de 2020 par rapport au premier trimestre de 2019, ce qui comprend une diminution de 6,7 millions de dollars de la valeur des investissements associés au régime d'avantages sociaux non qualifié. Ensemble, l'incidence nette du régime d'avantages sociaux non qualifiés a été une diminution du bénéfice avant impôts de 2,4 millions de dollars au premier trimestre 2020 par rapport à nos dépenses en immobilisations et coûts renouvelables d'actif ont augmenté de 29 millions de dollars ce trimestre par rapport au premier trimestre de l'exercice précédent. Notre solide début d'année nous met bien en place alors que nous continuons d'exécuter notre plan d'immobilisations en ces temps difficiles. Nous prévoyons toujours que les dépenses en immobilisations seront d'environ 475 millions de dollars pour toute l'année. Hier, le conseil d'administration de ONE Gas a déclaré un dividende de 0,54 $ par action, inchangé par rapport au trimestre précédent. Ce dividende est conforme à nos prévisions pour 2020, et je cède maintenant la parole à Sid McAnnally pour faire le point sur nos opérations liées à COVID-19. Sid? Robert S. McAnnally – Premier vice-président, Opérations Merci, Caron, et bonjour. Notre plan de continuité des activités nous a permis d'établir rapidement un groupe de travail pandémique interfonctionnel représentatif de l'ensemble de l'organisation et de lancer des réunions quotidiennes du groupe de travail et de la haute direction. Collectivement, nous avons développé un plan de réponse à plusieurs niveaux qui ajuste la façon dont nous travaillons en fonction du niveau de risque d'activité liée aux virus dans nos zones d'exploitation. Ce cadre s'est concentré sur les domaines les plus critiques de la crise, la santé de nos employés et de nos clients, le suivi des données critiques, le déploiement d'employés pour travailler à distance dans la mesure du possible, l'ajustement des protocoles d'exploitation sur le terrain et la surveillance de notre chaîne d'approvisionnement. Je fournirai plus de contexte autour de chacun de ces cinq domaines critiques. Premièrement, la sécurité continue d'être notre priorité absolue, c'est pourquoi nous avons établi des protocoles COVID-19 pour les employés. Au début de l'épidémie de COVID-19 dans nos territoires de service, nous avons commencé à diriger les employés présentant une exposition potentielle ou des symptômes pseudo-grippaux vers un conseiller médical indépendant pour le processus de dépistage qui déterminait si l'employé devait s'auto-mettre en quarantaine, consulter un médecin ou s'il pouvait retourner au travail en toute sécurité. Ce processus de filtrage a eu un impact significatif sur la santé et la sécurité continues de nos employés. Nous avons initialement mis en quarantaine 7% de nos effectifs sur la base de ce processus. Et aujourd'hui, ce nombre est inférieur à 1,5%. Environ 20% de nos effectifs ont utilisé ce service de dépistage. Au 23 avril, nous avions un total de 26 employés qui avaient testé le virus et quatre employés étaient positifs. Nous sommes ravis de vous informer que nous n'avons pas d'hospitalisation ou de décès dus à COVID-19, et que nous suivons chaque jour des données critiques. Nous avons fourni des rapports quotidiens à l'organisation, résumant les cas liés à COVID-19 aux niveaux national et étatique, ainsi que les données des employés de ONE Gas pendant que nous observons les tendances dans nos propres domaines d'exploitation. Nous avons également établi un code de compte spécial pour saisir les dépenses liées au COVID-19 telles que l'équipement de protection individuelle, le coût de la désinfection des espaces de travail et des véhicules à haute utilisation et les services de conseils médicaux. Nous constatons également une diminution des autres dépenses telles que les voyages. Troisièmement, nous avons rapidement déployé des employés qui pouvaient travailler à distance sur une période de trois jours. Actuellement, environ 50% de nos 3 600 employés travaillent à domicile. Avant la pandémie, nous étions en train de déployer le réseau privé virtuel toujours actif sur les appareils appartenant à l'entreprise dans le cadre de la cyber-initiative visant à protéger davantage nos actifs. Cela permet à nos employés d'accéder facilement et en toute sécurité à tous leurs systèmes et ressources comme s'ils étaient physiquement assis dans nos bureaux. Tous nos systèmes, y compris la bande passante Internet, fonctionnent normalement. Pour les employés qui continuent de travailler dans nos installations, nous avons reconfiguré les espaces de travail afin de permettre une distanciation sociale appropriée. Quatrièmement, nous avons procédé à des ajustements opérationnels pour nos employés sur le terrain. Nous avons deux objectifs en tête: nous adapter pour éviter tout contact avec le client lorsque cela est possible et, si ce n'est pas possible, protéger nos employés et le client. Nous avons suspendu les travaux électifs qui entraînent des pannes planifiées pour les clients, ce qui nous aurait obligés à entrer dans les maisons des clients. Notre personnel du centre d'appels examine toutes les commandes de service client pour déterminer l'exposition possible au COVID-19 dans les locaux, et nous effectuons un filtrage des filtres lorsque nos techniciens de service arrivent sur place avant de décider d'entrer dans les locaux. Nous avons adopté des pratiques supplémentaires en matière d'équipement de protection individuelle sur la base des recommandations des Centers for Disease Control et de l'Occupational Safety and Health Administration, principalement axées sur l'utilisation de respirateurs et de masques en tissu. Les employés ne sont pas autorisés à pénétrer dans le domicile d'un client lorsqu'il existe une possibilité connue de maladie ou d'exposition au COVID-19, sauf en cas d'urgence ou de panne. Dans ces cas, des protocoles de protection personnelle supplémentaires sont mis en place, y compris une combinaison intégrale jetable et la présence de l'un de nos entraîneurs de sécurité. Lors de tous les autres rendez-vous clients, nos employés pratiquent l'éloignement social et portent les EPI appropriés, y compris les respirateurs. Nous avons actuellement un approvisionnement adéquat en respirateurs et masques N95 et continuons de surveiller de près notre approvisionnement en EPI. Nous contrôlons également les températures élevées dans nos grands centres de services et nous sommes en train d'installer des stations automatisées de contrôle de la température des images thermiques qui seront déployées à certains endroits pour permettre l'entrée uniquement aux employés qui n'ont pas de fièvre élevée. nous surveillons de près notre chaîne d'approvisionnement. À ce jour, nous n'avons pas rencontré de problèmes d'approvisionnement et nous avons un inventaire adéquat sur place pour toutes les opérations et activités connexes. Les prix n'ont pas été touchés à ce jour, mais pourraient certainement l'être à l'avenir. C'est donc l'un des facteurs que nous continuons de surveiller. Notre groupe de chaîne d'approvisionnement a des contrats de longue date avec des fabricants importants de notre secteur et a été en contact étroit avec eux pour revoir leurs opérations et créer une redondance lorsque cela est possible. En ce qui concerne la fourniture de gaz naturel, nos portefeuilles d'approvisionnement comprennent le groupe diversifié de fournisseurs et fournisseurs de stockage. Nous n'avons pas connu et ne prévoyons pas de problèmes avec l'approvisionnement adéquat en gaz naturel pour servir nos clients de vente.Et maintenant, je cède la parole à Curtis Dinan.Curtis L. Dinan – Vice-président principal, CommercialMerci, Sid, et bonjour à tous. Mes premiers commentaires porteront sur l'impact de COVID-19 sur nos activités commerciales, suivi d'une mise à jour réglementaire. Dans les trois États, des ordonnances émises par les gouverneurs concernant la construction déclarée COVID-19 et les activités essentielles. L'activité de construction avec nos constructeurs et développeurs est restée robuste au cours des quatre premiers mois de 2020, y compris la construction unifamiliale et multifamiliale ainsi que les développements commerciaux. Nous avons anticipé un ralentissement car les bureaux des permis de la ville ont été fermés, mais l'arriéré des projets autorisés a permis aux activités de construction de se poursuivre et nous ne voyons aucun impact significatif de la pandémie. Comme d'habitude au cours de toutes les années, nous avons constaté des retards dans certains projets, mais ceux-ci ont été compensés par de nouveaux projets qui progressent. Par conséquent, nous maintenons nos attentes en matière de dépenses en projets d'investissement en croissance. Poursuivant la tendance que nous avons connue en 2019, les taux de croissance de nos clients commerciaux sont demeurés solides. Les moratoires sur les déconnexions ont eu un léger impact sur nos totaux du premier trimestre, mais nous n'avons généralement pas eu un grand nombre de déconnexions au cours du premier trimestre. Le moratoire sur la déconnexion s'étendant jusqu'au 15 mai, nous verrons un nombre de clients plus élevé au deuxième trimestre qui ne reflète pas nécessairement des taux de croissance plus élevés dans notre entreprise. Nous avons environ 12 000 clients dans le transport sur notre réseau, ce qui représentait 114 millions de dollars ou 12% de notre marge nette en 2019. Nos 40 plus grands clients du transport représentent 28 millions de dollars ou 25% de nos revenus de transport en 2019. À ce jour, deux de ces clients, l'un dans l'industrie automobile et l'autre dans le secteur des bardeaux résidentiels, ont temporairement suspendu leurs activités. En dehors de nos 40 plus grands clients du transport, nous avons également 19 autres entreprises qui ont réduit leurs activités ou suspendu temporairement ou définitivement leurs activités. Collectivement, nous prévoyons un impact négatif sur les revenus d'environ 100 000 $ par mois de ces clients du transport en fonction de leur niveau d'activité actuel. Bien que nous ayons suspendu les déconnexions pour les comptes en souffrance jusqu'au 15 mai, nous continuons de contacter nos clients qui ont des comptes en souffrance pour offrir des modalités de paiement flexibles et ont renoncé aux frais de retard de paiement afin d'aider nos clients touchés par la pandémie à actualiser leurs comptes. Nous avons également collaboré avec nos autorités de réglementation pour émettre des ordonnances comptables afin de permettre l'établissement d'actifs réglementaires pour l'impact de COVID-19 sur nos activités. Ces ordonnances permettent généralement de différer les dépenses liées à la pandémie, notamment l'augmentation des coûts pour créances irrécouvrables, les équipements de protection individuelle, les coûts de désinfection des installations, les services de conseil médical, les coûts de tests et de traitement des employés potentiellement exposés au COVID-19 et autres nécessaires les coûts pour faire face à l'impact de la pandémie ainsi que certaines pertes de revenus. La Railroad Commission of Texas a rendu une ordonnance et nous travaillons avec nos autorités de réglementation du Kansas et de l'Oklahoma pour obtenir des ordonnances similaires. Passons à notre autre activité de réglementation. En Oklahoma, Oklahoma Natural Gas a déposé en février un dossier de modification des tarifs fondé sur le rendement demandant une augmentation des tarifs de base de 11,8 millions de dollars. S'il est approuvé, il s'agira de la première augmentation en Oklahoma depuis début 2016. De nouveaux tarifs devraient entrer en vigueur en août 2020. Comme l'exige notre tarif, nous déposerons un dossier tarifaire complet en 2021.Au Texas, Texas Gas Service a déposé un cas tarifaire en décembre 2019 pour tous les clients des zones de service du centre du Texas et de la côte du Golfe, demandant de consolider la zone de service de la côte du Golfe avec le centre du Texas et d'augmenter les tarifs de 15,6 millions de dollars. S'ils sont approuvés, de nouveaux tarifs devraient entrer en vigueur au troisième trimestre 2020, et notre nombre de juridictions au Texas passera de six à cinq. Notre dossier est basé sur un rendement des capitaux propres de 10% et une structure du capital avec des capitaux propres d'environ 62%. Nous estimons qu'une variation de 25 points de base du RCP modifierait les besoins en revenus d'environ 950 000 $ et une variation de 1% des capitaux propres d'environ 350 000 $. Texas Gas Service a également mis en place un programme d'infrastructure de fiabilité du gaz, ou GRIP, déposant tous les clients de la zone de service de l'ouest du Texas pour une augmentation de 4,7 millions de dollars. Nous prévoyons que de nouveaux taux entreront en vigueur au troisième trimestre de 2020, et je vais maintenant revenir à Caron.Caron A. Lawhorn – Premier vice-président, directeur financierMerci, Curtis. Comme vous l'avez entendu de Sid et Curtis, COVID-19 n'a pas entravé notre travail sur le terrain, y compris nos dépenses en capital pour l'intégrité du système et les projets de croissance. Pour résumer ce que vous avez entendu concernant l'impact de COVID-19 sur nos revenus, nous nous attendons à une réduction des revenus des clients affectés temporairement ou définitivement par la pandémie. Nous prévoyons une augmentation des créances irrécouvrables en raison du moratoire sur les déconnexions et nous prévoyons engager des dépenses supplémentaires pour d'autres coûts liés au COVID-19. Nous prévoyons également une réduction des dépenses dans certains domaines, comme les frais de voyage. En ce qui concerne nos clients commerciaux, qui ont représenté plus de 86% de notre marge nette pour le premier trimestre 2020, en partie à la croissance de la clientèle, qui a continué à rester fort. Avec plus de 70% de notre marge nette provenant de charges fixes, notre exposition au risque volumétrique est limitée. Nous pensons que les ordonnances comptables que nous avons ou prévoyons de recevoir dans chaque État nous permettront de demander le recouvrement, dans les procédures futures, des dépenses différentielles et de certains revenus de perte associés à COVID-19. Ces ordonnances comptables devraient atténuer l'incidence de la perte de revenus et de l'augmentation nette des dépenses sur les résultats. Cependant, les montants qui devraient être différés pour un recouvrement réglementaire ultérieur en vertu des ordonnances comptables doivent être probables de recouvrement afin d'être enregistrés selon les principes comptables généralement reconnus. Par conséquent, il pourrait y avoir un retard dans la comptabilisation, aux fins de l'information financière, de montants dont le recouvrement pourrait finalement être approuvé jusqu'à la conclusion de futures procédures réglementaires. Sur la base de ce que nous savons actuellement, nous confirmons notre fourchette indicative avec un bénéfice net qui devrait se situer entre 186 millions de dollars et 198 millions de dollars ou 3,44 à 3,58 dollars par action diluée. Cependant, il existe un risque à la baisse pour les bénéfices 2020 associé à l'impact de COVID-19 et pourrait entraîner un bénéfice net et un bénéfice par action inférieurs au milieu de la fourchette. Du point de vue de la liquidité, nous prévoyons une baisse des flux de trésorerie résultant principalement des effets de le moratoire sur les déconnexions. Au 31 mars 2020, nous disposions de liquidités à court terme par le biais de notre programme de papier commercial et de fonds en caisse totalisant 235,2 millions de dollars. Nous avons une facilité de crédit de 700 millions de dollars pour soutenir notre programme de papier commercial et un programme sur le marché de 250 millions de dollars pour l'émission d'actions. Et plus tôt ce mois-ci, nous avons conclu une deuxième convention de crédit renouvelable qui fournit 250 millions de dollars de liquidités supplémentaires au cours de la prochaine année. De plus, nos cotes de crédit de qualité supérieure et notre bilan solide nous donnent accès au marché financier pour l'assurance de la dette à long terme et des capitaux propres. Nous pensons que nos sources de liquidités sont suffisantes pour soutenir notre niveau actuel et prévu d'opérations.Je vais maintenant céder la parole à Pierce pour quelques commentaires de clôture.Pierce H. Norton II – Président et chef de la directionMerci, Caron, Curtis et Sid. En terminant aujourd'hui, j'aimerais remercier tout le personnel médical de nos territoires de service pour le travail héroïque qu'ils accomplissent, en particulier pendant cette pandémie. Je tiens également à adresser nos remerciements aux premiers intervenants de première ligne: les pompiers, les forces de l'ordre, les ambulanciers paramédicaux et les travailleurs des services publics. Ils méritent également d'être reconnus pour les services vitaux essentiels qu'ils fournissent chaque jour, grâce à la diligence de chaque employé d'ONE Gas envers les protocoles de pandémie. Et en nous concentrant sur nos valeurs fondamentales, nous avons pu continuer à gérer notre entreprise avec un minimum de perturbations. Je suis extrêmement fier de nos employés et je tiens à remercier tout particulièrement chacun d'entre eux pour leur professionnalisme continu sous pression, à résoudre quand il n'y a pas de fin claire, en équilibre face à l'incertitude et plus encouragés à faire ce qui s'impose. Nous avons la chance de travailler dans une industrie qui s'efforce d'améliorer chaque service de gaz naturel grâce à la collaboration. Une fois de plus, notre organisation commerciale, l'American Gas Association, a organisé des appels avec des experts en la matière qui s'avèrent bénéfiques pour naviguer dans ce processus en temps réel. Merci, AGA, pour ce que vous faites.En tant que fournisseur de gaz naturel, nous avons un rôle important à jouer dans nos collectivités et nos clients, ce qui comprend la prise des précautions nécessaires pour nous protéger et protéger les gens qui nous entourent. Nous surmonterons cette pandémie en nous appuyant sur les mêmes valeurs que nous utilisons pour relever tous les défis auxquels nous sommes confrontés dans notre entreprise. Merci encore à tous de vous joindre à nous ce matin. Opérateur, nous sommes maintenant prêts pour les questions.Questions et réponses: Opérateur (instructions de l'opérateur) Et nous allons d'abord passer à Shar Pourreza avec Guggenheim.Constantine Lednev – Guggenheim Securities – AnalystHi, matin. C'est en fait Constantine ici pour Shar. Ce fut un résultat très approfondi, et nous comprenons les temps difficiles dans lesquels nous vivons tous. Donc, l'une des questions que nous avions était de comprendre que ce genre de résultats du premier trimestre représentait beaucoup de vents contraires météorologiques et il y a des les ralentissements potentiels sont plutôt liés à COVID. Comment envisagez-vous les types de scénario de retour à la normale pour vos prévisions de ventes et vos chiffres de croissance en termes de nombre de clients et de type de débit général? Et cela nécessite-t-il une quelconque refonte de la réglementation ou des résultats réglementaires pour réaligner les bénéfices futurs et comment vous y pensez? Curtis L. Dinan – Vice-président principal, Commercial Oui. Alors Shar, désolé, qui est-ce encore? Vous êtes à la place de Shar, n'est-ce pas? Constantine Lednev – Guggenheim Securities – Analyste Oui, c'est Constantine.Curtis L. Dinan – Senior Vice President, CommercialThanks, Constantine. Donc, deux ou trois choses. Le comme nous avons été dans le moratoire avec les déconnexions, que l'activité normale que nous commencerions à cette période de l'année, nous ne l'avons pas à ce stade, et cela est suspendu jusqu'au 15 mai au moins. Donc, même si nous obtenons à ce stade de ces moratoires et à cette date, il nous faudra encore un certain temps avant de nous concentrer sur nos activités normales dans nos groupes de service à la clientèle ainsi que sur le terrain pour y faire face. Donc, mes commentaires plus tôt sur la possibilité de voir des chiffres élevés dans notre nombre de clients, c'est vraiment ce que j'essayais de répondre à cela. Encore une fois, quelques autres commentaires là-dessus, je crois, concernaient notre façon de penser la météo. Et comme vous le savez, nous avons des conditions météorologiques dans tous nos territoires de service. Et vous avez vu dans les résultats que bien que nous ayons eu un temps beaucoup plus chaud au premier trimestre, et cela ait eu un impact sur nos volumes de ventes qui a été partiellement compensé en raison des impacts de la norme météorologique, c'est vraiment ce que ces mécanismes sont conçus pour atteindre. Donc, lorsque nous donnons des orientations, que ce soit en y réfléchissant pour le reste de l'année ou en les donnant au début de l'année, nous supposons toujours un temps normal dans ces orientations. Et puis vous verrez quelques avantages et inconvénients de cela au fur et à mesure que nous traversons l'année, car le temps varie. Était-ce tous les éléments de votre question? Constantine Lednev – Guggenheim Securities – Analyste Oui. Cela répond à celui-là. Et je suppose que je me concentre un peu plus sur une vision à long terme des résultats réglementaires et du type de ROE, un peu comme vous consolidez les juridictions et le type de dépôt des dossiers tarifaires, où voyez-vous le type de ROE tendance? Et en particulier, vous comprenez qu'il existe un écart de ROE systématique avec le type de déploiement de capital et le fait de ne pas récupérer tous les coûts? Est-ce que ce genre de situation s'améliore avec le genre de cette prochaine série de cas tarifaires jusqu'en 2020, 2021? Curtis L. Dinan – Premier vice-président, Commercial Oui. Donc, quelques points là-bas. Le premier, comme je l'ai mentionné dans mes commentaires préparés, le dossier tarifaire ou le dossier PBR que nous avons en Oklahoma en ce moment, ce sera la première augmentation de taux en Oklahoma depuis le début de 2016. Cela fait donc un certain nombre de périodes depuis nous avons eu une augmentation là-bas. Et l'intention de savoir s'il s'agit d'un dossier GRIP ou d'un GSRS ou d'un COSA ou de ces différents mécanismes que nous avons, ce que ceux-ci représentent sont des dépôts plus petits qui sont destinés à récupérer plus rapidement les dollars en capital que nous dépensons. Nous continuons donc de voir ceux qui contribuent à combler cet écart et à obtenir une reprise plus rapide. Donc, comme exemple de cela, encore une fois, en montrant le Kansas, où nous avons le nouveau mécanisme GSRS que nous avons déposé pour la première fois l'année dernière, vous vous souvenez peut-être que ce n'était qu'une période partielle. Cette année sera la première année où elle couvre une période complète de 12 mois, et il y a plus de capital éligible dans ce mécanisme aujourd'hui qu'auparavant, et nous avons donc parlé de la quantité de notre capital qui est soumise aux dépôts annuels . Dans le passé, cela représentait environ 80%. Mais maintenant, ce à quoi nous donnons des indications, c'est qu'environ 90% de notre capital est récupéré ou traité par le biais de dépôts annuels. Et donc toutes ces choses contribuent à continuer à progresser comme nous l'avons été au cours des six dernières années. Constantine Lednev – Guggenheim Securities – Analyste Okay, oui, c'est très utile. Merci les gars.OpérateurNous irons à côté d'Aga Zmigrodzka avec UBS.Aga Zmigrodzka – UBS Investment Bank – AnalystGood day espérons que vous êtes tous en sécurité et en bonne santé. Ma première question est OGS a environ 72% des revenus de charges fixes. Pourriez-vous discuter de la façon dont il fluctue tout au long de l'année? Quel pourcentage des frais fixes attendez-vous au 2T par rapport au 1T? Curtis L. Dinan – Premier vice-président, CommercialAga, c'est Curtis. Nous n'avons jamais réparti nos prévisions par trimestre de cette façon pour séparer ces éléments. Je pense que vous pourriez probablement faire un niveau supérieur parce que nous rapportons nos volumes chaque trimestre par les différents types de clients que nous avons ainsi que nous fournissons quels sont les frais fixes pour nos clients commerciaux. J'ai juste au dos d'une enveloppe, je n'ai pas ces données avec moi. Mais si vous essayez d'obtenir une estimation de cela, ce serait probablement la meilleure façon de le faire. Mais juste si vous y réfléchissez largement, la marge nette au cours de ces mois de volumétrie inférieure sera plus élevée. Donc, vos deuxième et troisième trimestres, vos frais volumétriques vont être moins élevés. Les frais fixes seront le pourcentage le plus élevé de la marge nette totale. Mais si vous regardez notre histoire passée, que ce soit trimestriellement ou annuellement, vous ne voyez pas beaucoup de fluctuations en raison de ces différences volumétriques.Aga Zmigrodzka – UBS Investment Bank – Analyste l'état d'avancement de vos dossiers tarifaires en attente pour les deux dépôts pour les dossiers tarifaires et les suiveurs? Y a-t-il également un risque que les commissions retardent les décisions pour éviter une augmentation de la facture des clients pendant la pandémie? Curtis L. Dinan – Premier vice-président, Commercial Oui. Dans un cas, nous avons Aga dans notre dossier de consolidation de la côte centrale du golfe du Texas. Avant la date de l'audience, avant que l'ALJ ne soit prorogée jusqu'au 20 mai, et cela était dû au Texas, le RRC est essentiellement passé à une situation de travail à distance et à un désir de ne pas avoir cette audience comme audience virtuelle. Et donc l'anticipation est ou qu'il y avait un nouveau calendrier de procédure qui a été approuvé, et qui a prolongé toutes ces dates d'environ un mois. Nous avons donc vu un petit impact, mais c'est le seul que je peux vraiment souligner en ce moment.Aga Zmigrodzka – UBS Investment Bank – Analyste Ma dernière question concerne le programme ATM que vous avez lancé en février. Quand OGS prévoit-il d'émettre des actions dans le cadre du programme? Et quelles sont les émissions d'actions visées cette année? Caron A. Lawhorn – Vice-président principal, chef des finances, c'est Caron. Nos indications indiquent que nous émettons des actions cette année. Nous n'avons pas été plus précis sur le montant ou le moment exact de cela. Avec les liquidités supplémentaires que nous avons obtenues grâce à notre accord de crédit renouvelable de 250 millions de dollars au début du mois. Nous avons le luxe, si vous voulez, d'être opportunistes dans la façon dont nous accédons au marché et nous évaluons donc toujours le meilleur prix pour nous.Aga Zmigrodzka – UBS Investment Bank – Analyste Merci d'avoir répondu à ma question. irai à côté de Chris Sighinolfi avec Jefferies.Christopher Paul Sighinolfi – Jefferies LLC – AnalystHey, équipe. Bonjour. Merci beaucoup pour la mise à jour. Je pense que détailler toutes les façons dont vous avez répondu et budgété pour COVID est exactement ce que notre équipe espérait examiner ce matin, donc je l'apprécie. J'ai quelques suivis, je pense probablement deux pour Sid et peut-être deux pour Caron. Sid, je sais que vous comptez historiquement sur certains travailleurs contractuels non employés dans le cours normal des activités. J'ai peut-être manqué cela dans vos commentaires. Je m'excuse si je l'ai fait. Mais pouvez-vous simplement aborder cet élément des opérations? Et si vous avez suspendu ces gens, quelle voie envisagez-vous pour les remettre au travail? Robert S. McAnnally – Vice-président principal, Opérations Oui. Bien sûr, Chris. Merci pour la question. Tu as raison. Nous comptons sur une main-d'œuvre externe, mais nous avons pu nous coordonner assez étroitement avec nos sous-traitants à mesure que ce risque émergeait, non seulement pour vérifier leur santé du point de vue de l'exécution, mais aussi pour examiner leurs pratiques de sécurité, pour examiner leur EPI. les pratiques. Et nous avons pu exécuter, comme vous l'avez entendu Caron, sur le plan d'immobilisations depuis le début de l'année, ce qui laisse entendre que ce processus a été un succès. Nous ne prévoyons pas de contraintes futures. Nous faisons de la place pour cela. Nous prévoyons cela. Mais pour le moment, nous ne prévoyons pas que ce soit un problème pour nous à l'avenir. Christophe Paul Sighinolfi – Jefferies LLC – AnalystOkay. Et je sais que tout le monde a parlé ce matin et Caron a parlé et Curtis a parlé, comme vous l'avez mentionné, du maintien du plan d'immobilisations pour toute l'année. Il semble donc que même si certains projets ne se réalisent pas, d'autres projets sont disponibles pour combler ce vide, mais vous avez également parlé de certains des changements opérationnels de COVID, de l'adoption de la technologie, des conditions de travail. Et je suppose que je suis simplement curieux de penser à la configuration à plus long terme des équipes opérationnelles et de la structure d'OGS, que dire de ce que vous avez institué ici en réponse au virus pourrait être de nature plus permanente? J'imagine un monde dans lequel vous allez voir des gains d'efficacité en étant forcé d'adopter rapidement certaines de ces choses. Et je suis juste curieux, je sais que vous en êtes aux premiers balbutiements de la façon dont vous avez pensé aux impacts potentiels à plus long terme de cela. Robert S. McAnnally – Vice-président principal, Opérations Oui, il y a un certain nombre de choses que nous avons vues , Chris, une sorte de dépassement a été l'augmentation des communications parce que nous travaillons à distance dans de nombreux environnements. Les communications exigées pour être sûrs que nous étions alignés du point de vue de la gestion, nous avons trouvé que c'était vraiment efficace. Et je m'attendrais à ce que je me sente toujours comme si nous étions une organisation qui communiquait très efficacement. Et souvent, mais nous avons appris que la communication supplémentaire a été encore plus utile. Je pense que nous allons continuer. Pour parler spécifiquement de certaines pratiques, nous avons commencé à faire de la formation à distance à l'aide de caméras. Cela a été efficace et efficient. Je pense que nous continuerons de le faire lorsque cela sera approprié. Nous avons appris certaines choses sur la meilleure façon d'utiliser les EPI et sur la façon de les former. Nous avons considérablement renforcé notre formation pour nous assurer que nos employés ont les connaissances dont ils ont besoin. Nous avions l'impression que c'était suffisant avant, mais nous voulions aller au-delà dans cet environnement. Je pense que nous avons trouvé des moyens d'être plus efficaces dans cette formation. We've also made some improvements in our supply chain as we were trying to manage that risk. So we've been in touch with our suppliers, as I mentioned in the prepared remarks. But to be a bit more specific, one of the things that we've done is not only look for redundancies, but also probed our contracting partners a bit on their own supply chains to make sure that we didn't have a level two suppliers that we're feeding them with some critical element that might be a shortage that they had not thought of or they had not seen, and I want to thank our supply chain group. They have really done outstanding work, not only identifying additional PPE resources. And we have seen no lack of PPE. We haven't had to throttle our work due to unavailability of PPE, but they've also worked with our suppliers who keep our normal work channels flowing, and we have not seen constraints nor do we anticipate any at this point.Christopher Paul Sighinolfi — Jefferies LLC — AnalystOkay. That's really great. I guess switching gears a little bit. I do have two finance-related questions. Caron, if you could just remind me the I've asked you about this in the past, and I simply forgot about it this past quarter, but the nonqualified benefit plan performance and how that affects your other income line, can you just maybe remind me what you had incorporated for that in the initial financial guidance for the year, just to have a sense of maybe the magnitude of initial quarter delta?Caron A. Lawhorn — Senior Vice President, Chief Financial OfficerSimilar to how we report weather in our guidance, we assume normal weather for our guidance. We also assume kind of a normal level of year performance for our nonqualified plans. Just to give you a little bit of perspective, if you go back to the history of time for ONE Gas, if you look at I mentioned that we have the cost of the liabilities is in operating costs and then the assets against those liabilities are in other income and expense. On an annual basis, that net income or expense has fluctuated from a positive or excuse me, expense of $2 million to income of $1.3 million. So over time, the fluctuations are not significant, but you can see these swings from quarter-to-quarter for year-to-year like we saw in the first quarter. Obviously, the markets have improved post March 31. So we expect that we will get some of that back, that we basically assume it be more of a flattish performance from those plans.Christopher Paul Sighinolfi — Jefferies LLC — AnalystOkay. D'accord. C'est utile. And when you record those, I know there's some of your peers that also flagged this because it's a more regular or larger ticket item relative to the size of their company. And when they quote it, they quoted it's the same number, pre and post tax. Is that true for you as well? Or is that when you quote another income impact, when we think about an EPS impact, do we tax effect that?Caron A. Lawhorn — Senior Vice President, Chief Financial OfficerYou would tax effect and I'm quoting a pre-tax number.Christopher Paul Sighinolfi — Jefferies LLC — AnalystOkay. D'accord. And then finally, you touched on some of this, but and I get the fact that the accounting rules make it. It seems like my interpretation of what you said in prepared remarks, Caron, is that you may not give yourself credit for some of the regulatory things you're pursuing? And then upon formal recognition by the regulator, it may be reversed out. And so outcomes may be improved subsequently. Did I understand that correctly?Caron A. Lawhorn — Senior Vice President, Chief Financial OfficerYou did. For example, there could be some gray first off, we only have an accounting order on Wednesday. We're still waiting on the other two. But there could be some gray in determining what is can be deferred under those accounting orders. And I think bad debt expense is a simple example. It may be difficult to determine specifically what is COVID related versus what is normal bad debt expense. So there's a little bit of gray in that. And then, as you said, for accounting purposes, we've got to be able to determine that though any regulatory asset we established is probable of recovery. And again, there may be some interpretations of those orders that ultimately, we may prevail but for an account from an accounting standpoint, we haven't met the hurdle to be able to record. So we could get that mismatched.Christopher Paul Sighinolfi — Jefferies LLC — AnalystOkay. D'accord. You actually hit on something I was more curious about, which is that you have service territories that overlap with production regions, crude and natural gas and natural asset and production regions. And we're seeing a fallout there. It's certainly in activity levels and employment levels. It's COVID related, but it's not maybe exclusively COVID related. And so I'm just curious maybe how you guys think about the programs, I guess, as structured and you're conceived by you today. I know that two of the states haven't yet approved, but how that might how that demarcation line might be treated. It's a tricky question, but just anything would be helpful.Pierce H. Norton II — President and Chief Executive OfficerChris, let me this is Pierce. Let me kind of attempt to answer your question. And I'm not sure I'm going to do a justice here. But as it relates to the supply and the price and those kind of things, we clearly benefit the customers clearly benefit from lower price environment, but it can actually get become too low that it's not beneficial to the E&P community and the midstream community. And it's definitely approaching some of those areas, especially as it relates to crude oil. Having us be in those areas and being net exporters of natural gas from our states of primarily the main ones, Texas and Oklahoma, you're always going to kind of take care of your needs first in the state. So I would see if there's any reductions, it's probably going to be the reductions that go to other areas of the country, not necessarily in the areas that we consume. We're also going into that time of the year for us that gas comes up come down, but it also goes up for the electrics during this time of the year.So we've all been through at least most of us who've been in the midstream side of the business before it's been through these downturns. And as it gets too low, they do definitely take the rigs down. The supply then starts to get a little bit restrained and then the price then comes back just having lived through something like this in West Texas when I was there back in 1986. I think price oil got down to $10 a barrel. So those of us who are old enough on this call have seen this movie before. COVID might complicate it a little bit, but probably it's more basic supply and demand on that side of the business. I'm not sure I answered your question, but give you a little…Christopher Paul Sighinolfi — Jefferies LLC — AnalystMy question was more related, I guess, just to the bad debt side of it. The fact that you have customers in your service territory that have hardships because of COVID, because of stay-at-home practices and what that did to their business, nonenergy business. Curtis mentioned some of your transport customers that had either temporarily or indeterminate period of time, suspended operations. But you also have a lot of customers who are employed by the oil and gas industry, which is suffering its own issues right now, which are partially related to COVID, but partially not. And so that's, I guess, what I was trying to get to. Caron was mentioning that if it stems to COVID or it doesn't stem to COVID, I just some of these issues, it seems like in your service territory, a little bit more tricky.Pierce H. Norton II — President and Chief Executive OfficerLet's I'll let Curtis answer that question. And in particular, let him talk a little bit about how the bad debt on the side of the gas cost flows through to our PGA, and then he can answer the other questions as well.Curtis L. Dinan — Senior Vice President, CommercialYes. So really, to Pierce's point, two pieces of that, Chris. Any time we have bad debt in all three of our states, the portion that's attributed to the gas cost doesn't actually get expensed. That becomes part of our purchased gas cost adjustments. And so that then gets rebuild through the normal gas pass-through mechanism that's in place. So what we're talking about with these accounting orders is the ability to defer the nongas cost portion of the bad debts. And so each of our rate filings in the cost of service, it will identify a level of bad debt expense as part of that cost of service. So what we would be looking at is during this time, what's the cause of the increase? Or what is the increase in our bad debts compared to what is built into our cost of service? And so I think that's really the starting point to have those conversations with our regulators. And as we're thinking about what that means and what can be attributed to the impacts of COVID, whether it's directly to one of our customers that's affected or it's indirectly because of what's happening in their business, being shut down due to COVID-19 or other factors. As a comment earlier about it, it's a little bit of a gray area, and we'll just have to work through that with our regulators and both upon what's happening from an operations standpoint, in Sid's group as well as what we're seeing with our customers and what's happening from a customer service standpoint.Pierce H. Norton II — President and Chief Executive OfficerChris, it's also a good chance to remind everybody that in Texas, 2/3 of our customer base in rate base is in those are two areas that are probably the least impacted by the downturn in oil and gas as related to loss of jobs.Christopher Paul Sighinolfi — Jefferies LLC — AnalystGotcha. Well, thanks a lot for the time that it took a lot this morning. And I appreciate all the time.Pierce H. Norton II — President and Chief Executive OfficerThank you.OperatorWe'll go next to Richard Ciciarelli with Bank of America.Richard Jude Ciciarelli — BofA Merrill Lynch — AnalystHey, morning. Thanks for taking my question. Hope everyone thinks that they're sJust following up on the last kind of question around bad debt. Bad debt expense increased $0.8 million in 1Q versus 2019. It looks like in 2019, it is up $1.5 million altogether. Just curious how much bad debt expense you currently have in rates? And what kind of parameters are you looking at for the full year for the incremental bad debt given the COVID pressures?Curtis L. Dinan — Senior Vice President, CommercialSo this is Curtis, Richard, and I'll attempt to answer that. First off, we didn't have the accounting order in Texas yet as of the end of the first quarter. So everything that happened in 2019 or in the first quarter of this year is obviously free any impact of that accounting order. The heart of the the point that we'll as we look to record amounts into those approach as to how we would do that. But again, you can look at kind of our normal year-to-year levels of bad debt expenses, to give you a sense of what would be built into our cost of service. It's not always the same way quantified in every jurisdiction. So for example, it might be the bad debt expense that was in your test year in one situation; and in another cost of service that might be a three year average. So there's different ways that those get established. But so we'll again, we'll just have to work through our regulators to come to what's the right amounts to defer as we work through that.Richard Jude Ciciarelli — BofA Merrill Lynch — AnalystGot it. That's very helpful. And then just in terms of the O&M side, even with the increase in bad debt expense, you had the nonqualified pension, I guess, taking some of those costs down. Just curious if there's any ability to manage your O&M profile relative to the 2% to 3% inflationary increases that you're expecting to kind of offset some of these COVID-related pressures whether it be on the revenue or cost side.Pierce H. Norton II — President and Chief Executive OfficerSo, Richard, this is Pierce. We actually will manage through this the same way that we always do. We have our internal labor, which is defined by the headcount. We have outside service labor. We have a certain percentage of our internal labor and external labor that's actually charged to the capital piece and then over time. So all big picture, all four of those moving parts is really the way that we'll manage it. The same way we manage it through normal times. And like Sid said is we've intentionally went into this pandemic knowing that certain things that we do will be different operationally. And so we are targeting to come out of it having identified those things that we don't want to change because we learned enough during the pandemic that we do want to change our operations. So I do anticipate that there's some opportunities for us there. But the big picture is we manage with those four levers.Richard Jude Ciciarelli — BofA Merrill Lynch — AnalystAll right, got it. That's very helpful. That's look better. That's all I had.Pierce H. Norton II — President and Chief Executive OfficerThanks, Richard.Operator(Operator Instructions) At this time, there's no response. I'll turn the call back to Brandon Lohse.Brandon Lohse — Director, Investor RelationsThank you all again for your interest in ONE Gas. As noted in our earnings news release, an updated investor presentation is available in the Investor Relations section of our website. Our quiet period for the second quarter starts when we close our books in early July and extends until we release earnings in late July. We'll provide details on the conference call at a later date. Have a great day. Stay safe. Thank you.Operator(Operator Closing Remarks)Duration: 51 minutesCall participants:Brandon Lohse — Director, Investor RelationsPierce H. Norton II — President and Chief Executive OfficerCaron A. Lawhorn — Senior Vice President, Chief Financial OfficerRobert S. McAnnally — Senior Vice President, OperationsCurtis L. Dinan — Senior Vice President, CommercialConstantine Lednev — Guggenheim Securities — AnalystAga Zmigrodzka — UBS Investment Bank — AnalystChristopher Paul Sighinolfi — Jefferies LLC — AnalystRichard Jude Ciciarelli — BofA Merrill Lynch — Analyst
More OGS analysis
Tous les relevés d'appel des gains

                                                
                                            
                                        
                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *