Transcription de l'appel de résultats Unisys Corp (UIS) T1 2020

Transcription de l'appel de résultats Unisys Corp (UIS) T1 2020

Source de l'image: The Motley Fool.

Unisys Corp (NYSE: UIS) Call of Earnings T1 2020 28 avril 2020, 17h00 ETContenu:
Remarques préparées
Questions et réponses
Appeler les participants
Remarques préparées:
Bonne journée et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 d'Unisys Corporation. (Instructions de l'opérateur) Veuillez noter que cet événement est en cours d'enregistrement. J'aimerais maintenant confier la conférence à Courtney Holben, vice-présidente des relations avec les investisseurs. Allez-y. (Problèmes techniques) Merci d'avoir tenu tout le monde. Nous éprouvions des difficultés techniques. Mais je voudrais maintenant confier la conférence à Courtney Holben, vice-présidente des relations avec les investisseurs. S'il vous plaît, allez-y. Courtney Holben – Vice-président des relations avec les investisseurs Merci, opérateur. Bonjour à tous. Voici Courtney Holben, vice-présidente des relations avec les investisseurs. Merci de nous avoir rejoint. Plus tôt dans la journée, Unisys a publié ses résultats financiers du premier trimestre 2020. Je suis accompagné cet après-midi pour discuter de ces résultats par Peter Altabef, notre président-directeur général; et Mike Thomson, notre directeur financier. Avant de commencer, je voudrais aborder quelques détails. Premièrement, la conférence téléphonique d'aujourd'hui et la session de questions-réponses sont diffusées sur le Web via le site Web des investisseurs Unisys. Deuxièmement, vous pouvez trouver le communiqué de presse sur les résultats et les diapositives de présentation que nous utiliserons cet après-midi pour guider notre discussion ainsi que d'autres informations relatives à notre performance du premier trimestre sur notre site Web pour les investisseurs, que nous vous encourageons à visiter. Troisièmement, la présentation d'aujourd'hui, qui complète le communiqué de presse sur les résultats, comprend des mesures financières non conformes aux PCGR. Les mesures non conformes aux PCGR ont été rapprochées des mesures conformes aux PCGR connexes, et nous avons fourni des rapprochements dans la présentation. Bien que appropriés selon les principes comptables généralement reconnus, les résultats de la société reflètent des charges qui, selon elle, ne sont pas représentatives de ses activités en cours et qui peuvent rendre ses résultats de rentabilité et de liquidité difficiles à comparer aux périodes précédentes, aux périodes futures prévues ou aux résultats de ses concurrents. Ces éléments comprennent la pension, l'échange de dettes, la réduction des coûts et d'autres dépenses. La direction estime que chacun de ces éléments peut fausser la visibilité des tendances associées à la performance continue de l'entreprise.La direction estime également que l'évaluation de la performance financière de l'entreprise peut être améliorée par une présentation supplémentaire de ses résultats qui exclut l'impact de ces éléments afin de améliorer la cohérence et la comparabilité avec les résultats des périodes antérieures ou futures. Les mesures suivantes sont souvent fournies et utilisées par la direction de la société, les analystes et les investisseurs pour améliorer la comparabilité des résultats d'une année sur l'autre ainsi que pour comparer les résultats avec d'autres sociétés de notre industrie: bénéfice d'exploitation non-GAAP, bénéfice dilué par actions, flux de trésorerie disponibles et flux de trésorerie disponibles ajustés, EBITDA et EBITDA ajusté en devises constantes. De plus, ce trimestre, nous continuerons de déclarer des revenus ajustés non conformes aux PCGR et des mesures connexes en raison de certains revenus liés aux remboursements des partenaires de la coentreprise de traitement des chèques de la société pour les frais de restructuration inclus dans le cadre du programme de restructuration de la société. Pour plus d'informations sur ces ajustements, veuillez consulter notre publication des résultats et notre formulaire 10-Q.De temps à autre, Unisys peut fournir des indications ou des couleurs spécifiques concernant ses performances financières futures attendues. Ces informations ne prennent effet qu'à la date indiquée. Unisys ne mettra généralement pas à jour, ne réaffirmera pas ou ne commentera pas de telles informations, sauf si Unisys le juge nécessaire et uniquement de manière conforme au règlement FD. Enfin, je voudrais vous rappeler que toutes les déclarations prospectives faites lors de cette conférence téléphonique sont soumises à divers risques et incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de nos attentes. Ces facteurs sont traités plus en détail dans le communiqué de presse et dans les documents déposés par la société auprès de la SEC. Des copies de ces rapports SEC sont disponibles auprès de la SEC et avec d'autres documents que j'ai mentionnés plus tôt sur le site Web des investisseurs Unisys.Et maintenant, je voudrais passer la parole à Peter.Peter A. Altabef – Président et chef de la directionMerci , Courtney, et merci à tous de vous être joints à nous aujourd'hui. Nous espérons que vous, vos familles et vos amis êtes en sécurité et en bonne santé pendant cette période difficile. Comme nous le savons tous, le monde a considérablement changé depuis le début de l'année, je vais donc aborder COVID-19 avant de passer aux résultats du premier trimestre. Je suis fier de la façon dont notre équipe a réagi à la situation actuelle en nous soutenant mutuellement. Nos priorités pendant ce temps critique sont axées sur la sécurité et le bien-être de nos associés, clients et partenaires, en fournissant le meilleur service et les solutions les plus innovantes possibles pour nos clients pour les aider à relever leurs défis pendant cette période et en positionnant l'entreprise pour sortir de la période COVID-19 en position de force. Nous avons agi rapidement pour encourager tous nos collaborateurs à travailler à domicile. Et dans un laps de temps très court, plus de 95% de nos opérations ont été sécurisées pour l'accès à distance. Nous étions déjà dotés de technologies pour le travail à distance. Il y a plusieurs années, nous avons adopté la visioconférence et la voix sur IP comme connectivité principale dans toute l'entreprise. La plupart de nos associés sont équipés d'ordinateurs portables. Dans les cas limités où ce n'était pas le cas, nous avons travaillé rapidement pour fournir les appareils nécessaires ou trouver des options alternatives pour la gestion des charges de travail. Nous avons également déployé Unisys Stealth dans toute notre organisation, ce qui nous permet d'éviter les problèmes de sécurité liés à l'utilisation du VPN auxquels de nombreuses entreprises ont récemment été confrontées. Pour les associés qui ne peuvent pas travailler à distance, tels que ceux qui effectuent des services essentiels en personne avec des clients comme notre équipe de services sur le terrain, nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour assurer leur sécurité, y compris en fournissant l'EPI disponible et en utilisant les pratiques de santé recommandées par le gouvernement. nos procédures de planification de la continuité des activités. Ceux-ci sont certifiés ISO et prévoient des ajustements, tels que le déplacement des opérations du centre de services à partir des emplacements des clients affectés ou d'autres qui peuvent répondre aux exigences des clients ou redéployer des ingénieurs de service sur site sous-utilisés pour aider les services d'assistance connaissant des volumes d'appels accrus. Nous avons également reçu des désignations de services essentiels lorsque cela était nécessaire. Nous avons une équipe de gestion de crise en place depuis plusieurs années. Bien que COVID-19 n'ait pas déclenché notre plan de gestion de crise, un sous-ensemble de cette équipe a été utile pour assurer la surveillance des opérations. À ce jour, il n'y a eu aucune interruption importante de la prestation de services à nos clients. Les services numériques sur le lieu de travail, en particulier les capacités de travail à domicile, ont fait la une des journaux et sont une source de force pour Unisys, représentant environ 1/3 du total des revenus ajustés non conformes aux PCGR pour 2019. Nous sommes actifs dans la lutte contre le COVID-19, notamment en soutenant des solutions numériques en milieu de travail qui aident les clients des secteurs de la santé et pharmaceutique qui fournissent des équipements médicaux et des médicaments vitaux. Notre système d'exploitation ClearPath Forward aide les clients du secteur des services financiers à continuer de répondre aux besoins bancaires en ligne de leurs clients. Et les entreprises de fret aérien utilisent le système logistique basé sur le cloud d'Unisys pour soutenir leurs opérations. Comme nous avons soutenu nos clients, notre objectif n'était pas seulement de passer à travers cela, mais de le faire d'une manière qui se démarque et inspire confiance en notre capacité à fournir un plus large éventail de services.Unisys est très diversifié à travers plusieurs vecteurs, et nous considérons qu'il s'agit d'une force particulière en ce moment, en particulier lorsque les zones géographiques et les vecteurs de l'industrie sont affectés différemment par la situation COVID-19. Nous avons une clientèle diversifiée et aucun client ne représente plus de 5% des revenus. Au premier trimestre, 44% des revenus ajustés non conformes aux PCGR provenaient des États-Unis et du Canada, 56% des revenus provenant du reste du monde. Du point de vue du secteur industriel, 37% des revenus ajustés non conformes aux PCGR provenaient de clients commerciaux; 30% des services financiers; et 33% de clients du secteur public, qui comprennent les États américains et locaux, les gouvernements étrangers et les revenus de licences et autres revenus de SAIC pour le gouvernement fédéral américain. La force de notre diversité réside davantage dans la géographie et la clientèle uniquement. Nous valorisons également le genre et les arcs ethniques et la diversité. Et surtout dans la situation actuelle, cette diversité conduit à différentes perspectives, méthodologies et approches, ce qui est essentiel pour développer les meilleures solutions dans un environnement en évolution rapide. Suite à la flexibilité résultant de la vente de notre division fédérale américaine, nous avions déjà prévu accroître nos investissements dans des capacités qui nous permettent de mieux servir nos clients, et nous poursuivons ces efforts. Nous avons plusieurs de ces programmes en cours, y compris notre programme de modernisation de l'ERP et une capacité de gestion des effectifs améliorée et une plate-forme de vente et de marketing numérique, nous serons donc bien préparés à sortir de la situation COVID-19. Maintenant, malgré ces investissements, nous sommes également gérer étroitement nos coûts dans le but d'atténuer l'impact à court terme de la baisse des revenus, tout en maintenant notre capacité à fournir le soutien nécessaire à nos clients, maintenant et à mesure que la demande rebondit à l'avenir. Avec cet équilibre à l'esprit, nous prenons des mesures telles que des réductions de salaire temporaires pour l'équipe de direction, la réduction des dépenses de tiers pour les entrepreneurs, le redéploiement de notre main-d'œuvre en fonction des besoins changeants de l'entreprise, la limitation des dépenses telles que les voyages, dont certaines se produit naturellement sur la base des commandes à domicile en place, réduisant les semaines de travail et utilisant les congés si nécessaire. À plus long terme, nous envisageons également de réduire le niveau des dépenses dans la nouvelle norme, comme notre empreinte immobilière et les frais de déplacement continus. Revenons à nos activités du premier trimestre. Nous avons enregistré un bénéfice d'exploitation et une marge non-GAAP plus élevés d'une année à l'autre. Nous avons également annoncé et conclu la vente de nos activités fédérales américaines, ce qui a amélioré notre structure de capital et amélioré notre flexibilité opérationnelle. En raison de la situation COVID-19, nous avons examiné divers scénarios de ce à quoi pourraient ressembler nos états financiers 2020, et plusieurs de ces scénarios indiquent qu'un chiffre d'affaires ajusté non PCGR 2020 pourrait être en baisse d'environ 10% sur 12 mois. année, bien qu’elle puisse être supérieure ou inférieure à celle-ci, dans l’attente d’un impact plus significatif sur la rentabilité. Compte tenu de la visibilité limitée des conditions macroéconomiques à ce stade, nous retirons nos prévisions précédemment fournies pour 2020.Néanmoins, nos fondamentaux commerciaux restent solides et nous pensons qu'il y a de la hausse lorsque la stabilité revient sur les marchés mondiaux. Nous croyons en nos solutions et continuons d'investir pour apporter une valeur croissante à nos clients. Ces solutions incluent InteliServe, CloudForte, Stealth, ClearPath Forward et nos solutions axées sur l'industrie. Notre approche de mise sur le marché de l'industrie, soutenue par nos solutions, qui sont mises à profit dans toutes les industries, résonne auprès des clients. Beaucoup de ces solutions visent directement à aider les clients à résoudre les problèmes clés mis en évidence par la pandémie COVID-19, tels que l'activation du cloud, la transformation numérique du lieu de travail et la cybersécurité.Nous exploitons, par exemple, notre plateforme InteliServe dans nos services de lieu de travail numérique. efforts de mise sur le marché. Gartner nous a récemment nommés chef de file dans son Magic Quadrant for Managed Workplace Services North America pour la deuxième année consécutive. Nous pensons que ce positionnement reflète les investissements que nous faisons pour intégrer l'IA, l'automatisation des processus robotiques, l'analyse avancée et l'apprentissage automatique. À titre d'exemple de la façon dont les clients mettent en œuvre InteliServe, une grande entreprise mondiale de nouveaux produits alimentaires surgelés a signé un contrat avec Unisys au cours du premier trimestre, qui, entre autres choses, modernisera l'environnement informatique et le service d'assistance de l'entreprise grâce à la mise en œuvre d'Unisys InteliServe. En tant qu'autre solution clé, CloudForte gagne en traction. Au cours du premier trimestre, nous avons obtenu la désignation de partenaire cadre bien architecturé d'Amazon pour cette offre, qui, selon nous, la différenciera davantage. Comme exemple de la façon dont les clients utilisent CloudForte, au premier trimestre, nous avons élargi notre contrat avec la California State University pour intégrer leurs ressources d'information et fournir des services éducatifs et administratifs innovants à leurs étudiants et professeurs. Nous prenons en charge CSU sur l'ensemble des 23 campus, et nos solutions sont particulièrement pertinentes car l'accès à distance est devenu essentiel pour les établissements d'enseignement.Les services évoluent toujours chez Unisys, et nous avons récemment annoncé la disponibilité générale de Unisys Always-On Access optimisé par Stealth, ou AOA . Unisys AOA est une solution de nouvelle génération, offrant des avantages par rapport aux VPN traditionnels. L'AOA offre un accès sécurisé quel que soit l'emplacement, en tirant parti des fonctionnalités furtives telles que la protection des terminaux et l'isolement dynamique pour permettre à une organisation de rester toujours active même face aux menaces. Au premier trimestre, Stealth a également reçu la certification NIAP mise à jour, qui est une désignation dans 31 pays qui approuve la solution pour gérer les informations classifiées top secrètes. Fournissant notre métal au monde réel, nous avons également organisé un événement de capture du drapeau à la conférence RSA de février, où les candidats ont tenté de capturer des données et des informations d'identification protégées par Stealth. Mais Stealth reste invaincu, et donc personne n'a gagné son argent de récompense. Au lieu de cela, nous l'avons fait don à Women in Cybersecurity, une importante organisation de mentorat et de réseautage.Nous emballons souvent Stealth avec nos autres solutions. Et un exemple était un nouveau logo du premier trimestre, qui signait un contrat de 140 millions de dollars avec un important entrepreneur de défense commerciale pour servir ses opérations. Ce contrat n'a donc pas été transféré dans le cadre de la vente fédérale américaine. Dans le cadre de cette nouvelle relation, nous fournissons des services informatiques interfonctionnels complets, y compris Stealth. Comme je l'ai dit précédemment, je suis fier de la façon dont notre équipe a réagi aux événements macro auxquels nous sommes tous confrontés. Nous continuerons à nous concentrer sur la santé et la sécurité de nos associés, de nos clients et de nos partenaires tout en fournissant des services continus au niveau élevé de normes auquel nous nous tenons et en nous positionnant pour sortir de COVID-19 avec force. Je donne maintenant la parole à Mike, qui donnera plus de couleur sur nos résultats du premier trimestre.Michael M. Thomson – Vice-président principal et directeur financierBon après-midi, et merci de vous joindre à nous. Tout d'abord, je fais écho à l'espoir de Peter que vous et vos familles soyez tous en sécurité, en bonne santé et en bonne santé en cette période difficile. Nos pensées accompagnent tout le monde face aux défis quotidiens de ce nouvel environnement. Dans ma discussion d'aujourd'hui, je ferai référence aux résultats PCGR et non PCGR. Pour rappel, les rapprochements avec ces paramètres sont disponibles dans nos résultats. Comme nous en avons discuté précédemment, nous avons conclu la vente de nos activités fédérales américaines le 13 mars 2020. Les résultats historiques des activités fédérales américaines de la société ont été reflétés dans les états financiers consolidés de la société comme activités abandonnées à compter du 1er janvier 2020 et comme requis par les PCGR des États-Unis, tous les états financiers de la période précédente ont été reclassés en conséquence. Tout au long de cette discussion, nous ne ferons référence qu'aux activités poursuivies de la société.En ce qui concerne les résultats du premier trimestre, les revenus ajustés non conformes aux PCGR étaient de 514,5 millions de dollars, en baisse de 6,9% d'une année sur l'autre ou de 5,2% en devises constantes. Comme nous l'avons mentionné au quatrième trimestre, nous anticipions une baisse d'une année sur l'autre et les revenus étaient supérieurs aux estimations consensuelles. Le chiffre d'affaires des services non-GAAP ajusté est en baisse de 10% sur un an ou de 8,3% à taux de change constant. Le volume de notre coentreprise de traitement des chèques a diminué comme prévu, et nous avons subi un impact de COVID-19, principalement lié à la baisse de la demande de services sur le terrain et à la baisse des contrats basés sur le volume. De plus, les devises étrangères ont joué contre nous, car la plupart des devises se sont affaiblies par rapport au dollar américain. Les revenus de la technologie ont augmenté de 11,2% d'une année à l'autre par rapport aux attentes d'une baisse d'une année à l'autre, car plusieurs contrats ont été renouvelés plus tôt que prévu. La surperformance des revenus technologiques du trimestre a contribué à compenser l'impact de COVIT-19 que nous avons constaté dans les services. Pour rappel, la comptabilité PCGR exige que tous les revenus de licence associés à nos logiciels propriétaires soient reconnus d'avance au moment de signature du contrat à condition que tous les critères soient remplis. Ces contrats doivent être renouvelés selon un calendrier basé sur leur date de signature initiale. Cependant, ces contrats sont parfois attendus tôt ou tard que prévu. Compte tenu de la constatation initiale des revenus, le moment du renouvellement peut avoir un impact significatif sur les revenus totaux de l'entreprise pour la période. La marge bénéficiaire d'exploitation non conforme aux PCGR pour le trimestre s'est établie à 5,5%, en hausse de 70 points de base d'une année sur l'autre, ce qui était meilleur que prévu, en grande partie en raison des revenus de technologie plus élevés que prévu. La marge bénéficiaire d'exploitation non conforme aux PCGR des services s'est établie à 3,5% contre 0,7% au cours de la période de l'exercice précédent. Cela est dû à l'impact de la baisse des services sur le terrain et des activités basées sur le volume ainsi qu'à un retard dans certaines initiatives de réduction des coûts. Nous avions prévu que ces initiatives soient mises en œuvre au début du premier trimestre, mais elles prennent un peu plus de temps que prévu. Nous avons entièrement soutenu nos économies de coûts attendues à ce stade et avons commencé à exécuter notre plan.Comme nous en avons discuté au quatrième trimestre, nous avons environ 60 millions de dollars de coûts précédemment alloués aux activités fédérales américaines que nous visons à supprimer après la clôture. Nous avons pris une charge d'environ 10 millions de dollars au premier trimestre liée à certains de ces coûts, et nous prévoyons que les charges restantes d'environ 10 millions à 20 millions de dollars plus tard en 2020. Nous prévoyons que 25 à 30 millions de dollars de ces économies seront comptabilisés en 2020, la majorité des actions ayant déjà eu lieu. L'EBITDA ajusté a augmenté de 10,4% d'une année sur l'autre et la marge d'EBITDA ajusté a augmenté de 220 points de base à 13,9%. La perte par action GAAP était de 0,85 $ contre 0,64 $ pour la période de l'exercice précédent, en raison de la hausse des frais de réduction des coûts d'une année sur l'autre et des frais de conversion de devises. Ce montant était légèrement inférieur aux estimations consensuelles de 0,75 $ négatif en raison de ces frais de restructuration et des frais de conversion de devises qui n'étaient pas entièrement inclus dans certaines des estimations sous-jacentes. Ces frais ont eu un impact de 0,42 $ sur le BPA au cours du trimestre. Le BPA non-GAAP était de 0,01 $ contre une perte de 0,11 $ au cours de la période de l'exercice précédent et était bien en avance sur les estimations consensuelles. La trésorerie utilisée dans les opérations était de 377,9 millions de dollars au premier trimestre contre 70,4 millions de dollars à la même période de l'exercice précédent. Cette utilisation comprend environ 315 millions de dollars de cotisations de retraite aux États-Unis. Les flux de trésorerie disponibles ajustés pour le trimestre se sont améliorés de 28 millions de dollars et représentaient une utilisation de 68,1 millions de dollars contre une utilisation de 95,9 millions de dollars pour la période de l'exercice précédent, bénéficiant d'une baisse des dépenses d'investissement par rapport à l'année précédente. La vente de nos activités fédérales américaines a considérablement amélioré notre position de trésorerie et notre bilan dans l'ensemble. À la fin du trimestre, nous avions 789,6 millions de dollars de trésorerie au bilan. Cela n'inclut pas 487,3 millions de dollars supplémentaires en espèces affectées au rachat des billets garantis de premier rang de 440 millions de dollars de la société qui ont eu lieu le 15 avril 2020. Nous prévoyons verser environ 300 millions de dollars de contributions volontaires supplémentaires aux régimes de retraite américains. en 2020.Notre endettement net, y compris les engagements de retraite, a été considérablement réduit à 2,7 fois sur la base du BAIIA ajusté du 31 mars des 12 derniers mois, contre 4,3 fois à la fin de 2019. Au 15 avril, nos billets garantis de premier rang étaient entièrement racheté. Le carnet de commandes de services s'est établi à 3,7 milliards de dollars, ce qui correspond à peu près à notre montant de fin d'exercice de 3,8 milliards de dollars, et en hausse de 1% par rapport aux valeurs de fin d'exercice à taux de change constants.Nous avons signé pour plus de 200 millions de dollars de nouveaux contrats de logo au cours du trimestre. Et la valeur totale des contrats signés a augmenté de 32% en glissement annuel. Comme je pense que la plupart d'entre vous le savent, les PCGR des États-Unis exigent que les évaluations des pensions soient effectuées à la fin de l'année et soient basées sur les conditions du marché à ce moment-là. Par conséquent, les récents mouvements du marché n'ont pas été réalisés et n'ont pas d'incidence immédiate ou directe sur nos états financiers. Cependant, conformément à la pratique antérieure et pour fournir une perspective supplémentaire, je vais donner une certaine couleur sur ce qu'aurait été l'impact si les calculs avaient été effectués à la fin de mars. Pour rappel, les taux d'actualisation utilisés pour évaluer nos obligations ne sont pas liés aux bons du Trésor américain, ils sont liés aux rendements des obligations de sociétés, qui n'ont pas diminué autant que les trésors. De plus, l'impact des fluctuations des taux d'intérêt sur les contributions en espèces est atténué au cours des premières années du calcul et, enfin, nous avons également une stratégie de couverture qui protège les rendements des actifs contre les ventes massives et les actions. En raison de tout cela ainsi que des contributions en espèces à nos obligations au titre des régimes de retraite que nous avons versées au cours du trimestre, le déficit mondial des régimes de retraite aurait diminué de 130 millions de dollars par rapport à la fin de l'exercice. Après les cotisations volontaires supplémentaires d'environ 300 millions de dollars que nous avons l'intention de verser plus tard cette année, il n'y aurait pas de cotisations de retraite supplémentaires cette année ou l'année prochaine. Je note également que, sur la base de nos contributions versées à ce jour, nous avons amélioré notre Le statut de capitalisation des régimes de retraite américains, libérant ainsi notre capacité à supprimer les engagements de retraite par le biais de mécanismes tels que les offres forfaitaires en vrac ainsi que les rentes Nous avons l'intention de poursuivre l'une de ces options ou les deux en 2020. Comme Peter l'a souligné, nous avons pris de nombreuses mesures pour minimiser l'impact de COVID-19 sur notre entreprise. Notre objectif est de trouver un équilibre entre l'atténuation des impacts financiers négatifs à court terme et l'émergence de cette période en position de force. Cela nécessite que nous maintenions un moteur de livraison solide pour répondre aux besoins en évolution rapide de nos clients pendant cette période sans précédent et pour être prêts à faire face à une demande accrue en cas de perturbation temporaire. Peter a noté certaines des mesures que nous prenons pour gérer les coûts d'exploitation, et nous réduisons également les investissements discrétionnaires dans la mesure du possible. Les investissements de croissance seront naturellement réduits compte tenu de l'anticipation de retards potentiels dans les nouveaux contrats de logo et de périmètre. Nous avons augmenté les réserves de trésorerie en prélevant 59 millions de dollars sur notre facilité de crédit. Cela étant dit, nous continuons d'augmenter nos investissements dans nos capacités internes qui nous permettront de mieux servir nos clients. Des initiatives telles que notre programme de modernisation de l'ERP, un système de gestion des effectifs amélioré et la création d'une nouvelle plate-forme de vente et de marketing numérique sont toutes à différents stades de planification, de développement ou de mise en œuvre.Nos attentes pour 2020 sont plus faibles que prévu initialement. Comme indiqué précédemment, nous avons exécuté un certain nombre de scénarios qui ont examiné l'impact potentiel de COVID-19 sur nos résultats financiers. Plusieurs de ces scénarios indiquent qu'un chiffre d'affaires ajusté non PCGR pour l'année entière 2020 pourrait être en baisse d'environ 10% d'une année sur l'autre, bien qu'il puisse en fin de compte être plus ou moins que cela. La majeure partie de nos revenus technologiques et environ 84% de nos revenus de services ajustés non conformes aux PCGR 2020 devraient provenir de renouvellements, revenus déjà contractés au 31 décembre 2019, et nous avons historiquement observé des taux de renouvellement supérieurs à 90%. Il peut y avoir quelques retards dans les renouvellements, cependant, en particulier au sein de la technologie et les contrats basés sur le volume peuvent voir une réduction des revenus. Le nouveau logo, la nouvelle portée, l'expansion et les travaux de projet devraient également avoir un impact en raison des retards autour des décisions d'achat résultant des pressions potentielles sur les finances des clients. La rentabilité devrait être affectée de manière plus significative. Étant donné la rapidité avec laquelle la situation continue d'évoluer et l'incertitude inhérente aux conditions macroéconomiques, nous retirons nos prévisions annuelles pour 2020. Malgré l'incertitude associée à la période actuelle, notre activité est fondamentalement solide. Et une fois que nous commencerons à voir les marchés mondiaux se stabiliser, nous nous attendons à ce que la demande devienne plus robuste. En fait, nous pensons que les défis auxquels nos clients sont actuellement confrontés accéléreront leur décision de passer au numérique, ce qui augure bien pour nos solutions. Nous avons atteint environ 35% de notre objectif TCV de logo pour l'année entière au premier trimestre, ce qui indique une forte demande pour nos solutions. En supposant que la situation COVID-19 est contenue jusqu'en 2020, nous prévoyons une nouvelle croissance des revenus en 2021. Au-delà, nous pensons que la croissance des revenus à moyen terme devrait toujours se situer entre 2% et 5%, conformément à l'industrie .Avec cela, je céderai à nouveau la parole à Peter.Peter A. Altabef – Président et chef de la directionMerci, Mike, beaucoup. J'aimerais encore une fois remercier tout le monde d'être venu nous rejoindre aujourd'hui. Et avant de commencer la session de questions-réponses, je voudrais souligner que, comme nous l'avons annoncé précédemment, nous avons reporté notre journée des investisseurs jusqu'à ce que nous ayons une meilleure visibilité sur les conditions macroéconomiques. Donc, dans l'intervalle, nous avons créé une introduction à Unisys, qui est conçue pour fournir un aperçu de la société, car nous avons un certain nombre d'investisseurs et d'analystes qui regardent la société pour la première fois ou la première fois depuis de nombreuses années. Et pendant que nous préparions l'introduction à Unisys, une chose intéressante s'est produite. Au moment où nous l'avons terminé, nous avons réalisé qu'il serait utile pour toute personne intéressée par notre entreprise. Même si nous sommes déjà familiers. Je vous encourage donc tous à accéder à la présentation, qui est affichée sur notre site Web pour les investisseurs. Nous l'avons en fait posté la semaine dernière. Nous allons donc ouvrir les questions. Opérateur – Questions et réponses: Opérateur (Instructions de l'opérateur) Et notre première question viendra de Jon Tanwanteng avec CJS. Veuillez continuer. Jon Tanwanteng – CJS – AnalysteBon après-midi. Bien. Merci d'avoir répondu à mes questions et au premier trimestre. Vous avez mentionné que les bénéfices étaient plus touchés que les revenus cette année. Pouvez-vous nous parler de la marge incrémentielle décrémentielle? Et étant donné le scénario d'une baisse de 10% du chiffre d'affaires cette année, quelle serait la fourchette de rentabilité? Peter A. Altabef – Président Directeur Général Oui. Jon, je vais donc commencer, même si nous recevons des commentaires.Jon Tanwanteng – CJS – AnalysteJe peux vous entendre très bien.Peter A. Altabef – Président et chef de la directionJon, vous voudrez peut-être mettre votre téléphone mute.Jon Tanwanteng – CJS – AnalysteJe n'entends actuellement aucun commentaire, mais je vais enquêter davantage.Peter A. Altabef – Président et chef de la directionOk, merci. Jon, permettez-moi de revenir à votre question. Alors évidemment, nous ne le faisons pas, et je serais surpris si de nombreuses entreprises ont une très bonne idée de la façon dont COVID-19 se remplira pour le reste de l'année ou combien de temps cela prendra. Les scénarios qui, encore une fois, nous et d'autres exécutons sont notre meilleure estimation. Et lorsque nous affichons le chiffre de 10% là-bas, c'est encore une fois notre meilleur jugement basé sur une modélisation différente, qui pourrait certainement être supérieure ou inférieure à cela. La raison pour laquelle nous avons publié les 10% était non seulement pour partager avec vous une partie de notre modélisation, mais également pour vous indiquer que nous sommes une entreprise touchée par COVID-19, mais pas une entreprise que nous espérons être aussi dramatiquement affecté par cela comme d'autres du côté des revenus. Quand nous regardons du côté des bénéfices, encore une fois, je pense que nous serons affectés mais pas aussi affectés que d'autres. La liste des mesures que nous avons prises pour améliorer les problèmes de profit, je pense, est longue, et je pense que nous sommes en avance sur la courbe dans la façon dont nous abordons cette question. Cela dit, il y a juste un tas d'inconnues. Sur nos revenus technologiques, par exemple, qui ont tendance à être une marge plus élevée et des flux de trésorerie plus élevés pour nous, nous avons très bien réussi au cours du trimestre. Nous avons dépassé ce que nous espérions faire au cours du trimestre. Ces contrats pourraient être retardés lorsque nous avons examiné le reste du trimestre, en particulier ceux dont les clients envisagent l'utilisation. Nous ne savons donc tout simplement pas exactement l'effet sur la rentabilité. Certaines des choses que nous savons maintenant. C'est donc une chose de mettre tout le monde au travail à domicile, et nous l'avons fait avec plus de 95% de nos employés qui fonctionnent efficacement. Mais il y a des choses à faire qui nécessitent d'être sur les sites des clients, d'autant plus que notre modèle implique de devenir de plus en plus efficace sur certaines activités des clients. Donc, tout cela ne pourra pas être fait en ce moment ou du moins pas aussi bien que si nous étions réellement sur place. Donc, en fin de compte, nous pensons que le profit sera quelque peu disproportionnellement inférieur aux revenus, d'autant plus que nous avons des coûts fixes qui ne disparaissent pas immédiatement lorsque les revenus le font. Mais nous avons en quelque sorte mis cela en évidence pour montrer que nous pensons que toutes choses étant égales par ailleurs, il s'agit d'une entreprise avec une très forte liquidité en ce moment, une position de trésorerie très solide. Et je pense que nous avons un assez bon plan. Sur ce, je m'en remets à Mike.Michael M. Thomson – Premier vice-président et directeur financier Oui. Jon, je vais peut-être ajouter un ou deux points à cela, et je pense que Peter l'a bien couvert. Mais l'autre chose sur laquelle nous étions très concentrés était de maintenir notre personnel, non? Ainsi, nous avions indiqué dans nos remarques préparées que notre objectif ici est de sortir de COVID plus fort que nous ne l'avons fait pour COVID, n'est-ce pas? Et certainement, la suppression de votre personnel en raison de la baisse temporaire des revenus n'est pas un excellent moyen de le faire. Nous avons donc pris une position où nous faisons un peu de réoutillage, de recyclage, en veillant à ce que nous ayons des gens alignés afin que nous soyons prêts à mieux servir nos clients à la sortie de cette crise. pour cette raison, comme Peter l'a mentionné, le modèle de coût fixe de cette base associée ou même si dans certains cas, il est variable, vous avez mentionné les congés et d'autres choses où nous avons modifié ce que nous pouvons, mais nous essayons vraiment de maintenir les masses. Sans parler, nous voyons cela comme une opportunité. Vous avez beaucoup d'autres personnes dans notre espace qui laissent partir beaucoup de gens. Eh bien, s'il existe des ressources qui sont dans le bon ensemble de compétences, eh bien, nous cherchons la possibilité d'obtenir certaines de ces ressources à bord. Encore une fois, après la crise, nous serons plus forts que nous ne le serions. Ce sont donc quelques-unes des raisons pour lesquelles je pense que la rentabilité sera affectée de manière plus importante que le chiffre d'affaires.Jon Tanwanteng – CJS – AnalystOkay. Génial. Et puis 80% à 85% de vos revenus sont récurrents, quel pourcentage de cela serait selon vous peut-être une activité essentielle liée à des choses qui aident réellement vos clients à gérer leur entreprise? What could be renegotiated or cut, if they had to, if there were a solvency issue situation?And then I think you mentioned a couple of times now that you have volume-based contracts. I'm just wondering what percentage of revenue is tied to those?Michael M. Thomson — Senior Vice President & Chief Financial OfficerSure. Well, I'll pick up on the recurring theme, Jon. So as we talk about many times, really, it's over 80% of it's recurring. I would say, for the most part, our recurring revenue are not discretionary type things, right, whether that's our global workspace solutions, etc, right, that's not our project-based work. So they're not really in positions to be renegotiated. And frankly, we've not really had any clients come to us in renegotiation of a contract throughout this crisis. We certainly talked to select clients around perhaps deferral of payments and things like that, but not a negotiation or renegotiation even in a crisis situation.As Peter mentioned in some of his remarks, we don't have any clients that make up greater than 5% of our revenue base. So our diversity as far as client diversity is concerned, helps us in that respect as well. As far as the volume-based contracts, largely, those are tied to our BPO business, which you can see is a relatively smaller piece of the overall pie. So in general, I think, again, with our remarks that we've made earlier and that we've made historically, the fact that we've got diversity in the clients that we serve, diversity in the sectors that we serve, diversity in the geographies that we perform our business in, ability to ship workloads, etc, we've been able to service our client base without interruption. And I think in general, we've gotten really high marks from our client base in support of their businesses.Jon Tanwanteng — CJS — AnalystOkay. Génial. And finally, just on the pension. It was great to hear that the deficit actually was decreased. If you could, could you talk about pension relief efforts in Washington? And what was currently being discussed and how that might benefit you if something does get passed?Michael M. Thomson — Senior Vice President & Chief Financial OfficerSure. So maybe I'll touch on two points. The first just being the waiver process that we've talked about in the past, we withdrew that waiver, as you would suspect that we would based on the voluntary contributions that we've made. We've already essentially prepaid 2020 and 2021. So the waiver for 2020 was not required any longer. Two, what you're referring to is some legislation that is currently being discussed as part of one of the stimulus packages. Essentially, the two things that they're talking about is expansion of the interest rate corridor and also deferring or amortizing payments for cash contributions over a 15-year period. The current program is over a seven-year period.So essentially, what that would do, and those are both put in place to ultimately give companies the ability to infuse cash into their businesses today, and it's more a permanent fix as opposed to some of the temporary solutions that they've already put in place with some of the other stimulus packages. So essentially, Jon, it would take away our pension contributions for probably the next six years. And post that, I don't think we have a year that exceeds something like certainly under $50 million in any given year throughout their duration. So it really streamlines and spread those contributions out over a much longer period, frankly, which is a lot more indicative to when those actual obligations come due. So from our perspective, it would be viewed positively and would really allow us to stretch out cash contributions over a much longer period of time.Jon Tanwanteng — CJS — AnalystGreat, thanks.Michael M. Thomson — Senior Vice President & Chief Financial OfficerThanks very much.OperatorOur next question will come from Rod Bourgeois with DeepDive. Please go ahead.Rod Bourgeois — DeepDive — AnalystHey, guys, hey, I want to ask kind of a bigger picture question, kind of looking down the road after the coronavirus crisis subsides. I'd love to get your take on whether you see trends happening during the crisis that would put you in a position to have better market share on the other side of the crisis? So are there trends happening or investments that you're making or developments in your client base that would allow you to essentially gain wallet share at some of your key clients?Peter A. Altabef — Chairman and Chief Executive OfficerSo Rod, thanks for the question. I think it's a great question. And it is one we're spending a lot of time on. So we are trying to optimize for the current situation, but very much looking forward and looking ahead to what that new normal looks like, and how we are a stronger company when we get there. When we think about the things we are doing right now, they fall into two categories. One, I would say, is the shoemaker not having a whole lot of shoes. So putting in a new ERP program, putting in a new manager new workforce management program, changing our sales and marketing platform, are all things that we would have done subsequent to the sale of the federal team now that we have more financial flexibility to do it. But it's even more important that we do it right now because under this period of time, we can really kind of make sure that we nail our processes and that we are ready to compete really with anyone as we come out of it in terms of not getting in our own way. This is a company that has always had a lot of potential, but sometimes we get in our own way. And we will be out of that phase by the time COVID-19 is over.With respect to solutions for our clients, we have been focusing for a little bit several years now on developing next-generation solutions across our key areas of focus, and we now have them. So when we talk about global workforce and InteliServe, our ability to not only provide these services on a client site, but to do this remotely. When we talk about adding Stealth into the mix, which, of course, isn't an add for us. It's always been inherent in that application, but it's something that other folks don't have. So workforce, global workforce, which is now getting, I would say, C-level attention from not just the C level, but the CEO level attention, fits right into our sweet spot. So we feel very good about our solutions for global workforce. And this is a permanent shift. Not everyone is going to go back to offices. Those that do will be going back one day, two days, three days a week instead of five days a week. So our ability to do so much of this work for our clients remotely and to add the kind of AI we have been adding to it, to add the artificial automate automation is a big deal.CloudForte, when I think of what we have done, and I think of what clients are experiencing now, it's pretty interesting. Clients who have the majority of their work already in the cloud are experiencing less issues with COVID-19 from an IT standpoint than those that are still dealing with their own data centers because those clouds are effectively outsourced. They have a level of redundancy, and they're up and running without having to worry about having your own people on site. So our CloudForte solutions, which encourage the movement and the administration and the operation of that work to the cloud is exactly what is called for right now and will be called for afterwards. By itself, it's hard to mention a platform that's not more particularly appropriate to both the time right now and the time going forward.Our Stealth pipeline is up 36% year-on-year. We have a tremendous number of opportunities in front of us. And we think that that's going to be a very, very bright spot for us. So I hate to say we are fortunate because that's a bad word to use in this experience. But we do have a whole series of solutions that have been our core go-to-market solutions, whose time is really very appropriate.Rod Bourgeois — DeepDive — AnalystSo an extension of the question. So I think we all see the work from home trend. We see enterprises needing to modify their infrastructure to enable that at a much greater scale. You have a huge history in the workplace solutions business. So it's natural that you have an opportunity there. So let's say, you're at a client, they bring you in further into the workplace to upgrade, be ready for work from home. What's the most natural thing now that you're in that position? What's the most natural thing to cross-sell to add scope to that relationship beyond the workplace arena?Peter A. Altabef — Chairman and Chief Executive OfficerWell, so if we're already about as I said, about 1/3 of our revenue today is around that digital workspace model. If you look at the kind of revenue we had outside of that, also, about 1/3 of our revenue is what I would call subject to CloudForte solutioning, right? So that whether that is cloud infrastructure, whether that is on-premise infrastructure going to the cloud, whether that is applications work about optimizing programs for the cloud. So it's another 1/3 of our revenue that fits into another strong suit of ours, which is our CloudForte solutions.And what I would say, Rod, to answer your question specifically, if we are already working with a client on global workspace, it is right next door to say, OK, well, so we're managing all of these operations for you remotely. We need to optimize them onto the cloud environment because that's going to give you more security, and we need to be able to move it in between cloud environments as the pricing of those cloud environments becomes more competitive, which it is doing.So I would say it's a short burst from our InteliServe offering to our CloudForte, and then Stealth actually underlies both of those.Rod Bourgeois — DeepDive — AnalystUnderstood. And then one final question. In Q1, clearly, your operating margin in services, in particular, was impacted by the loss of some demand due to COVID. Can you quantify in the first quarter what the margin hit was from the kind of evaporation in some of the volumes that happened on the demand side?Michael M. Thomson — Senior Vice President & Chief Financial OfficerRod, it's Mike. Yes, look, I don't know that we've got a specific data point there. As you can imagine, it's very difficult to know how much of the volume decline is specific to one thing or another or specific to you not being in the location or not in the location. So I don't think it'd be as precise as we would like it to be at this point in time. But I guess from our perspective, we were a lot more concerned around ensuring that our clients had no disruptions, that we're able to support our client base in everything that they were doing to get themselves ready for COVID and to not have crucial systems go down. As you know, we support many different industries, pharma, healthcare, transportation, you name it, right, public sector, government.So we were a lot more focused in ensuring the delivery of that work than trying to pinpoint this percentage point related to COVID versus something else.Rod Bourgeois — DeepDive — AnalystGot it. So just to clarify on that, though. So some of the margin hit from COVID was more than just the revenue flow-through hurt you. It was also that you had to incur some costs to sort of adjust your operating margin to take care of clients. So it was in some ways, there were some lumpy costs that needed to be incurred to convert your operating model?Michael M. Thomson — Senior Vice President & Chief Financial OfficerSure. Look, I think I would look at it threefold. You have the straight revenue pass-through, as you just alluded to. You have the lumpiness for what you have to kind of set up your own infrastructure for costs that are onetime to have our people working remote. And then you also have the inability to get into highly complex situations to remediate things, right, because you can't be on site. So there's some delay there and some duplicative cost in regards to that as well. But again, first and foremost, it was around seamless delivery, building goodwill and making sure our clients were operational.Peter A. Altabef — Chairman and Chief Executive OfficerAnd Rod, this is Peter. Just coming full circle to your first question about looking out. If we look at the industry trends and we look at how we are set up as a company and you say, OK, so what part of the industry is going to be slightly deemphasized and what part is going to be emphasized as a COVID-19 result. I would say the piece we would expect to get deemphasized somewhat is going to be our field services piece. There won't be as much of that, although we are evolving field services to include more IoT, which actually may make up some of that.But putting that aside, field services probably is under more pressure going forward. What replaces that is more security work as you're doing more things remotely, more remote service, more service desk, all of the things that we are good at from a work from home standpoint. And I would say when you look at the margin shift between field services margins and security margins and service desk margins and remote support margins, you're going from low-margin work to significantly higher margin work. So I do think that will inure to our benefit over time.Rod Bourgeois — DeepDive — AnalystDefinitely a bit of a blessing in disguise because the growth is moving to the digital side of the workplace market. So interesting.Peter A. Altabef — Chairman and Chief Executive OfficerI thank you guys helpful color.Rod Bourgeois — DeepDive — AnalystThanks.OperatorOur next question will come from Joseph Vafi with Look Capital. Please go ahead.Joseph Vafi — Look Capital — AnalystHey, guys, It's Joe Vafi over at Canaccord. Just number one, thanks for your candid remarks here on the business, both positive and negative in this tough time. I thought maybe we'd start with a positive on maybe just a couple more minutes on the Stealth driven AOA business or this always on business and how it stacks up against VPN? I mean I'm not a comm equipment analyst, but it sounds pretty intriguing here on what it could mean moving forward.Peter A. Altabef — Chairman and Chief Executive OfficerYes. So our Stealth, so the Always-On Access powered by Stealth is a variation of Stealth. And it is Stealth that specifically is targeted at a work from home environment. So VPNs have different levels of maturity. But if you think of a typical VPN, it's a pipe that allows you to access home base remotely. It was initially VPNs were initially set up, Joe, to help a laptop that is on the road somewhere. And they were not set up for the volume that they're seeing now. Usually, it was set up to carry about 20% of a client's network. Now we're talking about 80%. And when you open up a VPN pipe, the problem is opening it up in a network in somebody's house is you're opening it up to everything else on that network, which is old equipment that is also on a network that is not as modern as a laptop, it could be gaming console, it could be all sorts of stop.So our system, which is software as a service system and is a next-generation system uses Stealth to identify that specific piece of equipment and the specific identity of the user of that piece of equipment. So it doesn't extend into the rest of the home network environment. It also enables the coking technology that Stealth has. And finally, it allows for dynamic isolation, which means if there is a laptop or if there is a server or if there is an IP address that is from a bad actor, whether it's somebody doing this from home or somebody doing it from somebody infiltrating the network, it doesn't matter whether you're inside or outside the firewall. As soon as that is detected, we close it down, and we can close it down within 15 to 20 seconds. And so that allows us to isolate the bad actors and not shut down the rest of the network, which is really critical when you look at some of the cybersecurity events that have gone on in the last two years. So we're very excited about always on access. And I will tell you the level of interest we have is extraordinary. I'll just leave it at that.Joseph Vafi — Look Capital — AnalystThat's pretty exciting, Peter. Just if you could remind us now that the SAIC deal is closed, I know you mentioned this new logo deal with a commercial defense contractor that did not transfer over. I assume you have a license deal with SAIC at this point on Stealth as they potentially resell that into the government? How is that working?Peter A. Altabef — Chairman and Chief Executive OfficerWe do. So two separate points. So we're not out of the public business. So as you heard me talk earlier, Joe, 33% of our revenue is public post the sale of federal. The vast majority of that is U.S. state and local business, and it is business overseas with foreign governments. In addition, one of the things that continues is we become we become a supplier of our software to SAIC for it to use in the government. Some of that software is ClearPath Forward. Government U.S. government clients use ClearPath Forward, we make that available to SAIC through a license arrangement, and they use it for their clients.Stealth is exactly the same. So we provide stealth to SAIC, and it uses Stealth for its clients. Now unlike ClearPath Forward, which was a pretty mature offering as far as the federal government is concerned, Stealth is still a newer offering that is expanding with clients. And so one of the sales that generated technology revenue for us in the first quarter was, in fact, a sale of Stealth to a U.S. government client post the sale of our U.S. Federal business. So that was SAIC getting that contract and then us providing Stealth behind that. SAIC is a $7 billion organization. Our U.S. Federal team was about $700 million. We actually expect that pipeline to be increasing and the license revenues to be increasing. We won't get all the service revenues, although we'll get some of that. But the higher margin license revenue, we will get all of that.Joseph Vafi — Look Capital — AnalystThat's great. That's encouraging. And then I guess, if you look at that technology segment, it's always been historically a business that's focused on the kind of a renewal business and it's strategic, you got to keep the lights on with those clients. Do you see this really being anything as an impediment here where people wouldn't renew? It doesn't feel like that to me. I was just I thought I'd get your opinion on that.Peter A. Altabef — Chairman and Chief Executive OfficerYes, it doesn't feel that way to us either. The organizations that are using that technology are, number one, extremely fortunate in the fact that it is so secure. And so that is a real an addition to its ability to process quickly at high volume at relatively low cost. It's extremely secure environment. And so I would given the level of cyber attacks that has gone up post COVID-19, especially against financial institutions, healthcare institutions, government institutions, having that secure platform is more important than ever. We don't get indications that it is anything that would affect the ongoing interest. And obviously, we're investing in that, to your point. So we now have ClearPath Forward operating in the cloud. We have it operating in the public cloud.So we're really making advances in bringing that to a place where anybody who has an interest in that platform has no interest in leaving that platform. And of course, technology revenue for us is more than ClearPath Forward. It also includes Stealth license revenue and industry application products license revenue, and we consider those to all be areas of growth.Michael M. Thomson — Senior Vice President & Chief Financial OfficerAnd Joe, just one thing I'd add to that as well, if I could. So in the introduction to Unisys, we have a couple slides in there, and we have Vishal Gupta, who leads our technology practice there, it actually gives some real insight there about different applications now for writing open code, on top of that, the support from a services perspective. Peter alluded to the cloud computing. So that application is completely hardware agnostic at this stage and basically software deployed. So we think there's some real advantages and even tying back to Rod's question, all of these solutions kind of play together and play very nicely together, and obviously, all embedded from a security perspective.Joseph Vafi — Look Capital — AnalystSure. I mean that's all encouraging. And I think the road map that you guys have done there is right on the mark. And I know you were saying earlier, I think, Peter, that perhaps you said that perhaps you don't want to say you're fortunate, but there is an old proverb out there that luck favors the prepared mind. So it's good to be prepared to set yourself up for luck.Michael M. Thomson — Senior Vice President & Chief Financial OfficerWell, thank you, Joe. We are prepared. And so I'll take that as an axion. It works for us.OperatorOur next question will come from Ishfaque Faruk with Sidoti & Company. Please go ahead.Ishfaque Faruk — Sidoti & Company — AnalystHi, good afternoon, guys. Just a couple of questions. Most of my questions have been addressed already, actually. On your tech revenue side, Mike, you mentioned that some of your revenues from the SAIC deal, there's still some TSAs out there. This quarter, it was pretty high. Can you give me a sense for what percentage was from that SAIC, if any? Or was it a ClearPath Forward?Michael M. Thomson — Senior Vice President & Chief Financial OfficerYes. Ishfaque, so what I would say to you is that the opening remarks were really around the renewal schedule, and we had a couple contracts renew a little earlier than we had anticipated, but we also had some volume increases. They were from the SAIC venture, and they were a ClearPath Forward based. So it was a legacy client that went over with the sale, and obviously, good in the concept of working relations with SAIC, very good. The transition has been very smooth. I think both parties are extremely happy with how that is going. And already in the quarter, we've consummated a deal with one of our legacy clients that were ultimately sold as part of that business. And not only did we get the revenue flow-through for that. We ended up getting additional revenues associated with that from a volume base.So, so far, so good, off to a really good start in that space. And as Peter alluded to earlier, they were roughly seven `times or 10 times bigger than we were in that space. So we were really looking forward to that relationship. And hopefully, between Stealth and ClearPath and the services that sit on top of ClearPath Forward that we'll continue to see that increase in our technology revenue base.OperatorThe next question will come from Edward Mally with Imperial Capital. Please go ahead.Edward Mally — Imperial Capital — AnalystHi, thank you. I'm just to go back to some of the comments that you had made on the pension deficit during your prepared remarks, I just wanted to make sure I heard some of the figures you had presented correctly. You talked about a $130 million reduction on a pro forma basis. Is that versus the number you reported at the end of the first quarter? Or would that have been relative to year-end 2019?Michael M. Thomson — Senior Vice President & Chief Financial OfficerYes. So that was $130 million reduction in deficit, and that would have been pro forma and against 2019 ending position. That would have included not only the contributions that we did make in the quarter, but also the pro forma contributions that we're anticipating making through the remainder of 2020 as well as all of the impact of the activities during the quarter. So movements in interest rates and what has gone on in equities, etc. So really just trying to give you a pro forma sense of what it would have looked like. Now I'll couple all of that with you don't do an actuarial valuation during the year. It's only done at the end of the year. So I would caution it to just be it's just from a directional perspective, to give you some additional color as to what it would look like. But those things are only done at the 12/31 ending position.OperatorThank you. This will conclude today's question-and-answer session. And I would like to hand it over to management for any closing remarks.Peter A. Altabef — Chairman and Chief Executive OfficerThanks very much. This is Peter again. I really do appreciate everyone joining the call. I know we started a few minutes later, and I apologize for that technical glitch. We are very much open for business as a company and as an Investor Relations team. So Courtney, Melissa, Mike, myself, are really all at your service. We continue to put more information on our Investor Relations website, such as the introduction to Unisys, which is much more than an introduction. And again, I recommend it to you, and we welcome questions and comments from you on an ongoing basis. So thank you very much for participating in the call, and we look forward to the next one.Operator(Operator Closing Remarks).Duration: 64 minutesCall participants:Courtney Holben — Vice President of Investor RelationPeter A. Altabef — Chairman and Chief Executive OfficerMichael M. Thomson — Senior Vice President & Chief Financial OfficerJon Tanwanteng — CJS — AnalystRod Bourgeois — DeepDive — AnalystJoseph Vafi — Look Capital — AnalystIshfaque Faruk — Sidoti & Company — AnalystEdward Mally — Imperial Capital — Analyst
More UIS analysis
Tous les relevés d'appel des gains

                                                
                                            
                                        
                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *