Thomas Ryan, PDG de Service Corporation International (SCI) sur les résultats du T1 2020 – Transcription de l'appel des résultats

Thomas Ryan, PDG de Service Corporation International (SCI) sur les résultats du T1 2020 – Transcription de l'appel des résultats

Service Corporation International (NYSE: SCI) Téléconférence sur les résultats du T1 2020 30 avril 2020 9 h 00 HE
Participants de l'entreprise
Debbie Young – Directrice, IR
Thomas Ryan – Président, président et chef de la direction
Eric Tanzberger – SVP & CFO
Participants à la conférence téléphonique
Scott Schneeberger – Oppenheimer
UN J. Riz – Crédit Suisse
John Ransom – Raymond James & Associates
Duncan Brown – Valeurs mobilières Wells Fargo
Opérateur
Bonjour et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020. (Instructions d'utilisation). Veuillez noter que cet événement est en cours d'enregistrement.
J'aimerais maintenant confier la conférence à SCI Management. Allez-y.
Debbie Young
Bonjour. Voici Debbie Young, directrice des relations avec les investisseurs à SCI. Nous remercions tout le monde de nous avoir rejoints aujourd'hui. Comme d'habitude, je passerai rapidement en revue le langage de la sphère de sécurité, puis nous commencerons par les remarques préparées de Tom et Eric.
Tous les commentaires formulés aujourd'hui par notre équipe de direction qui indiquent nos plans, nos convictions, nos attentes ou nos projections pour l'avenir sont des déclarations prospectives qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux envisagés dans ces déclarations. Ces risques et incertitudes comprennent, sans s'y limiter, les facteurs identifiés dans notre communiqué de presse et dans nos documents déposés auprès de la SEC qui sont disponibles sur notre site Web.
Au cours de cet appel, nous pourrons discuter de certaines mesures financières non conformes aux PCGR telles que le BPA ajusté, le flux de trésorerie d'exploitation ajusté et le flux de trésorerie disponible. Un rapprochement de ces mesures non conformes aux PCGR avec les mesures appropriées conformes aux PCGR est disponible sur notre site Web dans la section Webdiffusion et événements pour les investisseurs ainsi que dans notre communiqué de presse sur les résultats publié hier.
Sur ce, je donne maintenant la parole à Tom Ryan, président-directeur général de SCI.
Thomas Ryan
Merci, Debbie. Bonjour à tous et merci de vous joindre à nous ce matin. Évidemment, ce sont des moments sans précédent, et nous vous adressons nos meilleurs voeux ainsi qu'à vos familles. Nos pensées restent avec les personnes touchées à travers le monde par cette pandémie.
Compte tenu des circonstances uniques, nous avons modifié l'ordre de nos remarques afin d'anticiper et d'aborder les sujets qui vous tiennent à cœur de la manière la plus constructive. Je commencerai par aborder la solidité de notre situation financière actuelle, suivi d'une discussion sur les tendances commerciales actuelles, puis j'aborderai les façons dont nous continuons à aider nos familles à célébrer, guérir et trouver une clôture dans un monde COVID-19. Enfin, je vais aborder les résultats commerciaux du premier trimestre.
L'allocation judicieuse du capital est depuis longtemps au cœur de la stratégie de base de notre entreprise. La clé de cette stratégie, voler une phrase de Jamie Dimon, est notre engagement à maintenir un bilan de forteresse. Avec cela, nous pouvons et allons surmonter cette tempête. À ce jour, nous avons plus de 750 millions de dollars de liquidités, aucune échéance importante de la dette jusqu'en mai 2024 et, selon l'expérience historique, la capacité de générer des flux de trésorerie disponibles importants même en période de ralentissement économique. Notre bilan de forteresse et nos solides fondamentaux sous-jacents nous permettent de vraiment maintenir la flexibilité financière, ce qui est avantageux lors d'une crise comme celle-ci. Cette force nous permet de continuer à investir dans nos gens et nos entreprises incroyables, dans la technologie et d'autres stratégies numériques, le développement de l'inventaire des cimetières et d'autres stratégies de développement commercial, telles que les acquisitions et les nouvelles constructions. De plus, nous avons l'intention de maintenir notre politique actuelle de dividende et nous allons saisir d'autres opportunités, qui capturent une valeur supplémentaire pour nos parties prenantes.
Ensuite, à ma famille SCI que je connais écoute. Je sais que nous sommes toujours au milieu de cette crise et c'est loin d'être terminé. Mais je veux juste dire à quel point je suis fier des efforts héroïques que beaucoup d'entre vous ont déployés pour servir nos familles clientes en ces temps mouvementés et du dévouement et de la persévérance que vous continuez de manifester. Nos équipes dans les zones chaudes du pays, pas plus sévères que New York et le New Jersey, ont été extrêmement occupées à traiter avec un nombre sans précédent de familles qui avaient besoin de notre aide. Nos équipes sont allées au-delà. Dans la région de New York, New Jersey, au cours des 3 dernières semaines, nous avons fait venir plus de 100 professionnels des services funéraires qui se sont portés volontaires à travers le pays pour aider nos équipes locales à prendre soin de nos familles. De plus, comme les cimetières et les crématoires ont été submergés, nous avons apporté 23 unités de réfrigération supplémentaires, tirant parti de la capacité de stockage pour aider à soulager un système surchargé.

Partout dans notre réseau, nos équipes courageuses ont désintéressé les besoins des autres en premier, mobilisé les ressources et agi dans le meilleur intérêt de notre communauté. Merci pour vos efforts considérables et sachez que notre objectif n ° 1 de la société est de vous garder en sécurité et de vous soutenir tout en prenant soin des autres.
Passons maintenant à une discussion sur les tendances commerciales actuelles. La pandémie de COVID-19 a eu un effet significatif sur nos associés ainsi que sur nos opérations. Je vais commencer la discussion commerciale, ressemblant à John Ransom racontant l'histoire du trou qu'il a eu en jouant tout seul. Tout au long de février et de la première partie de mars, nous avons eu beaucoup de dynamisme dans l'entreprise. Le volume des funérailles a augmenté. Le revenu moyen par cas a augmenté de près de 4% et le changement de la combinaison de crémation a été plutôt modéré. Les ventes de pré-besoins pour les funérailles et le cimetière ont toutes deux connu une croissance impressionnante. Ensuite, nous savons tous que cela s'est produit, COVID-19 et les effets d'entraînement. Il y a 2, ce que nous croyons être des tendances négatives temporaires, qui ont actuellement un impact sur nos résultats. Le premier est les ventes de propriétés de cimetière pré-établies, et le second est la moyenne des ventes de funérailles.
Pour les ventes de cimetières préalables, l'une des sources de prospects les plus efficaces avec des séminaires qui ont eu lieu principalement dans les restaurants. Cela conduirait à un rendez-vous qui aurait lieu généralement à la maison ou en visitant l'un de nos magnifiques parcs. Une fois que les marchés ont été inondés de commandes d'abris sur place, associées aux nouvelles normes de distanciation sociale, notre capacité à mener des affaires a été réduite. Cependant, nos équipes créatives de vente et de marketing ne sont pas restées immobiles. Ils ont trouvé des moyens pratiques de surmonter les obstacles à l'éloignement social en tirant parti de la technologie, en créant un séminaire de pré-planification préenregistré à la demande et en pivotant notre objectif pour développer de manière exponentielle le numérique de manière organique.
Avant COVID, nos rendez-vous quotidiens étaient de l'ordre de 3 000 par jour. Ils sont tombés à 1 000 par jour au début de la crise. Et aujourd'hui, ils sont de plus de 2 000 par jour et ont une tendance à la hausse. Nos conseillers en vente effectuent maintenant près de 40% de nos présentations de vente en utilisant virtuellement la technologie. Pour le mois d'avril, les ventes de pré-cimetières ont tendance à baisser d'environ 35% à 40%. Mais je suis persuadé qu'à mesure que certaines régions du pays rouvriront à mesure que les exigences en matière de distanciation sociale seront assouplies et que nous serons de plus en plus efficaces dans l'utilisation de la technologie, nous serons de retour dans une large mesure.
L'autre tendance négative temporaire est la moyenne des ventes funéraires. Pour le mois d'avril, il est en baisse d'environ 11% par rapport à l'année précédente. Cela aussi a été affecté par les ordonnances de mise en place d'abris dans tout le pays qui imposent des restrictions rigoureuses sur la taille des rassemblements et, dans certains points chauds, ont nécessité un enfouissement direct ou une crémation. Un pourcentage important de nos familles n'a pas été en mesure de choisir l'utilisation de nos installations pour les visites et les funérailles, certains équipements, et même les arrangements floraux et la restauration. Bien que nos familles aient été incroyablement compréhensives, elles continuent de nous démontrer leur désir de célébration, de commémoration et de fermeture. Par exemple, plus de 1 200 familles ont réservé de futurs services commémoratifs qui auront lieu plus tard. Jusqu'à ce que nous revenions à la normale, nous avons plus de 1 000 emplacements offrant Facebook Live pour permettre à la famille élargie et aux amis de participer virtuellement à la cérémonie aux côtés de la famille immédiate. Encore une fois, alors que certaines régions du pays commencent à rouvrir et que les exigences en matière de distanciation sociale se relâchent, nous pensons que nos familles reviendront à nouveau à des offres de services plus robustes, ce qui aide au processus de deuil, de guérison et de fermeture.
J'aimerais maintenant partager quelques exemples d'actions créatives entreprises par certains de mes coéquipiers. Pour les familles qui n'ont reporté les services qu'à une date ultérieure, nous trouvons des moyens créatifs de les aider à honorer leur bien-aimé et à participer au processus de deuil et de clôture. Nous avons utilisé Facebook Live pour une participation virtuelle aux services, les visiteurs virtuels peuvent laisser des messages dans un livre d'or en ligne que nous attachons aux ballons ou aux fleurs qui sont présents dans la chambre avec notre famille. Nous avons effectué des visites en voiture au lieu des funérailles ou à l'église afin que les amis et la famille puissent participer depuis leur voiture, en offrant leurs condoléances à une distance sûre. Nous avons organisé des précessions dans le quartier alors que des amis bordent les rues, brandissant des signes de soutien et de souvenir au fur et à mesure que la précession passe. De nombreux endroits ont également prolongé les heures de visite et de service pour permettre à la famille et aux amis de venir en groupes limités pour rendre hommage à la famille. Après le départ de chaque groupe, nos équipes désinfecteront la zone publique avant de permettre au prochain groupe de visiteurs attendant dans leur voiture d'entrer et de participer à la visite. Même dans des moments aussi effrayants que cela, nos courageux professionnels comprennent l'importance du processus de deuil et de guérison et trouvent des moyens créatifs de faciliter ce processus dans un environnement sûr.

Maintenant, pour un bref aperçu du premier trimestre. Le bénéfice dilué par action, hors éléments exceptionnels, a diminué de 0,04 $ par action au premier trimestre pour s'établir à 0,43 $, car notre puissant élan au cours des 70 premiers jours du trimestre a été brutalement affecté par les effets d'entraînement de la pandémie de COVID-19. Nos revenus de funérailles comparables pour le trimestre ont augmenté d'environ 8 millions de dollars. Cette augmentation est principalement attribuable à la hausse des revenus de base de 9 millions de dollars. Notre augmentation de 1,5% des services funéraires de base effectués a été renforcée par une croissance de 1% de notre moyenne des ventes de services funéraires biologiques.
L'augmentation des cas de COVID-19 dans les derniers jours de mars a pour la plupart compensé la baisse de notre revenu moyen par cas au cours des dernières semaines du mois, car certains clients étaient limités dans l'accès à nos installations et services en raison de restrictions dans la collecte tailles instituées aux États-Unis et au Canada.
Notre changement de composition de la crémation était modeste de 30 points de base pour les deux premiers mois et est passé à 260 points de base pour mars, ce qui a entraîné un changement de 110 points de base pour le trimestre. Le bénéfice brut comparable pour les funérailles a diminué d'environ 3 millions de dollars pour s'établir à 103 millions de dollars pour le trimestre. Les revenus comparables des cimetières ont diminué d'environ 7 millions de dollars pour le trimestre. La baisse la plus importante est attribuable à la baisse reconnue des revenus tirés de l'immobilier de près de 13 millions de dollars. N'oubliez pas que la fin du mois de mars correspond généralement à une forte augmentation de la production des ventes préalables liée à la célébration du Ching Ming. Notre production de ventes de cimetières comparables a donc diminué de près de 23 millions de dollars pour le trimestre, soit un peu plus de 10%. Cela a eu l'effet le plus modérateur sur notre bénéfice par action pour le trimestre, la production de ventes de pré-cimetière jusqu'en février ayant augmenté d'environ 11% et la production de mars de 35%. Par conséquent, les bénéfices comparables des cimetières ont diminué de 11 millions de dollars.
Les marges des deux segments ont été affectées par des augmentations inflationnistes normales des salaires, y compris des primes d'assurance maladie plus élevées, ainsi qu'une augmentation des réserves douteuses compte tenu de la situation économique actuelle.
En terminant, je voudrais à nouveau adresser mes sincères remerciements à notre équipe de héros. Les mots ne peuvent pas décrire le sentiment de fierté que j'ai quand je pense à ce que nous faisons là-bas. Chaque facette de notre équipe va au-delà pour assurer la sécurité de nos coéquipiers, de nos familles et de notre communauté.
Du point de vue de la performance opérationnelle, nous avons eu le privilège de servir plus de 5 400 personnes décédées COVID-19 et leurs familles aujourd'hui. Heureusement, la tendance de la mortalité semble être lente. Cependant, nous pensons qu'environ 20% à 25% de nos cas liés au COVID-19 proviennent de maisons de soins infirmiers et de communautés de retraités. L'histoire raconte que certains de ces cas pourraient être un retour en avant de personnes décédées à partir de la moitié de l'année. Alors que nous connaissons des tendances difficiles dans la moyenne des funérailles et les ventes de cimetières pré-installés, je m'attends à ce que nous commencions à revenir vers les niveaux pré-COVID-19 dans un avenir très proche.
Sachez simplement que votre équipe SCI travaillera dur pour protéger notre bien le plus précieux, notre personnel. Nous travaillerons dur pour améliorer les résultats financiers et utiliserons le bilan de notre forteresse et nos liquidités pour investir dans de futures opportunités de création de valeur au profit de nos parties prenantes.
Je vous remercie. Et maintenant, je cède la parole à Eric.
Eric Tanzberger
Merci Tom et bonjour à tous. Tout d'abord, je tiens à dire que j'espère que tout le monde est en sécurité et en bonne santé en ces temps qui ne peuvent être décrits que comme ce que nous dirions sans précédent. Et comme Tom, compte tenu de ces circonstances uniques, mes commentaires aujourd'hui vont être un peu différents en termes de leur ordre, et nous serons principalement concentrés sur notre situation financière actuelle et future et sur la façon dont nous naviguerons avec succès à travers l'impact de cette pandémie. Je pense que la chose la plus importante que j'espère vous laisser aujourd'hui est que notre entreprise a un bilan très solide et que nous sommes bien placés pour traverser cette tempête. Dans toute crise, je pense, une liquidité adéquate et des échéances limitées de la dette à court terme sont essentielles. Et comme vous nous l'avez déjà entendu dire, cette leçon était évidente pendant le ralentissement économique de '08 et '09. Et depuis ce temps, nous avons délibérément et systématiquement maintenu une liquidité robuste et géré notre profil d'échéance de la dette pour avoir des échéances limitées à court terme. Bref, nous avons fait des efforts importants qui, selon nous, prépareront notre entreprise à cette tempête.

Donc, dans ce contexte, parlons plus en détail de l'état actuel et en particulier de notre situation financière actuelle. Ainsi, à ce jour, nous disposons de liquidités d'environ 750 millions de dollars, soit environ 175 millions de dollars en espèces, plus 575 millions de dollars de disponibilité sur notre facilité de crédit bancaire à long terme. Nous pensons que ces 750 millions de dollars sont suffisants et bien supérieurs à nos projections de liquidités nécessaires en 2020, même dans cet environnement unique. De plus, à part une petite série de billets attendus en novembre de l'année prochaine, nous sommes également très bien positionnés avec un échéancier clair de maturité de la dette n'ayant aucune échéance significative jusqu'en mai 2024. Au 31 mars, notre levier était de 3,88x, légèrement plus élevé que le 3,78x où nous nous trouvions fin 2019, mais également bien dans notre fourchette cible de dette nette sur EBITDA de 3,5x à 4x.
Passons donc à l'avenir en termes de nos attentes. Donc, actuellement, notre performance financière pour 2020 est difficile à prévoir avec beaucoup de précision. Nous reconnaissons l'impact temporaire de COVID-19 et la façon dont il continuera de faire pression à la fois sur nos segments funéraires et cimetière à court terme. Nous pensons que nous aurons également la possibilité de réduire temporairement les coûts et autres dépenses afin d'alléger une partie de cette pression sur les revenus. Et comme nous venons de le mentionner, nos bénéfices et notre BAIIA qui en résulteront seront dans une certaine mesure réduits par rapport à nos attentes initiales pour 2020. Mais du point de vue des flux de trésorerie, nos attentes actuelles sont beaucoup plus optimistes que l'impact attendu sur notre EBITDA, notamment en ce qui concerne nos flux de trésorerie disponibles.
Permettez-moi de vous donner un peu de couleur sur nos hypothèses concernant ces flux de trésorerie. Premièrement, la majorité des vents contraires liés aux revenus que nous prévoyons à court terme se rapportent aux ventes de propriétés de cimetière préadaptées. Du point de vue des flux de trésorerie cependant, comme environ 70% de ces contrats sont des ventes à tempérament payées sur une période de 3 à 5 ans, nous nous attendons à un montant important de rentrées de fonds provenant de ventes qui ont été comptabilisées comme revenus au cours des périodes précédentes. En d'autres termes, notre fonds de roulement sera impacté positivement au cours de cette période en 2020 car ces encaissements continueront d'être collectés.
Deuxièmement, nos attentes en matière d'impôts en espèces seront plus faibles en 2020 que prévu initialement. Comme le prévoit la Loi CARES, nos flux de trésorerie 2020 bénéficient du report de certaines charges sociales sur les années futures. De plus, nos attentes en matière d'impôts sur le revenu fédéral et étatiques seront également plus faibles en 2020. Tous ces faits, ainsi que la stabilité sous-jacente de nos flux de trésorerie dans le domaine des funérailles et des cimetières, nous donnent la confiance et la flexibilité nécessaires pour être opportunistes dans le déploiement capital pour le reste de l'année. Nous prévoyons maintenant dépenser environ 180 millions de dollars pour l'entretien et l'aménagement du cimetière CapEx. Cela comprend 75 millions de dollars pour des projets d'aménagement de cimetières afin de garantir un inventaire des propriétés du cimetière suffisant pour que notre force de vente puisse continuer à vendre des cimetières avant. Nous prévoyons également dépenser les 105 millions de dollars restants en dépenses en immobilisations pour l'entretien sur le terrain ainsi qu'en investissements continus dans la technologie. Ces investissements technologiques nous permettent de continuer à innover à la fois pour nos fonctions de support client et non client afin de tirer davantage parti de notre échelle en améliorant la façon dont nous interagissons avec nos clients grâce à l'utilisation de la technologie. Nous reconnaissons que cette crise sans précédent pourrait avoir un impact négatif sur de nombreux propriétaires indépendants en ce moment dans notre industrie.
Dans ce contexte, nous continuerons à rechercher des opportunités d'acquisition au cours de 2020, qui ont traditionnellement été la meilleure et la meilleure utilisation de notre capital. Nous prévoyons également de continuer à déployer des capitaux vers de nouvelles maisons funéraires et des possibilités d'expansion pour accroître notre empreinte sur les marchés souhaitables. Enfin, et peut-être plus important encore, pour certains de nos actionnaires, la confiance que nous avons décrite ici aujourd'hui dans notre flux de trésorerie confirme notre attente de maintenir notre politique actuelle de dividende dans un avenir prévisible.

Je voudrais donc également passer aux impacts de certains des fonds en fiducie, ce qui a été la plupart des questions que nous avons reçues. La volatilité des marchés financiers exercera donc sans aucun doute une pression sur la valeur marchande de nos quelque 4,5 milliards de dollars de fonds en fiducie qui soutiennent nos revenus futurs. En fin de compte, à mesure que les contrats sous-jacents arriveront à échéance, la valeur marchande des fonds en fiducie aura une incidence négative sur notre moyenne de ventes de services funéraires et nos revenus de marchandises et de services de cimetière. Ces deux effets peuvent exercer une pression sur les flux de trésorerie futurs et les taux de croissance des revenus, ce que nous avons connu lors du dernier ralentissement économique en 2008, 2009. Cependant, il est important de rappeler que cet impact sur les marchés financiers n'a pas d'effet significatif sur notre EBITDA ou nos flux de trésorerie à court terme.
Permettez-moi donc d'expliquer cet impact atténué sur nos flux de trésorerie. Étant donné la durée de vie moyenne de 10 à 12 ans des contrats avec les clients, seulement 8% environ des contrats du carnet de commandes des fiducies arrivent à échéance au cours d'une année donnée. Ainsi, l'impact sur la réduction de la valeur de marché, qui est allouée à chaque contrat individuel, se reflète dans nos flux de trésorerie sur une période de 12 ans, soit environ 8% par an.
Maintenant, j'aimerais aussi changer de position et parler du premier trimestre. Ainsi, pour le trimestre, nous avons déclaré un flux de trésorerie d'exploitation de 180 millions de dollars, soit une baisse de 5 millions de dollars par rapport à l'année précédente et inférieure à nos attentes. Nos flux de trésorerie ont suivi une tendance similaire à notre performance opérationnelle avec de solides flux de trésorerie au cours des 2 premiers mois du trimestre qui se sont finalement atténués en mars. Les éléments positifs pour le trimestre ont été une réduction de 15 millions de dollars des paiements d'intérêts en espèces en raison du calendrier des opérations de financement stratégique que nous avons effectuées l'an dernier. Et la stabilité et la croissance de nos rentrées de fonds nécessaires et prédéfinies. Ces deux éléments ont contribué à compenser la baisse des revenus en espèces survenue au mois de mars, l'augmentation de la rémunération incitative versée d'un trimestre à l'autre et d'autres utilisations du fonds de roulement.
Entretien et développement du cimetière CapEx a totalisé 44 millions de dollars pour le trimestre, ce qui est généralement conforme à l'année précédente, mais un peu inférieur à nos attentes initiales. Tout cela a donné lieu à un flux de trésorerie disponible pour le trimestre d'environ 135 millions de dollars, contre 146 millions de dollars au premier trimestre de l'année dernière.
Alors, enfin, je voudrais conclure mes remarques en réitérant que nous prenons très au sérieux les responsabilités que nous avons en tant que direction envers toutes nos parties prenantes. Je crois que nous prenons les mesures appropriées et nécessaires pour maintenir notre santé financière dans cet environnement en constante évolution. En raison des fondations que nous avons construites, d'un bilan solide, de liquidités adéquates, d'un échéancier favorable pour l'endettement, nous résisterons à cette tempête et tout ira bien. Nous continuerons d'être prudents avec notre déploiement de capitaux. Nous continuerons d'investir afin de ne pas être ouverts aux affaires maintenant, mais nous investirons avec l'avenir en tête, afin de sortir de cette crise plus forts et prêts à croître à nouveau. Enfin, et encore et surtout, je tiens à dire à quel point je suis fier des efforts extraordinaires en cours dans notre entreprise pour servir nos familles de clients et de la façon dont nos équipes se sont soutenues les unes les autres. Je tiens tout particulièrement à remercier tout particulièrement nos associés de première ligne pour leurs innombrables heures et leur dévouement qui font tant de sacrifices pour aider les familles en cette période extrêmement difficile. Vous êtes vraiment des héros pour nous et pour les communautés que vous servez.
Donc, avec cet – opérateur qui conclut nos remarques préparées. Et nous aimons maintenant aller de l'avant et vous renvoyer l'appel pour des questions.
Séance de questions et réponses
Opérateur
(Instructions d'utilisation). Notre première question vient de Scott Schneeberger d'Oppenheimer.
Scott Schneeberger

Peux-tu m'entendre?
Thomas Ryan
Maintenant nous pouvons, Scott.
Scott Schneeberger
Désolé, c'est le bouton muet. Le – je suppose que je voulais commencer – le début du trimestre a été très fort. À peine en 19, il y avait eu des problèmes avec la prévente. Pourriez-vous donc aborder certains des marchés de la côte ouest? Et je suppose que ceux améliorés et ce que vous voyiez? Et puis plus important encore, une sorte d'avance rapide, une fois que nous pourrons sortir de cet environnement actuel, pouvez-vous retrouver la force que vous voyiez en janvier et février avec des ventes pré-vendues et des ventes plus dures?
Thomas Ryan
Scott, voici Tom. Merci pour la question. Je pense que lorsque vous parlez de la côte ouest, si vous regardez la performance au cours des 2 premiers mois, nous étions extrêmement fiers du redressement là-bas et avons vu des résultats vraiment fabuleux sur ces marchés. Nous étions ravis de Ching Ming. Et ce qui s'est vraiment passé, et encore une fois, vous pouvez attribuer cela à la Californie. Est-ce qu'ils ont été l'un des premiers États à fermer. Et donc, comme vous êtes arrivé en mars, nous avons vu une véritable baisse, comme vous vous en doutez, dans la capacité de vendre et en particulier autour de Ching Ming, cela est devenu très difficile. Un peu la même chose à Vancouver. Je vous dirais donc que les tendances pré-COVID étaient très bonnes. Nous nous sentions vraiment excités à propos de Ching Ming, et nous avons eu beaucoup de dynamisme. Je crois donc vraiment que nous reviendrons à ce niveau.
Je pense que la chose que nous devons simplement garder à l'esprit est que nous sommes actuellement touchés par cela, appelons-le, la distanciation sociale pour tout envelopper. Et alors que les économies commencent à rouvrir, le Texas s'ouvre demain. Vous avez déjà ouvert la Géorgie, en Caroline du Sud. Je pense que cela va être un véritable élan pour commencer à voir nos ventes remonter vers ces niveaux normalisés. Je pense que là – alors, quand nous en arriverons à ce point, vous avez en ce moment une récession. Et encore une fois, nous avons vécu des récessions. Nous savons comment cela fonctionne. Et d'après notre expérience, les gens ont encore tendance à dépenser pour les funérailles. Ils ne se couchent pas vraiment. C'est une dépense émotionnelle. Ils ont tendance à ne pas magasiner sur le prix. Les gens ont tendance à recommencer à acheter des biens immobiliers. Et les ventes plus difficiles sont en quelque sorte des ventes haut de gamme. Si vous avez une mauvaise économie ou que le marché n'est pas bon, les gens ne sont pas aussi confiants d'acheter à haut de gamme. Je pense donc que ce sont les choses que nous surveillerons et surveillerons. Mais nous reviendrons car l'éloignement social commencera à se relâcher. Et aussi, encore une fois, je l'ai mentionné dans mes remarques préparées, je suis excité par cette interaction virtuelle. Nous représentons aujourd'hui jusqu'à 40% de la force de vente et nous nous améliorons chaque jour. Je veux dire, réfléchissez-y, nous avons dû nous lever, former les gens, les consommateurs sont plus éduqués. Je veux dire comment je suis un expert Zoom, WebEx maintenant, donnez-moi un hamburger, je veux dire que vous seriez impressionné.
Scott Schneeberger
Je suis sûr que je le serais. Le – ferait bientôt un show de talents, bien sûr. Le – je suppose que si nous pouvions pivoter, c'est une sorte de question similaire, mais l'incinération, je pense que vous avez dit une moyenne de 30 points de base en janvier et février. C'est très faible par rapport à la tendance que nous avons constatée en 2019. Et puis, bien sûr, je pense que vous avez dit cela, qui a atteint 260 points de base en mars pour atteindre une moyenne de 110 pour le trimestre. Juste curieux de savoir à quoi nous devrions nous attendre pour l'avenir. J'imagine un niveau assez élevé basé sur la dynamique actuelle du deuxième trimestre. Mais comment envisagez-vous que cela progresse? Et juste un peu parler aussi de ce faible numéro de janvier et février?
Thomas Ryan
Sûr. Si vous vous souvenez de l'année dernière, nous avons parlé du fait que nous avions accéléré, faute d'une meilleure façon de le dire, le pourcentage de crémation dans notre entreprise. Et cela a vraiment beaucoup à voir avec certains changements de prix que nous avons apportés, et nous allons devoir – être anniversaires à mesure que nous entrons dans cette période. Nous nous attendions donc à la fin de l'année dernière et au début de cette année à des comparaisons favorables normalisées d'une année à l'autre, car nous pensons avoir capturé plus de part de crémation en fonction de certaines de ces variations de prix. Rappelez-vous, c'était une sorte de prix d'entrée sur le client de crémation en particulier. Nous vous avions donc dit que les gars recherchaient la normalisation et que la normalisation se situait probablement entre 120 et 150 points de base. Donc, 30 points de base m'ont surpris, je dirai, 260 en mars n'est pas surprenant. Honnêtement, une partie de cela est simplement imposée au consommateur, je dirais – c'est la façon de le dire. En raison de certaines de ces situations d'urgence, en raison des préoccupations liées à la propagation de COVID-19, je pense que vous avez vu un pic temporaire. Nous avons vu une pointe de se poursuivre en avril à peu près le même type de taux. Je m'attends à ce que les normes de distanciation sociale reviennent, que les gens reviennent à la capacité d'avoir des célébrations, d'avoir la capacité de rassembler cela, ce taux devrait se normaliser de nouveau en ce que nous pensons être un taux normalisé de 120 à 150 points de base.

Scott Schneeberger
Génial. Et juste un autre quickie pour conclure de moi, et je vais le transmettre. Pourriez-vous nous donner une mise à jour sur la règle des funérailles et votre point de vue sur le déroulement de ce processus?
Eric Tanzberger
Scott, c'est Eric. Il ne s'est donc pas passé grand-chose concernant la règle des funérailles, à part le fait qu'en raison de cette crise, la FCC a prolongé la période de commentaires. Et donc c'était à l'origine mi-avril, où vous deviez répondre en rapport avec vos commentaires. Maintenant, ça va être mi-juin. Je suppose qu'il se passe assez de choses là où nous sortons de cette pandémie dans une certaine mesure, que je ne m'attends pas vraiment à ce qu'elle dépasse le 15 juin en termes de réponse. Notre réponse sera à nouveau conforme à ce que j'ai décrit précédemment. Et cela concerne vraiment la mise sur la table des faits en ce qui concerne les niveaux élevés et élevés de satisfaction des clients qui existent dans l'industrie.
Nous pensons que la règle des funérailles est une bonne chose. Mais en termes d'expansion plus, il est difficile de voir les points connectés linéaires à cela. De toute évidence, ce que les gens nous demandent, c'est la présence en ligne. Et comme nous vous l'avons décrit précédemment, cela fait partie de notre stratégie pour continuer à évoluer en ligne. Vous avez vu certains de nos emplacements à partir de ces prix. Nous sommes maintenant dans plusieurs centaines de ces endroits qui ont cela. C'est intéressant parce que lorsque vous hiérarchisez le marché en fonction de la hiérarchisation de nos salons funéraires, nos familles de clients ont des priorités et des choses différentes. Et donc avoir à élaborer une stratégie et à comprendre cela tactiquement comme l'un des processus que nous traversons en termes de méthode et d'essayer de comprendre, mais c'est un endroit où nous irons et nous continuerons à aller. Mais nous pensons que nous devons le faire en fonction de la façon dont le client souhaite recevoir ces informations. Et tous ces commentaires, encore une fois, seront publiés par écrit pour que le public puisse les voir parce que ces commentaires seront publics pour tout le monde, pas seulement pour nous, mais aussi pour le moment où nous soumettrons les nôtres, probablement en juin.
Opérateur
Notre prochaine question vient de A.J. Rice du Credit Suisse.
UN J. Riz
Heureux d'entendre que tout le monde reste en sécurité. Juste très vite sur cette pointe de crémation d'abord à la fin du trimestre. Pourrions-nous attribuer une partie de cela peut-être au fait que l'augmentation des décès a eu lieu dans le nord-est et sur la côte ouest, où vous avez déjà un taux de crémation assez élevé naturellement? Y a-t-il une chance que cela explique cela en partie?
Thomas Ryan
Je pense que cela pourrait certainement être une partie, A.J. Certains des marchés de New York où nous sommes en fait ses taux d'inhumation assez élevés, vous auriez raison en Californie et ailleurs. Mais je pense que le plus gros problème est, comme je l'ai déjà dit, comme même sur les marchés où il n'y a pas de forte épidémie de COVID, c'est la règle de la distanciation sociale. C'est l'application de 10 personnes, je ne peux pas avoir de service et je pense que cela a également un impact sur le tarif. Mais nous avons tout – encore une fois, nous recevons constamment des commentaires des gens et des consommateurs et je dois vous dire que les clients ont été incroyablement gentils et polis. Mais il y a beaucoup de gens qui sont frustrés de ne pouvoir avoir cette fermeture. Et encore une fois, c'est – nous avons 1 200 personnes qui ont réservé des services commémoratifs au cours des 4 dernières semaines ou plus à faire à un jour futur. Je pense donc que cela en dit long sur l'esprit de la famille.
UN J. Riz
Je veux dire que l'une des choses dans la dernière partie du trimestre est – pour le trimestre qui était quelque peu surprenant était l'effet de levier négatif, la marge décrémentielle, je suppose que si je regarde les cimetières, les revenus sont en baisse de 7 millions de dollars d'une année à l'autre , mais votre bénéfice brut a baissé de 11 millions de dollars. Est-ce simplement parce que vous ne pouvez pas compenser les coûts en si peu de temps? Je sais que vous avez fait référence à la croissance des coûts fixes et à l'augmentation des réserves pour créances irrécouvrables. Mais alors que nous pensons au deuxième trimestre où vous pouvez potentiellement avoir un impact complet, comment pensons-nous quelle devrait être la marge décrémentielle? Je connais un certain degré de cela également dans le domaine funéraire?

Thomas Ryan
Oui, A.J., je pense que la façon – vous y pensez bien. Il y avait vraiment – c'est difficile – ce serait difficile à voir dans les chiffres et les mesures que nous avons prises du côté des coûts en mars. Vous verriez certainement certaines de ces actions apparaître dans les résultats d'avril. Il y avait aussi juste des trucs vraiment étranges d'un trimestre à l'autre comme, je pense qu'Eric l'a mentionné, nous avons eu des accumulations de primes incitatives qui étaient un peu plus élevées que le premier trimestre de l'année dernière. The year may be very similar, it's just kind of timing of accruals. So nothing to be concerned within the cost structure and no real impact you can see yet, probably seeing a little bit of cost creep from our ability to procure things to protect our people. We spent a lot of time and effort and money in obtaining N95 mask and obtaining body pouches and gloves and obtaining refrigeration units to ship over. So you got a little bit of that probably showing up in March and in April. But for the most part, the cost savings initiatives should begin to show up in the second quarter.
UN J. Rice
D'accord. Is there any way to quantify those cost savings initiatives? What you think you might be able to take out of the cost structure?
Thomas Ryan
I mean, all of these are really kind of — the way to think about it, we are not — we have not, to date, had any layoffs or anything of the sorts. We've done some things around hiring freezes, salaries. We've obviously stopped traveling and entertaining during this period. So it's stuff like that and just being smart about the way we think about our cemeteries and maybe some things we can do to manage the maintenance a little more effectively during these lower traffic times. So it's more on the edge, A.J., I wouldn't think of it as a big cut in the cost structure because we really want to have — come out of the gates with this thing in a powerful way. So we're postured to do so.
UN J. Rice
D'accord. On the preneed cemetery sale drop, I understand why it's happening, and we obviously had the precedent of 2008, 2009, where you had a couple of quarters where it was depressed and then rebound. And back then, it rebounded very quickly. Really sort of made it up in a couple of quarters of excess sales. It sounds like this time, I don't know if it's — I'm wondering because of the lingering effects of the social distancing it sounds like you expect it to come back, but maybe at a more gradual pace. Just give some thoughts about how to think about the rebound in those preneed sales. As we come out the other end, I guess, there's also the economic outlook could be a question a bit, although less sensitive population that's buying that, its retirement population. But anyway, any thoughts on how you may come out of that and the pacing of it versus something we saw in 2008, 2009?
Thomas Ryan
Oui. I think you're hitting on the right factors, A.J. The first one, social distancing is hard to define the time line on. I think we're seeing, again, the economy is beginning to rev back up. You're seeing some of the rules being relaxed and I think it's our belief that over the coming months, that's going to begin to normalize with a lot better kind of social hygiene practices in place. But that people will want and desire to gather again, people will want to interact and transact. So we feel pretty good. I think it will take a little bit of time for people to get more comfortable, but we should be back in place. And as I think about the economic, and again, I know the cost. But if you think about '08 and '09, there were such a lingering effect because it was the financial system itself that it just — it went on for quite some period of time. I'm a little more hopeful on this one that while the unemployment is unprecedented, that we're about to reemploy a significant portion of those people over the coming months. And I realize everybody is doing a little bit of a pause, but my hope is that maybe people come out of it a little quicker if we're reemployed. We didn't see reemployment happen that quickly in '08 and '09. So again, just my opinion, but I'm a little more hopeful on that front.

UN J. Rice
D'accord. Maybe just one last question. When you think about 2021, coming out of this, obviously, depressed first half this year, maybe a little bit elevated, hopefully, return in the back half of the year. Do you think — how should we think about 2021 relative to this year? Do we have a new base that we grow the 8% to 12% off of? Do you think there's an ability — I mean, certainly, the first half, I think you probably have to normalize that somehow. But any way to think about how quickly we get back to normal growth rate or a normal baseline?
Thomas Ryan
I think, first of all, it's obviously impacted by what happens with COVID, right? I mean, I can't predict that. But I think if you told me COVID becomes less of a factor later in the year, my personal opinion is, we should rebound pretty strongly. I mean, I don't see any reason other than the lingering effects of the economics that you would trend back towards to where you were. That the funeral average that people are going to start doing services again, and it gets back to a normal place. So the only two negative things I can think of when I try to apply my pre-COVID screen to this is, clearly, we may have accelerated some depth in 2020 that may not show up in 2021.
So I could definitely paint a picture that volumes in 2021 aren't — is quite as strong, but you're not talking about a significant amount. And then I think the question is preneed cemetery sales and probably more acutely, high-end preneed cemetery sales. Is that customer coming back in a robust way? And again, I think that's more a function of, quite honestly, the stock market and things like that because those consumers, as long as they're feeling good, they're going to step up and pay. And if they're not feeling good, they won't. So I am very optimistic about 2021 and believe that we are not growing off a normalized growth rate off 2020. We should bounce back substantially. I don't know, as you get back to levels of '19 right away, but getting up there anyway.
Opérateur
Our next question comes from John Ransom of Raymond James.
John Ransom
So for the record, I've never had a hole in one. It's the final goal.
Thomas Ryan
I get some bad information now.
John Ransom
So it's kind of disappointing that I haven't, but that's all right. It's a goal to live for. So my question is, there's stories in other industries where this perverse incentive not to work is having an effect on labor supply. Are you seeing any of that?
Thomas Ryan
Really not, John. It's surprising, but I guess not surprising in the sense of, it's such a calling for people that are in this business that I think our folks when they feel like they're needed most, they really step up. So has there been a little fear? Absolument. That has happened, and that's normal. But I think as we talk through it and we're identified as essential employees, and have heard us refer to as first responders, I've heard us referred to as last responders, but we couldn't be more proud. So really not, have not seen anything like that.
John Ransom
And are you — I know there's some strains in New York with the industry. Are you seeing anything to call out in New York from just kind of the capacity buckling or just not being able to handle what's being thrown at you there?
Thomas Ryan
Well, John, it's been really nice about our team. And again, this has been coordinated, obviously, by our Chief Operating Officer, Jay and his team and Bill O'Brien in New York. We've been in constant communications. And so our teams there have gone above and beyond, but there were points where we were really starting to stretch. And the good news is we had a team headed up by Jay that kind of anticipated the potential impact. And so we've had refrigeration units available there to ensure that our families are taken care of as the system is kind of backed up. We've had over 100 people brought in from across the country from, I think, 25 states that have volunteered to help out our teams in New York and New Jersey that have been there. So we have actually been able to handle the capacity as a company. I will say what we've seen, and again, it's just another sign of the advantage of scale. We've had some competitors, which we've tried to help with, they're at capacity and they couldn't take calls anymore, and we were there to help them out and help those families out. We've had stories of people, I think we got a call from somebody that's 2.5 hours away from one of our locations and said, "Can you please help me? I can't get anybody to help my mom." And we took care of them. So incredible stories. Couldn't be more proud of our team. And I think this is an example of where scale is a true advantage and our teams in New York and New Jersey have just been incredible.

John Ransom
Well, congrats on getting on wartime footing so expeditiously. It's not easy to move all that mass. So congrats on that. And then just the last one for me, and this is really an impossible question I realize, but if you had to put your swag on it, the cremation mix. How much of that is just out of necessity or either a lockdown order or I just can't pull this together? It's New York and I can't pull — I can't even think about playing them together. And how much of this you think will linger in terms of just consumer elasticity in a weak economy?
Thomas Ryan
I don't think very much, John. I think, again, to think about a rate that's, call it, 150 basis points. And if we're running 260 during this crisis, I really think 80 to 100 basis points is this. And I don't know that it's going to have that much of a lingering effect. I almost think it goes the other way, and I hear this from our sales team and from our locations. This gets people to kind of ponder what's important in life. It's — I think this is maybe a positive impact where people say, somebody told me I couldn't mourn or gather, if I am, I'm going to mourn and gather. And so I just don't think that's going to have a big lingering effect. Obviously, it will impact the second quarter because we're pretty busy in April and May. But I think as we get to the back half of the year, I wouldn't anticipate much of that. John, try not to work so hard and get out there and maybe you can get a hole in on one, one day.
Opérateur
And our last question comes from Duncan Brown of Wells Fargo.
Duncan Brown
Going back to funeral ASP. Sounds — I think you said it was down 11% in April. Is that inclusive of cremation mix changes? Or is that just sort of an apples-to-apples comparison?
Thomas Ryan
Yes, that would be inclusive of cremation mix change.
Duncan Brown
D'accord génial. And then on the 1,200 services that are going be done at a future date, I guess I was curious, are those at ASP levels that would have been sort of pre-COVID at ASP levels? Or do they have any impacts on the pricing side?
Thomas Ryan
Oui. They would be free and they're not recognized yet, obviously, because we can't record those until the services are performed.
Duncan Brown
I guess what I'm trying to get is the go-forward pricing, you're still seeing, the ability to drive pricing in the — for the contracts that are coming down the pipe. Is that the right way to think about it?
Thomas Ryan
That's correct. Oui. So people are — we've not altered our pricing. And so they're paying what they're paying pre-COVID.
Duncan Brown
Génial. I should probably be able to do the math on this, but are you willing to give a trust fund dollar impact in the quarter?
Thomas Ryan
I think the way that works is it's a 30-day deferral because it gets allocated the month before. So there really isn't much of an impact from the month of March. We anticipate an impact in April. Eric, do you have a speculation on how that would…
Eric Tanzberger
Well, what I'd say is, first of all, some good news. In the press release, the trust funds were disclosed at the end of the quarter to be down about 16%. They're now down about 10% to 11% as we close the month at April. So that's significantly different. Now we started the year in the MST funds, Duncan, at about a $300 million unrealized gain. And that 10% type decrease would give us somewhere in the ballpark, and again, I'll use round, round numbers of about $150 million loss. So about a $450 million swing. So do the math, what I put in my conference call remarks, multiply that by 8%, you're somewhere in the 30s in terms of — and part of that $30 million, $35 million, part of that would be funeral, in effect the 22%, 20% of the contracts that are mature trust contracts that affect that ASP and the other part of it will affect merchandise and services on the cemetery side as well.

But again, that's kind of — that kind of assumes no recovery, right? That $30 million, $35 million number would have been a bigger number at March 31. And as we get through this pandemic and the markets rebound further, again, I'm going to point you to '08, '09 to see this effect. We don't anticipate that type of revenue headwind over the course of the year. Everything I just described to you, by the way, would be an annual number as well. But it should be much better than that. And think of that absent any recovery, all else being equal, would be kind of the worst-case scenario, which with '08, '09 being a proxy for that, that's not going to happen. It will be better than that, Duncan.
Duncan Brown
Parfait. I appreciate that. And then last question for me. So if you think about a preneed contract that gets realized, and let's say that, that contract required a large funeral procession, I don't know, 200 people in the funeral room, et cetera, and that can't be done now. How is that being realized? Are you able to still collect all the money that was in backlog there? Or do you have to have a payback for that since not the full amount of services we're able to provide — to be able to be provided?
Thomas Ryan
I think all those are kind of managed on a local basis because when you're signing up for a funeral service, a lot of times, it isn't necessarily the capacity of how many people is for funeral service. So if we're able to perform a more limited service, I'd say most of the time that's going to meet the expectations of the consumer. We also have some things that we call graveside services. So that would be a transition. So if you had a full-service and we want to transition to, let's say, a graveside service with family only that would be a lower price point that we would work with the customer, again, to refund monies if that's appropriate or if we couldn't provide a service, then obviously, we would refund those monies. And so we're seeing some of that. But again, I think it's really kind of worked out at the local level for the expectations with the family.
Opérateur
Ceci conclut notre séance de questions et réponses. I would now like to turn the conference back over to SCI management for any closing remarks.
Thomas Ryan
We want to thank everybody for being on the call today. Thank you, everybody. From SCI, we appreciate you all that you're doing, and we'll speak to everybody again in July. Prends soin de toi.
Opérateur
The conference has now concluded. Thank you for attending today's presentation. You may now disconnect.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *