SPX (SPXC) Transcription de l'appel des résultats T1 2020

SPX (SPXC) Transcription de l'appel des résultats T1 2020

Source de l'image: The Motley Fool.

SPX (NYSE: SPXC) Call of Earnings T1 2020 30 avril 2020, 16h45. ETContents: Remarques préparées Questions et réponses Appelez les participants Remarques préparées: OperatorLadies et messieurs, merci d'être là et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 de SPX Corporation. (Instructions de l'opérateur) Veuillez noter que la conférence d'aujourd'hui est en cours d'enregistrement. (Instructions pour l'opérateur) Je voudrais maintenant donner la parole à votre conférencier aujourd'hui, Paul Clegg, vice-président des relations avec les investisseurs. Allez-y, monsieur Paul Clegg – vice-président des relations avec les investisseurs. Merci et bonjour à tous. Merci de vous joindre a nous. Je suis accompagné aujourd'hui de Gene Lowe, notre président et chef de la direction; et Scott Sproule, notre directeur financier. Le communiqué de presse contenant nos résultats du premier trimestre a été publié aujourd'hui après la clôture du marché. Vous pouvez trouver le communiqué et notre présentation des diapositives sur les résultats, ainsi qu'un lien vers une webdiffusion en direct de cet appel dans la section Relations avec les investisseurs de notre site Web à l'adresse spx.com. Je vous encourage à revoir notre divulgation et notre discussion des résultats PCGR dans le communiqué de presse et à suivre la présentation des diapositives lors de nos remarques préparées. Une rediffusion de la webdiffusion sera disponible sur notre site Web jusqu'au 7 mai. Pour rappel, certaines parties de notre présentation et de nos commentaires sont de nature prospective et soumises aux dispositions de la sphère de sécurité. Veuillez également noter les facteurs de risque dans nos derniers dépôts auprès de la SEC, y compris nos divulgations relatives à la pandémie de COVID-19 en cours. Nos commentaires d'aujourd'hui porteront principalement sur les résultats financiers ajustés. Vous pouvez trouver des rapprochements détaillés des chiffres ajustés historiques avec leurs mesures PCGR respectives dans l'annexe à la présentation d'aujourd'hui. Notre structure de reporting sectoriel combine les résultats de nos opérations de transfert de chaleur et sud-africains dans une catégorie Tous les autres, qui est exclue de nos résultats ajustés. Notre bénéfice par action ajusté exclut également les éléments de retraite hors service, y compris notre vérification des hypothèses actuarielles, la charge d'amortissement et les coûts non récurrents associés aux acquisitions. Enfin, nous organiserons des réunions virtuelles avec des investisseurs au cours du deuxième trimestre, y compris notre participation à la conférence Oppenheimer Industrials Growth le 5 mai. De plus, nous organiserons virtuellement notre assemblée annuelle des actionnaires le jeudi 14 mai à 8 h, heure de l'Est. . Et avec ça, je passe l'appel à Gene. Gene Lowe – président et chef de la direction Merci, Paul. Bonjour à tous. Merci de vous joindre a nous. Avant de commencer, j'espère que vous et vos familles êtes en sécurité et en bonne santé. Ces temps sont certainement difficiles et nous apprécions votre soutien alors que nous traversons tous la crise de la santé. Je voulais également profiter de l'occasion pour remercier toute l'équipe SPX pour sa force et sa persévérance. Je suis vraiment impressionné par la façon dont nos employés se sont adaptés et ont réussi dans un environnement en évolution rapide. Lors de l'appel d'aujourd'hui, nous vous fournirons une brève mise à jour sur nos résultats globaux et nos performances sectorielles pour le premier trimestre. Nous aborderons également une discussion plus détaillée concernant les impacts de la pandémie de COVID-19, les mesures que nous avons prises et notre processus pour faire face à l'incertitude continue. Je vais maintenant aborder certains des faits saillants du trimestre. Nous avons connu un premier trimestre solide avec une solide augmentation des revenus et une marge opérationnelle ajustée. L'impact COVID-19 sur le trimestre a été relativement faible et concentré en Chine. Cependant, en mars, l'impact s'est accéléré, les mesures de confinement mises en œuvre en Europe et dans les Amériques étant rapidement entrées en vigueur, tandis que la Chine, en revanche, a commencé à rouvrir. Compte tenu de l'évolution rapide de l'environnement des affaires et de l'incertitude économique entourant la pandémie, nous retirons nos prévisions pour l'année 2020. SPX a terminé le trimestre avec un bilan et une position de liquidité solides, et nous pensons que la société est bien placée pour gérer la situation actuelle. Passons à nos résultats ajustés pour le trimestre. Les revenus ont augmenté de 3,9% par rapport à l'année précédente pour atteindre 365 millions de dollars et le BPA était de 0,62 $, soit une augmentation de 21,6%. Nous avons enregistré une croissance des revenus dans nos segments Détection et mesure et Solutions d'ingénierie. Cette croissance a été en partie contrebalancée par des volumes de chauffage CVC plus faibles associés à un hiver plus chaud par rapport à une période beaucoup plus froide de l'exercice précédent. Nous avons également enregistré une forte croissance de notre bénéfice d'exploitation, tirée principalement par une solide performance opérationnelle dans notre secteur Solutions d'ingénierie. Je vais maintenant vous fournir une mise à jour sur l'état actuel de nos opérations et les mesures que nous avons prises pour protéger nos employés. Nos installations n'ont pas connu d'interruption importante des opérations. Nos activités et les produits que nous fabriquons sont essentiels selon la définition de l'infrastructure critique et les ordonnances gouvernementales en vigueur. Il s'agit notamment de produits et services qui permettent l'exploitation et la maintenance des réseaux de communication, du réseau électrique, des systèmes d'eau et d'assainissement et d'autres éléments clés de notre infrastructure. Plus tard dans l'appel, je passerai en revue les marchés finaux que nous desservons plus en détail. Nous avons également mis en place des procédures strictes et claires pour prévenir la propagation du coronavirus et protéger les membres de notre équipe et nos communautés. Celles-ci comprennent les pratiques de travail à domicile dans la mesure du possible, la restriction de l'accès aux installations, l'éloignement social, les horaires de travail modifiés et l'utilisation généralisée des masques. Nous avons également modifié nos politiques en matière de congés et d'autres conditions du personnel pour répondre aux besoins uniques de nos employés en ces temps difficiles. Nous avons un groupe de travail COVID-19 dont je fais partie. Nous nous réunissons quotidiennement pour surveiller et adapter nos pratiques en cas de besoin et pour fournir des conseils et des outils à nos entreprises et groupes d'entreprises afin de répondre aux besoins de nos employés et de leurs clients. Je tiens à remercier tout particulièrement cette équipe pour ses efforts inlassables. De plus, dans toute l'entreprise, nous avons pris plusieurs mesures pour réduire les coûts et l'utilisation de trésorerie à court terme, telles que la réduction des dépenses discrétionnaires, des voyages et des dépenses d'investissement et le contrôle strict de l'embauche, entre autres. Nous avons également pris de nouvelles mesures dans les entreprises les plus touchées à court terme. Nous continuerons d'évaluer la situation et la nécessité de nouvelles actions. Toutes nos activités et nos équipes corporatives ont élaboré des plans visant à améliorer la rentabilité et la génération de trésorerie si des mesures supplémentaires s'avèrent nécessaires. À ce stade de l'appel, je discute généralement des mises à jour de notre feuille de route pour la création de valeur, telles que les initiatives de nouveaux produits, les programmes d'excellence opérationnelle et le développement des employés. Aujourd'hui, je veux faire un commentaire sur la façon dont notre culture et nos valeurs, notre équipe et nos processus ont contribué à positionner l'entreprise pour gérer avec succès l'environnement actuel. Notre système d'entreprise a apporté des avantages significatifs dans la mise en œuvre de procédures de sécurité supplémentaires, ainsi que dans la fourniture de solides capacités de collecte et d'analyse de données pour aider à améliorer la prise de décision et la planification. Nos équipes ont réussi à s'adapter avec succès à un environnement en évolution rapide en tirant parti des processus et des pratiques que nous avons mis en place pour accroître l'efficacité. Il s'agit notamment de coordonner les efforts par le biais de nos conseils de fabrication et de chaîne d'approvisionnement, d'évaluer fréquemment les progrès et de prendre des mesures opportunes pour résoudre les problèmes de logistique et d'approvisionnement. À l'heure actuelle, nous prévoyons que notre chaîne d'approvisionnement répondra à nos attentes de demande à court terme. Je suis très fier du leadership et de la responsabilité de nos équipes et de la résilience et de la flexibilité dont ils ont fait preuve qui nous ont permis de continuer à fonctionner efficacement dans cette situation difficile. Et maintenant, je donne la parole à Scott pour qu'il examine nos performances financières. Scott Sproule – Directeur financier Merci, Gene. Je vais commencer par nos résultats du premier trimestre. Sur la base des PCGR, nous avons déclaré un bénéfice par action de 0,50 $. Sur une base ajustée, qui exclut l'impact des éléments notés par Paul, le BPA était de 0,62 $, une augmentation de 21,6% par rapport à l'année précédente. Dans l'ensemble, nos solides résultats pour le premier trimestre ont été tirés par nos segments Détection et mesure et Solutions d'ingénierie. Passons maintenant à nos résultats ajustés. Les revenus ont augmenté de 3,9% au cours du trimestre. Cela comprend une croissance de 3,7% des acquisitions, ainsi qu'une croissance organique modeste. La croissance organique a été tirée par nos segments Détection et mesure et Solutions techniques, partiellement compensée par les baisses organiques de notre segment CVC. Le revenu sectoriel a atteint 7,5 millions de dollars ou 16,2% et les marges ajustées du secteur ont augmenté de 150 points de base. L'augmentation des revenus et de la marge est attribuable à l'augmentation des volumes et à l'expansion de la marge dans Engineered Solutions. Je vais maintenant vous expliquer le détail de nos résultats par segment, en commençant par HVAC. Pour le trimestre, les revenus ont diminué de 7,7%. Une augmentation de 8,5% des acquisitions de SGS et de Patterson-Kelley a été plus que compensée par une baisse organique de 15,7% et un effet de change négatif modeste. La baisse des revenus organiques s'explique principalement par la baisse de la demande du marché pour les produits de chauffage. Au premier trimestre de 2019, notre activité de chauffage a bénéficié d'une demande saisonnière plus forte que la normale, tandis qu'au cours du premier trimestre de 2020, les degrés-jours de chauffage étaient sensiblement plus faibles que les niveaux historiques moyens. Bien que les activités de refroidissement en Chine aient enregistré des volumes inférieurs associés au virus COVID-19, cela a été largement compensé par une augmentation des revenus dans d'autres régions. Le revenu sectoriel a diminué de 2,6 millions de dollars ou 14,1%, les marges ayant diminué de 100 points de base. La baisse des revenus et de la marge est attribuable à la baisse des revenus de chauffage, partiellement contrebalancée par l'amélioration de nos activités de refroidissement dans les Amériques. Dans Detection & Measurement, les revenus ont augmenté de 8%, dont une augmentation de 2,5% par rapport à l'acquisition de Sabik et un effet de change négatif de 90 points de base. Organiquement, les revenus ont augmenté de 6,4%, principalement en raison du calendrier favorable des projets dans nos activités de transport. Chiffre d'affaires ajusté – La marge bénéficiaire ajustée du secteur s'est établie à 21,8%, soit une baisse de 150 points de base, principalement en raison d'un mix d'activité moins favorable. À la fin du premier trimestre, nous avons constaté un impact mineur de COVID-19, en particulier dans notre activité Radiodétection ou localisateurs, qui est notre première activité de cycle. Au T2, nous constatons maintenant un impact plus large, dont nous parlerons plus tard dans l'appel. Dans Engineered Solutions, les revenus du trimestre ont augmenté de 12,2%, reflétant une augmentation des ventes dans nos activités de transformateurs et de refroidissement de processus. Le revenu sectoriel a augmenté de 9,9 millions de dollars et les marges ont augmenté de 580 points de base pour atteindre 11,6% en raison de l'augmentation du débit et de l'amélioration de l'exécution de nos activités de transformateurs et des volumes plus élevés de nos activités de refroidissement de processus. Au cours du trimestre, notre activité transformateurs a continué de bénéficier des améliorations opérationnelles réalisées tout au long de 2019 et notre activité de refroidissement de processus a bénéficié du calendrier des projets de service, ainsi que de la poursuite de la traction sur nos initiatives de vente de composants. Passons maintenant à notre situation financière. Nous sommes entrés en 2020 avec un bilan solide qui nous positionne bien pour naviguer dans l'environnement actuel. À la fin du premier trimestre, notre ratio de levier net était de 1,6 fois et nous avions une trésorerie et des équivalents de 163 millions de dollars. À la fin de mars, nous avons prélevé 100 millions de dollars sur notre facilité de crédit renouvelable pour prévenir toute préoccupation potentielle concernant la disponibilité de trésorerie sur les marchés bancaires. Au cours du trimestre, le flux de trésorerie disponible ajusté s'est élevé à environ 3 millions de dollars. Cela exclut les liquidités utilisées en Afrique du Sud d'environ 3 millions de dollars. À la fin de l'année dernière, nous avons refinancé notre facilité de crédit, prolongeant l'échéance finale jusqu'en décembre 2024, réduisant considérablement les exigences d'amortissement à court terme et élargissant notre engagement financier principal. La combinaison de la capacité d'emprunt restante de notre revolver et de notre solde de trésorerie nous fournit environ 350 millions de dollars de liquidités facilement accessibles. Pour vous donner une idée de la marge de manœuvre que nous avons actuellement en vertu de notre clause de levier, à notre niveau d'endettement actuel – endettement net, notre EBITDA LTM ​​devrait diminuer de 50% à 60% tandis que nous générons 0 flux de trésorerie disponible pour atteindre le maximum un ratio de la dette nette au BAIIA de 3,75 fois en vertu de notre convention de crédit. Bien que nous vivions une période d'incertitude importante, nous pensons que le positionnement de nos activités laisse présager un scénario beaucoup moins grave. Déjà au deuxième trimestre, nous avons pris des mesures pour atténuer l'impact prévu de la pandémie de COVID-19, principalement autour de l'élimination des coûts non essentiels. Et en réfléchissant à la façon dont le second semestre de cette année et 2021 pourrait se dérouler, nous avons modélisé divers scénarios. Il s'agit notamment d'autres mesures de coûts alignées sur la façon dont nous voyons la gravité du ralentissement se dérouler au-delà du deuxième trimestre et la forme potentielle de la reprise. Avec notre structure de coûts actuelle, nous prévoyons que nous pourrions mettre en œuvre des dizaines de millions de dollars de mesures temporaires de réduction des coûts relativement rapidement sans sacrifier notre capacité à répondre à la demande des clients, et nous pourrions mettre en œuvre des actions plus permanentes, si nécessaire. En ce qui concerne le déploiement de capitaux, notre priorité actuelle est de nous assurer d'avoir suffisamment de liquidités dans cet environnement incertain. Les activités de fusions et acquisitions ont considérablement ralenti étant donné notre situation actuelle. Alors que nous commençons à voir une plus grande stabilité du marché final et une meilleure visibilité sur la forme de la reprise, nous prévoyons revenir à une stratégie de déploiement de capital davantage axée sur la croissance. Une fois que nous arriverons à ce point, nous déploierons le capital d'une manière qui, selon nous, maximise le rendement des actionnaires. Passons à nos perspectives à court terme et à un peu de couleur sur nos segments. En raison des conditions économiques et commerciales incertaines créées par COVID-19, nous retirons nos objectifs annuels. Il est difficile d'évaluer l'impact de l'environnement actuel sur nos résultats, mais nous pensons que la diversité de nos activités et des marchés finaux et notre niveau important de demande de remplacement pour les applications critiques ont contribué à atténuer notre sensibilité globale à la macroéconomie. Cela est conforme à la performance historique de notre portefeuille actuel pendant les récessions, y compris la période entourant la crise financière de 2008. Dans quelques minutes, Gene fournira quelques détails supplémentaires sur nos conditions de marché final. Vous verrez que certaines parties de notre entreprise connaissent des réductions de volume notables, tandis que d'autres croissent en raison de la force de notre carnet de commandes et de la confirmation de la demande de clients clés. En fin de compte, l'impact sur nos résultats annuels sera déterminé par la rapidité avec laquelle nos clients peuvent revenir à des routines de travail normales, ainsi que par le rythme de la reprise économique, que, bien sûr, nous ne pouvons raisonnablement prévoir. Cependant, pour vous donner une idée de la performance à court terme, pour le T2, nous pensons qu'il est raisonnable de modéliser une baisse organique des revenus d'environ 10%, partiellement compensée par l'avantage des acquisitions de SGS et Patterson-Kelley que nous avons réalisées dans le deuxième semestre de 2019. Nous prévoyons également que cette baisse organique inclut l'avantage de la croissance sur douze mois de notre secteur Solutions d'ingénierie, tirée par notre activité de transformateurs. Ce scénario est soumis à plusieurs hypothèses, notamment que nos installations, nos clients et notre chaîne d'approvisionnement restent largement fonctionnels et que nous ne subissons pas de perturbations événementielles importantes telles que des actions gouvernementales. Bien que nous fournissions généralement des détails de modélisation supplémentaires dans l'annexe de notre présentation des résultats, de nombreux chiffres dépendent du scénario et sont actuellement difficiles à estimer. Cependant, dans l'annexe d'aujourd'hui, nous avons inclus des marges décrémentielles et incrémentielles estimées par segment, ainsi que des couleurs supplémentaires pour vous aider dans la modélisation. Spécifiquement pour notre segment Solutions d'ingénierie, nous prévoyons que les marges du T2 seront similaires à nos derniers trimestres, après d'importantes améliorations opérationnelles mises en œuvre en 2019. Sur une base annuelle, cela impliquerait des marges supplémentaires plus élevées que la normale au T2 . Enfin, nous avons passé beaucoup de temps à évaluer différents scénarios. Si les conditions nécessitent de nouvelles actions, nous sommes prêts à mettre en œuvre des plans pour atténuer les impacts négatifs supplémentaires sur nos résultats et préserver la liquidité. Je cède maintenant la parole à Gene pour quelques commentaires sur nos marchés finaux et ses remarques de clôture.Gene Lowe – Président et chef de la direction Merci, Scott. Alors que nous traversons la période d'incertitude actuelle, il est utile de comprendre d'où vient la demande de produits SPX et comment la demande a réagi aux ralentissements économiques dans le passé. Si l'on examine la ventilation des revenus de l'an dernier, plus de la moitié est associée à l'électricité, à l'eau et à d'autres services publics réglementés ou aux dépenses publiques. Nos produits permettent à l'infrastructure critique de fonctionner de manière sûre et efficace. Les conséquences de ne pas en avoir sont importantes. Alors que près de 30% de notre exposition concerne les marchés non résidentiels, il s'agit d'un mélange de demande plus cyclique comme la construction de bureaux et d'autres constructions commerciales, ainsi que de marchés finaux plus stables tels que les institutions et les secteurs qui connaissent actuellement une demande accrue comme les soins de santé et centres de données. Notre exposition résidentielle était d'environ 11% l'an dernier, mais est principalement liée à la demande de chaudière brisée / réparée et brisée / remplacée, qui a historiquement montré une faible corrélation avec le PIB et une corrélation élevée avec les conditions hivernales. Comme nous l'avons noté, la demande récente du marché pour les produits de chauffage est en baisse significative d'une année sur l'autre, principalement en raison de la deuxième moitié plus chaude de la saison de chauffage 2019-2020. Enfin, la demande industrielle représente environ 8% de notre chiffre d'affaires et fait partie des domaines qui ont connu la plus grande sensibilité économique. Mais encore une fois, il y a une composante des revenus de remplacement et de service ici qui est généralement restée en résonance pendant les ralentissements. Dans ce contexte, je pense qu'il est utile d'examiner comment nous pensons à la cadence de nos cycles économiques dans un ralentissement économique typique, en reconnaissant, bien sûr, que l'environnement actuel est unique. Alors que nos activités de début de cycle telles que l'emplacement et une partie du CVC commercial connaissent des baisses initiales, les activités de cycle ultérieur, notamment les transformateurs, présentent une stabilité et continuent de fonctionner avec peu d'impact sur les résultats. Cela est dû à des profils de dépenses clients moins sensibles au PIB et, dans le cas des transformateurs, à un carnet de commandes important, dont certains s'étalent sur plus d'un an. Bien que certaines de nos activités en début de cycle aient des marges de décrémentation élevées, elles ont également des structures de coûts rapidement adaptables et peuvent rester très rentables malgré une baisse des ventes. C'est ce que nous avons vu avec nos activités de localisation pendant la crise financière et ce que nous voyons actuellement. Si une récession est profonde et persistante, nous nous attendons éventuellement à voir également un impact sur les activités du cycle ultérieur. Cependant, si l'histoire est un guide, à ce moment-là, nous assisterions à une reprise de nos activités en début de cycle avec des marges supplémentaires élevées stimulées par des ajustements de coûts antérieurs. Évidemment, nous sommes dans un environnement très fluide et très dynamique, et nous continuerons d'évaluer la situation au fur et à mesure que nous collectons de nouvelles informations. Nous pensons que cette composition favorable de nos activités et des marchés finaux permet à SPX de gérer dans un environnement économique difficile. Notre portefeuille diversifié a un pourcentage élevé de ventes de remplacement et divers moteurs qui peuvent aider à équilibrer nos résultats pendant la récession, comme la période autour de la crise financière de 2008. En regardant une ventilation de l'EBITDA du segment de l'année dernière, un pourcentage important a été généré par les entreprises qui ont historiquement montré et montrent actuellement moins de sensibilité globale à l'environnement macro. Généralement, ces entreprises ont des moteurs qui sont plus durables dans un cycle économique, et les entreprises qui subissent un impact plus important de la crise actuelle génèrent une partie plus faible du BAIIA sectoriel. Combiné à notre solide bilan et à notre liquidité, nous pensons que ce positionnement constitue un tampon contre toute faiblesse importante de nos activités plus sensibles. Avant de rappeler à Paul, je voudrais dire que je suis satisfait de notre solide performance pour le trimestre. Bien que les perspectives à court terme aient été affectées par la crise sanitaire actuelle, nous sommes bien placés pour gérer l'impact grâce à notre bilan et notre position de liquidité solides, ainsi qu'à des positions de marché final solides et diversifiées pour de nombreux produits et services essentiels. Ce ne sera pas une route facile, mais nous nous attendons à ce que nous continuions d'être dans une position globalement solide pendant que nous progressons dans la crise. Comme Scott l'a noté, nous sommes toujours confrontés à plusieurs inconnues lors de la planification de différents scénarios. Nous continuons à faire de la sécurité des employés notre priorité absolue tout en prenant des mesures pour atténuer l'impact du virus sur nos clients et sur notre rentabilité à court terme et la génération de trésorerie. À mesure que l'économie rouvrira plus largement et que nous pourrons reprendre progressivement ses activités normales, nous prévoyons que SPX sera sur le point de reprendre sa croissance et sa création de valeur. En attendant, nous espérons que vous restez tous en sécurité et en bonne santé, et nous apprécions votre intérêt et votre soutien alors que nous naviguons maintenant à travers ces moments difficiles. Et maintenant, je renvoie l'appel à Paul.Paul Clegg – Vice-président des relations avec les investisseurs Merci, Gene. Nous sommes maintenant prêts à passer aux questions. Questions et réponses: OpérateurMerci. (Instructions pour l'opérateur) Notre première question vient de Bryan Blair avec Oppenheimer. Votre ligne est maintenant ouverte.Bryan Blair – Oppenheimer and Company – Analyste Bonjour, les gars. Début d'année solide. J'apprécie toutes les couleurs concernant les expositions sur le marché final et les sensibilités à la demande à court terme. En espérant que nous pourrions nous y concentrer un peu plus. Si nous regardons la diapositive 20, comment devrions-nous penser à la performance des ventes de taux d'exécution, au taux d'avril, aux attentes du deuxième trimestre? Scott, je crois que vous avez dit une baisse organique de 10%, nette de toutes ces expositions. Comment devrions-nous penser aux taux de croissance ou de déclin passant d'une fourchette moins sévère à une fourchette plus sévère de ce spectre? Scott Sproule – Directeur financier Oui. Je pense que le but n'était pas nécessairement de montrer des taux différents à ces niveaux, mais plutôt là où ils sont plus directement touchés. Mais spécifique au T2, comme je l'ai dit, globalement, baisse organique de 10%. Il faut compenser cela avec la croissance des acquisitions, qui serait similaire à ce que nous avons vu au T1, soit environ 3%. Et puis, si vous regardez dans le biologique, comme je l'ai dit dans mes remarques, nous nous attendons à une croissance des solutions d'ingénierie. Vous ressentez donc vraiment l'effet de la baisse du CVC, de la détection et de la mesure, en particulier dans les parties commerciales du CVC, mais nous constatons également une reprise dans nos activités en Asie-Pacifique, en particulier en Chine, mais c'est une plus petite partie de notre portefeuille, et dans notre activité de localisation. Ce sont donc – la croissance organique de Engineered, qui est toujours un type de chiffre à un chiffre modeste et inférieur, de sorte que vous pouvez en quelque sorte revenir dans le déclin organique combiné des deux autres.Bryan Blair – Oppenheimer and Company – – Analyste Ouais, c'est utile. Je vous remercie. Et tout autre aperçu ou guide directionnel que vous pouvez offrir sur le calendrier des projets de détection et de mesure à court terme et sur la façon dont cela prend en compte la plage incrémentielle et décrémentielle que vous proposez? Scott Sproule – Directeur financier, oui. Je pense que nous nous sentons bien dans le calendrier du projet, en particulier lorsque nous parlons – vous parlez des technologies de transport et de communication, la plupart – où se trouve le plus gros morceau de ce projet. Ce que nous regardons, c'est vraiment l'accès des clients, leur capacité à accepter les expéditions ou à venir faire les dernières inspections. Ce sont les choses qui pourraient probablement avoir le plus d'impact, mais nous ne voyons pas cela comme un problème à court terme. Il s'agit plutôt d'un – pourrait quelque chose dans Q – attendu avec Q2, attendu avec Q3 ou même potentiellement des choses que nous cherchons à exécuter au Q3 arriver plus tôt. C'est donc un peu – avec toutes les perturbations qui se produisent en ce moment, il est un peu difficile de le déterminer avec précision.Bryan Blair – Oppenheimer and Company – Analyste. D'ACCORD. Un de plus, si je peux. Toute couleur que vous pouvez offrir sur les tendances des chaudières commerciales et les impacts du COVID-19? Je sais que ce n'est pas encore une gamme de produits majeure pour vous, mais cela a été une belle initiative de croissance. Je me demande simplement comment cela évolue.Gene Lowe – Président et chef de la direction Oui. Je dirais que si vous regardez nos activités commerciales, il y a une partie de cela qui est généralement liée aux nouveaux bâtiments où le délai de livraison est généralement plus long. Et nous ne voyons pas beaucoup d'impact à ce stade. Il y a aussi une partie d'un break / fix. Nous mettons à niveau les anciennes chaudières. Nous nous attendons à voir un impact quelque peu similaire sur nos activités de chaudières commerciales comme nous le faisons sur nos activités de refroidissement commercial. Ils ont, nous pensons, des pilotes similaires. Nous nous attendons donc à un impact modeste là-bas, mais pas à un impact significatif ou sévère là-bas.Bryan Blair – Oppenheimer and Company – Analyste OK. Merci encore. OpérateurMerci. Notre prochaine question vient de Brett Linzey avec Vertical Research Partners. Votre ligne est maintenant ouverte. Brett Linzey – Recherche verticale – Analyste Hé. Bonjour les gars. J'apprécie toute la couleur supplémentaire que vous avez donnée. Juste un point plus fin sur les actions de coût. Quelle est la taille des économies que vous disposez actuellement de certaines des mesures discrétionnaires que vous avez prises? Et puis, en pensant à une partie de la modularité ou peut-être de la variabilité des perspectives du marché, quelle est la taille d'un ensemble d'actions à votre disposition au fur et à mesure que nous progressons ici? Scott Sproule – Directeur financier, bien sûr. Je prends celui-là. Donc, ce que je vais dire, c'est quand nous regardons cela, nous avons évidemment pris les mesures ici au T2 et nous avons, je dirai, un livre de mesures que nous pouvons prendre. Cependant, l'une des clés est que lorsque vous regardez les actions que nous prendrions, ce ne sont pas nécessairement toutes les actions qui seraient prises dans l'entreprise de manière égale, car, comme nous l'avons dit, nous avons des entreprises comme les transformateurs qui sont en croissance et en bonne santé et ont besoin de soutien pour leur expansion. Et c'est évidemment une partie très importante de notre profil de revenus que nous voulons continuer à soutenir par rapport à d'autres côtés, et nous avons parlé de localisateurs et partiels – et de parties du côté commercial HVAC de l'entreprise et du côté chauffage, qui est plus météorologique. -relié, vraiment sans rapport avec COVID. C'était juste la même période. Je dirai que nous prenons d'autres mesures que le reste de l'entreprise. C'est donc un livre de mesures à prendre en fonction de la gravité que nous constatons pour les entreprises, mais il n'est pas appliqué de manière égale dans toutes les entreprises. Cela dit, nous avons pris les mesures ici au T2. Nous l'avons mis en place. Nous cherchons vraiment à voir comment nous allons sortir. Quelle est l'évolution des traitements, de l'identification, du traçage? Et comme l'économie commence à s'ouvrir, comment peuvent-ils rester ouverts? Je veux dire que ce seront beaucoup de grands indicateurs, avec nos carnets de commandes, de ce à quoi pourrait ressembler la seconde moitié et au-delà. Mais si nous devions maintenir les actions que nous avons en place et prolonger le reste de l'année, nous pensons qu'en 2020, elles seraient de l'ordre de 15 à 20 millions de dollars de réduction des coûts par rapport à notre LTM Q1. Brett Linzey – Recherche verticale – Analyste OK. Ouais. Parfait. Et puis, pour en revenir aux tendances de mars et d'avril, que ce soit les commandes ou les ventes, pouvez-vous fournir un ordre de grandeur de ce à quoi ressemble cette gamme? Et je suppose que ce que vous voyez en avril indique une baisse de 10% ou vous attendez-vous à une amélioration en mai et juin? Scott Sproule – Directeur financier C'est le cas. Je veux dire que je dirais que – à partir d'avril ou jusqu'à présent en avril, nous avons une tendance comme nous nous y attendions et nous sommes en quelque sorte alignés sur cette baisse de 10%. Et vous le voyez – pour les entreprises CVC des Amériques et de la région EMEA, mais vous voyez un net rebond en Chine. Il semble que ce soit plus une pause, et il y a une forte reprise ici au cours du mois. Et puis nous le voyons certainement dans les entreprises de localisation. Pour les autres entreprises, c'est la recherche mensuelle du côté projet de ces entreprises. Et d'un trimestre à l'autre, ce n'est pas aussi pertinent. D'une année à l'autre, cela correspond davantage à nos attentes. Et je dirais que les choses progressent avec nos attentes là-bas. Et puis nous constatons une bonne activité au sein d'Ingénierie, mais regarder l'activité trimestrielle pour le moment est moins pertinent en raison de notre couverture de carnet de commandes qui s'étend sur la majeure partie de cette année et jusqu'en 2021. Les commandes sont donc largement indicatives pour 2021, pas indicatif pour 2020.Gene Lowe – Président et chef de la direction Oui. La façon dont j'y pense, Brett, est Engineered tient bon sur les réservations et une bonne partie de la détection et de la mesure est très stable, et nous voyons une belle activité là-bas. La seule exception serait l'entreprise de localisation où – qui est notre activité de cycle le plus court est celle où nous avons vu l'impact le plus important. Et puis dans le CVC, nous avons des impacts modestes, quelques modestes là-bas. Brett Linzey – Recherche verticale – Analyste Et peut-être juste un petit plus. En pensant au journal de bord dans HVAC, quelle est votre visibilité? J'imagine qu'il y a des retards et qu'il est difficile de se rendre sur les chantiers et ainsi de suite, mais si cela rouvre, je veux dire, y a-t-il des projets qui sont juste retardés et en cours mais qui continuent? Et puis, en réfléchissant plus avant au deuxième semestre de 21, à quoi ressemble le pipeline en CVC? Gene Lowe – Président et chef de la direction Donc, HVAC, je vais en quelque sorte le diviser en deux parties de notre façon de penser, donc refroidissement puis chauffage. Donc vraiment du côté du refroidissement, pour rappel, c'est à peu près moitié nouveau, moitié remplacement. Le revenu de remplacement semble toujours être là. Il est en fait très, très stable sur différents marchés. La nouvelle construction est influencée par l'indice Dodge. Donc, comme si vous assistiez à une très grande récession, vous pourriez voir une baisse de la demande. Maintenant, nous sommes généralement plus tard dans le cycle. Donc, typiquement, à partir de la construction du nouveau bâtiment, nous recevions le bon de commande environ sept minutes – sept mois plus tard. Il y aurait donc un retard. Donc, pour les bâtiments en cours et financés, en cours de construction, nous nous attendons à ce que cela dure un certain temps. Mais en regardant cela, sur cette partie de l'entreprise et en regardant le refroidissement HVAC, le – et encore une fois, c'est une circonstance unique, mais la baisse de pic à creux de notre activité de refroidissement est d'environ 15% pendant la récession de 2008. Donc, si nous entrons dans une mauvaise récession, vous – il serait raisonnable de supposer un profil de demande similaire. Côté CVC, c'est différent.Scott Sproule – Directeur financier, Chauffage, ouiGene Lowe – Président et chef de la direction Je suis désolé. On the heating side, it's different because it's really driven much more by break/fix and break/replace. We think that's north of 80% of the demand profile. And we are innovating new products. We are broadening at different portions of the market, but that is very, very steady. And I would say for Q2 and Q3, you have a little bit of what I would almost call artificial demand. That's where people are doing their stock-ups. The distributors get some discounts to stock up in Q2 and Q3. And if there are liquidity concerns within our customer base, you could see a little bit of suppressed demand there, but really, the demand is driven by break/fix. And so we wouldn't anticipate that to evaporate, but you could see some timing shifts there. So I don't know if that's helpful, but that's how we think about –Scott Sproule — Chief Financial Officer I would just add to that. In talking about the heating, when traditionally — or historically, I should say, when we come off of a weak kind of that Q1 shoulder heating season, when there's weak demand in that portion of the season, it's natural and it's the trend that the channel is more conservative in their buying behaviors during the Q2, Q3 time frame until you get to the more natural demand coming through in Q4. And so we are experiencing that. We expected that. And I would say it probably is a little bit more exacerbated now in the current environment just given the macro and the concerns around liquidity throughout — by everybody.Brett Linzey — Vertical Research — Analyst OK. Great color. Appreciate it. And congrats on all the efforts to navigate the situation. Passing along. Thanks, guys.OperatorThank you. Our next question comes from Joe Mondillo with Sidoti & Company. Your line is now open.Joe Mondillo — Sidoti and Company LLC — Analyst Hi. Good afternoon, everyone. So the HVAC business, just in terms of the quarter, how would you describe how much the organic decline was related to the warm weather and the boiler business? And then how much would it be related to sort of the COVID effects?Scott Sproule — Chief Financial Officer It was — yeah, the vast majority of it was related to the heating side of the business and the weather. There was about $4 million of impact in — from COVID in China and –Gene Lowe — President and Chief Executive Officer In cooling?Scott Sproule — Chief Financial Officer In cooling, yeah. And — but really, from an overall HVAC, the predominant driver was — for both the revenue and the margin performance was the heating demand. And remember, that really was coming off a very, very high comp for Q1 of 2019.Joe Mondillo — Sidoti and Company LLC — Analyst OK. And I don't know if we can get this granular, but just in terms of sort of in the month of March and as we've entered the month of April, the HVAC business overall, could you — I don't know if you want to quantify anything, but could you describe what you saw toward the end of March into April in terms of decline of activity?Scott Sproule — Chief Financial Officer Just — I'll just pick up from where we were just talking. I think what we started seeing is in China, you start seeing the recovery in our China cooling business where it was very down significantly in Q1, but it's come back sharply here from an order perspective in the early parts of Q2. And we're seeing — I would say the reverse effect of that, you started seeing declines in the Americas, which is our largest portion of that group. And we're continuing to see declines there, as Gene just mentioned. And then on the HVAC heating side of the business, it's really the weather behavior that I just mentioned.Joe Mondillo — Sidoti and Company LLC — Analyst OK. And are you — what about bookings? Are — have bookings sort of dried up or had an effect here, too? Or are you continuing to sort of book out for the rest of the year?Scott Sproule — Chief Financial Officer My comments actually were around the bookings trends, the orders trends.Joe Mondillo — Sidoti and Company LLC — Analyst OK. And just in terms of commercial HVAC, do you have any visibility to see — with the shutdown — and I mean, I imagine a lot of this is related to shutdowns in the second quarter, job sites being shutdown. Do you have any visibility into thoughts on a recovery in the back half of the year relative to where we're at in 2Q?Scott Sproule — Chief Financial Officer I think it's too many uncertainties there, which is part of — the reason why we pulled the guidance is just not sure to be able to see what that visibility is. So we just try to give some sense for Q2 and what we're seeing in the immediacy of what we see in front of us.Joe Mondillo — Sidoti and Company LLC — Analyst OK. Can I ask this, though? The month of April, do you think that will be the trough? Or is the visibility still that unclear that you're not sure?Scott Sproule — Chief Financial Officer I mean our hope, like everybody, is that things get under control here over the next two months. And if we get better testing, we get better — some levels of treatment, the opening up of the economy show that that can be managed. And the economy can stay open. It doesn't have to shut back down. And then we can get back to some level of normalcy. But really, like everybody, we have to see that play out here. And it's just such a fast-moving animal that we're dealing with that the next two weeks, two months, it's hard to predict. So I think we — well, obviously, when we're kind of back together here talking about our Q2 results, we'll have a position on what we think for the second half.Joe Mondillo — Sidoti and Company LLC — Analyst OK. You mentioned what the peak to trough was in the commercial HVAC business back in 2008. I was wondering if you know or if you would like to share what the Radiodetection business did back then? I'm just curious of how cyclical that business could be.Gene Lowe — President and Chief Executive Officer Sure. And just, Joe, to be clear with you, the peak to trough that I did mention there was really on the cooling side, so that's — which is predominantly all commercial or B2B variety of customers there. Radio, I believe, the peak to trough was in the neighborhood of 20%?Scott Sproule — Chief Financial Officer On a constant-currency basis.Gene Lowe — President and Chief Executive Officer On a constant-currency basis. And the rest of the Detection & Measurement portfolio actually grew during the recession. So the one area that we do see real impact that's shorter cycle is our locator business or our Radiodetection brand. But as we've talked about many times over the years, we do have a lot of asynchronous drivers of demand and a lot of those are really regulatory-driven in our Detection & Measurement business. And we think that those tend to hold up pretty well and are not directly correlated with GDP. So that's where we were with Radio in the last recession.Scott Sproule — Chief Financial Officer Yeah. I think it's fair to say — we've been consistent in saying Radio definitely kind of follows global GDP, and that's definitely what we're seeing. And then in the transportation, communication technologies businesses, they have different drivers. Those are kind of micro market drivers that don't necessarily follow GDP. That's what we saw back in the recession, the 2008 recession, and that's what we're seeing now. They're not going to have to be the exact same. There's obviously differences in there, but we just point that out to say they are acting similarly. The ultimate — how high or how divergent they are to the GDP will play itself out.Joe Mondillo — Sidoti and Company LLC — Analyst OK. And then just one quick question on the cost restructuring that you're doing. When were these initiated? Because I don't think I saw — maybe I missed it, but I –Scott Sproule — Chief Financial Officer Yeah. We have not taken any restructuring actions. So these are all temporary in nature. So it's really a curtailment of what we said all nonessential spend. So whether it's travel spend, whether it's project-oriented spend, capex spend, anything that's been temporary in nature or discretionary in nature, we put the lock on. We restricted headcount additions. There have been certain areas where we've done furloughs, but that's on the exception. But — so that — it's those all more temporary-type activities. And of course, partial within there is our — your STI program works on a predication of growth. We're not showing — we're not anticipating that right now. So that has a moderation effect as well.Joe Mondillo — Sidoti and Company LLC — Analyst OK. D'ACCORD. And I guess just to follow up on that, what would — I guess, you would need to see more of a trend of declines in the economy or whatnot to make an initiation to restructure a little more aggressive because a lot of companies that we've seen have gone about doing some restructuring already, but I would imagine maybe that's related to the fact that you are so asynchronous. And maybe even if you're — even your cyclical aspect of the company, even that is actually tied to later cycle commercial nonresidential, which could come back in the back half of the year. Is that sort of the thinking behind not making a bigger structural change at this point?Scott Sproule — Chief Financial Officer Yeah.Gene Lowe — President and Chief Executive Officer Yeah, Joe. I think you hit the nail on the head. Most of the most severe impacts are in some of the other — some — aerospace, automotive, retail, things like that that we really don't have a lot of exposure. We do have a different set of demand drivers. But if we were to see a severe and persistent recession to come, we would be very well prepared to address that.Scott Sproule — Chief Financial Officer Yeah. I would say, right now, you're right. We're trying to wait and see how things play out and to see if we think that this is a deep extended type of situation or is this going to be something a little bit shorter term? I'm not saying it's going to be a V recovery. Nobody believes that. But our priority is to help manage our workforce through this unprecedented time and try to take every lever before we have to go down to those permanent reductions.Joe Mondillo — Sidoti and Company LLC — Analyst OK. D'accord. Merci beaucoup. Good luck.OperatorThank you. (Operator instructions) Our next question comes from Damian Karas with UBS. Your line is now open.Damian Karas — UBS — Analyst Hey. Good evening, guys. I think we covered a lot of ground. Most of my questions have been asked, but I appreciate all of the detailed portfolio analysis across your businesses. Scott, just a clarification. I think you alluded to about $15 million to $20 million or so of possible cost takeout if things got worse. It sounded like that was sort of the, I guess, the total number. But in terms of the nonessential discretionary stuff, how much of — have you actually executed already that we can think of will flow through earnings this year?Scott Sproule — Chief Financial Officer Yeah. So I was trying to give the — what — that is the range that would be the impact of this year — impact this year, just as a kind of, I would say, a full-year effect of the actions we have in place as of right now. So if we were to continue this type of lockdown and we don't see a benefit — an improvement in the near term, that would be the effect that we can get this year. And then there's further actions we could still take — I would say further temporary actions we could take to go further. Obviously, you'd get a Q1 effect as you start going into 2021. And then if we see it going longer, that's where we would be looking at, potentially having to rightsize — take rightsize actions.Damian Karas — UBS — Analyst OK, makes sense. Thanks for clarifying. And then I wanted to ask you guys about transformers. I get that it's a little bit longer lead time. You guys are typically operating kind of nine, nine-plus months type of lead time in there, but you've kind of had this period where we're running, I mean, 18 months, two years where you've seen very strong growth in transformers. I mean double-digit, high single-digit, double-digit. I'm just wondering, is there something to that fundamentally going on? Are you guys gaining share? Is there something changing in the pricing environment? Because that seems a little bit like outsized growth relative to how you guys have characterized that business that would, I think, typically be more of kind of a low single-digit, GDP-type grower. And I guess, kind of as an add-on to that, I mean, you see the visibility there for the rest of the year and your order backlog for transformers. Is there any reason — I know you pulled guidance across the business, but is that the reason why you wouldn't be able to hit that 8.5% ES margin this year?Scott Sproule — Chief Financial Officer So let me start and Gene will jump in. I think it's helpful to kind of maybe go backwards a little bit about the performance of the transformers over the last several years. If you go back even '16, '17, the business was performing extremely well. We're kind of double-digit EBITDA in the business, even low double-digit EBIT. And then we had a challenging 2018. That carried forward into 2019 in Q1 a little bit, and that's why you see kind of this comparison point of Q1 to Q1 is really not — you'd do better to compare Q4 to Q1 to see the sequential because we did have sequential improvement in the operations of the business throughout 2019. Just given the lead time of that business, it takes — it is a little bit of a lag to see it come through the financials. But we did see that through the Q2 forward in the business and then it's continuing on. And in my comments, when I talk about operational, I think there's a natural thought about just thinking within the four walls of the plant, and that obviously is doing improvement, but it also includes our pricing approaches and disciplines. And so there's been a lot of improvements there, a lot of improvements that are trying to be price leaders in the market and given the strength of our backlog, our ability to be selective in the market around the types of units that we are executing on. So it's a host of things that we're seeing the improvement on. And we're pleased to where the business is. It's performing extremely well. And we do have good visibility and customer confirmations around the forward demand. So we are feeling good about where we are in this year. Now could there be things out there that could change that? Bien sûr. But right now, we're feeling pretty good.Gene Lowe — President and Chief Executive Officer Yeah, Damian. I'd just add that we think that market is healthy. If you track some of the public utilities, Southern Company reported today and actually confirmed their capex. And as you know, a lot of these rate cases that they put in place are three to five years in duration. And we have a lot of relationships with a lot of these large, large players. So we feel really good about the prospects, the demand prospects of that over the next several years. On your question about market share and other areas, I do think the team is executing really well. And they are growing — as you remember, we're very strong in medium power and we have a lower market share in EHV and high voltage. We are expanding that. We are growing that. And we are seeing some indications of some customer preference moving toward more domestic manufacturing. Now as a reminder, the large was typically — a lot of that is imported from Germany and Europe, but we're seeing some potential shifts there, which could be an opportunity. But the team's done a nice job and we feel good about that business and the forward prospects there.Damian Karas — UBS — Analyst That's great. Thanks for all the color, and good luck.OperatorI am not showing any further questions at this time. I would now like to turn the call back over to Paul Clegg for closing remarks.Paul Clegg — Vice President of Investor Relations OK. Well, thanks all of you for dialing in. Everybody, be safe. And we look forward to talking to you again next quarter. Thank you.Operator(Operator signoff) Duration: 55 minutesCall participants:Paul Clegg — Vice President of Investor RelationsGene Lowe — President and Chief Executive OfficerScott Sproule — Chief Financial OfficerBryan Blair — Oppenheimer and Company — AnalystBrett Linzey — Vertical Research — AnalystJoe Mondillo — Sidoti and Company LLC — AnalystDamian Karas — UBS — Analyst
More SPXC analysis
Tous les relevés d'appel des gains
                                                
                                            
                                        
                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *