Reliant Bancorp, Inc. (RBNC) Transcription de l'appel des résultats T1 2020

Reliant Bancorp, Inc. (RBNC) Transcription de l'appel des résultats T1 2020

Source de l'image: The Motley Fool.

Reliant Bancorp, Inc. (NASDAQ: RBNC) Appel des résultats du premier trimestre de 2020 28 avril 2020, 10 h 00 ETContenus: Remarques préparées Questions et réponses Appeler les participants Remarques préparées: OperatorBon après-midi, et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 de Reliant Bancorp. L'appel d'aujourd'hui est enregistré. DeVan Ard Jr., président, président et chef de la direction est l'hôte de l'appel aujourd'hui avec Reliant Bancorp. Il est accompagné de Dan Dellinger, directeur financier de Reliant Bancorp; et Alan Mims, directeur du crédit de Reliant Bancorp, qui sera disponible lors de la séance de questions-réponses. Veuillez noter que le communiqué de presse de Reliant Bancorp et les diapositives de présentation de cet après-midi sont disponibles sur la page des relations avec les investisseurs du site Web de la société à www.reliantbank.com. (Instructions de l'opérateur) Au cours de cette présentation, les membres de la direction de Reliant Bancorp peuvent formuler des commentaires qui constituent des déclarations prospectives au sens et sous réserve des protections accordées par les lois fédérales sur les valeurs mobilières. Tous les énoncés prospectifs sont soumis à des risques et des incertitudes et à d'autres facteurs qui peuvent faire en sorte que les résultats réels et les performances ou les réalisations de Reliant Bancorp diffèrent sensiblement de tous les résultats, performances ou réalisations exprimés ou sous-entendus par ces déclarations prospectives. Bon nombre de ces risques, incertitudes et autres facteurs dépassent la capacité de Reliant Bancorp à contrôler ou à prévoir, et les auditeurs sont priés de ne pas se fier indûment à ces déclarations prospectives. Étant donné que ces déclarations ne sont valables qu'à la date de cette présentation, une description plus détaillée de ces risques et d'autres risques, incertitudes et facteurs est contenue dans les documents publics de Reliant Bancorp déposés auprès de la Securities and Exchange Commission, y compris dans son dernier rapport annuel sur formulaire 10- K, ses rapports trimestriels sur le formulaire 10-Q et ses rapports actuels sur le formulaire 8-K. Sauf disposition contraire de la loi applicable, Reliant Bancorp décline toute obligation de mettre à jour ou de réviser les déclarations prospectives faites au cours de cette présentation, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d'événements futurs ou autrement. Je vous renvoie également aux pages 1 et 2 des diapositives de présentation pour les avertissements concernant les déclarations prospectives, les mesures financières non conformes aux PCGR et d'autres informations. J'aimerais maintenant confier la présentation à DeVan Ard Jr., président, président et chef de la direction de Reliant Bancorp.DeVan Ard Jr.Eh bien, bonjour à tous et merci de vous joindre à nous pour notre appel de résultats du premier trimestre. Je veux commencer par étendre mes sincères espoirs et mes meilleurs vœux de rétablissement rapide à tous ceux qui sont touchés directement ou indirectement par le virus COVID-19. La crise de santé publique créée par COVID-19 est devenue une crise financière, car les commandes sécuritaires à domicile ont fermé de nombreux segments de notre économie. Nous croyons que la solidité financière de notre entreprise et le talent et l'expérience de notre équipe nous permettront d'aider ceux qui en ont besoin dans l'immédiat pour contribuer efficacement à la reprise à long terme de notre économie. Nous croyons également à la résilience de Nashville. Les fondamentaux qui ont fait de Nashville et du Middle Tennessee l'un des meilleurs endroits pour vivre et travailler du pays sont toujours en place et seront un moteur de croissance dans les mois à venir. Au cours des dernières semaines, nous nous sommes concentrés sur tout ce qui était nécessaire pour relever les défis de la pandémie de COVID-19. En tant que fournisseur de services essentiels, nous sommes restés ouverts tout au long de la pandémie, bien qu'avec un modèle de service différent.Pour protéger la santé et le bien-être de nos employés, les halls de nos centres bancaires sont fermés, et nos clients sont principalement servi par des fenêtres de conduite ou par l'un de nos canaux numériques. Les employés qui en ont la capacité, environ 40% de nos effectifs, travaillent actuellement depuis leur domicile. Et bien que les défis créés par la pandémie soient complexes, notre plan de gestion pendant cette période est simple. Tout d'abord, nous nous concentrerons sur nos clients. Cela signifie continuer à accorder du crédit et à servir de conseiller financier de confiance à nos clients. Cela signifie également participer activement au programme de protection des chèques de paie de la SBA et aider nos clients commerciaux à naviguer dans le processus de demande. Nous nous engageons également à travailler avec les clients qui éprouvent des difficultés en raison de la pandémie pour modifier les conditions de prêt afin de différer les paiements jusqu'à ce que l'économie commence à se redresser. Deuxièmement, nous allons accroître et préserver le capital et la liquidité. Le capital et la liquidité sont la pierre angulaire des banques et doivent être solides pour que nous continuions à accorder du crédit à nos clients. À cette fin, notre conseil d'administration a suspendu le rachat d'actions jusqu'à ce que nous puissions mieux évaluer l'impact de la pandémie de COVID-19 sur notre entreprise. Nous prévoyons verser notre dividende trimestriel. Troisièmement, nous gérerons de manière agressive les dépenses non liées aux intérêts. Nous avons mis en place un gel des embauches pour la plupart des postes, suspendu tous les déplacements non essentiels et retardé les projets d'immobilisations prévus. Le contrôle des dépenses, cependant, sera équilibré afin que nous n'affections pas notre capacité à fournir un excellent service client ou à mettre la santé de nos employés en danger. Et puis finalement, nous ferons ce qui est bien. Nous accordons la priorité au bien-être de nos employés et clients et continuons d'honorer nos engagements caritatifs et recherchons des opportunités de partenariat et de soutien aux organisations à but non lucratif dans leurs efforts pour servir notre communauté. Passons maintenant à notre performance financière. Je suis fier d'annoncer que notre équipe a surmonté les défis présentés par le premier trimestre pour livrer d'excellents résultats, résumés à la page 4 de notre présentation. La marge nette d'intérêts a augmenté de 15 points de base à 3,61%, tirée par des rendements de prêts stables et une baisse de 25 points de base du coût des dépôts portant intérêt. Nous avons également continué d'optimiser notre composition de l'actif productif, en portant les prêts détenus à des fins d'investissement à 81% de l'actif productif moyen. Le revenu net d'intérêts s'est établi à un montant record de 17,1 millions de dollars pour le trimestre, en raison d'une marge d'intérêt nette plus élevée et de la contribution de Community Bank & Trust. Notre équipe de banquiers a produit 150 millions de dollars de nouveaux prêts, une augmentation de 29% par rapport au même trimestre en 2019 à un taux moyen pondéré de 4,7%. Et les mesures de qualité des actifs sont supérieures. Les actifs non performants ont reculé à 0,19% du total des actifs. Les prêts en souffrance depuis 30 jours ou plus représentaient 0,12% du total des prêts. Les imputations nettes restent faibles et ont critiqué les prêts, car un pourcentage du total des prêts a diminué. De plus, nous n'avions aucun ORE au 31 mars. Nous avons conclu l'acquisition annoncée précédemment de Community Bank & Trust et avons réussi à convertir leur système de base et, le 1er avril, nous avons conclu l'acquisition de First Advantage Bank. Cette conversion est en bonne voie et devrait avoir lieu en mai. Ensemble, les acquisitions ont ajouté près d'un milliard de dollars d'actifs à notre société, et plus de détails pour chacun se trouvent à la page 5 de notre présentation. Je voudrais conclure mes remarques d'ouverture en soulignant à quel point je suis fier de notre équipe et de leur engagement et de leur dévouement les uns envers les autres et envers nos clients pendant une période d'extrême incertitude. Notre modèle de banque relationnelle est parfaitement adapté pour aider nos clients à naviguer dans le climat économique actuel. Et notre engagement envers une qualité d'actif supérieure et des niveaux de capital et de liquidité solides nous permettra de continuer à répondre aux besoins de crédit de nos clients. J'aimerais maintenant donner la parole à Dan Dellinger pour un aperçu détaillé de nos résultats financiers. Dan? Dan Dellinger – Directeur financier Merci, DeVan et bon après-midi à tous. Je commencerai à droite de la page 4 de notre présentation des résultats. La société a enregistré une perte nette attribuable aux actionnaires ordinaires de 215 000 $ ou un montant négatif de 0,02 $ par action ordinaire diluée au cours du premier trimestre de 2020. Les résultats ont été touchés par 4,2 millions $ de charges liées à la fusion et une provision de 2 millions $ pour perte sur prêts, avec 2 millions $ directement lié aux changements dans nos facteurs qualitatifs de la pandémie de COVID-19. Lorsque les frais de fusion sont exclus, le bénéfice net ajusté disponible pour les actionnaires ordinaires devient 2,9 millions de dollars ou 0,25 $ par action diluée ordinaire. Lorsque les frais supplémentaires de provision et de fusion sont exclus, le bénéfice net disponible pour les actionnaires ordinaires devient 4,5 millions de dollars ou 0,37 $ par action ordinaire diluée. Enfin, en tenant compte des frais de fusion, la provision totale prise au cours du trimestre et en éliminant les charges nettes se traduit par un bénéfice net disponible pour les actionnaires ordinaires de 4,9 millions de dollars ou 0,41 $ par action diluée ordinaire. Quelques autres éléments à noter sur notre tableau des résultats financiers. NIM a progressé de 15 points de base au cours du trimestre à 3,61%, grâce à la stabilisation du rendement de nos prêts, à la baisse continue de nos coûts de financement et à nos progrès continus dans l'optimisation de la composition de nos actifs productifs. Le NIM de base, qui exclut la comptabilité d'achat et l'avantage fiscal de nos prêts au développement communautaire, a augmenté de 24 points de base d'un trimestre sur l'autre à 3,47% et est revenu aux niveaux que nous avons connus au premier trimestre de 2019. La valeur comptable tangible était de 14,44 $, une baisse de 0,98 $ par action pour le trimestre lié. Je fournirai plus de détails sur le déclin plus tard dans ma présentation. Passer à la page 6. La banque centrale, qui exclut les résultats des entreprises de prêts hypothécaires Reliant, a généré 16,8 millions de dollars de revenus d'intérêts nets, une augmentation de 2,5 millions de dollars ou 17% pour le trimestre lié. L'augmentation du revenu net d'intérêts est principalement attribuable à une augmentation de 245 millions de dollars du trimestre moyen des prêts détenus à des fins d'investissement et à une amélioration de 15 points de base de notre marge, qui peut être attribuée aux mesures proactives que nous avons prises au cours de la dernière année. pour améliorer la composition de nos actifs et maintenir de courtes durées sur nos dépôts de gros. Examinons ces deux éléments plus en détail. Les prêts moyens détenus pour investissement ont augmenté de 245 millions de dollars au cours du trimestre lié. Les prêts acquis dans le cadre de l'acquisition de CBT ont représenté une croissance de 174 millions de dollars et la croissance organique, 71 millions de dollars. La forte croissance que nous avons connue dans notre portefeuille de prêts, conjuguée à une réduction stratégique du portefeuille d'obligations, a eu un effet important sur notre composition d'actifs productifs. Au 31 mars 2020, les prêts moyens représentaient 81,3% de l'actif productif moyen, en hausse par rapport à 78,3% au 31 décembre 2019 et 77,7% au 31 mars 2019. Comme je l'ai indiqué précédemment, notre capacité à réagir rapidement aux changements de prix dans le le marché secondaire a été un élément essentiel de la diminution de notre coût des passifs portant intérêt, qui a diminué de 25 points de base et notre coût global des fonds a diminué de 13 points de base. Les réductions des coûts de dépôt des clients sont également survenues, principalement en raison des dépôts à faible coût acquis grâce à l'acquisition de CBT. Du côté des actifs, le rendement des prêts détenus à des fins d'investissement est resté stable au cours du trimestre lié et les rendements des autres actifs productifs sont restés stables. Les prêts à taux variable atteignant des planchers ont également eu une influence positive sur les rendements des prêts. Déplacement vers le côté droit de la page 6. Les charges hors intérêts ajustées de base, qui excluent les dépenses des sociétés de fusion et de prêts hypothécaires, ont augmenté de 2 millions de dollars ou 19% par rapport au trimestre lié. L'ajout de personnel et de succursales CBT a représenté environ 700 000 $ de l'augmentation. Nous nous attendons à ce que cela diminue au deuxième trimestre, car les niveaux de dotation diminuent après la conversion et l'une de leurs succursales a été fermée et fusionnée en une succursale Reliant sur le même marché. Les salaires et les avantages sociaux reflétaient également les augmentations générales des augmentations d'employés, les ajouts de personnel et les charges sociales plus élevées. L'autre catégorie de frais autres que d'intérêt est principalement attribuable à l'augmentation du – est principalement attribuable à l'amortissement des actifs incorporels associés à la fusion CBT. À la page 7, nous présentons une nouvelle mesure du rendement donnant un aperçu des revenus avant impôts et avant provisions pour les deux trimestres en cours et précédents. Cette mesure exclut également les frais de fusion engagés au cours de ces trimestres. Le revenu de base avant impôts et avant provision du premier trimestre s'est établi à 6 millions de dollars, en baisse de 9% par rapport au trimestre lié et de 40% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. Le revenu de base avant impôts et avant ajustement ajusté a augmenté de 13% par rapport au trimestre lié et de 44% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. Le chiffre d'affaires total a augmenté de 8% par rapport au trimestre lié et de 25% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. Les dépenses de base hors intérêts ont augmenté de 19% par rapport au trimestre lié et au même trimestre de l'exercice précédent. Comme mentionné précédemment, les économies de coûts de l'acquisition de CBT devraient être pleinement intégrées d'ici la fin de 2020. En ce qui concerne la page 8. Les dépôts continuent de tendre vers – tendance à la hausse, aidés par 212 millions de dollars provenant de l'acquisition de CBT. Nous avons terminé le trimestre à 1,7 milliard de dollars de dépôts et avons progressé à un taux de croissance annuel composé de 28,4% depuis 2015. Déplacement vers la droite de la page. Comme mentionné précédemment, nous continuons de faire baisser le coût et le volume relatif des dépôts de gros. Passons à la page 9. Notre tendance à la croissance des prêts est demeurée solide. À la fin du premier trimestre, les prêts détenus à des fins d'investissement s'élevaient à 1,6 milliard de dollars, soit un taux de croissance annuel composé de 31,4% depuis 2015. Les prêts acquis de CBT représentaient 174 millions de dollars sur une croissance de 210 millions de dollars d'un trimestre à l'autre. Le rendement des prêts de base a augmenté de sept points de base d'un trimestre à l'autre, le rendement total diminuant de quatre points de base en raison de la diminution de la désactualisation comptable et des crédits d'impôt. Passant à la page 10. Comme DeVan l'a mentionné dans ses remarques liminaires, notre société s'est appuyée sur de solides réserves en capital et sur l'accès à des liquidités hors bilan importantes et rentables. Comme vous pouvez le voir, ces déclarations restent vraies au moment où nous entrons dans le deuxième trimestre de 2020. Passons à la page 11. Je veux me concentrer sur la valeur comptable tangible par action. Tel que mentionné, il a diminué de 0,98 $ pour s'établir à 14,44 $ au 31 mars. La baisse du TBVPS peut être principalement attribuée à trois facteurs. Le cumul des autres éléments du résultat étendu a diminué de 6 millions de dollars sur une base trimestrielle liée, ce qui représente 0,51 $ de la baisse du TBVPS. La variation de l'AOCI résulte de la baisse des taux d'intérêt, ce qui a augmenté la perte de notre portefeuille de dépôts couvert de 5 millions de dollars. Et la perturbation du marché liée à la pandémie de COVID-19, qui a temporairement augmenté les écarts sur le portefeuille d'obligations municipales et réduit notre gain latent sur le portefeuille de 1 milliard de dollars. La juste valeur du portefeuille municipal s'est quelque peu redressée en avril, l'intervention du gouvernement et le marché obligataire municipal ayant calmé les investisseurs et ramené les écarts. Deuxièmement, la perte nette de 215 000 $ au premier trimestre attribuable aux actionnaires ordinaires et un dividende de 1,2 million $ ont entraîné une baisse de 1,3 million $ des bénéfices non répartis, représentant 0,12 $ ou 12,2% de baisse de la valeur comptable tangible. Enfin, l'acquisition de CBT a créé une dilution de 4,56% de la valeur comptable. Cependant, cela se compare favorablement à la dilution de 5,92% que nous avons modélisée. Je veux conclure mes remarques cet après-midi en me joignant à DeVan pour souhaiter la bienvenue à l'équipe de First Advantage Bank dans la famille Reliant. Je suis très enthousiasmé par les opportunités que cette combinaison offre à notre entreprise. Je céderai la parole à notre directeur du crédit, Alan Mims, pour son point de vue sur notre portefeuille de prêts et les mesures de crédit avant le deuxième trimestre. Alan? Alan Mims – Directeur du crédit Merci, Dan et bonjour à tous. Je vais commencer mes commentaires sur la page 12 de l'exposé. Je suis heureux d'annoncer que nos mesures de crédit supérieures se sont poursuivies tout au long du premier trimestre. Les actifs non performants ont continué de baisser, tant en dollars qu'en pourcentage de l'actif total, pour se terminer à 0,19% pour le trimestre. Nous continuons de surveiller agressivement notre portefeuille par le biais de la gestion en souffrance et résolvons les problèmes dès qu'ils sont identifiés. De plus, nous avons terminé le trimestre avec aucun autre bien immobilier dans les livres en raison de la commercialisation agressive de ces propriétés. Pour le trimestre, nous avons prudemment pris des mesures pour renforcer notre position de provision par le biais de notre processus de provisionnement normal et en tenant compte des événements survenus à la suite de la pandémie de COVID-19. Nos pertes sur prêts ont augmenté pour s'établir à 0,09% en rythme annualisé au premier trimestre, car nous avons éliminé certains problèmes à plus long terme qui sont presque résolus. Il convient de noter que nous continuons de calculer notre niveau de provision en fonction de la méthodologie des pertes encourues. La provision pour couvrir la croissance et les pertes sur prêts pour le premier trimestre était de 900 000 $. Pour répondre aux préoccupations économiques liées à COVID-19, nous avons également fourni 2 millions de dollars supplémentaires principalement pour remédier à l'affaiblissement des conditions économiques nationales et locales dans le cadre de ce que nous pensons être une approche progressive pour répondre à la crise. Au fur et à mesure que nous développons des données nouvelles et mises à jour, nous évaluerons cela et répondrons en conséquence. Avec ce niveau de provision, la provision a atteint 0,93% du total des prêts détenus pour l'investissement. Si l'on tient compte des remises d'achat non créditées, les réserves totales pour perte de crédit deviennent 1,22%. À des fins d'information, nous avons inclus les diapositives 15 à 17 pour les segments qui, selon nous, représentent des risques accrus pendant la pandémie de COVID-19. Nous avons inclus les détails de nos portefeuilles d'accueil, de restauration et de logements préfabriqués pour mettre en évidence les points forts de chacun. Veuillez noter, cependant, que le portefeuille de maisons préfabriquées n'était pas inclus dans nos résultats du 31 mars, car la fusion de First Advantage n'était pas terminée à ce moment-là. Enfin, je voudrais parler de nos efforts pour fournir une assistance indispensable à nos clients pendant cette période sans précédent. Comme vous le remarquerez à la page 18 de la présentation, nous avons accordé un allégement de paiement à près de 20% de notre portefeuille en termes de montant en dollars, soit en report de capital ou en différé de paiement intégral pour une période de 90 jours. Tous les reports ont été soumis à l'approbation finale de notre directeur des prêts ou de moi-même pour garantir la conformité avec les directives réglementaires et comptables publiées récemment. Nous avons également été très actifs dans le cadre du programme de protection des chèques de paie. À ce jour, nous avons terminé et financé 139 demandes pour 35,5 millions de dollars. Pour la deuxième tranche de financement, nous avons 528 demandes en cours de saisie dans le système SBA E-Tran pour un montant supplémentaire de 48,4 millions de dollars. De nouvelles applications continuent également à arriver. Nous pensons que ces actions placeront nos clients dans leurs meilleures positions pour reprendre leurs activités alors que l'économie commence à s'ouvrir. Merci, et je vais maintenant remettre la présentation à DeVan pour ses remarques de clôture. DeVan Ard Jr. Merci, Alan. Je veux conclure mes commentaires cet après-midi en passant en revue notre stratégie pour 2020. Et bien qu'elle ait été adaptée pour gérer les défis de la pandémie de COVID-19, dont la plupart sont encore en cours, nous ne prévoyons pas de jouer simplement la défense. Premièrement, nous poursuivrons notre engagement envers la croissance organique des prêts et l'amélioration de notre composition de financement dans le cadre de notre empreinte actuelle. Cela comprend la mise à profit des nouveaux marchés que nous avons entrés grâce aux fusions de la Banque communautaire et de First Advantage. Nous prévoyons un ralentissement de la croissance des prêts au cours des prochains mois, mais nous pensons que les relations que nos banquiers ont nouées nous permettront d'accorder des prêts solides et rentables. Deuxièmement, malgré la suspension de nouveaux recrutements, l'acquisition de talents capables de produire un impact immédiat sur les revenus sera toujours une priorité pour nous. Et nous pensons que l'échelle que nous avons bâtie avec notre entreprise et notre culture est la clé pour attirer des individus très performants. Troisièmement, la pandémie actuelle a illustré de manière significative la nécessité de comprendre comment nos clients veulent interagir avec nous. L'investissement prudent dans la construction de notre plate-forme numérique pour être plus efficace et pour attirer et fidéliser les clients se poursuivra. Et enfin, même si nous ne sommes actuellement engagés dans aucune discussion sur les fusions et acquisitions, nous prévoyons que des opportunités se présenteront au cours des prochains trimestres. Qu'il s'agisse de banques entières ou de fusions et acquisitions assistées, nous pensons que nous sommes en mesure de conclure des accords qui répondent à nos critères d'acquisition. Alors que nous entamons un nouveau trimestre et les défis que présente la pandémie de COVID-19, je suis confiant dans l'avenir de notre entreprise. Je crois également en notre équipe de banquiers d'exception et je sais que des défis temporaires ne nous empêcheront pas d'atteindre les objectifs collectifs que nous nous sommes fixés. Opérateur, ceci conclut mes remarques cet après-midi, et nous sommes prêts à répondre aux questions. Questions et réponses: OpérateurMerci. (Instructions de l'opérateur) Et un instant, s'il vous plaît, pour la première question. Et la première question que nous avons est de la lignée de Stephen Scouten avec Piper Sandler. Veuillez poser votre question.DeVan Ard Jr. Bonjour, Stephen.Stephen Scouten – Piper Sandler – Analyste Bonjour, bonjour à tous.DeVan Ard Jr.Bonjour – bon après-midi.Stephen Scouten – Piper Sandler – Analyste Merci. Je suis curieux de savoir où – si vous pouviez nous donner une mise à jour sur les chiffres définitifs autour de FABK et où la note de crédit finale a tremblé par rapport à vos attentes initiales et le genre de tout ce que cela fait à la dilution tangible de la valeur comptable lorsque vous la calculez aujourd'hui si vous en avez. DeVan Ard Jr. Nous n'avons pas encore vraiment le numéro final, Stephen. Vous vous souvenez probablement, nous avons modélisé, je pense – sur le portefeuille général, nous avons modélisé une note de crédit de 2% et une note de crédit de 3% sur le portefeuille de logements fabriqués, ce qui nous a donné, je pense, une note mixte de 2,3%. Nous travaillons avec Mercer aujourd'hui pour mettre à jour cette marque. Je pense que c'est toujours raisonnable en fonction de ce que je peux voir dans leur portefeuille. Dans chacun des portefeuilles, je ne vois pas, à ce stade de toute façon, d'ajustement significatif. Mais il faudra probablement quelques semaines avant que nous obtenions un dernier numéro sur la marque de crédit. Vous voulez ajouter quelque chose, Dan? Dan Dellinger – Directeur financier Oui. Tyler, juste quelques … DeVan Ard Jr. Stephen.Dan Dellinger – Directeur financier Steve, je suis désolé. Stephen, je suis désolé. J'espère que cela ne vous a pas insulté. Le taux d'intérêt va être intéressant. Comme vous le savez bien, la pièce de logement fabriquée est un portefeuille à haut rendement. Et en raison des baisses que nous avons connues, ce sera considérablement – la prime sera beaucoup plus élevée sur ce portefeuille que ce qu'elle était lorsque nous l'avons modélisé initialement. Nous avons exécuté ou effectué une analyse supplémentaire sur la base des données du 31/12. Mais encore une fois, c'était avant que les taux d'intérêt ne baissent. Et nous avons donc deux composants sur lesquels nous nous concentrons vraiment. Un élément, comme DeVan l'a mentionné, est la marque de crédit, qui, compte tenu de la situation économique actuelle, Alan, et il peut donner plus de couleur à ce sujet, approfondit ce portefeuille, le portefeuille de logements fabriqués. Et puis, comme je l'ai mentionné, la composante taux d'intérêt. Bien que le portefeuille de logements préfabriqués en pourcentage du total de leurs prêts ne soit pas supérieur à ce qu'il était au moment où nous l'avons modélisé, je pense toujours que l'effet de rendement allait être plus important.Stephen Scouten – Piper Sandler – Analyste OK . C'est utile. C'est utile. Jamais une insulte à comparer à Tyler. Ne vous en faites pas. Curieux de nous donner une idée du NIM pro forma issu de 2Q. Je veux dire, je sais qu'il y a encore beaucoup de choses à faire au cours du trimestre. Mais juste comme vous avez conclu la transaction, si vous avez des conseils mis à jour sur l'endroit où vous pensez que le NIM peut bouger ici au premier trimestre combiné et peut-être quand vous pensez qu'il peut fondre si nous ne sommes pas déjà là-bas. DeVan Ard Jr. Ouais. Je veux dire, Stephen, je pense que ce que vous demandez, c'est des conseils pour le deuxième trimestre, et je pense que nous avons – nous avons probablement de la place pour une amélioration NIM supplémentaire au deuxième trimestre. Si je regarde First Advantage, si je regarde les rendements de leurs prêts jusqu'en mars – ce ne serait donc pas le premier trimestre. Ce ne serait que le mois de mars, une sorte de conclusion de notre accord. Ils tournaient autour de 5,60% du côté du rendement des prêts. Leurs frais de dépôt portant intérêt étaient un peu élevés, je pense, à 1,49%. Donc, ce que vous voyez dans le côté du rendement des prêts, bien sûr, c'est l'impact du portefeuille de maisons préfabriquées. Nous pensons que nous avons une certaine capacité au cours de ce trimestre, le deuxième trimestre, de continuer à réduire le coût des dépôts dans leur portefeuille. Cela a baissé. Et nous pensons que le rendement du prêt restera probablement hors du portefeuille First Advantage de toute façon, restera à peu près là où il est. Je m'attends donc à voir une certaine expansion de notre NIM au deuxième trimestre. Je ne sais pas si nous obtiendrions 15 points de base supplémentaires, mais nous verrons une augmentation de notre NIM en fonction des tendances que nous observons au deuxième trimestre.Dan Dellinger – Directeur financier Une ou deux choses que j'ajouterai ça, Stephen. La première est que nous avons apporté des ajustements à nos comptes de dépôt ou produits clients à compter du 1er avril, ce qui aura un impact positif au deuxième trimestre. First Advantage a emboîté le pas immédiatement avant la fin du trimestre. Cela contribuera également à réduire le coût des dépôts. Et puis deuxièmement, comme vous le savez, nous avons encore une très bonne quantité de dépôts de gros. Nous l'avons mélangé entre, vraiment, l'État du Tennessee et les avances de la Federal Home Loan Bank. Nous avons constaté que la Federal Home Loan Bank s'était ajustée presque immédiatement à mesure que les baisses d'urgence des taux étaient mises en place. Il a fallu plusieurs semaines au marché du courtier pour s'adapter, puis il a fallu environ deux semaines à l'État du Tennessee. Nous voyons donc encore des possibilités de réduire le coût des fonds et ce que nous – les mesures que nous avons prises en ce qui concerne les dépôts de nos clients. Et comme DeVan l'a mentionné du côté du rendement des prêts, nous avons fait quelques modélisations et nous nous attendons à une influence positive de leur portefeuille de prêts. Leurs marges pour le premier trimestre sont d'environ 4,23%. Cela va donc s'améliorer pour nous. Bien que relativement parlant, le portefeuille n'a – n'a pas une influence énorme sur nos rendements, mais il a encore une belle augmentation probablement de sept à 10 points de base dans notre portefeuille de prêts global.Stephen Scouten – Piper Sandler – Analyste OK. C'est vraiment utile. Et sept à 10 points de base uniquement sur les rendements des prêts, vous avez dit.Dan Dellinger – Directeur financier Oui.Stephen Scouten – Piper Sandler – Analyste OK. Et puis juste un dernier pour moi. J'ai été un peu surpris de voir que seulement 6% des prêts au logement manufacturé étaient actuellement reportés. Vous attendriez-vous à ce que ce nombre augmente? Et pourquoi pensez-vous que c'était si bas? Est-ce parce qu'il s'agit plus d'un appel entrant que de faire des appels sortants comme sur le portefeuille de prêts commerciaux? DeVan Ard Jr. Je ne sais pas, que ce soit entrant ou sortant ait eu une influence sur lui. D'après mon expérience, les gens sont – lorsqu'ils sont stressés par les paiements, ils vont vous appeler. Nous avons 3 500 clients qui ont fabriqué des prêts au logement, il serait donc difficile de faire un gros appel sortant. Nous avons été très sensibles. Nous avons une excellente équipe à Knoxville qui gère ce portefeuille de l'origination à la collecte, et ils sont très proches de leurs clients. Je pense que nous avons juste un bon livre d’affaires. Va-t-il augmenter? Je soupçonne que nous verrons une certaine augmentation, Stephen, mais je ne pense pas que ce sera important. Je veux dire que ce sont tous des prêts très bien garantis. Et je viens – je pense que nous continuerons à voir la performance à un assez bon niveau. Mais oui, je veux dire, je pense que selon la façon dont cette pandémie continue de se dérouler, nous verrons probablement une légère augmentation. Je ne pense pas que ce sera quelque chose d'important. La plupart des personnes qui ont perdu leur emploi les ont déjà perdues et ont eu l'occasion de nous appeler et de nous parler du report.Stephen Scouten – Piper Sandler – Analyste OK. Merci les gars. Appréciez l'appel. Merci, opérateur, et la question suivante vient de la lignée de Kevin Fitzsimmons avec D.A. Davidson. Veuillez répondre à votre question.DeVan Ard Jr.Hey, Kevin.Kevin Fitzsimmons – D.A. Davidson – Analyste Hé, les gars. Comment allez-vous? DeVan Ard Jr. Je vais bien. Comment allez-vous aujourd'hui? Kevin Fitzsimmons – D.A. Davidson – Analyste, je vais bien. Je vais bien. Beaucoup de mes questions ont été traitées uniquement dans vos commentaires, mais une chose que je voulais poser sur les reports, DeVan, est de savoir comment vous prenez du recul dans la façon dont vous les examinez. J'ai entendu certaines banques souligner qu'il s'agissait d'un pourcentage assez modeste. Et j'ai eu des banques très sans excuses souligner que c'est un pourcentage élevé et souligner que c'est par conception, qu'elles sont vraiment agressives en tendant la main aux clients pour mieux les saisir plus tôt et obtenir engagé et avoir des dialogues. Alors, où tirez-vous cette ligne entre essayer de gérer ce pourcentage s'il ne s'agit que de futurs problèmes de crédit potentiels, mais aussi essayer de sortir rapidement compte tenu des perspectives actuelles des autorités de réglementation en matière d'aide aux clients? DeVan Ard Jr.Bien sûr, Kevin. Je vais laisser Alan prendre ça. Lui et notre directeur des prêts, John Wilson, ont été très proches de cela. Et je pense que nous avons développé un assez bon processus pour gérer les reports. Mais Alan, voulez-vous faire quelques commentaires? Alan Mims – Chief Credit Officer Sure, Kevin. Dans certains de nos portefeuilles, l'hôtellerie et le restaurant, en particulier, nous avons contacté ces clients de manière proactive, car nous savions dans quelle direction les choses se dirigeaient juste pour nous assurer que nous n'avions aucun problème avec ceux qui étaient à l'avant . Mais nous avons discuté avec tous ces clients de ces deux secteurs d'activité et discuté avec eux de leurs éventuels besoins de trésorerie, de leur situation en termes de liquidité, de ce qu'ils pensaient du point de vue actuel et du moment où ils pensaient qu'ils obtiendraient de retour aux affaires. Et dans bon nombre de ces cas, nous avons soit effectué un report des intérêts seulement – soit un report des intérêts uniquement ou, dans plusieurs cas, des reports de paiement intégral. Mais nous avons parlé à chacun d'eux, essayant de nous assurer que nous comprenions où ils étaient, quels étaient leurs besoins. Et tous ces reports que nous avons accordés l'ont tous été sur une base de 90 jours. Nous avions l'impression que les choses commenceraient à changer, que les économies commenceraient à se rouvrir plus tôt que tard. Et nous ne voulions pas reporter ces reports à six mois. Nous allons maintenant reconsidérer si cela se produit. Mais pour l'anecdote, j'ai vu qu'il y a un Holiday Inn derrière notre bureau. Et j'ai remarqué au cours des derniers jours qu'il y a un certain nombre de voitures de plus dans le parking. J'espère donc que cela signifie que les gens commencent à s'échapper et à sortir et que nous verrons un retour plus tôt que tard. Mais nous continuerons de parler avec ces clients, nos clients de l'hôtellerie. Nous discutons avec eux assez régulièrement pour voir ce qu'ils voient et ce qui se passe avec eux. Et donc nous maintenons un contact étroit avec tout cela dans nos restaurants et espérons que nous verrons également ceux-ci reprendre leurs activités.Kevin Fitzsimmons – D.A. Davidson – Great Analyst. Et juste un suivi rapide sur le sujet du capital. J'apprécie le détail sur ce qui a conduit le livre tangible, Dan. Mais DeVan, vos commentaires sur peut-être regarder dehors, rien dans les travaux maintenant mais peut-être peut-être des opportunités de fusions et acquisitions. Do you need that TCE ratio to build back up to a certain level, or is that a secondary figure for you guys? Do you pay more attention to other ratios that are higher priority right now?DeVan Ard Jr. Yes. No, we pay very close attention to that, and I would certainly want to see that build back up. I don't think you'll see us doing anything if we do it. And I want to be really clear that there's nothing going on right now. My comments are really made more to the idea that I don't think we ought to be just totally strict in how we look at opportunities because I do think there'll be some out there. Probably won't see us doing anything that requires a lot of cash and — or any cash maybe. But when we have an opportunity to do something that we think is good for our company and our shareholders longer term, I don't want to be in a blind to it either. But right now, as we're sitting here talking today, I would consider us more in a pause mode for M&A but still available to talk, and I think that just makes sense. We've been very acquisitive. And if you look at our track record with the last three that we've done, I think they've all exceeded our expectations within our market. Have been relatively easy to integrate and be able to leverage the additional scale we've gotten from them. So you've got to at least be available. And there are a lot of banks in the geography that we operate in that are probably thinking about options themselves right now. I mean, it's a challenging operating environment, so we're going to be available to talk. And if it turns out to be something that's good for us, good for our shareholders, yes, we'll consider it.Kevin Fitzsimmons — D.A. Davidson — Analyst OK. Great, DeVan. Thank you.DeVan Ard Jr. Thank you, Kevin.OperatorAnd the next question comes from the line of Catherine Mealor with KBW. Please proceed with your question.Catherine Mealor — KBW — Analyst Most of the questions were asked. I wanted to ask a little bit about the reserve. And I know it's hard to forecast at this point just given the economic uncertainty. But just wanted to kind of get inside of your head right now and just think about how you're thinking about reserve builds from here. You're clearly still working under the incurred loss model. So different from the CECL builds that we've been seeing from some of your larger peers. But can you just kind of talk about what are some of the factors that went into your kind of organic build that you did this quarter and then how you're thinking about — what are some data points that you're looking for over the next couple of quarters as you continue to build the reserve? Thanks.DeVan Ard Jr. Sure. I'm going to let Alan take that, Catherine.Alan Mims — Chief Credit Officer Catherine, what we thought about as we were getting into our computations for the end of the quarter was kind of how much we had in changes to local and national economic pressures with unemployment that has continued to rise. We also looked at levels of concentration that we might have in various segments of our portfolio. And we felt like that, while those national and local economic factors would need some heightened adjustment through our qualitative factors, we didn't feel like going too far in without a whole lot of data that would back that up. We feel like that this area will — because of the way the economy seems to work, that we'll see the economy pick up pretty quickly here when things start opening back up. And so we wanted to take the approach that we would provide some because I think there are some additional concerns economically. I think we'll see some — probably some weakening in some areas of our portfolio, so we wanted to recognize that. But we didn't want to go and just throw some extraordinarily large number at it and really not have any kind of backing for that, so we'll continue to watch for those. If the unemployment rates still continue to go up, especially in our local area, which has been some of the lowest unemployment in the nation, if those start turning back down pretty quick, then I think that's going to indicate to us that our economy will start picking up pretty quickly. We've maintained a good bit of contact with our larger builders in the one-to-four family construction segment of our portfolio. And they are all very positive about where they are. They've had sales levels that have remained fairly in line with historical levels. They've not had a lot of fallout or washes out in their presold contracts. They have been up a little bit by maybe 10% to 15%, nothing that's got them too concerned at this point. We think that the lower interest rates and once people get back to working, that the lower interest rates are going to actually be beneficial for the housing market in this area. So we do see some bright spots. And so all of that went into our consideration when we were coming up with a final reserve level to make sure that we had something in place that we thought would represent some of the additional risk in the portfolio but not knee-jerk reaction to what was going on at that point.DeVan Ard Jr. And Catherine, I'm just — I'll just add, too. And I know you guys are all aware of this, but I've never seen anything like what happened in mid-March when, basically, the economy in a lot of segments just stopped. We don't really know, and I don't think anybody knows exactly what to expect. I think a big part of the answer to your question, frankly, is how quickly we come out of a kind of a restart of the economy. It looks like that's starting to go on now. What does that mean? Do we get V? Do we get a U, or do we get an L? But nobody knows. And so we try to take a pretty close look at some of the higher-risk segments of the portfolio. And as we've talked about before, our loan portfolio is all — it's all built on relationships in our markets. We don't have any SNCs. We don't do any out-of-market lending other than projects to customers that are in our markets. And so we're really close to our customers. We know them really well. And all you got to do is take a look at one of the segments that I think a lot of people consider very high risk, and that's hospitality. It's high-risk today because people just aren't staying in hotels right now. But if you look at — if we kind of carve up and peel back in that portfolio, I mean, we've got some really strong operators with liquidity. Average loan-to-value in that portfolio is about 55%. And although we have been asked by quite a few of them for a deferral, not all of them. And some of them have said we're just going to continue to pay because we've got good liquidity, so that's one that we'll obviously watch very closely. And depending on the kind of the length and the depth of the pandemic and the impact it has on the economy, we'll make adjustments if we need to. But I do think the first-quarter provision is very balanced and very measured, and we'll look at it again. As we get closer to the second quarter, I think we'll have a lot more data, a lot more anecdotal information from our customers to be able to make a better decision on at the end of the second quarter. But I think the tactic we took in the first quarter was the right one.Catherine Mealor — KBW — Analyst That's great. That's really helpful color. And maybe just a follow-up on CECL. I think you had originally talked about adopting CECL in the beginning of '21. Is that still your intention? Or just given kind of where we sit today, maybe you can, I guess, push it to '23 if you'd like to. Would you consider that?DeVan Ard Jr. We'll do it in 2023. Actually, we're going to push it out as far as we can in hopes that it goes away.Dan Dellinger — Chief Financial Officer We're hoping it's going to die on the vine, Cath.DeVan Ard Jr. It will be 2023.Catherine Mealor — KBW — Analyst In '23. D'ACCORD. That's great. D'accord. Impressionnant. Thank you so much.DeVan Ard Jr. Thanks, Catherine.Dan Dellinger — Chief Financial Officer Thanks, Catherine.OperatorAnd the next question comes from the line of Joe Fenech with the Hovde Group. Please proceed with your question.DeVan Ard Jr. Hey, Joe.Joe Fenech — Hovde Group — Analyst Hey, guys. Comment allez vous? How are you?Dan Dellinger — Chief Financial Officer I'm well, sir. How are you?DeVan Ard Jr. Did you change firms, Joe?Joe Fenech — Hovde Group — Analyst Good. That's also the same. Close enough on the firm name. Can you update us, guys, on the upcoming schedule of maturities to your CD book? From what I remember, I think the legacy Reliant book, DeVan, has some significant maturities with some relatively higher rates coming up over the rest of this year. Is that right?DeVan Ard Jr. Yes. So Joe, what we've got right now in the second quarter, we've got about $350 million that is maturing, and that's at an average — weighted average rate of 1.04%. That's a little misleading because there are some big numbers in there with some of our State of Tennessee deposits that are already priced fairly low. But we've still got a lot of promotional CDs from a year or so ago due at a 2.5% level. So we believe in the second quarter, we can still move that number down probably 10, 15 basis points, and then it gets a little bit more compelling in the third quarter. We got $162 million maturing at 2.13%, which I know we'll be able to lop about one point off of, maybe more than that, and then $138 million in the fourth quarter at 2.04%. So quite a bit, our CD portfolio is fairly short term and quite a bit maturing over the next three quarters.Joe Fenech — Hovde Group — Analyst OK. And then, guys, the hit to OCI in the first quarter, you mentioned some recovery in municipal debt markets, I guess, so far in April. Roughly how much of the $0.51 hit that you mentioned was the disruption in the municipal piece? Was there anything else that was materially disrupted? And can you roughly quantify how much of that has been recovered from what's happened in the market since the start of April?Dan Dellinger — Chief Financial Officer Yes, I can. Joe, this is Dan. First, the $5 million of that, as I mentioned, was the hedges that we got about $160 million in hedges today. About $150 million of that is funding hedges. So that swung quite a bit, probably, I would say, mainly as a result of the rate declines, but there's probably some disruptions in that market, too. I haven't gotten an update recently. I'll be getting an update within the next few days on those hedges to really see what the impact or improvement, hopefully, has been since the end of the quarter. And then on the bond side, that's fully recovered at this point. Once those spreads recover, the bond portfolio recover. Now we never had a loss in the portfolio except when the markets first froze. But subsequent to that, at March 31, we had about roughly a $9 million gain in the portfolio. And today, it's over $11 million. Today, it's over $11 million.Joe Fenech — Hovde Group — Analyst But $2 million of that's tax. It wasn't the base…Dan Dellinger — Chief Financial Officer Yes. Yes.Joe Fenech — Hovde Group — Analyst OK. D'ACCORD. And then, guys, I think you did…Dan Dellinger — Chief Financial Officer I'll know more about that in — go ahead.Joe Fenech — Hovde Group — Analyst Sounds good, Dan. Merci. And then, DeVan, I think you did $35 million of PPP loans in the first round. Any early expectations? Do you expect to be more active in the second round or just about the same? Or how are things looking there?DeVan Ard Jr. Probably more in the second round, depending on how much funding is available. I'm going to let Alan give you the current numbers because this is something we're working very closely with our customers on just really day in, day out. Alan, did you have an update?Alan Mims — Chief Credit Officer Yes, Joe. For the second round, we have 528 applications that have been verified and are in the process of being input. We've got a fairly large team, that's inputting those, and they're going around the clock. Since it opened up, we have put 236 applications in. We've got SBA approval on those thus far. I'm not sure what the dollar amount of that is. But we continue to work really hard, getting those. We have a total of about $48 million that's being input. And with the large amount of applications, obviously, the average loan size is smaller. So we think there'll be some increase in the level of fees as well because a lot more of these will be in the bands with the larger fee generation as well. So as long as the money holds up and the SBA system doesn't crash again, we think that we'll be fairly successful in uploading all of these into the system. So we're working as feverishly as we can to get those in place.Joe Fenech — Hovde Group — Analyst Good. Thanks, guys.DeVan Ard Jr. Thanks, Joe.OperatorAnd the next question comes from the line of Feddie Strickland with Janney Montgomery Scott. Please proceed with your question.DeVan Ard Jr. Hey, Feddie, how are you?Feddie Strickland — Janney Montgomery Scott LLC — Analyst Hey, how are you doing, guys?DeVan Ard Jr. I'm good.Feddie Strickland — Janney Montgomery Scott LLC — Analyst How are you all?DeVan Ard Jr. Good. Face mask and gloves on.Feddie Strickland — Janney Montgomery Scott LLC — Analyst Yeah, exactly. Here in Atlanta, we all have the masks. But anyway, I was just wondering how much more business share do you think you can move from some of the bigger banks in the Nashville MSA? Do you still kind of see an opportunity there? Maybe some of them get missed in the midst of the crisis. And is there any additional opportunity there?DeVan Ard Jr. Yes, there probably is, Feddie. We've been pretty wrapped up in this response to the PPP loans. I can tell you that I know personally of a number of different instances where I've gotten a call from somebody who is a customer of Wells Fargo, who's a customer of Bank of America, some of the other larger banks, and they're just getting — basically getting shut out of the PPP program. And if they're not customers of ours, we're not going to do the loan unless we get their relationships, so there's certainly opportunities there. I don't know that I can quantify it right now. But I'll also tell you, because I lived through the last recession here in Nashville in — the banks that were still active in making loans, banks that had good asset quality, good capital were certainly able to win business away from the larger banks who kind of look at things on a national basis. And if for some reason, they don't like construction loans anymore, they don't do construction loans anywhere. And to the extent that that unfolds over the next quarter or two, yes, I do think we'll have an opportunity to pick up some new business. There's also some well-publicized M&A going on right now in Nashville and — not us but some other banks. And we've already seen the ability to capture some of that business, so yes, I think it will be out there. I just don't know that I could quantify it. If I was going to give you an idea of what I thought loan growth would be between now and the end of the year, we were running at a fairly nice clip in the first quarter and had budgeted somewhere around 14% for the year. And I would say we'd probably come in somewhere around 4%, 5% for the year, so that's a reflection of the slowdown in the economy. And even though we've got — still got a fairly healthy pipeline, I do expect to see growth much more muted over the next two or three quarters as we kind of work through some of the problems out there.Feddie Strickland — Janney Montgomery Scott LLC — Analyst That's perfect. Appreciate it, guys. Thanks for the question.OperatorAnd the final question comes from the line of Tyler Stafford with Stephens. Please proceed with your question.DeVan Ard Jr. Hey, Tyler, how are you today?Tyler Stafford — Stephens Inc. — Analyst Hey, guys. Bonne après-midi. Thanks for taking the questions. Hey, I wanted to touch on capital first. And DeVan, can you just talk about the capital level that you're focused on and feel appropriate — is appropriate in this environment?DeVan Ard Jr. Yes. I'll probably let Dan talk a little bit about capital and follow up if I need to.Dan Dellinger — Chief Financial Officer So as we talked about, AOCI had a significant impact on our TCE ratio, tangible book at the end of the quarter. I expect to see some recovery in that this quarter. That said, we've constantly said that we'd like to manage somewhere between 8.5% and 9.5% TCE. I think that's still the goal. Our tier 1 leverage was about 10.60% for the quarter, and our risk-based was over 13%, so I feel comfortable with those levels. Now that said, when we modeled the FABK acquisition, we modeled about a 7.5% dilution. We're not going to have that, I don't think, based on the conversations that we had with Stephen earlier mainly because, as we talked about, the change in the interest rates between when we initially modeled it and today and then as we dig deeper into the MH portfolio to understand the credit quality of that portfolio. So all that to say that there will still be some potential dilutive effect from FABK, although I don't think it's going to be much. And then I suspect some recovery in the AOCI this quarter. So that should continue to build up our TCE ratio.DeVan Ard Jr. Tyler, I mean, all that said, I mean, I think our number for TCE that we're really comfortable with is that 9% number. That's where we'd like to be.Tyler Stafford — Stephens Inc. — Analyst OK. And the equity that you issued to FABK, was that as of the stock price for May — or excuse me, April 1 the low-$10 range?Dan Dellinger — Chief Financial Officer Yes.DeVan Ard Jr. It was.Dan Dellinger — Chief Financial Officer Yes, it was.DeVan Ard Jr. We didn't adjust the price, didn't adjust it.Dan Dellinger — Chief Financial Officer So yes, you may recall, we dropped below their price. If that gives you any indication of kind of the situation that it put us in, potentially, it could be a bargain purchase.Tyler Stafford — Stephens Inc. — Analyst Well, that's where I was going, if you guys took a bargain purchase gain with the deal at close.Dan Dellinger — Chief Financial Officer Well, we haven't booked anything yet. We're still working on the marks, but it's definitely a possibility.Tyler Stafford — Stephens Inc. — Analyst OK. And then just lastly for me is around the mortgage business. And I guess maybe simply put, if there was a quarter that I thought you guys were going to turn a profit on this business, it would have been this quarter just given some of the volume tailwinds. And I know we talked about it the last couple of quarters of you thought maybe 4Q, and that did not happen. But can you just talk about kind of updated thoughts around kind of net profitability out of the mortgage business in this environment?DeVan Ard Jr. Sure. I'll try to address it. I mean, we had what was looking like a pretty good first quarter with originations being up. I mean, it was really across the board. Our corresponding originations were up, retail. And if you look at our held-for-sale balance at the end of the quarter, you see it was up significantly. We just ran into a situation at the end of the quarter where the capital markets kind of froze up and we couldn't sell, especially the correspondent loans, at a normal premium. So we held them on our books through quarter-end, kind of waiting for the market to recover. And that is in the process of taking place now, but that really restricted sales of loans in the first quarter, and that had an impact on our profitability.Tyler Stafford — Stephens Inc. — Analyst OK. D'accord. Thanks.OperatorAnd there are no further questions at this time. I will now turn the presentation back to the speakers.DeVan Ard Jr. OK. Je vous remercie. Listen, folks, thanks for joining us today. Apologies again for having to reschedule our call this morning. Certainly didn't anticipate our provider having an issue with their network, and I hope it didn't put too many of you out. I appreciate you joining us and look forward to hearing from you individually and seeing you as a group at the end of the next quarter. C'est ça. Operator, we'll be adjourned.Operator(Operator signoff) Duration: 60 minutesCall participants:DeVan Ard Jr.Dan Dellinger — Chief Financial OfficerAlan Mims — Chief Credit OfficerStephen Scouten — Piper Sandler — AnalystKevin Fitzsimmons — D.A. Davidson — AnalystCatherine Mealor — KBW — AnalystJoe Fenech — Hovde Group — AnalystFeddie Strickland — Janney Montgomery Scott LLC — AnalystTyler Stafford — Stephens Inc. — Analyst
More RBNC analysis
All earnings call transcripts
                                                
                                            
                                        
                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *