Haemonetics (HAE) Transcription de l'appel des résultats du quatrième trimestre 2020

Haemonetics (HAE) Transcription de l'appel des résultats du quatrième trimestre 2020

Source de l'image: The Motley Fool.

Haemonetics (NYSE: HAE) Q4 2020 Earnings Call 05 mai 2020, 8:00 am ETContents: Prepared Remarks Questions and Answers Call Participants Prepared Remarks: OperatorGood day, ladies and gentlemen, and welcome to the Haemonetics quatrième trimestre et exercice '' 20 conférence téléphonique et webdiffusion. (Instructions de l'opérateur) Veuillez noter que la conférence d'aujourd'hui peut être enregistrée. (Instructions de l'opérateur) J'aimerais maintenant remettre la conférence à votre conférencière aujourd'hui, Mme Olga Guyette. Madame, vous pouvez commencer. Olga Guyette – Directrice des relations avec les investisseurs Merci. Bonjour à tous. Merci de vous joindre à nous pour la conférence téléphonique et la webémission de Haemonetics sur le quatrième trimestre et l'exercice '20. Je suis accompagné aujourd'hui de Chris Simon, notre PDG; et Bill Burke, notre directeur financier. Ce matin, nous avons publié nos résultats du quatrième trimestre et de l'exercice 2010 sur notre site Web des relations avec les investisseurs, y compris les tableaux analytiques avec les informations auxquelles nous nous référerons lors de cet appel. De plus, nous avons fourni un compte de résultat complet, un bilan, un état récapitulatif des flux de trésorerie, ainsi que des rapprochements de nos PCGR avec les résultats financiers non conformes aux PCGR. Avant de commencer, sauf indication contraire, tous les taux de croissance des revenus discutés aujourd'hui sont sur une base organique et excluent les impacts de la devise, des décisions sur les produits et les diapositives, les actifs stratégiques de notre activité de solutions de plasma liquide et les désinvestissements. Comme par le passé, nous ferons référence aux mesures financières non conformes aux PCGR tout au long de cet appel pour aider les investisseurs à comprendre la performance commerciale en cours de Haemonetics.Veuillez noter que ces mesures excluent certains frais et éléments de revenu. Veuillez consulter le communiqué de presse de ce matin pour plus de détails et les éléments exclus, y compris les comparaisons avec les mêmes périodes de l'exercice 19 et un rapprochement avec nos résultats PCGR. Nos remarques d'aujourd'hui incluent des déclarations prospectives et nos résultats réels peuvent différer sensiblement des résultats prévus. Haemonetics met en garde que ces déclarations prospectives sont soumises à des risques et incertitudes, y compris les impacts potentiels de la pandémie COVID-19 sur nos résultats et d'autres facteurs référencés dans la déclaration refuge de notre communiqué de presse et dans nos documents déposés auprès de la SEC. Nous n'assumons aucune obligation de mettre à jour ces déclarations prospectives. Et maintenant, je voudrais céder la parole à Chris. Chris Simon – Directeur général Merci et bonjour. Nos pensées vont à ceux du monde entier touchés par l'épidémie de coronavirus, qui est, avant tout, une tragédie humaine. Nous savons que la pandémie est une priorité. Je veux commencer par remercier nos 3000 employés dans le monde, qui ont relevé le défi de lutter contre ce virus, en particulier nos équipes de fabrication, de chaîne d'approvisionnement, de service à la clientèle et de support technique en première ligne, ils ont travaillé sans relâche pour soutenir nos clients. Trois grands objectifs guident notre réponse à la crise. Notre première priorité est la continuité des activités et la santé et la sécurité des employés. Toutes nos usines et centres de distribution sont ouverts et opérationnels avec des protocoles de sécurité améliorés, et nous nous engageons à des niveaux de service élevés alors que nos équipes renforcent la résilience de la chaîne d'approvisionnement. À quelques exceptions près, la grande majorité de nos produits continuent d'être expédiés à temps, et nous avons un inventaire suffisant pour respecter nos engagements. Notre deuxième priorité est de conserver de l'argent. Nous prenons des décisions pragmatiques concernant les imprévus et le contrôle des dépenses pour ce qui pourrait être une reprise prolongée. Notre bilan solide nous permet de financer des programmes importants. Notre troisième priorité est de stimuler la croissance avec un état d'esprit tout au long du cycle. Nous construisons des capacités essentielles et recherchons de nouvelles opportunités. Le mois dernier, nous avons accueilli Anila Lingamneni en tant que Chief Technology Officer pour diriger notre programme d'innovation, et nous avons ajouté Mike Coyle à notre conseil d'administration, un cadre éprouvé doté d'une vaste expertise mondiale en technologie médicale. Le programme d'excellence opérationnelle demeure essentiel à notre redressement et les progrès réalisés à ce jour ont équipé nos équipes de fabrication et d'approvisionnement pour surmonter les défis de la pandémie. Ces objectifs guident notre planification sur trois horizons temporels. Dans la situation immédiate, nous nous concentrons sur la continuité. Nous avons créé un centre nerveux intégré pour gérer au jour le jour et faire des interventions ciblées. Nous accordons la priorité à la sécurité des employés en limitant le travail à distance et les déplacements, et en limitant l'exposition des équipes de fabrication et de service sur le terrain. Nous avons pris des mesures pour assurer la continuité de la chaîne d'approvisionnement en optimisant la production, la distribution et la logistique en mettant davantage l'accent sur la planification des stocks et l'engagement des fournisseurs, le tout pour garantir l'approvisionnement et les services pour nos clients de la santé. Notre technologie est utilisée pour combattre le virus de front. Les États-Unis ont lancé des initiatives sectorielles et géographiques en réponse à la crise, et nous tirons parti des canaux numériques pour la formation et la mise en œuvre afin de réduire la distance entre nous et nos clients pendant le verrouillage. L'entreprise soutient également les agents de santé de première ligne, les premiers intervenants et les familles par le biais de dons philanthropiques. Nos segments de produits s'orientent vers la reprise. Avec la réouverture des marchés en Asie et dans certaines parties de l'Amérique du Nord et de l'Europe, la reprise pourrait être prolongée et perturbée par des résurgences et des fermetures. Nous planifions des scénarios pour identifier les jalons et les indicateurs de marché des procédures et des collections dans nos segments de produits et nos zones géographiques. La demande pour nos produits est très résistante. Mais peut fluctuer à mesure que la situation évolue. Dans la nouvelle norme, il y aura des opportunités pour les joueurs forts. Nos inducteurs de valeur sont durables et nous permettront de prospérer. Nous explorons les risques potentiels et les opportunités des réformes et de la restructuration du marché pour comprendre comment nos clients, les soins de santé et la société vont changer. Notre solide portefeuille de produits et notre solide santé financière nous positionnent pour nous adapter aux conditions changeantes du marché, générer des résultats, achever notre redressement et accélérer la croissance transformationnelle. Aujourd'hui, nous avons annoncé une croissance organique de nos revenus de 0,7% au quatrième trimestre et de 6,3% pour l'exercice '20. Le bénéfice par action ajusté a augmenté de 13% au cours du trimestre et de 38% pour l'année. COVID-19 a eu un effet limité sur notre performance fiscale '20, jusqu'à deux mois en Chine et dans certaines régions d'Asie et deux semaines ailleurs, y compris aux États-Unis et en Europe. La conclusion positive de l'exercice '20 démontre que les mesures que nous avons prises au cours des quatre dernières années ont renforcé Haemonetics pour améliorer notre trajectoire. En ce qui concerne maintenant nos unités commerciales, les revenus du plasma ont augmenté de 11,7% au cours du trimestre et de 13,8% au cours de l'exercice '20, soit à peu près le milieu de nos prévisions de 13% à 15%. L'Amérique du Nord représente 93% du chiffre d'affaires plasma et a augmenté de 12,5% au cours du trimestre et de 14,4% au cours de l'exercice '20 grâce à un volume et un prix favorables. Le volume des collections a augmenté conformément à nos prévisions d'une croissance élevée à un chiffre au second semestre. L'impact de COVID-19 s'est limité aux ventes jetables des deux dernières semaines du trimestre en Amérique du Nord et en Europe. Nos ventes de solutions liquides ont été affectées par la transition des clients vers d'autres sources d'approvisionnement et sont exclues des résultats de revenus organiques étant donné notre décision de quitter l'entreprise. Le chiffre d'affaires des logiciels est resté stable au cours du trimestre, mais a contribué à notre taux de croissance en année pleine de 100 points de base en raison des prochaines conversions liées et des modifications de contrats des trimestres précédents. Près de 10 millions de collections YES ont produit 230 000 leaders incrémentiels de plasma. La proposition de valeur de l'augmentation du rendement du plasma, de l'efficacité du centre, de la sécurité des donneurs et de la satisfaction est prouvée et plus pertinente que jamais alors que les clients recherchent la productivité et une sécurité renforcée. Nos clients souhaitent augmenter les collections pour suivre la demande mondiale de produits dérivés du plasma, et nous sommes confiants dans le taux de croissance à long terme prévu de 8% à 10%. Lors du verrouillage de COVID-19 en avril, nos collections étaient de 25% à 30% inférieures à l'année précédente. Ordres de séjour à domicile et problèmes de sécurité des donateurs, combinés à une capacité de collecte des donateurs réduite en raison des fermetures et des exigences de distanciation sociale, de la fermeture des campus universitaires, des déplacements frontaliers restreints et de la moindre disponibilité des transports en commun entravé les collectes Nos clients répondent. Nous sommes maintenant dans ce que nous prévoyons être une période de reprise prolongée. La reprise sera caractérisée par une amélioration continue des facteurs qui ont influé sur nos résultats d'avril, y compris les pressions récessives qui ont historiquement contribué à une plus grande disponibilité des donateurs. Après la reprise, la nouvelle normale sera différente, et nous sommes impatients de pouvoir aider nos clients à accélérer leurs collections pour reconstituer les stocks de plasma épuisé. En passant à l'hôpital, les revenus ont augmenté de 0,3% au cours du trimestre et de 7,5% au cours de l'exercice 2010, en dessous de notre fourchette de 11% à 13%. Après une solide performance séquentielle tout au long de l'année, la croissance a été affectée au quatrième trimestre par des baisses des procédures liées à COVID-19, un accès restreint aux équipes de vente et une réaffectation des fonds aux besoins critiques des soins intensifs au sein des hôpitaux. L'impact a été ressenti principalement en Chine, où les revenus ont diminué d'environ 50% au cours du trimestre en raison des effets de l'épidémie débutant début février. L'impact COVID-19 sur nos marchés occidentaux s'est produit plus tard au cours du trimestre et, par conséquent, n'est pas aussi prononcé. En excluant l'impact estimé de COVID-19, l'hôpital a enregistré une forte croissance tirée par le lancement de nouveaux produits et une solide exécution des ventes qui était conforme à nos attentes pour l'année. Le chiffre d'affaires de la gestion de l'hémostase a augmenté de 2,8% au cours du trimestre et de 13,5% au cours de l'exercice '20, en dessous de notre fourchette de 16% en raison des effets du COVID-19. L'Amérique du Nord, le plus grand marché de la gestion de l'hémostase, a augmenté de 20% au cours du trimestre, et nous sommes très encouragés par la contribution de nos lancements et la demande globale de tests viscoélastiques. Nous continuerons d'investir dans cette activité pour favoriser une utilisation accrue dans différents hôpitaux et ambulatoires. En avril, nous avons acquis enicor et leur technologie ClotPro pour renforcer notre offre à travers des tests en laboratoire et sur site. ClotPro a plus de dosages que tout autre dispositif viscoélastique sur le marché et une technologie de pointe active exclusive qui élimine la manipulation des réactifs pour réduire le potentiel d'erreur. Il est actuellement disponible dans certains marchés européens et d'Asie-Pacifique, et nous pensons que ClotPro renforcera notre leadership sur les marchés que nous desservons. La récupération des cellules et la gestion des transfusions ont diminué de 1,8% au cours du trimestre et de 2,4% pour l'année. La gestion de la transfusion a démontré une solide performance avec une croissance à la mi-adolescence au cours du trimestre et de l'année grâce à une forte croissance de BloodTrack et SafeTrace Tx, y compris un trimestre record pour les réservations en Amérique du Nord. Par rapport à nos autres gammes de produits, l'impact COVID a été moindre car nous ne proposons actuellement pas ces produits en Chine. Nous continuons d'être encouragés par l'enthousiasme des clients et les opportunités de marché pour notre logiciel de nouvelle génération. La récupération des cellules a continué d'être mise à l'épreuve tout au long de l'année. L'activité a reculé de deux chiffres au cours du trimestre, principalement en raison de la baisse des procédures électives liée au COVID-19 et de la baisse des ventes de capitaux en Chine. L'impact COVID a aggravé les défis concurrentiels en cours et un cycle de capital défavorable pour l'entreprise, conduisant à une baisse à un chiffre pour l'exercice '20. En ce qui concerne l'effet de COVID-19 en avril, sur les trois gammes de produits hospitaliers, nous avons constaté une baisse de 10% à 30% des revenus. Il y avait une différence entre les articles jetables, le capital et les différentes géographies, ce qui rend difficile l'extrapolation de ces chiffres à un seul modèle. Cell Saver est plus sujet aux déclins de procédures, tandis que les déficits de TEG à la suite de déclins de procédures ont été partiellement compensés par l'utilisation dans les procédures de diagnostic des soins intensifs. Nous croyons que les volumes jetables TEG et Cell Saver permettront de suivre la reprise des procédures électives. De plus, les biens d'équipement sont soumis à des cycles d'achat, mais nous avons constaté une demande précoce de TEG en Occident et nous assistons à une reprise de Cell Saver en Asie. La gestion de la transfusion a une source de revenus plus cohérente, mais le processus de vente et d'installation est plus difficile à faire sans accès aux hôpitaux. Malgré ces défis temporaires, nous considérons l'activité TEG comme un moteur de croissance à long terme pour Haemonetics et avons des plans solides pour étendre notre présence. Nous pensons que l’impact du COVID-19 continuera d’être fluide pendant que nous nous efforçons de récupérer. Mais le marché final de notre portefeuille hospitalier est intrinsèquement solide et se normalisera à mesure que les hôpitaux s'attaqueront à l'arriéré des procédures électives, couplé avec le retour des procédures non sélectives aux niveaux pré-COVID. Nous aidons les chercheurs à enquêter sur la coagulopathie associée au COVID-19 et ses complications thrombotiques. Le logiciel BloodTrack est déployé dans plusieurs sites hospitaliers éloignés pour garantir une distribution sûre des produits sanguins. Aux États-Unis, SafeTrace Tx est utilisé pour gérer le plasma convalescent en tant qu'élément d'inventaire en plus de son utilisation principale pour gérer l'inventaire des banques de sang. Le centre de transfusion sanguine a reculé de 10% au cours du trimestre et de 3% au cours de l'exercice 2010, au-dessus de notre fourchette de 4% à 6%. Nous avons une forte présence en Asie et en Europe, où l'impact net sur nos résultats du quatrième trimestre de l'épidémie de coronavirus a été minime. Après une perturbation initiale dans une poignée de zones fortement touchées, nous avons connu une augmentation rapide de la demande alors que les collecteurs de sang cherchaient à reconstituer leurs stocks de produits sanguins et leurs stocks de sécurité. Le chiffre d'affaires d'Aphérèse a diminué de 8% au cours du trimestre, principalement en raison du calendrier de commandes défavorable et des pertes concurrentielles que nous avons annoncées au dernier trimestre. Nous prévoyons que cette perte d'activité entraînera une perte de revenus de 17 millions de dollars au cours de l'exercice '21. Le Japon a connu un autre trimestre de croissance en raison des fortes ventes de nos produits plasma, car nous avons augmenté et maintenu notre part en raison de problèmes techniques avec un appareil concurrent, partiellement compensé par un virage continu vers les collectes de plaquettes en double dose. Le chiffre d'affaires par aphérèse de l'exercice 2010 est resté stable, car la vigueur au Japon a partiellement compensé certaines faiblesses causées par le calendrier des commandes et la transition des clients. Le chiffre d'affaires du sang total a diminué de 12% au cours du trimestre en raison d'un calendrier de commandes défavorable chez nos distributeurs. La baisse de 6% au cours de l'exercice '20 comprend les contrats avec les clients précédemment interrompus et la baisse continue des taux d'utilisation du sang. Les produits tirés des logiciels ont reculé de deux chiffres au cours du trimestre et de l'exercice 20, principalement en raison de contrats avec des clients ayant déjà été interrompus. En réponse à la pandémie, nous nous engageons avec des clients de centres de transfusion sanguine dans plus de 20 pays pour les aider à collecter du plasma de convalescence pour traiter COVID-19. Bien que cela ne soit probablement pas une opportunité commerciale importante pour nous, étant donné le nombre limité de donneurs et une fenêtre étroite pour l'admissibilité des donneurs récupérés, nous continuerons de prioriser ces efforts car nos appareils MCS plus et PCS sont la norme pour l'aphérèse du plasma. Au cours de l'année, nous pourrions connaître un impact global plus important sur les revenus des centres de transfusion sanguine causé par des déséquilibres dans l'offre et la demande de produits sanguins. Cependant, nous prévoyons que la demande de sang se normalisera au volume de la procédure. Les centres de transfusion sanguine continueront d'être confrontés à des problèmes de prix et de taux d'utilisation. Cependant, notre innovation axée sur le client, la rationalisation des SKU et les premiers succès de notre programme d'excellence opérationnelle soutiennent notre aspiration à une contribution stable au résultat d'exploitation de cette activité. Je donne maintenant la parole à Bill.Bill Burke – Directeur financier Merci Chris et bonjour à tous. Je commencerai ce matin en discutant brièvement de nos résultats du quatrième trimestre et de l'exercice 20. Je me concentrerai ensuite sur la solidité de notre bilan, nos priorités en matière d'allocation de capital et les mesures financières que nous prenons. Chris a déjà discuté des revenus, je vais donc commencer avec une marge brute ajustée, qui était de 50,3% au quatrième trimestre et de 51,6% au cours de l'exercice '20, une amélioration de 320 et 410 points de base, respectivement, par rapport à l'année précédente. Conformément aux neuf premiers mois de l'exercice 20, les principaux moteurs de cette expansion ont été les économies de productivité découlant de l'initiative de réduction de la complexité et du programme d'excellence opérationnelle, de la gamme de produits et des prix. Les charges d'exploitation ajustées au quatrième trimestre se sont élevées à 72,7 millions de dollars, en baisse de 2 millions de dollars ou 3% par rapport à l'exercice précédent. Les charges d'exploitation ajustées pour l'exercice '20 se sont élevées à 292,8 millions de dollars, essentiellement stables par rapport à l'exercice précédent et en pourcentage des revenus de 29,6%, soit une baisse de 80 points de base. Nous continuons de réaliser des économies de productivité et nos coûts de recherche et développement ont baissé au cours de l'exercice '20 alors que nous achevions certains de nos essais cliniques pour TEG. Cette baisse des coûts a été partiellement compensée par des investissements supplémentaires dans les ventes et le marketing, principalement dans nos activités hospitalières. Le bénéfice d'exploitation ajusté du quatrième trimestre de 47,3 millions de dollars a augmenté de 4,5 millions de dollars ou 11% par rapport à l'exercice précédent. Et pour l'exercice '20 était de 218 millions de dollars, soit une augmentation de 53 millions de dollars ou 32%. Les marges opérationnelles ajustées étaient de 19,8% au quatrième trimestre et de 22% pour l'exercice '20, une augmentation de 270 et 490 points de base, respectivement, par rapport aux mêmes périodes de l'exercice 2019 et conformément à nos prévisions pour l'année. Notre taux d'imposition ajusté était de 18% au quatrième trimestre et de 15% au cours de l'exercice '20, contre 22% et 18% au cours de la même période de l'exercice '19. La baisse du taux d'imposition ajusté au cours de l'exercice '20 est due à l'avantage de l'augmentation des acquisitions d'actions et des levées d'options, principalement au cours du premier semestre de l'exercice. Notre bénéfice par action dilué au quatrième trimestre a été de 0,69 $ comparativement à 0,61 $ à l'exercice précédent, une augmentation de 0,08 $ ou 13%. Compte tenu du moment de la pandémie de COVID-19 et de sa progression au cours du quatrième trimestre, nous avons connu un impact financier limité. La baisse des revenus hospitaliers et le coût des mesures directes que nous avons prises pour protéger nos employés en contact avec la clientèle et les employés de nos installations de fabrication et de distribution ont été partiellement contrebalancés par des économies de voyages et d'autres dépenses d'exploitation. Nous estimons que l'incidence nette de COVID-19 au quatrième trimestre était d'environ 0,06 $ sur notre bénéfice ajusté par action diluée, y compris un impact de 70 points de base et 120 points de base sur nos marges brute et opérationnelle ajustées, respectivement. Le bénéfice ajusté par action diluée au cours de l'exercice '20 était de 3,31 $ et se situait dans notre fourchette indicative de 3,30 $ à 3,40 $. Comparativement à l'exercice 19, notre bénéfice ajusté par action diluée a augmenté de 0,92 $ ou 38%. Avant de poursuivre, je tiens à souligner que notre initiative de réduction de la complexité a été menée à bien. Pour rappel, ce programme a été une étape importante de notre redressement et a contribué de manière significative à l'expansion de nos marges et a créé une culture plus agile et axée sur la performance. Toute économie de productivité supplémentaire à l'avenir sera réalisée en exécutant notre programme d'excellence opérationnelle, qui continuera d'être principalement, mais pas exclusivement, axé sur le coût des marchandises vendues. Les flux de trésorerie disponibles avant frais de restructuration et de redressement se sont élevés à 139 millions de dollars au cours de l'exercice '20, contre 71 millions de dollars au cours de l'exercice '19, ce qui se situe bien dans notre fourchette de 125 millions à 150 millions de dollars. L'augmentation des flux de trésorerie disponibles au cours de l'exercice '20 est le résultat de la baisse des dépenses en immobilisations liées à l'expansion de la capacité plasma au cours de l'exercice précédent, partiellement compensée par une utilisation accrue du fonds de roulement au cours de l'exercice '20. La sortie de trésorerie du fonds de roulement au cours de l'exercice '20 s'est élevée à 85 millions de dollars et était principalement liée à une augmentation des stocks, qui comprenait la poursuite de la fabrication des appareils NexSys et la constitution de notre stock de sécurité jetable. Nous avons un bilan solide et notre encaisse à la fin de l'exercice était de 137 millions de dollars. Nous avons une facilité de crédit existante de 700 millions de dollars qui n'arrive à échéance qu'au premier trimestre de l'exercice '24. À la fin de l'exercice 20, la dette totale en cours au titre de la facilité était de 384 millions de dollars, répartie entre le solde de nos prêts à terme de 324 millions de dollars et les emprunts sur notre ligne de crédit renouvelable de 60 millions de dollars. La majorité des paiements principaux sont pondérés vers la fin du terme. En avril, nous avons prélevé 150 millions de dollars supplémentaires sur la ligne de crédit renouvelable, ce qui a porté notre encaisse actuelle à près de 300 millions de dollars. Après ce tirage, il nous reste 140 millions de dollars supplémentaires sur notre ligne de crédit renouvelable. Notre ratio de levier EBITDA reste faible même après le tirage. Nos priorités en matière d'allocation de capital sont claires et restent inchangées. Nous continuerons d'investir dans nos activités en privilégiant la croissance organique et l'innovation qui continueront d'étendre nos capacités commerciales et resteront opportunistes avec les fusions et acquisitions et les rachats d'actions. Bien que notre engagement envers nos actionnaires continuera d'être un élément important de notre stratégie de répartition du capital au cours de l'exercice '21, notre priorité sera axée sur la fourniture des niveaux de financement appropriés dans l'ensemble de notre organisation et sur notre capacité à relever les défis qui pourraient survenir. surgir au cours de cette pandémie. Au cours de l'exercice 20, nous avons racheté un total de 175 millions de dollars de nos actions et il nous reste maintenant 325 millions de dollars sur notre autorisation actuelle de rachat d'actions pouvant atteindre 500 millions de dollars. Pour le moment, nous ne prévoyons pas de rachat d'actions au cours du premier semestre de l'exercice '21, et nous continuerons d'être disciplinés dans notre approche afin de garantir une trésorerie suffisante. Au cours des trois dernières années, nous avons racheté près de 4,5 millions d'actions, soit environ 9% du total de nos actions en circulation. Nous sommes satisfaits de notre santé financière et de nos résultats financiers pour l'exercice 20. Cependant, en raison de l'incertitude persistante causée par COVID-19, y compris sa durée et les impacts potentiels sur nos activités, nous ne fournissons pas aujourd'hui nos prévisions budgétaires '21. De plus, nous ne réaffirmons pas nos commentaires précédents sur notre aspiration fiscale '21 de doubler le résultat d'exploitation ajusté de l'exercice 2016 et de quadrupler les flux de trésorerie disponibles avant l'exercice 2016 avant les coûts de restructuration et de redressement. Nous continuerons à fournir des mises à jour supplémentaires au besoin, et nous avons l'intention de publier nos prévisions pour l'exercice 21 plus tard dans l'année. Nous nous concentrons sur la préservation de la trésorerie et avons mis en œuvre un certain nombre d'actions sur nos dépenses pour aider à protéger les flux de trésorerie et à allouer le capital. Certaines de ces actions sont axées sur les dépenses de fonctionnement et comprennent la restriction des déplacements, la réduction des dépenses non essentielles et le report de certains éléments liés à la rémunération. Les autres actions comprennent la gestion des stocks et l'examen des projets d'immobilisations et des coûts associés. Nous restons attachés à nos objectifs de croissance et n'avons pas modifié notre thèse d'investissement liée à notre programme d'innovation. Bien que l'environnement actuel demeure incertain, nous prévoyons prudemment une variété de scénarios financiers différents liés à la pandémie. Nous sommes profondément engagés dans la modélisation de scénarios qui évalue les différents impacts commerciaux en fonction de la vitesse de la reprise et nous sommes prêts à mettre en œuvre des mesures supplémentaires ou à changer le cours des actions sur celles initiées si nécessaire. Nous sommes convaincus que notre approche disciplinée et réfléchie des décisions financières et des priorités en matière d'allocation de capital, conjuguée à notre solide liquidité et à notre bilan, nous permettra de sortir de l'environnement actuel en tant que société plus forte. En résumé, je voudrais conclure avec quelques réflexions finales. Nos solides résultats du quatrième trimestre et de l'exercice 2010 prouvent que notre stratégie fonctionne et nous sommes en bonne voie de terminer le redressement cette année. L'impact du COVID-19 au quatrième trimestre a été minime. Cependant, l'impact au premier trimestre sera significatif, mais il est difficile de quantifier la nature et le calendrier incertains de la reprise. Notre réponse à la pandémie a été un secteur et guidée par la continuité des activités, la sécurité des employés, la préservation de la trésorerie et un état d'esprit tout au long du cycle. Nous planifions des scénarios pour ce que nous pensons être une reprise prolongée et avons l'intention de publier des orientations plus tard cette année. Nous sommes bien placés pour nous adapter aux conditions changeantes du marché afin de générer des résultats, d'achever le redressement et d'accélérer la croissance. Nos inducteurs de valeur perdurent et nous positionnent bien pour une nouvelle normalité avec un nouvel élan après la reprise. Et maintenant, je voudrais retourner l'appel à l'opérateur pour des questions et réponses. Questions et réponses: Opérateur (instructions de l'opérateur) Et notre première question vient de David Lewis de Morgan Stanley. Votre ligne est ouverte. David Lewis – Morgan Stanley – Analyste Bonjour. Merci d'avoir répondu à la question. Juste quelques uns pour moi ce matin, équipe. Donc, la première chose est, j'apprécie le commentaire sur l'impact en avril. Cela ressemble à vous sorte de rebondi hors de l'auge. La plupart des entreprises d'appareils médicaux classiques parlent en fait d'un retour à la normale au cours des deux prochains trimestres, quelque chose comme le quatrième trimestre civil de l'année. Nous pourrions voir un certain type de normalité. Je me demandais simplement comment vous réagiriez à ce type de reprise relative? Et puis j'ai eu quelques suivis. Chris Simon – PDG David, c'est Chris. Merci pour la question. Nous avons en fait présenté 2 scénarios macro très différents, dont le premier ressemble beaucoup à ce que vous avez décrit; une seconde, qui tient compte de la résurgence possible de l'automne, comme certains experts le prédisent, en quelque sorte ce basculement épisodique entre l'ouverture et la fermeture des marchés alors que nous obtenons de nombreux tests, etc. La réalité est et il suffit de prendre du recul et un peu un peu de liberté avec votre question. En réalité, pour nous, nous avons besoin de trois choses. Et la macro est importante, mais elle importe beaucoup plus au niveau du segment et de la zone géographique pour nous. Ainsi, la première de ces trois choses est entièrement 80% de nos revenus sont liés aux collections. Que ce soit les 500 millions de dollars que nous réservons dans le plasma ou les 300 millions de dollars associés à nos activités de centre de transfusion sanguine. Ce que nous devons faire pleinement contre cette entreprise, c'est d'avoir un environnement de collecte sûr où les donateurs de tous les élans se sentent à l'aise de faire leur don. Et je pense qu'à bien des égards, nous nous dirigeons rapidement vers cette reprise maintenant. Nous pouvons parler davantage de la nuance à cela. Mais c'est le premier point, et c'est 80% de ce que nous faisons. Les 20% restants sont liés à nos activités hospitalières dans le monde. Et de manière disproportionnée, nous, à travers TEG, la récupération des cellules et la gestion des transfusions, liés à des procédures non sélectives. Les maladies cardiovasculaires et les traumatismes sont nos principaux moteurs. Et les systèmes de santé retrouvent un semblant de normalité, les gens vont chercher les soins médicaux dont ils ont besoin. Nos marchés se rétabliront rapidement associés à cela. Le troisième point, c'est un peu une superposition, mais la réalité est que les États-Unis représentent les deux tiers de ce que nous faisons, mais c'est essentiellement 100% de notre moteur de croissance à l'avenir, en particulier le plasma et le TEG. Et nous avons besoin d'une reprise saine aux États-Unis.Il est en fait d'une importance disproportionnée pour nous de revenir pour accélérer la croissance. Ces trois facteurs nous motivent donc. Et oui, je pense que le parieur, vous pouvez choisir entre les deux scénarios que nous avons décrits, mais nous allons travailler sur l'hypothèse que nous sommes dans ce premier scénario et ensuite ajuster en conséquence. David Lewis – Morgan Stanley – Analyste OK. Et juste deux de plus pour moi, et je vais leur demander d'avance ici. Chris, comment pensez-vous que COVID-19 aura un impact sur vos clients? Et juste curieux, je veux me concentrer sur, un, juste si vous pouviez toucher tous les patients séropositifs COVID en termes de dons de plasma sérique, pensez-vous que cela va être un moteur matériel ou, franchement, tout simplement pas vraiment ce matériel? Et le deuxième, en quelque sorte, plus important est, comment l'environnement COVID influence-t-il le désir des clients d'adopter NexSys? Et en fait, comme je peux faire un cas pro et un argument contre pourquoi c'est un bon environnement pour l'adoption de NexSys parmi certains gros clients, juste curieusement stratégiquement sur ces deux pensées. Et puis pour Bill, merci pour la mise à jour sur le CRI. Vous vous demandez si vous pouvez nous mettre à jour sur le plan OEP et où vous en êtes sur ce plan et comment COVID pourrait avoir un impact sur ce plan ici pour le reste de l'année21? Chris Simon – Directeur Général Merci, David. En réalité, le plasma joue trois rôles potentiels dans le traitement du COVID-19. Il y a un travail d'essai en cours et un certain intérêt pour une simple application directe des IgIV, en particulier dans les cas graves pour simplement aider à stimuler la réponse immunitaire et à atténuer une partie de la réponse excessive que vous voyez. Voilà donc une seule pièce. Je pense qu'il y a une deuxième pièce, qui a reçu beaucoup de presse, qui est l'utilisation de plasma convalescent. Pour nous, comme nous l'avons noté dans nos remarques préparées, cela s'est généralement fait davantage avec notre centre de transfusion sanguine et un certain nombre d'hôpitaux. Nous considérons cela initialement comme une initiative philanthropique. Nous avons clairement indiqué notre intention d'aider là où et quand nous le pouvons. Pendant que nous en parlions, nous sommes des formes actives d'engagement dans 20 pays différents à travers le monde, un plasma convalescent. Je pense que la troisième pièce, qui est probablement la plus fondée scientifiquement, est la notion d'une globuline hyperimmunisée par laquelle ils prennent du plasma convalescent. Et ils travaillent à travers les anticorps et créent essentiellement un médicament avec le plasma humain, puis administrent cela dans un dosage plus ciblé, nous voyons différents communiqués de presse à ce sujet. Cela pourrait être dès le milieu de l'été, probablement le début de l'automne est plus probable. Et c'est probablement celui qui a le soutien le plus scientifique derrière cela. Nous sommes heureux de participer aux trois. Nous ne pensons pas, étant donné les restrictions concernant ce qui qualifie le donateur, qu'il y aura des impacts matériels, mais nous sommes ravis d'en faire partie. C'est l'une des façons dont notre technologie est utilisée pour lutter contre les virus de front. En ce qui concerne votre question sur NexSys, la proposition de valeur de NexSys, qui compte maintenant 10 millions de collections, est tout simplement exceptionnelle. Nous parlons d'une amélioration significative de la réduction du coût par litre. Nous parlons d'une amélioration significative des rendements, du temps de cycle, de la satisfaction des donateurs et de la conformité. Et dans un environnement où nos collectionneurs ont désespérément besoin d'augmenter le débit dans leurs centres. Nous pensons que la proposition de valeur est plus forte que jamais. Nous le constatons dans la base de clients convertis et leurs performances relatives. Nous en sommes donc ravis. De toute évidence, effectuer des conversions dans cet environnement est encore plus difficile. Cependant, nous le faisons et nous nous sentons bien dans notre capacité à le faire de manière sûre et efficace. Mais non, nous avons l'intention de continuer à faire avancer NexSys. Et je pense que notre proposition de valeur vient de se renforcer. Bill Burke – Directeur financier David, c'est Bill. Juste votre autre question sur deux programmes d'épargne. Tout d'abord, sur la réduction de la complexité. Oui. Ce programme a été achevé. Nous n'en avons pas beaucoup parlé au cours de cet exercice, car la plupart des actions entreprises l'ont déjà été. Les économies ont donc été réalisées comme prévu et nous avons réalisé nos 80 millions de dollars d'économies auxquelles nous nous sommes engagés. In terms of the OEP program, we're still driving forward with all the planned initiatives related to that program. And we, still, are committed to meeting these savings as planned. If you remember, that is a four-year program overall. I did say in my prepared remarks that we're taking some actions against expenses. We are making sure that we're not taking action on expenses that would drive these savings going forward. OK? And in terms of communicating the planned savings on that. We had said it was an $80 million program with the majority of the savings dropping through to the bottom line. Or at some point, when we issue our guidance, we will give an update of exactly what the savings are both on gross and net debt are coming through the P&L or plan to come through the P&L for FY '21.David Lewis — Morgan Stanley — Analyst Great. Thanks so much.Chris Simon — Chief Executive Officer Thanks, David.OperatorThank you. Our next question comes from Larry Keusch from Raymond James. Your line is open.Larry Keusch — Raymond James — Analyst Thank you. Bonjour à tous. Just two for me. First, Chris, obviously, plasma collections are extremely important to the business, as you have noted. I know that Haemonetics as an organization is there and ready to be supportive of those collections and what needs to be done there. But what do you think will be the response by the actual collectors in putting in plans to try to increase their collection volumes? Because it sounds like their inventory levels are clearly dropping. So how do you think they respond, which ultimately translates into volumes going back up for you guys?Chris Simon — Chief Executive Officer Yes. Thanks, Larry, for the question. I think their response is already well under way. They need, and then we feel very good about our projection of 8% to 10% collection volume as a need to meet the ongoing demand. So anything that they don't collect here in this trough period, as you guys described it, needs to be made up going forward. Really, there are three factors that we and they are dealing with. There is the macro environment, which is just the stay-at-home orders, the students not being in school, on college campuses, for those collection centers, restricted travel across the border, real and perceived and then the less — reduced availability of public transportation. We see movement in all of those, and that's a positive because that creates the underlying flow. The centers themselves and how they manage their capacity. Some centers shut down in April. All are in the process of reopening at this point now in the U.S., at least. The cleaning protocols. It's just not a big impediment, but it drives the psychological effect. Do we lose any capacity there or not? It doesn't appear so. Social distancing requirements, which are quite real. And we have centers that have taken beds out or reconfigure the beds. We're erecting partitions, etc. All to comply appropriately with social distancing. The combination of those things is what drives donor psychology and a sense of safety associated with the actual donation itself, coupled with economic motivation. Right? We are facing a deep recessionary period. Historically, as we said in our prepared remarks, that's driven donor propensity. And we expect that will be the case here too as well.Larry Keusch — Raymond James — Analyst OK. So I guess the punchline there is that sounds like, again, sort of probably hit the trough. And hopefully, we're starting to see all those variety of comments that you made start to move in the right direction relative to where we were.Chris Simon — Chief Executive Officer Yes. And as all of our customers have that same bias, and we stand ready to help them do so.Larry Keusch — Raymond James — Analyst OK. Génial. And then just one for Bill. Recognizing that you are not providing guidance for fiscal '21 at this point, and you certainly referenced a variety of scenarios that may play out here. What has to happen for you guys to feel comfortable in providing guidance? You clearly stated that you expect to later in the year. But just curious what actually needs to happen for you to get that confidence to be able to provide the guidance?Bill Burke — Chief Financial Officer Well, I think in what Chris just talked about, Larry, it's each of those business units that we have. We have certain guideposts or milestones or key things that we're keeping an eye on, and we need to get comfortable that the revenue that we're seeing associated with each of those milestones starts to change, right? And we're seeing that already, but we need to see some trend over time. Now also, Chris has spoken about some of the greater macroeconomic factors. Right? If the economy opens back up and some outbreak happens again with COVID-19, and that sets back the whole world, the United States, in particular. Then that would impact the guidance too. So for me, it's more about a predictable revenue trend. Right? When you're looking at doing forecast overall, predictability is most important. We don't want to guide and have this thing blow up again. So we want to be pretty comfortable with the numbers that we provide at some point.Larry Keusch — Raymond James — Analyst OK. Very good. Thank you very much.OperatorThank you. Our next question comes from Anthony Petrone from Jefferies. Your line is open.Anthony Petrone — Jefferies — Analyst Thanks. And I hope everyone's healthy stay safe. A few questions for me. One would be on a couple on plasma and just as it relates to coronavirus. Chris, you mentioned a hyperimmune globulin. I'm just wondering, what is the potential for that product to potentially be seasonal? And if indeed it does become a seasonal product, what do you think that does overall for plasma kit demand? So that would be the first one. And then the second one on just COVID implications, just a little bit more on the blood center side of things. How substantial was the hit exiting March just in blood donation volumes? And where are we in April? And then I'll have one quick follow-up.Chris Simon — Chief Executive Officer Yes. Thanks, Anthony. I hope you're well. With regards to hyperimmune, this is certainly the area that the leading plasma fractionators are most enthusiastic about. They feel like this is an area that science supports nicely. And as I said, there's perhaps different time horizons as early as July, I think we've seen in some releases and then others saying, early fall. But what this will bring to the market, the actual size and the opportunity. It's really viewed more as a bridge to an eventual vaccine. Now lot's been published about this. We have other coronaviruses that have been in society for a decade or longer where we do not have vaccines, the vaccine science is difficult, say the least. So I think what I've heard to date, and it really is just us playing back our conversations with our customers and everything we try to read and how we tap our scientific advisory committee for input. What we're hearing is hyperimmune globulin largely as a bridge to vaccine. It would be effective for moderate to severe onset, probably a hospitalized patient that's struggling. So it kind of takes you back to what do you believe about the nature of the virus and the epidemiology? And is it seasonal or not? And we don't have any extra perspective on that. We just go by what we're hearing from customers and the external experts. But I think over the next nine to 12 months could be an exciting bridge, I guess, how we're thinking about it. In terms of the blood center business, as you said, we have a pretty sizable business in Asia, China, Korea and Japan, particularly, and they were hit hard early on, drop in collection volumes of north of a 50%, five, zero. Most of that business, particularly in China, is done through distributors. So the onset of the Chinese New Year had an effect. A bunch of distributors looking to buy in before they close for the Chinese New Year. So it's somewhat masked the actual impact. Japan saw a direct dip and then a rapid recovery. They were relatively COVID free at that point and the Japanese Red Cross put out a call for particularly red cells and platelets and their population responded nicely. And that's actually what we're seeing globally. Patients — sorry, donors want to contribute, the altruistic tendency is outstanding to watch, and we see that in each and every market. We've gone — we see a step further, which is, I think, the shock to the system, which is not a surprise, but it's intimidating when you experience it, has motivated blood collectors worldwide to up their safety stocks. So we and the other manufacturers are working through this real-time, trying to regulate how much additional supply we give. We could actually be running significantly hotter than we are. But we don't want to completely disrupt the supply demand balance. But all of our blood center customers have now notified us that they intend to increase their blood stocks to a six-month safety supply. We'll get them there, but it will take the next two quarters to do so.Anthony Petrone — Jefferies — Analyst That's helpful. And Bill, just the last one for me would be on the cost programs, maybe just an update on where we are, specifically to the second restructuring program? And just given the uncertainties out there, can any of that program be accelerated or delayed? And just maybe an update on where you are on that program and how it plays out just given the COVID impacts?Bill Burke — Chief Financial Officer Thanks, Anthony. Oui. On the operational excellence program, and like I said to David Lewis, we are still planning on delivering all the savings there. We started the program back in August on our journey to get to $80 million-plus of savings. Our intent is still to go as fast as possible with all the independent projects that encompass delivering a significant amount of savings. The organization is all mobilized to do this. We have no intention of pulling back on these savings. These are key programs to continue to drive the gross margin improvements and operating margin improvements, I think that we're all expecting. Like I said, we will update again when we issue guidance at some point, we'll give specifics about what the savings would be in FY '21, and we'll go year by year after that. And if we see some movement up or down, and we feel like we can change the overall guidance on the program, we'll do it at that point. But yes, we are full speed ahead with this program. We're still very optimistic about it.Anthony Petrone — Jefferies — Analyst Thanks again.Chris Simon — Chief Executive Officer Thanks, Anthony.OperatorThank you. Our next question comes from Dave Turkaly from JMP. Your line is open.Dave Turkaly — JMP Securities — Analyst Great. Thanks, Chris. You mentioned the acquisition. I was wondering if you could maybe give us a little color on ClotPro and maybe how that will interact with TEG and TEG success?Chris Simon — Chief Executive Officer Yes. Thanks, Steve. Appreciate that. Hopeful as well. With regards to enicor and the ClotPro technology, this is an active tip product. It's essentially a really, really nice complement to our existing TEG 6s business. We imagine it over time, displacing the TEG 5000, particularly lab-based setting. It was developed by an individual and a team that have just deep roots in viscoelastic testing. We have CE marked approval for Europe. It's in a number of important Asia Pacific markets. We will work with that team to get the U.S. FDA approval and expand off of that base. And we're increasingly just looking at hemostasis management and the landscape there is a real opportunity for us. We've talked in the past, we believe it's a $500 million market opportunity in total. That expands with the acquisition of our nonhospital-based rights from Coramed, the originators on TEG. So this is kind of a one, two combinations, which opens up the aperture outside the hospital for us inside of care, enicor itself brings us even more squarely into the lab space with a state-of-the-art product, it's low cost to manufacture and has the necessary support. So we're hopeful this is how we drive against what will be a $500 billion-plus opportunity for us, and we manage it as an integrated portfolio in hospital.Dave Turkaly — JMP Securities — Analyst Just one quick follow-up. It sounds like you don't have any supply chain issues, and I don't believe you have any facilities in China. But I was wondering if you could just comment quickly on the big ones that you do have and maybe where capacity is at this point? Are you running at 100% or close across the globe?Chris Simon — Chief Executive Officer Yes. So I think the progress we have made in our corporate turnaround over the last four years has equipped us to respond to this crisis as admirably as we have, tremendous respect for our global manufacturing and supply chain colleagues, our global business service colleagues. These are frontline workers who are out there. They can't shelter in place. They're responding to the call. We have six production facilities worldwide. All six are operational. We've had our experience with COVID, and we have detailed protocols for how we address it. So I would say if they are 100% operational, the actual capacity varies depending in Malaysia, where we have restrictions around how many folks we're allowed to have at work and which folks we're allowed to have, similar challenges in Tijuana. An interesting factor is between those two sites, 70% of our employment base is female. And obviously, for pregnant women, there are specific concerns. So we're doing a bunch of monitoring and testing. We have temperature readings at all of our sites. For our three North American manufacturing sites, U.S. sites, we're in good shape, and that's where the bulk of our plasma production is coming from. We're at full capacity, and we feel great about that. We are also able to continue our tech service and customer support, including the field-based work that we do. Our people are trained. They're equipped with PPE. They're able to go in, and they've been given essential worker status to be able to keep our network of equipment up and operational worldwide. So it is a dailing challenge. I mentioned in the prepared remarks that we have this integrated nerve center that meets daily and reviews this. But I've been really, really impressed, humbled by the organization's response to this. It's been nothing short of outstanding. Thanks, David.OperatorThank you. Our next question comes from Larry Solow from CJS Securities. Your line is open.Larry Solow — CJS Securities — Analyst Great. Good morning, and I echo the well wishes to everybody and your families as well. Most of my questions have been answered. Just a couple maybe on the plasma and hopeful of a recovery. Hopefully, as you said, it's sort of entering that stage. Is there any — maybe a little bit of granularity regionally? Just to sort of give us a little more confidence in potential recovery? In other words, clearly, I may not want to go donate and may not have been able to donate in say, Brooklyn, New York or wherever where there's just crazy outbreaks of coronavirus going on. But in other areas of the country where it hasn't been so bad, have things been considerably better, that gives you some confidence that as we get to as things start to get lacked, then donor confidence improves, things will rapidly ratchet up.Chris Simon — Chief Executive Officer Yes. Larry, thanks. Look, we segment this. It's not a segmentation that we're going to provide going forward because it gets a little too close for comfort for our customers. But we absolutely look at differences by the customer, and they've taken different responses. And we look at differences by type of collection center. There are absolutely effects as it pertains to hotspots, etc. The reality is the collections in the U.S. are concentrated largely South and East in the country. And to date, at least, fortunately, have not been at the absolute hotspots. That's not entirely — it's not perfectly true but there are counties, there are cities, etc. But in the main, we don't see a lot of collection in the Northeast, for example, right? What we have done is we've looked very carefully to account for this at stay-at-home orders, what's the nature of the order? What effect is it having psychologically on the donor base? Donors are exempt. They're considered essential. And we can give them letters for safe passes as can our plasma customers. So in all cases, they have the ability, but the stay-at-home order does have a psychological effect. College campuses. Right? The college campuses are not in session, the students are home. Students are still here. But their propensity to donate is less at home than it would be on campus. The collection centers are still open on those college campuses, but they're meaningfully lower capacity utilization.Larry Solow — CJS Securities — Analyst Nobody around.Chris Simon — Chief Executive Officer Yes. The border sites, right, not all, but some of our customers have meaningful sites along, for example, the Mexico border. Individuals are allowed to travel across the border and donate. However, the early interpretation of that was mixed and folks thought they were required to self-quarantine. There were some challenges where certain U.S. sites weren't accepting immigrant donors, etc. The vast majority of that has been corrected, but it's a challenge. And as all these things, and on the board of Advamed, I sit in these discussions. Each company has had to deal with this on a geographic basis, down to the local municipality in terms of determining this is essential. And then we have the rights to do this, and here's how we're going to do it in a safe and effective manner. So we've worked through that. The other factor is the new centers. Right? New centers that haven't yet established themselves in their local community. We see an impact on those. So when Bill talks about scenario planning, we do think about it at the macro level, particularly on lockdown stay at home, etc. But we're also very micro about this. What will it mean for the individual collection centers? There are 800 collection centers in the U.S. We have them categorized as such. It's what gives us confidence that the recovery is already under way. However, it will be stepwise. And there will be setbacks, and it will be episodic, and we stand ready to help our customers manage through it. And when we get to the other side, candidly, it won't look like it did six months ago. Right? There will be a new normal. That will be different. As I said, I think that reinforces our value proposition to the industry. But we'll see, and we'll work our way through that.Bill Burke — Chief Financial Officer And the centers themselves, and I realize you're not running the center, and then maybe they have to speak for themselves. But I imagine they have — it's evolving in different adaptive measures. But, I mean, I assume some of them are staying to have less donors in the facility at any given time, less employees and maybe they can even offer inevitably more cash payment to lure donors in. I guess these all levers that don't really concern you per se but indirectly would be of benefit.Chris Simon — Chief Executive Officer They concern us quite a bit. Right? We ourselves as partners to the industry. And the most important thing in that regard is the donor psychology. Do they feel safe and properly compensated for their donation? And I think we can help with that quite materially. For example, software applications under way to help with — we don't — one of the ways that they practice safe social distancing is by not having a large queue of donors in their lobby. So a number of our customers, for example, who didn't previously use appointment systems, are moving to an appointment system. We have applications to help with that. Donors who show up are asked to remain, for example, in their car or outside if they have that option. How they know and can they get called forward using digital technology to make the experience interactive, even if it's not in close physical contact. So there's a bunch of ways to help make that happen, as well as practicing social distancing within the centers, how they spread them out, etc., which is my reference to a new normal. I think some of that will persist right long after the world's figured out an appropriate scientific response to COVID-19, and we're working that through now. And we're thinking about structural changes and regulatory changes that may stay beyond the actual outbreak, and how do we help our customers adapt that proactively.Larry Solow — CJS Securities — Analyst Great I appreciate that. Thanks.Chris Simon — Chief Executive Officer Thanks.Bill Burke — Chief Financial Officer Thanks.OperatorThank you. Our next question comes from Mike Matson from Needham & Company. Your line is open.Mike Matson — Needham and Company — Analyst Hi. Thanks for taking my questions. I guess I just wanted to start on the income statement. So I was wondering if you could help us out in terms of thinking about the impact of potentially sizable revenue declines on gross margin. And then in addition, just when you look at your OPEX, how much of that is fixed? How much is variable?Bill Burke — Chief Financial Officer OK, Mike. So it's Bill. On the revenue piece first, the largest portion of the revenue impact was in hospital, I think Chris has gone through that. What we did quantify were two things. We quantified the impact on EPS. So EPS, overall, we said it was about a $0.06 impact that would be a combination of the gross margin drop-through from the revenue, as well as some expenses that we incurred to basically keep our employees safe across the globe who are coming to work every day and keeping us up and running. We haven't said exactly what the gross margin impact on the revenue is or what the revenue dollars are. But we did say on basis points that we had about a 70-basis-point impact on gross margin in Q4 and 120-basis-point impact on the operating margins when you put everything I just said together. D'ACCORD. So I'm not going to split out specifically exactly what the costs were or what the dollar amount was. I think just looking at it from a margin percentage basis and then the impact on EPS was all we want to provide today.Mike Matson — Needham and Company — Analyst Now that's helpful. But I guess what I was getting at is when we get into the first quarter here and potentially see a larger decline in revenue, how should we think about — think through the impact on gross margin and on your OPEX in terms of modeling? I know you're not giving guidance, but I guess anything you could say would be helpful, particularly with OPEX, like if you can even just tell us how much of it is fixed versus variable? We know those are kind of hard to define maybe, but –Bill Burke — Chief Financial Officer Yes. Well, we said we would issue guidance in the future, and I hate to get into exactly what the quarter is. We did provide what the collection volume decline was in plasma, and we provided a range in the prepared remarks of the impact that we saw in April on the hospital business. We do believe that hopefully, April is the low point. We start to gradually trend out of those April declines. And we're running these different scenarios now with all different milestones and guideposts. And Chris just went through all those different factors in plasma, for example, that would impact the revenue. So we're looking at all of those independently. And then we're taking appropriate action on our expense base to offset those impacts with our view of cash preservation overall for the company. But at this point, we're not going to provide particular guidance for the quarter or for the fiscal year.Mike Matson — Needham and Company — Analyst OK. Understand. And then just my final question would be, maybe this ties in to Chris' comments of kind of the new normal. But are there any new product opportunities here around infection prevention and things like that in the plasma centers or the blood collection business?Chris Simon — Chief Executive Officer Yes. Thanks, Mike. I appreciate that. I'd come at it in a couple of ways because I actually think it applies across our portfolio, which I think, we have the benefit of dealing with essential medical care across the board. When I think about plasma, probably the single biggest positive I walked through the three different arms that the folks are looking at for the use of plasma, convalescent plasma, hyperimmune, etc. I think one of the real positives of this is you can't turn on a news feed without hearing about plasma, which is something that a large portion of the global population didn't know or understand its use, right? And now I think it's very much seen as at the forefront of fighting disease. And I hope one of the silver linings of all of this is that it allows a reframing of the discussion around a remunerated collection of plasma as a life saving, life-enhancing therapy. And I think that there's momentum there that we can build upon that bodes well for donor psychology going forward. I think equally so, we see this in our TEG business, one of the real positives that we've experienced is researchers using TEG to understand hypercoagulopathy in a thoratic response. We now know that a large number of fatalities of COVID are associated with clotting in different factors, whether it's pulmonary embolism in the lung or stroke or cardiovascular cascade and there's something going on with the blood coagulation here. TEG is the most sophisticated instrument to use to understand that, and we see a surge in demand for that early on that again, it's yet to be determined what it might mean for us by way of use going forward. But in the near term, it's very encouraging to know that our technology can be used as part of the fight. So we remain optimistic that as the markets move toward recovery, the essential nature of what we do will come back to the fore and we'll benefit accordingly.Mike Matson — Needham and Company — Analyst Thank you.Operator(Operator signoff) Duration: 65 minutesCall participants:Olga Guyette — Director of Investor RelationsChris Simon — Chief Executive OfficerBill Burke — Chief Financial OfficerDavid Lewis — Morgan Stanley — AnalystLarry Keusch — Raymond James — AnalystAnthony Petrone — Jefferies — AnalystDave Turkaly — JMP Securities — AnalystLarry Solow — CJS Securities — AnalystMike Matson — Needham and Company — Analyst
More HAE analysis
All earnings call transcripts
                                                
                                            
                                        
                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *