États-Unis Silica Holdings (SLCA) Transcription de l'appel des résultats du T1 2020

États-Unis Silica Holdings (SLCA) Transcription de l'appel des résultats du T1 2020

Source de l'image: The Motley Fool.

U.S. Silica Holdings (NYSE: SLCA) Appel des résultats du premier trimestre 2020 01 mai 2020, 8 h 30 HE Contenu: Préparé les remarques Questions et réponses Appeler les participants Préparé les remarques: OperatorGreetings, et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 des États-Unis. (Instructions de l'opérateur) Pour rappel, cette conférence est en cours d'enregistrement. Je voudrais maintenant confier la conférence à votre hôte, M. Arjun Sreekumar, directeur de la trésorerie et des relations avec les investisseurs pour US Silica. Je vous remercie. Vous pouvez commencer. Arjun Sreekumar – Directeur de la trésorerie et des relations avec les investisseurs Merci. Bonjour à tous et merci de vous joindre à nous pour la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2020 de U.S.Silica. Je suis accompagné aujourd'hui de Bryan Shinn, président-directeur général; et Don Merril, vice-président exécutif et directeur financier. Avant de commencer, je voudrais rappeler à tous les participants que nos commentaires d'aujourd'hui incluront des déclarations prospectives, qui sont soumises à certains risques et incertitudes. Pour une discussion complète de ces risques et incertitudes, nous vous encourageons à lire le communiqué de presse de la société et nos documents déposés auprès de la SEC. De plus, nous pouvons faire référence aux mesures non conformes aux PCGR du BAIIA ajusté et de la marge de contribution sectorielle au cours de cet appel. Veuillez vous référer au communiqué de presse d'aujourd'hui ou à nos documents publics pour un rapprochement complet de l'EBITDA ajusté avec le résultat net et la définition de la marge de contribution sectorielle. (Instructions de l'opérateur) Et avec cela, je voudrais maintenant passer l'appel à notre PDG, M. Bryan Shinn. Bryan? Bryan Shinn – Directeur général Merci, Arjun et bonjour à tous. Je commencerai l'appel d'aujourd'hui par une mise à jour de notre réponse à la pandémie de COVID-19, qui visait à assurer la sécurité et la santé de nos employés tout en minimisant les perturbations de nos opérations et de notre performance financière. Je discuterai ensuite de la manière dont nous réagissons à l'environnement macroéconomique pétrolier actuel. Ensuite, je vais examiner en détail notre solide performance du premier trimestre. Enfin, je conclurai par des réflexions sur les perspectives du marché pour nos deux segments opérationnels et discuterai des nombreuses mesures de réduction des coûts que nous avons mises en place. Je céderai ensuite la parole à Don Merrill, qui examinera les principaux paramètres financiers avant d'ouvrir l'appel à questions. Je suis heureux d'annoncer que nous avons connu jusqu'à présent des perturbations opérationnelles minimes à la suite de la pandémie de COVID-19. En suivant les conseils fournis par le CDC et les autorités fédérales, étatiques et locales, la majorité de nos employés d'entreprise ont commencé à travailler à distance fin mars, et nous avons rapidement mis en œuvre de nombreuses meilleures pratiques de distanciation sociale dans l'ensemble de notre réseau d'exploitation pour protéger la santé et la sécurité de nos collègues. Nous avons également formé une équipe d'action COVID-19 qui fournit aux employés des communications régulières, y compris les meilleures pratiques spécifiques à l'industrie, des pratiques de nettoyage, de désinfection et d'hygiène appropriées et des modifications opérationnelles pour minimiser le risque d'exposition. Je voudrais exprimer ma profonde gratitude à tous nos collègues pour leur incroyable dévouement en ces temps difficiles. Nous continuerons de suivre de près la situation et de prendre des décisions sur la base des directives des autorités compétentes. À l'avenir, nous nous attendons à ce que les volumes de ventes du segment des FAI suivent généralement les tendances du PIB, quelques marchés d'utilisation finale pour le sable industriel, tels que les produits de construction et l'automobile, connaîtront probablement une demande des clients plus faible, tandis que la demande pour d'autres produits FAI, y compris la terre de diatomées et les argiles de spécialité utilisées pour la filtration des aliments et des boissons et le sable de spécialité utilisé dans la production de verre d'emballage devraient demeurer robustes. Dans notre segment de l'énergie, la demande de pétrole a diminué en raison du COVID-19, couplée à une réponse inadéquate de l'offre, puis exacerbée par le manque de capacité de stockage mondiale a entraîné une forte baisse des prix du pétrole brut. Par conséquent, les attentes sont d'au moins une baisse de 50% des dépenses en amont en Amérique du Nord cette année et une baisse similaire de l'activité des achèvements. Nous nous attendons à ce que les volumes et les charges de notre secteur Pétrole et gaz suivent de façon directionnelle les activités d'achèvement. Mais comme pour le ralentissement des champs pétrolifères en 2015, nous prévoyons de gagner des parts de marché cette année grâce à nos offres attractives à bas prix. En réponse à la forte contraction attendue de l'achèvement des puits, nous avons pris des mesures rapides et agressives pour redimensionner nos coûts et l'empreinte de la chaîne d'approvisionnement du pétrole et du gaz. Au cours des derniers trimestres, nous avons mis au ralenti sept installations de production et réduit les équipes de six autres mines, réduisant ainsi notre capacité de production annuelle de pétrole et de gaz de 24 millions de tonnes à six millions de tonnes. Nous avons également empilé à chaud certains équipements Sandbox et déplacé d'autres équipements vers des zones où la demande est plus élevée. En s'appuyant sur nos racines et l'amélioration continue et la fabrication sans gaspillage, nos équipes d'exploitation poursuivent environ 25 millions de dollars en économies de coûts supplémentaires sur les usines et en renégociations des contrats avec les fournisseurs. De plus, nous avons pris des mesures importantes pour réduire les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux. Au cours des cinq derniers mois, nous avons supprimé environ 250 postes au sein de l'entreprise et réduit les autres coûts, ce qui se traduit par une baisse attendue de 40% de notre taux d'exécution des frais ACG. Nous sommes tristes de perdre autant de nos précieux collègues, mais nous avons franchi cette étape difficile pour la santé globale de l'entreprise. Passons maintenant à nos solides résultats du premier trimestre. Pour l'ensemble de l'entreprise, les revenus du premier trimestre de 269,6 millions de dollars ont diminué de 20% en séquentiel. Cependant, à l'exclusion d'une pénalité ponctuelle pour manque à gagner constatée au quatrième trimestre, le chiffre d'affaires total de la société a diminué d'environ 5%, en raison de la baisse des charges et des volumes dans notre secteur Pétrole et Gaz. Le BAIIA ajusté pour le premier trimestre de 48,2 millions de dollars a diminué de 34% en séquentiel. Cependant, en excluant cette même pénalité pour manque à gagner, le BAIIA ajusté a plus que doublé séquentiellement, en raison d'une augmentation substantielle de la marge de contribution de notre secteur Pétrole et Gaz. Notre segment Produits industriels et spécialisés a connu un excellent trimestre, avec des revenus en hausse séquentielle de 9% et une marge de contribution totale du segment en hausse de 11%, tirée par des volumes de ventes plus élevés et une augmentation des ventes de produits spécialisés à marge plus élevée. Notre portefeuille de produits EP Minerals continue de bien performer malgré l'environnement macroéconomique difficile. La demande de filtration des producteurs d'aliments et de boissons a été forte au premier trimestre et devrait rester robuste à court terme. Dans notre secteur Pétrole et gaz, nous avons vendu 3,2 millions de tonnes de sable au premier trimestre, une baisse séquentielle de 5%. Les charges de SandBox ont diminué d'environ 14% par rapport au quatrième trimestre, mais nous avions encore près de 70 bruts générant des revenus au cours du trimestre. Pour le secteur du pétrole et du gaz, les dollars de marge de contribution ont en fait doublé séquentiellement en excluant la pénalité pour manque à gagner du quatrième trimestre, grâce aux efforts de réduction des coûts susmentionnés. Notre acquisition de règlement négocié d'Arrows Up a également été conclue au premier trimestre et l'intégration s'est déroulée sans heurts. Nous sommes ravis de voir l'équipe Arrows Up rejoindre U.S.Silica et d'avoir une autre offre dynamique dans notre portefeuille. Clôture de mon commentaire sur Q1. Je tiens à dire à nouveau à quel point je suis fier du travail accompli par notre équipe et des résultats que nous avons obtenus dans un environnement macroéconomique sans précédent et stimulant. Je voudrais également profiter de l'occasion pour rappeler à tout le monde que, même si nous sommes souvent peints avec une brosse de services pour les champs pétroliers, notre activité est de plus en plus orientée vers des marchés finaux industriels qui ne sont pas affectés par les turbulences dans le secteur de l'énergie. En fait, la récente volatilité des prix du pétrole brut illustre précisément pourquoi nous avons diversifié nos opérations en investissant et en développant nos activités industrielles, qui ont des barrières à l'entrée plus élevées, des relations avec la clientèle plus solides, des marges plus élevées et de fortes perspectives de croissance. Même au sein de notre segment industriel, nous ne nous concentrons plus exclusivement sur les produits à base de silice. Nous produisons également de la terre de diatomées, des argiles spéciales et de la perlite, toutes des offres à marge plus élevée avec différents utilisateurs finaux et facteurs de demande par rapport à certains de nos produits à base de silice. En 2020, par exemple, nous prévoyons que plus de 40% de la marge de contribution de notre entreprise proviendra de produits non sableux. Cette diversification n'est pas le fruit du hasard, c'est par conception. Et dans des moments difficiles comme ceux-ci, lorsque le marché américain du schiste et nos pairs de sable de fracturation se replient, nos investissements dans les FAI sont vraiment payants en fournissant moins de volatilité et des flux de trésorerie plus fiables. En 2019, notre segment industriel représentait près de 50% de nos marges de contribution totales lors de la suppression de la pénalité ponctuelle pour manque à gagner des clients à partir du 4e trimestre 2019. En 2020, nous prévoyons que les FAI constitueront environ 70% de nos marges de contribution des sociétés. Et enfin, aujourd'hui, discutons des perspectives du marché pour nos segments opérationnels. Notre hypothèse sous-jacente pour le reste de 2020 est que nous fonctionnerons dans un environnement de forte incertitude due au virus COVID-19 et à une baisse des prix du pétrole très volatil. Compte tenu de cela, nous continuerons de nous concentrer sur ce que nous pouvons contrôler et de veiller à ce que nos coûts restent alignés sur l'abordabilité des entreprises. Nous nous attendons à ce que nos activités de FAI résistent bien et que les volumes de ventes alignent le PIB américain, compte tenu de la nature de nos marchés d'utilisation finale, de notre clientèle diversifiée et de nos nombreux produits spécialisés et de niche. Dans notre secteur Énergie, nous pensons que les finitions de puits et la demande de sable diminueront au cours des prochains trimestres, et de nombreux clients pourraient ralentir ou suspendre l'activité en réponse à la baisse des prix du WTI. Cependant, nos coûts dans ce segment sont très variables et continueront de redimensionner les opérations en conséquence. Malheureusement, bien que nous ne soyons pas en mesure aujourd'hui de fournir des indications spécifiques sur le BAIIA compte tenu de toutes les pièces mobiles, je pense que le consensus actuel sur la rue en 2020 de moins de 80 millions de dollars du BAIIA est très prudent compte tenu de nos solides résultats du premier trimestre et de la stabilité de notre activité industrielle. Et enfin, nous sommes très concentrés sur les flux de trésorerie, comme vous pouvez l'imaginer, et notre objectif est de terminer 2020 avec environ le même montant de liquidités dans notre bilan par rapport au quatrième trimestre de 2019. Don discutera des flux de trésorerie dans plus de détails en une minute lors de ses remarques. Pour moi, l'essentiel est que je pense que nous avons le bon plan et une équipe engagée pour maximiser nos résultats commerciaux en 2020, et être également prêt à capitaliser l'inévitable rebond qui se produira au cours des prochains trimestres. Et avec cela, je vais maintenant passer l'appel à Don. Don? Don Merril – Vice-président exécutif et chef de la direction financière Merci Bryan et bonjour à tous. Tout d'abord, je voudrais réitérer les commentaires de Bryan sur le fait que la société a réalisé un solide premier trimestre et généré un EBITDA ajusté de 48,2 millions de dollars malgré les défis macroéconomiques évidents et bien connus. Passons aux résultats de nos deux secteurs opérationnels. Premièrement, le chiffre d'affaires du trimestre pour le secteur Produits industriels et spécialisés s'est élevé à 113,9 millions de dollars, en hausse de 9% par rapport au quatrième trimestre de 2019. Le chiffre d'affaires du secteur Pétrole et gaz s'est élevé à 155,7 millions de dollars, en baisse de 34% par rapport au quatrième trimestre de 2019, principalement en raison de la reconnaissance de une pénalité pour manque à gagner au quatrième trimestre ainsi qu'une baisse séquentielle de 5% des tonnes vendues. Sur une base par tonne, la marge de contribution pour le segment FSI de 45,20 $ représente une diminution d'environ 3% par rapport au quatrième trimestre. Cette diminution est principalement attribuable à un changement de composition, les ventes de silice à grains entiers ayant augmenté plus rapidement que nos produits de spécialité à marge plus élevée. Comme Bryan l'a déclaré, nous prévoyons que nos activités de FAI seront résistantes et suivront la courbe du PIB au fur et à mesure que nos clients navigueront dans les prochains trimestres. La marge de contribution du secteur Pétrole et Gaz sur une base par tonne était de 10,27 $ contre 20,22 $ pour le quatrième trimestre 2019, principalement en raison de la pénalité pour manque à gagner susmentionnée constatée au quatrième trimestre. Cependant, il est important de mentionner la concentration des coûts de la société, entraînant une baisse du coût des marchandises vendues, entraînée par la marche au ralenti des installations, l'efficacité continue de nos opérations dans l'ouest du Texas et une baisse de nos coûts logistiques et le résultat de l'optimisation de notre réseau de transbordement. Malheureusement, nous nous attendons à ce que les volumes du segment Pétrole et Gaz diminuent au deuxième trimestre, conformément aux attentes d'une forte réduction de l'activité des achèvements. Nous continuerons de mettre notre équipe au défi de fournir le coût le plus bas possible tout en offrant le meilleur service de l'industrie. Voyons maintenant les résultats totaux de l'entreprise. Les frais de vente, généraux et administratifs ont totalisé 30,1 millions de dollars au premier trimestre, ce qui représente une baisse de 19% par rapport au quatrième trimestre de 2019. Cette baisse substantielle est due en grande partie à la réduction des frais de personnel et des dépenses associées avec les réductions de force annoncées et regrettables annoncées précédemment. Nous prévoyons maintenant que les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux en 2020 diminueront pour atteindre un taux d'exécution d'environ 85 millions de dollars d'ici la fin de l'année. La dotation aux amortissements, à l'épuisement et à l'amortissement au premier trimestre a totalisé 38,4 millions de dollars, soit une réduction de 10% par rapport au quatrième trimestre de 2019. Cette réduction s'explique par une diminution du total des actifs amortissables en raison des usines au ralenti et de la dépréciation des actifs qui en a résulté. Notre taux d'imposition effectif pour le trimestre clos le 31 mars 2020 était un avantage de 33%. Passons au bilan. La trésorerie et les équivalents de trésorerie au 31 mars 2020 étaient de 144,7 millions de dollars. Et la liquidité, y compris la facilité de crédit renouvelable, était de 213,2 millions de dollars. Au cours du premier trimestre, nous avons prélevé 25 millions de dollars sur notre facilité de crédit renouvelable par mesure de précaution en réponse aux incertitudes économiques causées par COVID-19. La réduction de la trésorerie était attendue et était en grande partie due aux dépenses d'investissement initiales et aux besoins en fonds de roulement. Les dépenses en immobilisations au cours du trimestre ont totalisé 16,1 millions de dollars et étaient principalement liées au paiement des investissements accumulés en 2019 et à l'amélioration des agrandissements de nos installations industrielles à marge élevée à Millen, en Géorgie et à Columbia, en Caroline du Sud. Nous prévoyons maintenant que nos dépenses en immobilisations en 2020 se chiffreront à environ 30 millions de dollars au bas de nos prévisions précédentes de 30 millions à 40 millions de dollars et en baisse d'environ 75% l'an dernier. De ces 30 millions de dollars, environ 15 millions de dollars sont affectés aux dépenses d'entretien, tandis que les 15 millions de dollars restants seront alloués à des projets de croissance dans nos activités industrielles. J'aimerais maintenant me concentrer sur notre position de trésorerie et de liquidité. Pour rappel, nous n'avons aucune obligation à court terme due car notre prêt à terme n'arrive à échéance qu'en 2025 et notre facilité de crédit renouvelable expire en 2023. De plus, nous prévoyons que nos intérêts sur les prêts à terme et les paiements de swap diminueront considérablement en 2020 en raison à la récente baisse des taux LIBOR et à la résiliation de notre accord de swap d’intérêts. De plus, nous avons identifié des remboursements de 16 millions de dollars de crédits d'impôt minimum alternatifs et de 39 millions de dollars liés aux reports en arrière de pertes d'exploitation nettes attribuables à la disposition de la Loi CARES que nous prévoyons récupérer en 2020. Ces 55 millions de dollars en espèces aideront certainement à soutenir nos objectifs de trésorerie pour 2020. Et avec cela, je vais retourner l'appel à Bryan.Bryan Shinn – Directeur Général Merci, Don. Opérateur, voudriez-vous s'il vous plaît ouvrir les lignes pour les questions? Questions et réponses: OpérateurMerci. (Instructions de l'opérateur) Notre première question vient de la ligne Stephen Gengaro avec Stifel. Veuillez poursuivre avec votre question. Stephen Gengaro – Stifel Financial Corp. – Analyste Merci. Bonjour messieurs. Je suppose donc deux choses. Premièrement, je commencerais par le côté du marché de la contribution du pétrole et du gaz, afin que nous puissions avoir une idée de l'avenir. Arrows Up a-t-il beaucoup contribué au premier trimestre? Vous avez dit que c'était relutif. J'étais curieux de savoir si vous pouviez quantifier cela du tout.Bryan Shinn – Directeur général Oui. C'était relutif. Je dirais que c'était un minimum de dollars ici au premier trimestre, mais c'était relutif, c'est sûr. Don Merril – Vice-président exécutif et chef de la direction financière Nous l'avons clôturé assez tard dans le trimestre. Donc, il n'y avait vraiment pas beaucoup de piste à apporter, Stephen.Stephen Gengaro – Stifel Financial Corp. – Analyste. Et puis, alors que vous pensez à la marge de contribution du pétrole et du gaz par tonne alors que nous regardons vers l'avenir, étant donné la réduction des coûts qui a été mise en place jusqu'à présent, pensez-vous que la marge de contribution au pétrole et au gaz reste légèrement positive au cours du prochain trimestre ou deux? Ou pensez-vous que cela pourrait devenir négatif étant donné la forte diminution des volumes? Il est difficile de mesurer il y a environ un an, vous avez supprimé les coûts par rapport à cela.Bryan Shinn – Directeur général Oui. Je vais peut-être vous donner le début d'une réponse. Et je pense que Don peut probablement donner plus de détails. L'une des choses qui, je pense, est un peu mal comprise au sujet de notre activité de sable pétrolier et gazier est que les coûts sont très variables. Nous avons donc pu assumer pas mal de coûts, notamment en ce qui concerne les mines locales, celles qui n'ont pas besoin de rail. Nous avons donc un peu de surplomb des wagons associés à notre entreprise Northern White. Mais je ne dirais pas que le sable local est 100% variable en termes de coûts, mais c'est assez proche. Don, je ne sais pas, que voulez-vous ajouter à cela? Don Merril – Vice-président exécutif et chef de la direction financière Je suis d'accord. Regardez, nous avons prouvé que nous sommes en mesure de réduire les coûts à mesure que les volumes et la demande diminuent de notre côté, et c'est pourquoi nous avons connu un si bon trimestre. Nous avons pu économiser du côté des coûts. Nous avons pu économiser considérablement du côté du fret en redimensionnant notre réseau de transbordement. Et regardez, nous allons continuer à le faire. Nous allons continuer de mettre nos gens au défi de maintenir la marge de contribution positive le reste de l'année. Stephen Gengaro – Stifel Financial Corp. – Analyste Merci. Une seule finale, au bilan, les créances ont bondi au cours du trimestre. Je voulais juste avoir une idée des pilotes. Et devrions-nous considérer cela comme une source de liquidités au cours de la période 2020 d'ici? Don Merril – Vice-président exécutif et directeur financier Oui. Regardez, le grand bond des créances n'est pas seulement les créances clients, ses autres créances également. Et dans mes remarques, nous avons parlé de remboursements d'impôt, et il y a 44 millions de dollars de remboursements d'impôt qui se trouvent dans ce nombre. Alors oui, je pense que ce sera une grande source de liquidités d'ici la fin de l'année. Stephen Gengaro – Stifel Financial Corp. – Analyste. Merci. Opérateur Notre prochaine question vient de la lignée de Kurt Hallead avec RBC Capital Markets. Veuillez poser votre question. Kurt Hallead – RBC Marchés des Capitaux – Analyste Hé. Bonjour. J'espère que tout le monde dans votre famille est en bonne santé.Bryan Shinn – Directeur général Eh bien, même chose pour vous. Merci Kurt Hallead – RBC Marchés des Capitaux – Analyste Merci. Et un travail absolument phénoménal ici pour leurs marges de contribution dans le segment Oil & Gas au premier trimestre. Félicitations aux efforts que vous avez déployés là-bas.Bryan Shinn – Directeur général Merci.Kurt Hallead – RBC Marchés des Capitaux – Analyste Alors oui, bien sûr. Je pense donc que la première question que j'aurais à poser serait du côté industriel de l'entreprise, n'est-ce pas? Et Bryan a indiqué que cela permettrait de suivre de près le PIB. Vous avez quelques-unes de vos entreprises qui résistent très bien. Mais quand nous regardons certaines des données sur le PIB qui arrivent aux quatre ici pour le deuxième trimestre, en particulier et qui pourraient déborder sur le troisième trimestre, il y a des données qui suggèrent que le PIB pourrait chuter de 10%, 15% , 20% sur un taux de fonctionnement annualisé annuel. Alors, devrions-nous utiliser cela comme marqueur lorsque nous pensons à la dynamique du volume sur le FAI ou qu'il y a suffisamment de décalages avec la terre de diatomées et les produits argileux qui peuvent peut-être atténuer cette dynamique? Bryan Shinn – Directeur général Bien sûr, Kurt. Donc une très bonne question. Et je pense, comme je l'ai mentionné dans mes remarques préparées, que l'industrie industrielle est peut-être un peu sous-estimée. Et je pense que c'est exactement dans des moments comme ceux-ci que le secteur industriel brillera certainement. En général, comme vous l'avez dit il y a un instant, nous nous attendons à ce que nous constations une nouvelle faiblesse de l'économie au cours des deuxième et troisième trimestres. Et probablement pour nous en particulier, où nous verrons que la faiblesse concerne les clients et le secteur des produits de construction et du verre. Ainsi, par exemple, le verre pour automobiles, il ne se passe pas grand-chose en ce moment. Et certains des produits de construction sont définitivement devenus mous. La bonne nouvelle, c'est que nous avons les compensations et les choses que vous avez mentionnées, les aliments et boissons et autres produits de spécialité. Donc, quand vous regardez tout cela au total, je pense que nous ferons mieux que les chiffres du PIB. Et la prévision de base actuelle que nous avons pour l'année nous ferait baisser seulement d'environ 10% à 15% de la marge de contribution dans le secteur industriel pour l'année par rapport au type de PIB dont vous parliez d'être en baisse de 30% ou 40 %. Je pense donc que notre équipe a fait un très bon travail de construction de cette entreprise. Et nous travaillons beaucoup avec les clients en ce moment pour essayer de comprendre ce qu'ils voient là-bas. Et nous avons un certain nombre de clients qui nous disent qu'ils prévoient quelque part vers le milieu du troisième trimestre pour pouvoir redémarrer quelques-unes de leurs usines fermées qui sont de gros clients et consommateurs de nos produits. Nous espérons donc un peu que, après quelques mois, nous pourrons commencer à y voir un rebond. Mais dans l'ensemble, nos prévisions actuelles sont en baisse d'environ 10% à 15% en dollars de marge de contribution pour 2020 dans le secteur industriel. Kurt Hallead – RBC Capital Markets – Analyste OK. C'est une superbe couleur. J'apprécie ça. Et puis juste mon suivi pour revenir du côté Pétrole & Gaz de l'entreprise, quand on pense à la baisse potentielle des volumes qui vont venir ici, surtout au deuxième trimestre. Vous avez parlé d'une composante à coût variable élevé. J'ai donc tendance à penser à ces dynamiques, en essayant de penser à la marge décrémentielle sur le dollar. Cette marge décrémentielle serait-elle de l'ordre de 20% à 25% ou la marge décrémentielle pourrait-elle être de 40% à 50%? J'essaie juste de mesurer le genre de magnitudes relatives. Toute aide à ce sujet serait formidable.Bryan Shinn – Directeur général Sure.Don Merril – Vice-président exécutif et directeur financier Oui. Écoutez, je pense que c'est la dernière partie de cela. Je pense que vos décrémentations se situent probablement entre 40% et 50%, au cours du deuxième trimestre. Nous avons fait beaucoup d'efforts pour ce trimestre. Et comme Bryan l'a mentionné, regardez, avril était un bon mois, non? Nous avons donc un peu plus de travail à faire ici car nous redimensionnons l'organisation en mai et juin. Mais regardez, ça va être dans cette gamme. Mais comme nous l'avons dit plus tôt, en fin de compte, du point de vue du pétrole et du gaz, je pense que la marge de contribution restera positive. Kurt Hallead – RBC Capital Markets – Analyste C'est génial. Merci pour cette couleur, les gars. Appréciez-le. OpérateurMerci. Notre prochaine question vient de la lignée de Cameron Lochridge avec Stephens Inc. Veuillez poursuivre avec votre question.Cameron Lochridge – Stephens Inc. – Analyste Hé. Bonjour. Merci d'avoir pris ma question. Je viens d'en avoir un rapide sur le segment Oil & Gas. J'espérais juste un peu qualitativement, pourriez-vous peut-être parler de votre stratégie en période de ralentissement et parler de prendre des parts de marché, où vous pensez peut-être que vous êtes le mieux placé pour gagner une part? Et puis, dans la mesure où vous avez une visibilité, alors que nous sortons de la récession, pensez-vous que la marge de contribution par tonne pourrait revenir à ce niveau d'adolescence moyen à élevé et que nous en sortirons ou encore forer et dire? Merci.Bryan Shinn – Directeur général Merci pour les questions, Cameron, et les éléments très importants que vous avez soulevés. Donc, pour ce qui est de la part, premièrement, je suppose que peut-être commencer par ce que nous n'allons pas faire pour gagner des parts, et c'est une réduction des prix. Il ne s'agit donc pas de réduire les prix pour obtenir des parts. Je pense que notre part va venir en raison de notre position active sur une courbe de coûts de logistique favorable que nous avons et de la réputation que nous avons sur le marché. Ce que nous voyons, et nous commençons déjà à le voir, au premier trimestre, et nous le voyons davantage à mesure que nous entrons dans le deuxième trimestre ici, les clients qui travaillent toujours là-bas et qui complètent encore des puits recherchent -des partenaires de qualité avec qui travailler, des gens qui vont vivre à long terme. Et nous avons vu certains de nos clients consolider la totalité de leur demande à US Silica. Je pense donc que cela montre comment nous nous positionnons sur le marché, non seulement en termes de coût, mais aussi de réputation, de qualité et de service que nous offrons. J'ai donc l'impression que c'est une façon de gagner des parts. L'autre façon est simplement la solidité financière que nous avons. Je me sens vraiment bien dans notre liquidité. Nous ne sommes pas inquiets comme les autres à propos de la restructuration à ce stade et d'avoir à prendre certaines de ces mesures et à créer beaucoup de doute dans l'esprit de nos clients. J'ai donc l'impression que nous serons l'un de ceux qui resteront debout tout au long de cette affaire. Et je pense que cela nous aide certainement. En ce qui concerne la façon dont les choses se rétablissent ici, je voudrais revenir en arrière et regarder certains des ralentissements précédents, 2008, 2009, '15, '16. Ce que nous voyons généralement en ressort, c'est qu'il y a quelques personnes comme nous qui peuvent augmenter la capacité très rapidement. Nous courons tout le temps et nous allons être les premiers bénéficiaires de cette reprise. Et je m'attendrais à ce que les marges augmentent comme elles l'ont fait lors de reprises précédentes. Donc, exactement à quel nombre il arrive, je ne suis pas sûr. Mais je me souviens de certaines reprises passées, les marges ont doublé, triplé, elles ont beaucoup augmenté, du moins au début. Évidemment, cela va se calmer un peu au fil du temps, mais je pense qu'il y a des gains potentiellement très importants que nous pouvons avoir au fur et à mesure que les choses tournent ici. Cameron Lochridge – Stephens Inc. – Analyste Excellent Appréciez la couleur. Je vais revenir en arrière.OpérateurMerci. (Instructions pour l'opérateur) Notre prochaine question vient de la lignée de Taylor Zurcher avec Tudor, Pickering, Holt. Veuillez poser votre question.Taylor Zurcher – Tudor, Pickering, Holt & Co. – Analyste Merci et bonjour. Bryan, en général, clairement, votre activité d'achèvement au T2 devient assez moche. Et comme vous l'avez dit, les clients ralentissent, sinon interrompent carrément certains de leurs programmes d'achèvement prévus. Et donc je suis curieux, pour les clients que vous avez qui ont contracté des volumes au cours de cette période, disons, jusqu'en 2020, quel genre de conversations avez-vous avec eux aujourd'hui? Ou est-ce que certains d'entre eux viennent à vous pour mélanger et étendre certains de leurs volumes plus à droite? Ou comment se déroulent ce genre de conversations aujourd'hui? Bryan Shinn – Directeur Général Nous avons donc un certain nombre de contrats, plus de 20 contrats dans le domaine pétrolier en ce moment, et je pense que les conversations avec les clients sont partout sur la carte. La bonne nouvelle est que beaucoup de ces contrats sont notre contrat de nouvelle génération, où les clients nous ont essentiellement payé des frais à l'avance pour la réservation de capacité, et nous avons dû gagner ces frais au prorata sur une base trimestrielle pendant la durée du contrat. . Nous avons donc le droit de le faire dans le contrat et nous avons déjà cet argent dans notre bilan. Cela nous donne donc une assez bonne position de négociation. Cela dit, nous voulons être un fournisseur à long terme pour nos clients. Et nous reconnaissons qu'il s'agit d'une situation inhabituelle, et ce n'est pas comme si les clients choisissaient d'aller acheter à quelqu'un d'autre au lieu de la silice américaine. Par exemple, ils n'ont tout simplement pas besoin de sable à ces 10 secondes, étant donné que beaucoup d'entre eux, comme vous l'avez dit, refusent les activités d'achèvement pendant un certain temps. Nous serons donc intelligents et sensés quant à la façon de procéder. Mais j'aime le fait que nous soyons dans une bien meilleure position malgré la nature des contrats que nous ne l'avons été lors des ralentissements précédents. Taylor Zurcher – Tudor, Pickering, Holt & Co. – Analyste OK. Compris. Et encore une fois, je me rends compte que c'est un environnement fluide. Mais du point de vue des prix, pourriez-vous peut-être définir où les prix du pétrole et du gaz ont culminé au premier trimestre? Et sur une base de pointe, sommes-nous déjà de retour en dessous des creux que nous avons vus au quatrième trimestre de l'année dernière ou peut-être quelque part autour de cela? Bryan Shinn – PDG Donc, je dirais que les prix au premier trimestre, comment le pic a été au milieu des années 20 en termes de dollars par tonne, avril a bien résisté. Je dirais que c'est probablement plus près de 20 $ la tonne. Mais je m'attends à ce que les choses chutent ici en mai et juin à mesure que l'activité baisse. Je n'ai pas de chiffre précis pour vous pour les mois de mai et juin, car c'est toujours, comme vous l'avez dit, une situation assez fluide. Mais je pense qu'il a été assez largement rapporté que les dépenses en amont vont baisser de 50% ou plus à l'approche du deuxième trimestre. Et certains clients nous disent également qu'ils font des choix quant à savoir s'ils forent et terminent, s'ils forent ou s'ils arrêtent tout. Nous attendons donc de voir comment se déroulent certaines de ces choses. Cela dit, nous nous attendons à des baisses assez spectaculaires en mai et juin en termes d'activité d'achèvement. Taylor Zurcher – Tudor, Pickering, Holt & Co. – Analyste Eh bien, merci pour les réponses, les gars. Appréciez-le. Opérateur Ceci conclut notre session de questions-réponses. Je cède la parole à M. Shinn pour tout commentaire final.Bryan Shinn – Directeur général OK. Merci beaucoup, opérateur. Je voudrais clôturer l'appel d'aujourd'hui en soulignant à nouveau que nous avons un portefeuille d'activités diversifié avec de nombreux marchés industriels en dehors de l'énergie qui résistent bien dans les conditions économiques actuelles. Et nous continuons également à mettre l'accent sur la maîtrise des coûts et la maximisation de la rentabilité et des flux de trésorerie disponibles. L'essentiel pour moi est que je crois que nous avons le bon plan et une équipe engagée pour maximiser nos résultats commerciaux ici en 2020, et nous sommes également prêts à capitaliser lorsque le rebond inévitable se produira au cours des prochains trimestres. Merci d'avoir participé à notre appel et bonne journée à tous.Opérateur (approbation de l'opérateur) Durée: 33 minutes Appeler les participants: Arjun Sreekumar – Directeur de la trésorerie et des relations avec les investisseursBryan Shinn – Directeur généralDon Merril – Vice-président exécutif et chef Agent financier Stephen Gengaro – Stifel Financial Corp. – Analyste Kurt Hallead – RBC Capital Markets – Analyste Cameron Lochridge – Stephens Inc. – Analyste Taylor Zurcher – Tudor, Pickering, Holt & Co. – Analyste
Plus d'analyse SLCA
Tous les relevés d'appel des gains
                                                
                                            
                                        
                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *