Critiques de films: 'Underwater' n'apporte rien de nouveau au genre des monstres des mers profondes

Critiques de films: 'Underwater' n'apporte rien de nouveau au genre des monstres des mers profondes

TORONTO –
SOUS L'EAU: 2 ÉTOILES

Qui a dit que la franchise «Alien» était morte? Ridley Scott a peut-être épuisé les possibilités de narration de la franchise d'origine, mais ne le dites pas à Kristen Stewart et à l'ennuyeux T.J. Miller, stars du nouveau thriller «Underwater», alias «Aquatic Alien».

Stewart est Norah, un ingénieur travaillant sur une plate-forme au fond de l'océan. Elle et l'équipage de scientifiques nautiques (Vincent Cassel, Jessica Henwick, John Gallagher Jr., Mamoudou Athie, Gunner Wright et Miller) sont à la merci des profondeurs aqueuses lorsqu'un tremblement de terre détruit leur laboratoire souterrain. Alors qu'ils se battent pour leur survie, ils découvrent qu'ils ont peut-être réveillé un ennemi féroce. «Il vaut mieux ne pas être une merde de« 20 000 lieues sous les mers », dit Paul (Miller).

Au fond de l'océan, personne ne peut vous entendre crier, mais nous pouvons entendre beaucoup de respiration lourde alors que les acteurs grognent leurs lignes dans leurs combinaisons de plongée sous-marine.

«Underwater» est un fond océanique, des personnes en péril, avec des charges d'atmosphère humide et claustrophobe mais peu de sensations fortes. Le tremblement de terre se produit dans les premières minutes du film, mettant les personnages en danger dès le départ afin que nous ne sachions rien d'autre à leur sujet que leur attitude de "ne jamais mourir" et la merveilleuse capacité de Norah à se faufiler dans des espaces très étroits avant que les mauvaises choses n'arrivent. Il n'y a pas de lien émotionnel, juste des personnages naviguant dans les profondeurs obscures avec une peur de saut occasionnelle. La confrontation finale avec la bête des grands fonds a une certaine majesté, mais d'ici là, des échos de meilleurs films comme "Alien", " The Abyss »et« Leviathan »ont fait dans les chances du film de faire une impression.

De nombreux films ont exploité un territoire similaire, mais ceux qui se démarquent ajoutent quelque chose d'intéressant au mélange. Malheureusement, «Underwater» n'apporte rien de nouveau au genre espace extra-atmosphérique / monstre sous-marin.

ROSIE: 4 ÉTOILES

Roddy Doyle est surtout connu pour avoir écrit «The Commitments», une comédie dramatique avec une partition de frappe aux orteils. Son nouveau film, "Rosie", est un film très différent. Cela ne fera pas fredonner «Mustang Sally» à la sortie du théâtre, mais devrait inspirer la conversation sur le sans-abrisme.

Sarah Greene est Rosie, mère de quatre enfants, partenaire du cuisinier de restaurant John Paul (Moe Dunford). L'heureuse famille du nord de Dublin vivait dans une maison louée jusqu'à ce que le propriétaire vende la maison, les laissant bloqués. Marquant d'un hôtel à un autre, ils recherchent désespérément un nouvel hébergement tout en essayant de camoufler leur situation auprès de la famille, des amis et des enseignants de leurs enfants. Des loyers accrus et bien intentionnés, mais la bureaucratie d'assistance kafkaïenne, laissent cette famille au bord de devoir vivre dans sa voiture.

«Rosie» est un récit édifiant. Un regard granuleux, empathique et opportun sur les défis auxquels les familles sont confrontées lorsque la vie prend un virage à gauche inattendu. Le scénario de Doyle, son premier scénario original en plus de 18 ans, ne sensationnalise jamais la situation ni ne demande pitié. Il présente simplement avec compassion l’histoire de malheur d’une famille.

Les antécédents du réalisateur Paddy Breathnach dans le film documentaire confèrent à «Rosie» une sensation néo-réaliste qui offre un portrait de près et personnel d'un désespoir croissant. Les prises de vue longues et intimes apportent un sentiment ininterrompu de la tragédie qui affecte la famille, un sentiment qui se développe tout au long des 85 minutes de film. À son avantage, ce n'est certainement pas un film de bien-être. Doyle et Breathnach n'offrent aucune réponse facile au sort de Rosie, juste un drame naturaliste pur avec une conscience sociale.

ELLE N'A JAMAIS MORT: 3 ½ ETOILES

"She Never Died", un riff féministe de la comédie d'horreur "He Never Died", met en vedette Oluniké Adeliyi dans le rôle de Lacey, une machine à tuer immortelle indestructible dont l'humanité la rend vulnérable.

Lacey vit dans les rues, tuant des gens qu'elle pense que personne ne manquera. Mais elle n'essaye pas de nettoyer les rues. Loin de là. Elle chasse et tue des criminels pour se nourrir. Elle arrache les yeux comme entrées, et prend toujours soin de retirer les doigts pour plus tard. «Ils tiennent dans ma poche», dit-elle. "Et j'ai besoin de la moelle osseuse."

Lorsque l'inspecteur grisonnant Godfrey (Peter MacNeill) a vent de ses capacités – survivant à un coup de feu à la tête – il fait une offre. Si elle accepte de débarrasser le monde de la méchante équipe de frères et sœurs de trafiquants d'êtres humains (Noah Dalton Danby et Michelle Nolden), il lui trouvera un endroit décent pour accrocher son chapeau.

Elle est d'accord et avec l'aide de Suzzie (Kiana Madeira), une jeune femme streetwise sauvée d'une vie d'être vendue par de très mauvais hommes, un carnage s'ensuit.

La réalisatrice canadienne Audrey Cummings a réalisé un film d'horreur époustouflant avec à parts égales gore et gags. Ce n'est pas une comédie d'horreur pour ainsi dire, mais grâce à des scripts intelligents, c'est une tonne de plaisir avec de l'humour émergeant organiquement de la situation inhabituelle. Combinez cela avec le rythme rapide du film et vous avez un film qui pourrait devenir un favori de la folie de minuit.

"She Never Died" s'appuie sur certains effets spéciaux de la vieille école pour livrer les trucs sanglants, mais si lo-fi qu'ils soient, ils ont du punch.

Le sang et les tripes vont bien, mais le point fort du film est le travail d'Adeliyi en tant que Lacey. Même si elle n'a que quelques lignes, le film passe le test de Bechdel (le film présente des femmes qui se parlent d'autre chose qu'un homme) et prouve qu'Adeliyi n'a pas besoin de pages de dialogue pour créer un personnage fascinant. Quand elle n'est pas en mouvement, tuant les méchants, les scènes de Lacey avec Suzzie donnent le sous-texte du film sur la survie au traumatisme et le pouvoir de la communauté qui approfondit l'histoire et les personnages. Venez pour l'effusion de sang, restez pour le sous-texte.

Malgré sa fin assez abrupte – peut-être est-ce destiné à aiguiser l'appétit pour une suite, mais cela semble incomplet – "She Never Died" s'est distingué comme une bonne étude de caractère sanglant, avec un style et une sensation qui lui sont propres.
                                              

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *