Charter Communications Inc (CHTR) Transcription de l'appel des résultats T1 2020

Charter Communications Inc (CHTR) Transcription de l'appel des résultats T1 2020

Source de l'image: The Motley Fool.

Charter Communications Inc (NASDAQ: CHTR) Appel des résultats du premier trimestre 2020 1er mai 2020, 8 h 30 HE Contenu:
Remarques préparées
Questions et réponses
Appeler les participants
Remarques préparées:
OperatorLadies et messieurs, merci de votre présence et bienvenue à l'appel des investisseurs du premier trimestre 2020 de Charter. (Instructions pour l'opérateur). J'aimerais maintenant remettre la conférence à votre conférencier aujourd'hui, Stefan Anninger. S'il vous plaît, allez-y.Stefan Anninger – Premier vice-président des relations avec les investisseurs Bonjour et bienvenue à l'appel des investisseurs du premier trimestre 2020 de Charter. La présentation qui accompagne cet appel peut être consultée sur notre site Web, ir.charter.com, dans la section Informations financières. Avant de poursuivre, je voudrais vous rappeler que notre SEC contient un certain nombre de facteurs de risque et d'autres avertissements. dépôts, y compris notre plus récent 10-K et aussi notre 10-Q déposé ce matin. Nous n'examinerons pas ces facteurs de risque et autres mises en garde lors de cet appel. Cependant, nous vous encourageons à les lire attentivement. Les diverses remarques que nous faisons sur cet appel concernant les attentes, les prédictions, les plans et les perspectives constituent des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives sont soumises à des risques et incertitudes qui peuvent faire en sorte que les résultats réels diffèrent des résultats historiques ou prévus. Tout énoncé prospectif reflète uniquement le point de vue actuel de la direction et Charter n'assume aucune obligation de réviser ou de mettre à jour de tels énoncés ou de faire des énoncés prospectifs supplémentaires à l'avenir. Au cours de l'appel d'aujourd'hui, nous ferons référence à des mesures non conformes aux PCGR, tel que défini et réconcilié dans nos documents sur les résultats. Ces mesures non conformes aux PCGR, telles que définies par la Charte, peuvent ne pas être comparables à des mesures de titres similaires utilisées par d'autres sociétés. Veuillez également noter que tous les taux de croissance indiqués dans cet appel et dans la présentation sont calculés sur une base annuelle, sauf indication contraire. À l'appel d'aujourd'hui, nous accueillons Tom Rutledge, président-directeur général; et Chris Winfrey, notre directeur financier. Passons maintenant la parole à Tom.Thomas M. Rutledge – Président et chef de la directionMerci, Stefan. Premièrement, au nom de nous tous à la Charte, permettez-moi d'exprimer nos préoccupations à l'égard de ceux qui ont été touchés par la crise COVID-19 dans nos communautés locales que nous servons, alors que nous traversons ensemble une crise sanitaire, sociale et économique extrêmement grave. Le travail acharné et le dévouement des 95 000 employés de Charters ont été remarquables. Nous sommes tous fiers de la façon dont nous servons nos clients en ce moment. Les employés de Charter sont dans des camions, sur le terrain, des centres d'appels, des centres d'exploitation de réseau de répartition, à leur domicile et dans des magasins de détail, où nous fournissons l'équipement client et de nombreuses fonctions de support qui permettent à notre entreprise de servir nos clients. Nous restons concentrés sur nos clients et nos communautés et nous avons pu fournir nos services de connectivité sans interruption à nos clients à travers le pays. Nous connaissons notre rôle en tant que fournisseur de services de communication et l'importance de maintenir les services de connectivité pleinement opérationnels pour les ménages et les entreprises nouveaux et existants, qui permettent la distanciation sociale, y compris le travail à distance, l'enseignement à distance, les services de télésanté et les communications familiales. Dans le cadre de nos efforts pour garder l'Amérique connectée pendant cette crise, nous nous sommes engagés à faire un certain nombre de choses. Nous nous sommes engagés à offrir Spectrum Internet gratuitement pendant 60 jours aux ménages avec des étudiants ou des éducateurs, qui n'ont pas encore d'abonnement à Spectrum Internet. Nous avons récemment annoncé que nous étendions la disponibilité de cette offre jusqu'au 30 juin. Au 31 mars, nous avions ajouté environ 120 000 clients connectés dans le cadre de cette offre, et beaucoup d'autres étaient installés en avril. D'ici la fin de l'année scolaire, nous prévoyons que cette offre aura aidé environ 400000 élèves et enseignants, ainsi que leurs familles, à poursuivre leurs études grâce à l'apprentissage à distance.Pendant 60 jours, nous nous sommes également engagés à suspendre les activités de collecte, à ne pas mettre fin au service pour les petits et les grands établissements. ou les moyennes entreprises, qui connaissent des défis économiques liés à COVID-19. Nous avons également étendu la disponibilité de cette offre au 30 juin. De plus, nous avons ouvert nos hotspots WiFi sur notre empreinte pour un usage public et nous avons priorisé plus de 1 000 demandes du gouvernement, des établissements de santé et des établissements d'enseignement pour de nouvelles connexions par fibre, des mises à niveau de bande passante et de nouveaux services, qui incluent les principaux groupes hospitaliers et les deux hôpitaux US Naval à New York et Los Angeles. Et Spectrum News a ouvert ses sites Web pour s'assurer que les gens ont accès à des nouvelles et informations locales de haute qualité. Nous avons également fait don d'un temps d'antenne important pour diffuser des annonces d'intérêt public sur l'ensemble de nos 16 millions d'abonnés vidéo.Charter fournit un service essentiel, et nous avons travaillé pour garder l'Amérique connectée en travaillant et en apprenant, tout en protégeant nos employés. . Nous avons institué des lignes directrices dans nos centres d'appels qui améliorent la distance sociale entre les employés, notamment en permettant à un pourcentage important de ces employés de travailler à distance. Nous avons également modifié notre protocole d'opérations sur le terrain, en passant agressivement à l'auto-installation du client. Alors que nous continuons à fonctionner à pleine capacité, nous prenons les précautions nécessaires pour promouvoir la sécurité de nos employés. Nous offrons également à nos employés des avantages exceptionnels. Nous avons mis en place deux semaines supplémentaires de congés de maladie payés pour les maladies liées aux COVID, lorsque nous demandons à un employé de s'auto-mettre en quarantaine. Nous avons donné à chaque employé 15 jours supplémentaires de temps flexible lié à COVID-19 pour résoudre d'autres problèmes liés à COVID, y compris les soins aux enfants et aux personnes à charge.Au début avril, nous avons augmenté notre salaire pour toutes les opérations horaires sur le terrain et les employés du centre d'appels du service client. de 1,50 $ l'heure de retour à février. Nous nous sommes également engagés à augmenter notre salaire minimum pour les travailleurs horaires à au moins 20 $ de l'heure au cours des deux prochaines années. Nous rémunérons des employés dans certaines parties de notre entreprise, comme la vente directe résidentielle et les PME, dont le travail a été suspendu et pour renforcer notre engagement envers les employés, nous avons annoncé que pendant 60 jours, aucun employé ne sera mis à pied ou mis en congé. Nous avons une excellente entreprise avec des employés dévoués à notre mission et nous assurerons que nous pouvons exceller à travers la reprise économique éventuelle.Nous continuons à bien fonctionner sur le plan opérationnel, à la fin du premier trimestre et maintenant. Au premier trimestre, nous avons ajouté 580 000 clients Internet résidentiels et PME. Nous avons connu un bon trimestre, tiré par la demande de nos produits de meilleure qualité. Nous avons également constaté une augmentation du nombre de clients résidentiels et commerciaux, améliorant ainsi leur vitesse. Notre capacité à répondre à la demande surdimensionnée que nous avons constatée au cours du trimestre est le résultat des investissements que nous avons faits au cours des dernières années dans notre main-d'œuvre de haute qualité sous-traitée et à terre, une intégration et une automatisation importantes des systèmes, nos ventes en ligne et numériques et plates-formes libre-service et notre programme d'auto-installation. En fait, nous avons accéléré l'expansion de l'auto-installation de nos clients de 55% des ventes au début du trimestre à près de 70% à la fin du trimestre à plus de 90% aujourd'hui. L'utilisation des données et le trafic sur notre réseau ont également augmenté considérablement au cours du trimestre. En mars, l'utilisation de données résidentielles pour les clients Internet uniquement dépassait 600 gigaoctets par mois, en hausse de plus de 20% depuis le quatrième trimestre. Nos clients bénéficient d'un prix du gigabit en constante diminution. Les niveaux de trafic de pointe restent bien en deçà de la capacité maximale.Notre réseau ainsi que ceux d'autres câblo-opérateurs aux États-Unis et ont mieux performé que les réseaux dans d'autres pays, en raison des investissements importants que nous avons faits et continuons de faire dans notre plan, comme le déploiement récent de 1 concert partout. Le climat réglementaire favorable aux investissements a rendu cela possible. Au cours des prochaines années, nous investirons dans notre réseau, alors que nous construisons la densité plus faible dans les communautés rurales et poursuivons notre plan 10G, qui nous offre une voie rentable pour offrir des vitesses multi-gigabits, une latence plus faible, des services de calcul élevés à consommateurs et entreprises. Avec notre stratégie de l'intérieur vers l'extérieur, nous continuerons à utiliser et à développer de petites cellules sans fil, alimentées par notre réseau, avec notre MVNO pour connecter les clients à l'intérieur et au-delà de la maison, en fournissant notre débit et notre économie aux clients dans des environnements fixes, nomades et mobiles. . Notre stratégie sera renforcée par la FCC qui a récemment libéré 1 200 mégahertz de spectre de 6 gigahertz pour le WiFi. L'action de la FCC est une étape transformationnelle vers le haut débit en Amérique. Ce fut une décision audacieuse et nous sommes impatients d'utiliser de manière significative le spectre. Pour revenir aux résultats du premier trimestre, nous avons également bien performé d'un point de vue financier au cours du trimestre. Nous avons augmenté le BAIIA ajusté de 8,4% et, combiné à nos dépenses en immobilisations par câble plus faibles, notre flux de trésorerie disponible du premier trimestre a augmenté de plus de 100% en glissement annuel. Comme nous anticipons, nous nous attendons à ce que la demande pour notre produit haut débit résidentiel demeure fort car les gens travaillent et apprennent de la maison et doivent rester connectés. D'une manière générale, la santé de notre entreprise résidentielle sera affectée par ce qui arrive au chômage et au revenu et combien de temps et l'impact que ces facteurs auront sur la capacité des clients à payer pour le service dans les prochains mois, y compris le soutien gouvernemental aux consommateurs. Le ralentissement de la formation des ménages peut également jouer un rôle et notre capacité à stimuler la croissance de nouveaux clients, en ralentissant l'activité pour les nouvelles ventes et le taux de désabonnement. Nous reconnaissons également que la vigueur récente des tendances de la vidéo et de la voix sur fil peut être temporaire en raison des blocages et s'inverser en cas de ralentissement économique. Par conséquent, notre activité PME est plus difficile. Nous desservons environ 2 millions de clients PME et nombre de ces clients sont actuellement fermés au moins temporairement. Par conséquent, la croissance de la clientèle des PME et la croissance des revenus seront inférieures à nos attentes précédentes. Il faudra probablement du temps pour que cette partie de nos activités se rétablisse, mais ce sera et peut-être avec un taux de croissance plus rapide qu'avant la crise. Je m'attends à ce que nos activités d'entreprise restent plus stables que les PME. Les entreprises clientes sont plus grandes et plus nombreuses, mais toutes ne pourront pas résister à la récession, plus que les petites entreprises qui ont moins de liquidités. Mais nos attentes pour les clients d'entreprise et la croissance des revenus ont également été tempérées, car les entreprises clientes avec des produits complexes sont moins susceptibles de changer et d'accorder l'accès à l'installation dans cet environnement.Notre activité publicitaire est intrinsèquement locale et principalement soutenue par les petites et moyennes entreprises, qui ont été touchés par la crise, mais nous attendons toujours de la publicité politique qu’elle soit significative, ce qui nous sera utile, en particulier au cours du dernier semestre. Il est donc clair que notre taux de croissance des revenus sera inférieur à ce que nous avions prévu. Mais à mesure que les transactions et les ventes de services ralentissent pour le marché dans son ensemble et que l'adoption par les clients du libre-service s'accélère, il y a un certain nombre d'améliorations des coûts d'exploitation et des retards dans les dépenses en capital qui contribueront à la croissance des flux de trésorerie maintenant et à l'avenir. Nous pensons également que, sur une base relative, nous sommes dans une bien meilleure position que la plupart des entreprises, car la valeur et la demande de nos services sont importantes et nous fonctionnons efficacement pour bien servir nos communautés, comme nous l'avons toujours fait en cas de crise. .Chris couvrira les impacts potentiels sur nos états financiers 2020 et nos rapports plus en détail, mais je veux être clair que, bien que nous ne connaissions pas la profondeur et la durée des impacts de la distanciation sociale, nous avons testé sous pression notre modèle d'entreprise, notre liquidité et bilan à travers différents scénarios. Notre analyse confirme ce que nous avons toujours pensé que nous restions bien positionnés. Dans l'ensemble, nous nous attendons à être en pleine forme à long terme et nous pensons que notre activité continuera à très bien se porter, étant donné les actifs et les produits que nous avons et l'investissement continu dans ces actifs, nos clients et nos employés. appelez Chris, je tiens à remercier les employés de Charter pour leur travail acharné, leur dévouement et leur diligence durant cette crise. On leur a demandé d'aller bien au-delà de leurs fonctions habituelles et ils ont accouché, allégeant la pression sur des millions de familles. Les commentaires positifs que nous avons reçus de nos clients sont très gratifiants et nous continuons à traiter nos clients avec respect, compassion et soutien et continuons à fournir d'excellents produits et services. Nous sortirons forts autour de l'autre côté de cette crise. Nous avons encore beaucoup de travail devant nous, mais je suis encouragé par la façon dont nous avons relevé le défi, et je sais que nous continuerons à livrer pour nos clients et pour l'Amérique, quel que soit notre chemin. Je voudrais également adresser mes salutations et mes meilleurs vœux à tous ceux qui écoutent cet appel, que vous et vos familles restiez en sécurité et en bonne santé.Maintenant, je donne la parole à Chris.Christopher L. Winfrey – Chef des finances OfficierMerci Tom. Nos résultats du premier trimestre ont été solides et reflètent où nous nous dirigions en tant qu'entreprise avant le début de la crise COVID-19 ici aux États-Unis. Nos ajouts nets à la relation client résidentiel ont augmenté par rapport à l'année précédente chaque mois du premier trimestre, et nous conduisions de plus en plus des opérations efficaces compte tenu de notre stratégie d'exploitation conviviale et une croissance rapide de notre flux de trésorerie disponible.Le chiffre d'affaires résidentiel a augmenté de 4,2% au cours du trimestre, principalement en raison de l'accélération de la croissance des relations dans des PSU similaires regroupées et des tendances de mix vidéo que nous avons vues sur plusieurs trimestres. Les revenus des PME ont augmenté de 5,4%. Le chiffre d'affaires des entreprises a baissé de 3,2% sur un an, tiré par la vente de Navisite et par la pression continue du côté commerce de gros. En excluant à la fois le backhaul des tours de téléphonie cellulaire et Navisite, l'entreprise a augmenté de 6,9%. Les revenus publicitaires du premier trimestre ont augmenté de 5,7%, tirés par la politique. Au mois de mars, les revenus publicitaires non politiques ont diminué de 18,7% d'une année sur l'autre, principalement en raison de la faiblesse liée à COVID-19, y compris le report brutal d'événements sportifs. Les revenus mobiles ont totalisé 258 millions de dollars, dont 131 millions de dollars provenant des appareils. Dans l'ensemble, le chiffre d'affaires consolidé du premier trimestre a augmenté de 4,8% d'une année sur l'autre. Si l'on passe aux charges d'exploitation au premier trimestre, les dépenses d'exploitation totales ont augmenté de 191 millions de dollars ou 2,7% d'une année sur l'autre. Les dépenses d'exploitation du câble hors mobile ont augmenté de 1,1% sur un an ou de 1,7%, hors Navisite, malgré une croissance plus rapide des relations et des revenus. La programmation a augmenté de 0,9% en glissement annuel, reflétant les mêmes considérations de taux, de volume et de mixage que nous avons vues et dont nous avons parlé au cours des trimestres précédents et nous avons également bénéficié de plus de 20 millions de dollars d'avantages de programmation non récurrents ce trimestre. La connectivité réglementaire et les dépenses de contenu produit ont diminué de 1,7% d'une année sur l'autre, en raison de la baisse des frais réglementaires et d'un avantage de 20 millions de dollars lié au calendrier de paiement des droits sportifs.Le coût des services clients a augmenté de 1,4% d'une année sur l'autre par rapport à Croissance de 4,5% de la relation client. Cette dépense comprend environ 30 millions de dollars pour les augmentations de salaire horaire récemment accélérées et les avantages COVID-19, ainsi que 25 millions de dollars de créances irrécouvrables supplémentaires estimées pour les impacts COVID au 31 mars. En excluant les frais de créance irrécouvrable au cours des deux années, le coût des services au premier trimestre a diminué de 0,7%. Nous continuons de réduire sensiblement nos coûts de service par relation. Les frais de commercialisation du câble ont augmenté de 4,2% d'une année sur l'autre, en raison de la hausse des coûts de main-d'œuvre et des commissions. Les frais de téléphonie mobile ont totalisé 374 millions de dollars et se composaient des coûts liés aux appareils mobiles liés aux revenus des appareils, à l'acquisition de clients et aux frais d'utilisation et d'exploitation de MVNO. Au total, nous avons augmenté le BAIIA ajusté de 8,4% au cours du trimestre, en incluant notre perte de BAIIA mobile de 116 millions de dollars. L'EBITDA ajusté du câble a augmenté de 8,1%. Nous avons généré un bénéfice net de 396 millions de dollars attribuable aux actionnaires de Charter au premier trimestre et les dépenses en immobilisations ont totalisé 1,5 milliard de dollars. Nous avons généré 1,4 milliard de dollars de flux de trésorerie disponibles consolidés et, à l'exclusion de notre investissement dans le mobile, nous avons généré 1,6 milliard de dollars de flux de trésorerie disponibles par câble, en hausse d'environ 700 millions de dollars par rapport au premier trimestre de l'an dernier. Au cours du trimestre, nous avons racheté 5,2 millions d'actions Charter et d'unités communes Charter Holding, totalisant environ 2,6 milliards de dollars à un prix moyen de 490 dollars par action. Permettez-moi de passer brièvement en revue les résultats de nos clients avant d'aborder plus en détail nos perspectives commerciales. Y compris l'impact des offres et programmes clients liés à COVID-19. Nous avons accru le nombre total de relations avec les clients résidentiels et les PME de près de 1,3 million au cours des 12 derniers mois ou de 4,5% et de 486 000 relations au premier trimestre. En incluant le résidentiel et les PME, nous avons augmenté nos clients Internet de 582 000 au cours du trimestre et de près de 1,6 million ou 6,1% au cours des 12 derniers mois. La vidéo a diminué de 70 000 au cours du trimestre, mieux que la baisse de 145 000 enregistrée au premier trimestre de l'an dernier. Dans le secteur des services filaires, la voix a baissé de 65000, ce qui est également meilleur que la baisse de 99000 enregistrée au premier trimestre de l'an dernier. . À la mi-mars, en raison de l'intensification des pratiques de distanciation sociale et des commandes d'abris sur place dans tout le pays, la demande a considérablement augmenté pour nos produits, mais nous avons temporairement produit moins de mobiles, car le temps des appels de vente s'est concentré sur les instructions d'auto-installation et notre canal de vente au détail mobile a également été partiellement impacté. À partir de la mi-mars, nous avons lancé trois offres et programmes liés à COVID-19 pour nos clients. Dans les documents d'aujourd'hui, nous avons fourni un addenda indiquant le nombre de clients pour chacun d'eux. Je m'attends à ce que nous continuions à signaler cet addendum pendant quelques trimestres afin de fournir aux investisseurs la transparence sur l'impact de nos offres et programmes liés à COVID-19. La première des trois offres disponibles pour les clients est notre offre Internet gratuite de 60 jours pour les nouveaux Clients Internet avec des étudiants ou des éducateurs dans le ménage. Nous avons lancé l'offre à la mi-mars et elle a représenté 119 000 de nos 582 000 ajouts nets à Internet au cours du trimestre. À la fin du mois de mars, nous avions encore un grand nombre de connexions en attente chez les clients et l'offre continue de croître à un rythme rapide en avril. Il est intéressant, et unique, qu'environ 50% des clients qui ont participé à l'offre en mars ont choisi pour commander des produits supplémentaires avec une facturation immédiate. La grande majorité de ces clients utilisent notre produit Internet phare à 200 mégabits par seconde ou 100 mégabits par seconde, et une petite minorité souscrit à notre offre à faible revenu ou à nos offres premium ultra et 1 gigabit. Le profil de ces clients est très similaire au profil de notre flux d'acquisition de clients Internet typique, et même si certains de ces clients ne s'abonneront plus à certains de ces services après 60 jours, les tendances de paiement pour les clients qui ont pris la vidéo et le téléphone à en même temps, nous indiquent déjà que la plupart de ces clients resteront. La deuxième offre de notre catégorie de clients reflète les clients sous notre 60 jours garder les Américains connectés promis à la FCC. Ce sont des clients qui ont indiqué leur incapacité à payer le service pour des raisons liées à COVID-19. Au 31 mars, 140 000 clients résidentiels faisaient partie de ce programme, dont beaucoup auraient été dans un cycle de collecte dans des circonstances normales, et seulement 1 000 d'entre eux avaient dépassé le point du cycle de collecte, où nous avons – normalement déconnecté leur service au 31 mars. Pour donner un peu de couleur, environ 20% des 140 000 clients ont aujourd'hui des soldes entièrement à jour, et au total, près de 50% ont effectué des paiements partiels ou complets dans le cadre de ce programme de protection. Cependant, environ 65000 de ces clients ont maintenant des soldes en souffrance au-delà du point de déconnexions normales, ce qui signifie à la fin du mois d'avril. Le nombre de clients demandant une protection contre les déconnexions a continué d'augmenter en avril, et nous nous attendons à ce qu'il continue de croître à travers le reste du T2. Nous avons l'intention de travailler avec ces clients impactés par COVID-19 pour les remettre dans un bon état de paiement, avec l'objectif de continuer pleinement leur service avec nous.La dernière catégorie de clients que nous avons isolés dans notre addendum, nos clients PME qui ont a demandé une suspension saisonnière de service ou un déclassement temporaire d'une ligne de service, alors que leurs opérations sont fermées ou réduites. Certains restaurants, bars et hôtels en sont de bons exemples, où nous avons réduit le service au minimum et réduit la facture mensuelle jusqu'à la réouverture complète de ces clients. Nous nous attendons également à ce que cette catégorie se développe au T2, alors qu'est-ce que tout cela signifie au-delà de la dislocation temporaire de l'ARPU et du risque d'abonné principal? Premièrement, même si vous excluez l'impact de ces offres et programmes de nos résultats du premier trimestre, les relations avec les clients résidentiels et Internet ont augmenté à un rythme plus rapide d'une année à l'autre, ce qui reste notre opportunité à long terme. Les seconds clients peuvent entrer, sortir ou passer de ces catégories au fil du temps, à mesure que l'économie se contracte et se développe finalement. Notre problème n'est pas la demande pour nos produits, mais la capacité de nos clients à payer et la façon dont nous les aidons à cet égard au fil du temps. Donc, jusqu'à ce que nous ayons une meilleure idée de la profondeur et de la durée de la crise COVID-19 et de son impact économique, il nous est difficile de prévoir à quoi ressemblera l'aide que nous offrons à nos clients. Cependant, nous pensons que nous pourrions finir par créer plus de valeur à long terme, car nous continuons à bien traiter nos clients et nos employés. Dans cet esprit, je voudrais développer les remarques de Tom en ce qui concerne nos perspectives commerciales et où nous verrons probablement de la pression et des opportunités au cours des prochains mois et trimestres, selon la manière et le moment où l'économie se relancera. Pour nos services résidentiels et mobiles, la qualité et la valeur de nos produits sont claires et la demande est élevée, avec Internet en hausse significative en mars, même sans les offres liées au COVID-19. Et la vidéo et le téléphone ont également connu des ajouts nets positifs en mars, au moins temporairement. À l'avenir, le risque de croissance de la formation des ménages sera impacté. L'autre problème sera la capacité des clients à payer soit par le biais de leur salaire, soit par des avantages sociaux prolongés en vertu de la loi sur les soins ou d'autres plans de relance. Et si, comment et sur quelle période de temps, vous pouvez obliger certains clients à rembourser leurs soldes lorsqu'ils sont en mesure d'effectuer à nouveau des paiements. Il y a donc toutes sortes de questions ici, sur la présentation financière, la reconnaissance des revenus des comptes débiteurs, la provision pour créances irrécouvrables et les radiations, qui se sont vraiment reflétées au deuxième trimestre et se poursuivront au cours des prochains mois et trimestres, et nous avons l'intention de fournir à nos investisseurs transparence, au fur et à mesure de notre exercice unique de reporting. Lorsque l'économie commencera à se redresser et en supposant que nos clients peuvent nous payer, je m'attends à ce que nos activités résidentielles soient en bonne forme. Le SMB a représenté 3,9 milliards de dollars de revenus pour nous l'an dernier, soit 8,5% de nos revenus totaux. Au cours de la seconde moitié du mois de mars, nous avons commencé à observer une faiblesse de nos ventes de PME, où essentiellement notre force de vente directe a été suspendue et ce canal contribue davantage aux ventes de PME qu'aux particuliers. Nous estimons que moins de 20% de nos clients PME sont des restaurants, des hôtels, des bars, des théâtres et autres, dont beaucoup auront du mal dans cette récession. Nous travaillons avec tous nos clients PME dans cette période difficile, et nous pensons que nous pouvons renouer avec la croissance dans une reprise économique. Nous nous attendons à ce que la base de vente au détail pour les entreprises soit plus stable. En mars et avril, nous avons constaté une forte demande des segments de la santé et du gouvernement pour mettre à niveau et ajouter de nouveaux services, ce qui remplace de nouvelles connexions et d'autres domaines. Mais nous nous attendons à ce que les nouvelles ventes diminuent à court terme dans la croissance des services de détail, car les entreprises seront modérées par la volonté des clients d'apporter des changements, en particulier pour les services physiques dans ce climat. Nous aurons un avantage compensatoire en cas de désabonnement, mais en l'absence de nouvelles ventes plus élevées, il sera difficile de faire croître considérablement l'entreprise de vente au détail à court terme. Pour Spectrum Reach, notre groupe publicitaire, le deuxième trimestre sera difficile. Les revenus de mars ont été inférieurs à nos attentes de plus de 30 millions de dollars en raison d'annulations et l'écart d'avril était plus du double de ce montant. Nous travaillons de manière proactive avec les clients pour déplacer leurs dépenses publicitaires d'événements sportifs pour atteindre leur public dans différents endroits ou pour passer des commandes en général. Nous pensons qu'il est possible à la fois de récupérer et de gagner plus de publicité, une fois que l'économie se redressera. Nous prévoyons toujours d'importantes dépenses politiques au cours du second semestre de cette année, de sorte que l'impact sur l'année ne sera pas aussi spectaculaire d'une année à l'autre. Ce sont les défis à court terme en matière de revenus et les opportunités à long terme, ce que sont les compensations potentielles dans notre structure de coûts? Le taux de désabonnement de tous nos services d'abonnement diminuait déjà considérablement avant la crise. La baisse du taux de désabonnement et du désabonnement volontaire diminue encore plus maintenant, mais les nouvelles ventes diminueront également, ce qui indique que nous nous attendions à un niveau beaucoup plus bas d'appels de service, de rouleaux de camions, d'installations, de commissions et d'activités liées au travail, qui s'applique au résidentiel, aux PME et entreprise. Comme Tom l'a mentionné, l'auto-installation est désormais supérieure à 90%, contre 55% au cours de la première partie du premier trimestre, et avec l'utilisation de l'auto-assistance numérique de plus de 30%, nos investissements d'intégration et nos plateformes et portails libre-service sont profitable. Les prix actuels ont accéléré la courbe d'adoption des clients pour le service numérique, et nous ne pensons pas que cela remonte où il était. Ainsi, en dehors des créances irrécouvrables et de certaines augmentations de salaires accélérées sur notre ligne de front, notre coût du service diminuera avec moins d'activité.Le roulement des employés diminuera et l'activité d'embauche ralentira probablement dans l'ensemble de l'entreprise, ce qui a des coûts directs et des avantages fonciers, et nous pensons tout déficit d'EBITDA restant par rapport à nos plans serait probablement compensé par des investissements, qui seraient inférieurs aux prévisions, en raison d'une auto-installation plus élevée, d'un taux de désabonnement plus faible, du calendrier des dépenses d'infrastructure évolutives et des retards de construction potentiels. fléchira. Ce que nous ne savons pas, c'est la profondeur et la durée d'une récession, mais nous aimons notre modèle d'entreprise, la façon dont nous gérons l'entreprise sous différents climats et nous pensons que nous pouvons croître à long terme. C'est probablement une bonne transition vers le bilan et notre profil de liquidité.Comme Tom l'a mentionné, nous avons fait beaucoup de modélisation pour tester notre bilan sous contrainte dans divers scénarios économiques. Nous avons terminé le trimestre avec 2,9 milliards de dollars de liquidités et 4,7 milliards de dollars de disponibilité sous notre revolver. Au début de mars, au début de la crise du COVID-19, nous avons évalué un financement à haut rendement à long terme à un coupon bas de tous les temps, et le 17 avril, nous avons émis 3 milliards de dollars de nos coupons les plus serrés de tous les temps pendant 10 ans et Tranches investment grade de 30 ans. Pro forma pour ces obligations investment grade et récemment appelées dette au 31 mars, nous disposions de 8,4 milliards de dollars de liquidités disponibles. À la fin du premier trimestre, notre endettement net sur un EBITDA ajusté des 12 derniers mois était de 4,4 fois ou 4,3 fois, si vous regardez uniquement le câble. À cet égard, nous avons déjà légèrement désendetté: pro forma pour nos récentes activités de financement, notre coût moyen pondéré de la dette n'est que de 4,9% et la durée de vie moyenne pondérée de notre dette est de 12,2 ans, avec plus de 90% de notre dette venant à échéance au-delà de 2022. Nous avons un calendrier sur la diapositive 13 de la présentation d'aujourd'hui, qui met notre profil de maturité en perspective par rapport à l'EBITDA du câble de l'an dernier. Avec nos liquidités importantes et nos flux de trésorerie disponibles positifs, nous restons en très bonne position pour financer nos opérations de manière organique ainsi que par le biais des marchés de capitaux qui restent ouverts à Charter. En ce qui concerne nos rachats d'actions, nous avons été sous un plan 10b5-1 qui a été conclu, juste avant le début de la crise COVID-19 ici aux États-Unis.En raison de la baisse des cours de l'action en mars, nous avons acheté davantage le volume cible en Mars qu'en avril. Nous n'avons jamais fourni de conseils sur les rachats, car nous pensons que cela peut encourager une mauvaise prise de décision relative à de meilleures utilisations alternatives de l'argent au fil du temps. Nous allons donc être réfléchis et sensibles à l'évolution de l'économie, au cours de nos actions, à notre liquidité et à toute opportunité organique ou organique, aux opportunités inorganiques qui peuvent survenir. Alors que l'environnement actuel suggère la prudence à court terme, nous ne modifions pas notre fourchette d'objectifs de levier de 4 à 4,5 fois aujourd'hui et nous continuerons de surveiller le climat économique et le marché des taux d'intérêt et d'évaluer régulièrement notre objectif de levier. Nous savons que nous avons un actif résilient de haute qualité avec des employés dévoués à travers notre les communautés locales et nous avons investi considérablement dans notre réseau et les gens au fil des ans et il y a une forte demande pour notre produit à travers chaque partie de notre empreinte, dans les maisons et les entreprises dans les bons et les mauvais moments, c'est pourquoi nous continuons à construire agressivement plus de passages à large bande, et nous assurer que notre réseau est bien investi, prêt et fonctionne pour les opportunités futures. Notre objectif est de rester concentré sur ce que nous faisons bien et d'exécuter une stratégie opérationnelle éprouvée qui fonctionne pour les clients et les employés dans divers contextes économiques et réglementaires, afin de créer de la valeur pour les actionnaires à long terme.Opérateur, nous sommes maintenant prêts à répondre aux questions. Questions et réponses: opérateur (instructions de l'opérateur). Et notre première question vient de la lignée de Craig Moffett avec MoffettNathanson. Allez-y s'il vous plaît. Votre ligne est ouverte.Craig Moffett – MoffettNathanson – AnalystHi, merci. Je voulais en quelque sorte prendre une question plus large pendant un moment, étant donné la force de vos résultats et la position enviable dans laquelle vous vous trouvez d'avoir une entreprise qui est relativement résiliente dans ce type de marché, quelles sont les choses qui vous pouvez faire, ce genre de profiter de la dislocation, que ce soit plus de périphéries, potentiellement des acquisitions, un mouvement plus rapide dans l'acquisition du spectre et d'essayer de prendre une part dans le sans fil, comment pensez-vous d'utiliser cette dislocation comme un moyen de rendre votre entreprise plus forte, quand nous sortirons de l'autre côté de cette perturbation? Thomas M. Rutledge – Président et chef de la directionCraig, évidemment nous y pensons tous les jours et nous avons de l'argent en main pour être opportuniste, si s'il y a une opportunité qui nécessiterait un investissement. Mais, la plus grande opportunité que nous voyons, c'est de continuer à faire ce que nous faisons et simplement à le faire mieux et bien et à pouvoir exécuter mieux et bien et continuer à réussir sur le marché. Notre plus grande opportunité en tant qu'entreprise est de continuer à créer des relations avec la clientèle, et nous pensons que nous avons un grand ensemble d'actifs que nous avons réunis et investis correctement et, par conséquent, nous avons des avantages en termes de produits que nous pouvons vendre relative to others at the moment, and we have a high quality, high skilled workforce that's capable of generating and operating activity, and that's our biggest direct upside, and we think we could continue to operate well and execute well going forward and to the extent that we're better at that than others, we created more value, more quickly.Craig Moffett — MoffettNathanson — AnalystThank you, that's helpful. If I could just ask another, maybe slightly more prosaic question just given all the attention being paid to sports right now, can you just talk about the way you'd like to see the issue of sports payments to RSNs and national sports networks work out and the pressure to rebate to customers and that sort of thing?Thomas M. Rutledge — Chairman and Chief Executive OfficerYeah. Well look, I mean we've talked for years about the reality of programming costs and how sports drives the bulk of the programming cost. If you look at our average cost of programming per customer in the high $60 range on average, that's the wholesale cost that we're planning for customer. My guess is that, if sports was not involved in the negotiations for the creation of that cost, that it would be less than half of what it is. So sports is the major driver in the cost of content, and obviously it makes the whole product difficult to sell because of the cost that consumers have to pay and and and the effect of — I mean just simply, it's a very expensive product and and people have a hard time paying for it.The reality is that, we would love to pass through the sports programming costs back to the customer, if it isn't paid or the events don't occur. There is still a big question about whether the games are going to be playing, and if they are played, most likely, the costs will not be rebated to the customers. So I don't — at this point in time, we have a structure in the industry and how we pay for content. It's all bundled together and tied together and contractually and we have very little control over directly. So we'd love to see our customers relieved if they can be. Ultimately, it's the athletes who are getting the money and at some point, somebody has to give up their money and give it back to the customer and that hasn't happened yet.Craig Moffett — MoffettNathanson — AnalystThanks, Tom.Stefan Anninger — Senior Vice President of Investor RelationsThanks, Craig. James, we will take our next question, please?OperatorOur next question comes from the line of Vijay Jayant with Evercore. Go ahead please. Your line is open.Vijay Jayant — Evercore — AnalystThanks. Tom, given that you obviously have exposure across the country, can you just talk about how the markets are different for areas, like New York and California, where lockdown started early and compared to the other markets, are you sort of seeing any sort of green shoots, as some of these states start opening up and any sort of change in direction of business? And then just a simple question on the network, obviously, it's highly resilient right now, but I'm assuming that from the work-from-home orders right now that data transfer is becoming more symmetrical and your upstream on your network is not conducive for that kind of thing, I think, can you sort of help us think about, is there any stress on the network from that side and what needs to be done, if any? Thanks.Thomas M. Rutledge — Chairman and Chief Executive OfficerSure. Well in terms of variation by various parts of the country, obviously there are reopenings occurring and we're preparing to operate differently in different parts of the country, depending on what the local regulatory climate is with regard to what's allowed from a business practice perspective. As as an essential business, we've been operating in the whole time, and obviously we have to keep our business running. So we've been running it under the tightest conditions that exist in terms of what we can do and and how we have to take care of our employees and how we have to take care of our customers. So as we begin to see places opening up, we are preparing to respond to the local markets individually and to project our capability locally.I can't tell you that I can see at this moment any differences from one location to another, in terms of — New York City's a unique place, but it's unique in every way, always is, but broadly speaking, we've been locked down everywhere until now and…Christopher L. Winfrey — Chief Financial OfficerWe are growing market share everywhere.Thomas M. Rutledge — Chairman and Chief Executive OfficerWe are growing consistently everywhere. Now in terms of the future of the network and the load on it, we've been able to handle the very quick change in demand and one interesting thing about — the demand has gone up a lot in terms of network utilization, but it's also spread out. You build your network to maximum peak utilization and not total utilization. So it's the Mother's Day call effect from a network build perspective. You build for the one day a year, when you need every bit of your network. And the the network has been built and it's absorbed what we think of, as a year's worth of augmentation in a few weeks. But the general trend that we now see in a few weeks, has been going on for quite a long time, and we expect it to continue. And so we have a pathway in terms of our assets to developing what we think the future communications is, including an upstream capability, as upstream utilization continues to grow.So that's what we call 10G, it's also called DOCSIS 4.0, in terms of the way we describe it from a specifications perspective. But we are still rapidly moving down the path of augmenting our networks in smart ways and capital efficient ways to continue to allow capacity to grow and to create new products that are hard to even envision, and we think that we're very well positioned to do that over the long term, it's going to require continued investment, but a proportional investment that's significantly less than any sort of brand-new build. So we think we're in a great position to to make those investments and to realize the benefits of them, and to create the new products that are going to come from the. But we don't have an immediate upstream problem and we don't have a downstream problem, we have opportunities in both places in the long run.Vijay Jayant — Evercore — AnalystThanks so much.Stefan Anninger — Senior Vice President of Investor RelationsThanks Vijay. James, we'll take our next question, please.OperatorOur next question comes from the line of Mike McCormack from Guggenheim Partners. Go ahead please. Your line is open.Michael McCormack — Guggenheim Partners — AnalystHey guys, thanks. Tom, maybe just a quick question on Spectrum. I know you mentioned the FCC's move recently. Does that change your appetite in any way for the CBRS spectrum auction later this year? And then thinking about sports rights, I know you touched on it briefly, but what are your thoughts, just more generally, on the value of sports rights coming out of all this? Thanks.Thomas M. Rutledge — Chairman and Chief Executive OfficerWell, in terms of the — good — I understand your question, are you saying that the FCC's 6 gigahertz WiFi Spectrum affect our valuation of CBRS? The answer is no. They're really separate notions. I look at the 6 gigahertz spectrum as inside house type spectrum. So all of our products are delivered wirelessly. So the real issue is mobility versus stationary or sedentary behavior, and the 6 gigahertz spectrum is really for in-house, high capacity use for a whole new set of products that will come along.The CBRS spectrum really allows for a more efficient use of the mobile platform, at least the way we look at it. Although it could be used indoors as well and it could be used indoors, both for mobile service and enterprise environments and externally and so we see them as separate notions and separate values and it hasn't affected — one hasn't affected the other, in our view.Regarding sports rights, everybody misses sports and it really — it obviously is an extremely valuable product and it is the glue that holds the bundle together, and you know, assuming that sports come back and that leagues generally play, the secular trends that are going on shouldn't change, in my view, the same forces will exist going forward that existed before the crisis. So absent a complete collapse of the sports business, I don't see a major change.Stefan Anninger — Senior Vice President of Investor RelationsThanks, Mike. We will take our next question, James, please.OperatorOur next question comes from the line of Michael Rollins with Citi. Go ahead please. Your line is open.Michael Rollins — Citigroup — AnalystThanks and good morning. I was curious if you could frame some of the scenarios that you were running for your SMB customers and trying to think through the exposure and how you frame the bad debt reserves in the quarter? Thanks.Christopher L. Winfrey — Chief Financial OfficerSure.Thomas M. Rutledge — Chairman and Chief Executive OfficerYeah, go ahead,Christopher L. Winfrey — Chief Financial OfficerMike on the SMB, I mean, I'd just put it a little bit in perspective, it's 8.5% of our revenue and so you can get to some pretty wicked scenarios and it's still doesn't have that material of an impact to the company. Certainly, when you're talking about liquidity our balance sheet perspective. It has an impact on the revenue growth rate for the entire company and so I think, given some of the stats that I was providing inside the prepared remarks, the idea was that people can take your own view of how bad, in particular, that segment of bars, restaurants and theaters could be hit and for how long and that will give you some sensitivity of what the trough looks like. We are no anymore than anybody else in terms of the depth and duration of the recession, but that's why we wanted to give some of those starts to give a framework for you think about it.The second question was — first one was SMB, the second was…Michael Rollins — Citigroup — AnalystHow you are seeing the bad debt…?Christopher L. Winfrey — Chief Financial OfficerWell every company has had to modify to new GAAP standard, which requires you to estimate your bad debt reserves for the receivables that you have at a period of time, as opposed to when they age. And so you've heard everybody talk about that this quarter. We're no different. We had in total between cable mobile, about $30 million of additional bad debt as an estimate for what might not be payable on the accounts receivables that existed at the time of close.In Q2, let me start maybe back with the first objective. Our goal through all of this, is A, to do well by the customer, by providing good offers for remote education, as well as for in this case, keep America connected pledge. But our goal is also not going to be to quickly get into a collection environment and cut them off. Our goal is going to be to keep these customers. And in the second quarter, to the extent that we work with the customer to rightsize their receivable, some of that could impact the revenue recognition inside of Q2, and some of that for a financed a portion that they may need to pay back over time, could impact our estimate for bad debt reserve. That will apply for residential and SMB. And so when I mentioned in the prepared remarks that we're going to have a lot of technical accounting and reporting issues to deal with in Q2, it's true, but we're going to be focused on not the accounting outcome or how Q2 is going to look, we're going to be focused on what's the right long-term outcome for the customers, and for the company and make sure that the accounting does what's appropriate on the back end. But I think will be a little bit of noise and we'll make sure that we disclosed any revenue impacts in any bad debt impacts in our Q2 reporting.Thomas M. Rutledge — Chairman and Chief Executive OfficerSo that's kind of an accounting explanation. The way I look at bad debt is have you created customers and that you keep them and do they pay you? And if you create customers and they pay you, that's good and if you don't get a lot of bad debt.And when I look at the customers that we're creating, we have — they're taking our high quality products in the residential space and they, from a profile perspective, they look like the customers that we've always created, and so they're going to be affected by the macro climate, obviously, but we have products that we can sell to those customers that have value regardless of what — where they fall in the income range, we sell to very poor people and we sell to very rich people and we have a product mix that can work across the entire marketplace.So I'm confident that we can create valuable customer relationships through time. Even in the small business arena, we're still creating customers today, and even in — if you think about the restaurant business which is closed, the vast majority of those customer relationships are still intact. They still want websites and they may have take out businesses or whatever, but even if the business is closed, doesn't mean that they don't want to have a relationship with us.Michael Rollins — Citigroup — AnalystThank you.Stefan Anninger — Senior Vice President of Investor RelationsThanks, Mike. James, we will take our next question. And our next question comes from the line of Peter Supino with Bernstein. Go ahead please. Your line is open.Peter Supino — Bernstein — AnalystHey, thank you. When you all analyze the improvements in churn, what are the drivers of that other than the all digital upgrade that we've talked about at length and the in-sourcing of customer service? I wonder if your performance in the Legacy Charter territories continues to provide any helpful data to answer this question? What was good for look churn was before the impact of churn is coming down steadily and we've all everything we've done post-coated. There has been consistent with the strategies that we had before in terms of having, high quality service high quality products like quality workers in-sourced in the United States. Who are trained and capable of providing excellent service, if you do that. You have less activity and the ultimate value proposition that drives the cost to serve is activity and if you can, if you're services better and your products have longer lives here, we have less activity per dollar of revenue generated, which means that you have a higher higher margin or lower cost to serve churn is a, is one of the measurement of customer satisfaction. It's also a measure of of mobility in the economy and other things of that nature, but all of those things being held constant if you're churn rate is going down. That means customer satisfaction is going up because your products are better and that's been our objective in terms of managing the company and still it. So the Legacy Charter platform churn was coming down and Legacy Time Warner platform and Legacy Bright House platform churn was coming down across all of those businesses and cost to serve is coming down to, because of the self-installation models in the debt of digital models in terms of digital type flows that we created allow for from a consumer perspective of dealing with us and less friction in the actual transaction because and a point is necessary to keep for that process to occur and all of that creates less activity and higher satisfaction, which is a very virtuous cycle in the sense that if you have less activity and you have less failure in your activities meaning you have less service calls you have less missed appointments you actually create more satisfaction, which is an expense subscriber like even longer, which by itself reduces activity so that was the path we were on and it's still, I believe in the path. We're on, it's a little bit confused by the volume that we're currently under we've had an enormous uptick in activity in the last 2 months due to sales interestingly, we've created in the last 60 days 10,000 we've broadband customers a day so 600,000 customers and 60, 60 days. That's a lot of work and we've done that pretty seamlessly thank you. Thanks, Peter. Operator, we'll take our next question, please. Our next question comes from the line of Jonathan Chaplin with New Street Research. Go ahead please. Your line is open. Merci. 2 quick ones, if I may. Tom for you, you mentioned that the importance of the sort of the secular trends in sports haven't changed. I'm wondering if you can touch on some of the secular trends in the business that you have that you think have changed how the business is going to look different when we come out of the current environment. And then, Chris, I think you said that non-programming costs were down year-over-year when you exclude be it impact on from wages and bad debt is that a trend that you would have expected to continue throughout the year, but for the impact of the pandemic. And then should we annualize that 30 million and 25 million of corporate related impacts or is it does it sort of flow differently as we go through the year. Je vous remercie. Jonathan and secular change. I would say it this way, I don't know that they're permanently changed, but there permanently advanced, meaning we took years of secular change in compressed it into a very short period of time and there and we're not going to go back to the original trend line. We may have just moved way up the trend line and. And I think network utilization is one of those and and I think customer self-serve as the other and the cost to serve as a result of that, we were already fairly down far down the road in the customer self service and we were fortunate when when we got hit with what we did, and with the marketing tactics that we employed, that we were able to actually deal with it because we had started the quarter in the 50% range, I think of self-installation and and we were about at 70% when everything changed and we're over 90% now of self-installation. So the fact that we were already at 70% allowed us to get the 90% with a fair degree of operational efficiency and so we were prepared fortunately at that moment. But I think that's a big change in the business going forward. And. And I think people using Xoom and other kinds of to air Communications in a work like environment in their homes is probably advanced by a number of years for for the long and Jonathan, you talk non. Got it. So I have going to say, just a follow-up on that and this is probably directed at you Chris going from 5% to 90%. What does that do for margins when we in a year or maybe it's 2 years when we get out of this environment. How much our margin structurally higher because of that. Yeah, I don't, I don't want to get it percentage margin discussion. But the cost of the self-installation and it's about a 3rd of the cost of a professional install and the benefit of that a newer to both OpEx and CapEx. Depending on what type of installation. C'est. So it's significant and but keep in mind that we were already at 50% we would have been at 70% by the end of the quarter, absent the acceleration. And your second question was on non-programming expense there is this market Anders advertising expense. There's enterprise expenses in there. So I prefer to think about cost to service customers, which is really the residential and SMB and cost to provide network operations field operations and in customer service operations to call centers and billing. Just the bulk of our costs that and cost. As I mentioned in the prepared remarks, absent leaving side just bad debt was down year-over-year in gross dollar and that was down as a, as a per relationship basis and I know I've cautioned in the past that what we're committed to is that per relationship to cost to serve is going to continue to decline and I've been hesitant to say that to dollar cost to serve. Excluding bad that would also declined on a gross basis. Clearly, it would've inside of Q1 year-over-year and. And given that we do expect once we get beyond April April has been a high activity month. We think that transaction sales transactions and you've churn and and all of the different service transactions will start to slow down. And so that could actually accelerate excluding bad debt the cost to serve decline year-over-year. Certainly on a per relationship basis. And so I think the trends there are good and they continue, and there is an increase in the amount of our labor expense because we accelerated the past the Tom was already putting the company onto a $20 minimum wage and that was $30 million in the quarter for really a month and a half its expense. So, yes, that will get annualized at the appropriate rate. But I think that's a small dollar amount relative to out of transactions that come out of the business and I think our our operating strategy fully funds that and the acceleration of the adoption of self-service and self-install are very helpful and making it up viable for not just our employees, but for all stakeholders. Great, thanks, Chris. Thanks, Jonathan. Operator, we'll take our next question, please. Our next question comes from the line of Ben Swinburne with Morgan Stanley. Go ahead please. Your line is open. Thanks, good morning. I just want to ask you both about 2 comments you made in the prepared remarks, Tom you've been in the business for a long time and you've been through lots of cycles. And I don't think I'm breaking news to say that the cable company historically has not had the best customer reputationDuration: 72 minutesCall participants:Stefan Anninger — Senior Vice President of Investor RelationsThomas M. Rutledge — Chairman and Chief Executive OfficerChristopher L. Winfrey — Chief Financial OfficerCraig Moffett — MoffettNathanson — AnalystVijay Jayant — Evercore — AnalystMichael McCormack — Guggenheim Partners — AnalystMichael Rollins — Citigroup — AnalystPeter Supino — Bernstein — Analyst
More CHTR analysis
Tous les relevés d'appel des gains

                                                
                                            
                                        
                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *